A la découverte des patois lorrains

20 mai 2017

Mètèo d'lè qwètrîme semaine de mai

Ninvâs / Einvaux (54 - L'ninville / Lunéville) :

 

 

Pou lo dimanche vingt-et-în di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè trôhh et lè jonêye, i f'rè vingt-et-înk.

I n'y èrè di s'lo et lo vat soff'rè è vingt kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo lundi vingt-dous' di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè cinq et lè jonêye, i f'rè vingt-cinq.

I n'y èrè ca di s'lo et lo vat soff'rè è moins d'cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo mègui vingt-trôhh di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè dèyhh et lè jonêye, i f'rè vingt-hhèys.

I f'rè tojos di s'lo et lo vat soff'rè è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo mècredi vingt-qwète di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè onze et lè jonêye, i f'rè vingt-cinq.

I f'rè tojos di s'lo et lo vat soff'rè ca è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo jûdi vingt-cinq di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè ca onze et lè jonêye, i f'rè vingt-hhèys.

I f'rè tojos di s'lo et lo vat soff'rè è vingt kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo venr'di vingt-hhèys di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè tojos onze et lè jonêye, i f'rè vingt-(h)ieût'.

I f'rè tojos di s'lo et lo vat soff'rè è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo sèm'di vingt-sept di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè tojos onze et lè jonêye, i f'rè vingt-nûf.

I f'rè tojos di s'lo et lo vat soff'rè è dèyhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo dimanche vingt-(h)ieût' di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè trôze et lè jonêye, i f'rè trente.

I f'rè tojos di s'lo et lo vat soff'rè ca è dèyhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo lundi vingt-nûf di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè qwètôhhe et lè jonêye, i f'rè ca trente.

I n'y èrè des hhâwêyes et lo vat soff'rè è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo mègui trente di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè trôze et lè jonêye, i f'rè vingt-sept.

I n'y èrè ca des hhâwêyes et lo vat soff'rè è dèyhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo mècredi trente-et-înk di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè dôze et lè jonêye, i f'rè vingt-hhèys.

I f'rè di s'lo et lo vat soff'rè ca è dèyhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

Chattancout / Chattancourt (55 - Verdun) :

 

 

Pou le dimanche vingt-et-in don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri cinq et la journaye, i f'ri vingt'.

I f'ri don soleil et le vent soufful'ri à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le lundi vingt-daws don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri (h)uit' et la journaye, i f'ri vingt-quate.

Lis nuâges f'ront coumme in voile devant l'soleil et lo vent soufful'ri à moins d'cinq kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mârdi vingt-trois don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri onze et la journaye, i f'ri co vingt-quate.

I f'ri don soleil et le vent soufful'ri à quinze kilomètes à l'(h)eure avo dis côps d'vent à quarante.

 

Pou le mercredi vingt-quate don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri co onze et la journaye, i f'ri toujoûs vingt-quate.

I f'ri co don soleil et le vent soufful'ri à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le jeudi vingt-cinq don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri douze et la journaye, i f'ri vingt-cinq.

I f'ri toujoûs don soleil et le vent soufful'ri à quinze kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le venr'di vingt-six don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri treize et la journaye, i f'ri vingt-six.

I f'ri toujoûs don soleil et le vent soufful'ri co à quinze kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le sam'di vingt-sept don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri quatorze et la journaye, i f'ri vingt-(h)uit'.

I f'ri toujoûs don soleil et le vent soufful'ri à vingt kilomètes à l'(h)eure avo dis côps d'vent à quarante.

 

Pou le dimanche vingt-(h)uit' don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri quinze et la journaye, i f'ri trente.

I f'ri toujoûs don soleil et le vent soufful'ri à quinze kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le lundi vingt-neuf don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri seize et la journaye, i f'ri vingt-neuf.

I n'y ari dis hôlayes et le vent soufful'ri co à quinze kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mârdi trente don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri co seize et la journaye, i f'ri vingt-cinq.

I n'y ari co dis hôlayes et le vent soufful'ri à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mercredi trente-et-in don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri toujoûs quatorze et la journaye, i f'ri co vingt-cinq.

I f'ri don soleil et le vent soufful'ri à quinze kilomètes à l'(h)eure.

 

 

 

Failly (57 - Metz) :

 

 

Po lo dimanche vingt-et-înk don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè qwète et lè jonâye, i f'rè vingt-dous'.

I f'rè don s'la et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo lundi vingt-dous' don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè sept et lè jonâye, i f'rè vingt-hhihh.

I f'rè ca don s'la et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mârdi vingt-treûhh don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè onze et lè jonâye, i f'rè ca vingt-hhihh.

I f'rè tojos don s'la et lo vent hhoffeuyerè è vingt kilomètes è '(h)oûre èva des coups d'vent è quarante-cinq.

 

Po lo mèkeurdi vingt-qwète don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè ca onze et lè jonâye, i f'rè ca vingt-cinq.

Lo temps vâ s'rèkiairi et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jeudi vingt-cinq don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè dôze et lè jonâye, i f'rè vingt-sept.

I f'rè don s'la et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo venr'di vingt-hhihh don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè ca dôze et lè jonâye, i f'rè vingt-(h)ut'.

I f'rè ca don s'la et lo vent hhoffeuyerè è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo sèm'di vingt-sept don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè trôze et lè jonâye, i f'rè vingt-nieuf.

I f'rè tojos don s'la et lo vat hhoffeuyerè è vingt kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo dimanche vingt-(h)ut' don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè qwètoûhhe et lè jonâye, i f'rè trente-et-înk.

I f'rè tojos don s'la et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes èn l'(h)oûre.

 

Po lo lundi vingt-nieuf don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè sôze et lè jonâye, i f'rè ca trente-et-înk.

I n'y èrè des halâyes et lo vent hhoffeuyerè è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mârdi trente don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè quinze et lè jonâye, i f'rè vingt-sept.

I n'y èrè ca des halâyes et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mèkeurdi trente-et-înk don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè qwètoûhhe et lè jonâye, i f'rè vingt-hhihh.

I f'rè don s'la et lo vent hhoffeuyerè ca è dihh kilomètes è l(h)oûre.

 

 

 

Lo Vèyti / Le Valtin (88 - haut do HHlouhh / col de la Schlucht) :

 

 

Po lo dîmonche vingt-et-în do moûs d'mai :

Tempèratûres ; lè neût, i fairè qwète et lè jonâye, i fairè dêhh-sept.

I fairè do s'lo et lo vat soff'rè è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo lîndi vîngt-dous' do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè hhés et lè jonâye, i fairè vîngt-et-în.

I fair co do s'lo et lo vat soff'rè è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mwâdi vîngt-trâhh do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè dêhh et lè jonâye, i fairè vîngt-dous'.

Lo taps vè s'rèkiaihhi et lo vat soff'rè è quînze kilomètes è l'(h)oûre èvo dis kûnps d'vat è quarante.

 

Po lo meurkedi vîngt-qwète do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè co dêhh et lè jonâye, i fairè vîngt-et-în.

I fairè do s'lo et lo vat soff'rè è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jûdi vîngt-cînq do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè tocoûs dêhh et lè jonâye, i fairè co vîngt-dous'.

I fairè co do s'lo et lo vat soff'rè co è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo vâr'di vîngt-hhés do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè onze et lè jonâye, i fairè vîngt-trâhh.

I fairè tocoûs do s'lo et lo vat soff'rè è quînze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo sèm'di vîngt-sept do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè dôze et lè jonâye, i fairè vîngt-qwète.

I fairè tocoûs do s'lo et lo vat soff'rè è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo dîmonche vîngt-(h)eût' do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè trôze et lè jonâye, i fairè vîngt-hhés.

I fairè tocoûs do s'lo et lo vat soff'rè co è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo lîndi vîngt-nûf do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè qwètôhhe et lè jonâye, i fairè co vîngt-hhés.

Il y èrè dis rahhies et lo vat soff'rè tocoûs è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mwâdi trente do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè co qwètôhhe et lè jonâye, i fairè vîngt-qwète.

Il y èrè co dis rahhies et lo vat soff'rè tocoûs è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo meurkedi trente-et-în do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè trôze et lè jonâye, i fairè vîngt-trâhh.

I fairè do s'lo et lo vat soff'rè tocoûs è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 19:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Lo bon(h)omme de pain d'èpice (dousieume leçon)

Dousieume leçon (patois messin)

 

    Lo bon(h)omme de pain d'èpice

    Lo piat Jeuson sèveût bien lîre depeus l'âge de cinq ans : ç'ateût sè mâmiche qu'li èveût epprîns. V'sèveûz-ti d'quée façon ?... Èva în bon(h)omme de pain d'èpice.
    Lo Jeuson im.meût tot-piein lo pain d'èpice, et quand 'l eu vu ç'lè, sè mâmiche è 'maginé lo jo qu'il è èvu cinq ans, d'li eppenre ses lattes, en mattant, d'conte l'èbécé, în grand bon(h)omme de pain d'èpice.
    An lo wèyînt d'coté, il èveût i chèpé d'gènèral et în sâbre sus lo coté. ; sè figûre et tout' so coûrps atînt, è l'endreût, neûrs et r'luhants comme don vernis, mâs l'envêhh ateût d'în jaune bruyeu et pâlat ; so nez ateût bien pus grand qu'ses pieuds, qu'an p'lînt treuver bien piats po sè teille.
    Te wès beun' ç't'(h)omme-lè, qu'è dit lè vieuille fomme au Jeuson ; i s'rè tot-lè è tout' nas l'çons ; mâs chèque fwès qu't'èrès bien epprîns tè l'çon, t'èrés lo dreût d'en mingeu ène câille ; te commencerès par où'st-ce que t'vourés.
    Les premîns jos, lo bon(h)omme dèrangeût lo Jeuson ; 'l ateût bien pus grand comme bon(h)omme de pain d'èpice qu'lo Jeuson comme afant, d'façon qu'lo Jeuson s'fèyeût l'effet don Piat Poucet d'conte l'ogre ; mais bientoût l'idée de mingeu l'ogre l'è rèhhhurieu, et comme lè septieume leçon èveût ètu lè bonne, sè mâmiche li è dit : te pieux c'mmencieu.
    'L è eggripcheu tot d'hhute lo nez... Èprès lo nez, lè mergolatte y è pessé, et peus lo chèpé d'soudârd, et peus è lè foûhhe, èprès des longes enfoûhhes et eune hhute de bonnes et de manres leçons, au bout d'qwète mwès d'trèveil, l'afant sèveût lîre, et les doux talons don gènèral, v'nus i poû duhhs èva l'âge, mâs werdant tojos i bwin got, ont ètu envaye dans lè boche don piat lihou, comme lè dârieune enguèjûre de sè victwêre.

                    Ernest Legouyé,
                    Nas feus et nas feuilles


Mots compliqués : mâmiche : grand-mère ; im.meût : aimait ; d'conte : à côté ; èbécé : alphabet ; r'luhants : brillants ; envêhh : envers ; bruyeu : terne ; pâlat : pâle ; an p'lînt : on pouvait ; tot-lè : là (tout-là) câille : morceau ; afant : enfant ; rèhhurieu : rassuré ; eggripcheu : saisi ; tot d'hhute : tout de suite ; mergolatte : menton ; soudârd : soldat ; è lè foûhhe : enfin ; enfoûhhes : efforts ; hhute : suite ; duhhs : durs ; èva : avec ; werdant : gardant ; envaye : partis, disparus ; lihou : lecteur ; enguèjûre : gage.

 

Grammaire

Conjugaison de mingeu (manger) et pesser (passer) au présent de l'indicatif

j'minge, te minges, i minge, elle minge, j'mingeans, v'mingeûz, is mingent, elles mingent

j'pesse, te pesse, i pesse, elle pesse, j'pessans, v'pesseûz, is pessent, elles pessent

 

Les adjectifs démonstratifs :

Ço … -ceu, ço … -lè (ce … -ci, ce … -là) ; ceut’… -ceu, ceut’ … -lè (cet … -ci, cet … -là) ; ceutte … -ceu, ceutte … -lè (cette … -ci, cette … -là) ; ces … -ceu, ces … -lè (ces … -ci, ces … -là)

Les pronoms démonstratif :

Lo çu (celui) - lè çue (celle) - les çus (ceux) - les çues (celles)
Cite-ceul (celui-ci) – cite-el (celui-là) ; Cète-ceul (celle-ci) – Cète-el (celle-là) ; cêtes-ceul (ceux-ci, celles-ci) – cêtes-el (ceux-là, celles-là)
Ç' (ce) - (ça) - ç'lè (cela)

 

    a)     Lo Joson, lo Baptiste
        Quand on emploie un nom propre de personne dans un récit, on met l'article devant.

    b)    On
        Contraction de dans + lo. On le traduit par "au" mais a le sens de "dans le".

    c)    Po, por
        Devant un pronom personnel, po devient por : por meu, por teu, por lu, por lèye, por nos, por vos, por zoûs (pour moi, pour toi, pour lui, pour elle, pour nous, pour vous, pour eux / elles / soi)

 

Questions :

 

D'quée façon qu'lo Jeuson eu epprîns è lîre ?
Poquè qu'sè mâmiche eu 'maginé ceutte façon-lè ?
D'heûz comment qu'ast lo bon(h)omme de pain d'èpice ?
Quand ast-ce qu'lo Jeuson eu c'mmencieu è lo mingeu ?
Par où'st-ce que'l eu c'mmencieu ? Et èprès ?
Quand ast-ce que'l eu fât d'lo mingeu ?

 

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Atlas sonore des langues régionales de France

Lo côp-ci, je f'rai în pô de rèkiâme pou ène pâge Internet wace qu'on pût auyi tout' les langues qu'on cause en France / Cette fois, je ferai un peu de pub pour une page Internet où l'on peut entendre toutes les langues régionales.

 

Atlas sonore des langues régionales de France

Une même fable d'Ésope peut être écoutée et lue en français (en cliquant sur Paris) et dans une centaine de variétés de langues régionales (en cliquant sur les différents points de la carte)

https://atlas.limsi.fr

Voce lè même fiâwe das des âtes patwès / Voici la même fable dans d'autres patois lorrains :

 

    Cumières (55) :

    Le hîle et l'soleil s'attrapint, châcun certifiant qu'il itat l'pus foût, quand il' ont vu in voyageur qui s'avançat, atourtilli das s'mantî. Is s'ont mins d'accoûrd qu'le çaw qu'arriv'rat l'prumay à fâre oûter s'mantî au voyageur s'rat ripî coumme le pus foût. Alors, le hîle s'i mins à souffler d'tourtous sis forces mâs pus i soufflat, pus l'voyageur sârrat s'mantî autoû d'lu et à la fin, le hîle i r'nonci à li fâre oûter. Alors, le soleil i coummenci à brilli et au bout d'in moument, le voyageur, richauffé, i oûté s'mantî. Ainlà, le hîle i duvu r'counnaîte que l'soleil itat l'pus foût dis daws.

    Dombras (55) :

    Le hîle et l'soleil s'disputint, chakin dijant qu'il atoyt l'pus foûrt, quand 'l ont vu in voyageur qui s'avançoyt, sarray das s'manté. Is s'ont mins ègâl que l'çaw qu'arriv'royt l'premî à fâre roûtay s'manté au voyageur s'royt r'wâti coumme l'pus foûrt. Alors, le hîle s'è mins à choufflay d'toutes ses forces mâs pus i chouffloyt, pus l'voyageur sarroyt s'manté autoû d'lu et à la fin, l'hîle è r'nonci à li fâre roûtay. Alors, l'soleil è coummenci à brilli et au bout d'in moument, l'voyageur, rèchauffi, è roûtay s'mantî. Éla, le hîle è douveu r'counnaîte que l'soleil atoyt l'pus foûrt des daws.

    Brillon (55) :

    La bîse et le s'lo s'disputint, chècun assurant qu'il atôt l'pus foût, quand il' avont vu in voyageur que s'avançôt, ratourtilli dans s'manté. Is s'avont mins d'accôrd que l'cîte qu'arriv'rôt l'proumer à fayre dèfûre s'manté au voyageur s'rôt r'wayté coumme le pus foût. Alors, la bîse s'è mins à souffler d'toutes sos foûrces mâs pus elle soufflôt, pus l'voyageur sarrôt s'manté à l'entou d'lu et à la fin, la bîse è r'nonci à li fayre dèfûre. Alors, le s'lo è coummenci à brilli et au bout d'in moument, le voyageur, rèchauffi, è dèfut s'manté. Ainlà, la bîse è du r'cunneuyte que le s'lo atôt l'pus foût dos daws.

    Fontoy (57) :

    La bîje et lé soleil s'disputint, chakin proumettant qu'il oteut l'pus fôrt, quand il' ont vu in voyageur que s'avanceut, entortilli dans s'manté. Is s'ont mins d'accôrd que l'ceu qu'arriv'reut l'premier à fâre roûtay s'manté au voyageur s'reut r'garday comme lé pus fôrt. Alors, la bîje s'è mins à chouffyi d'tourtous ses forces mâs pus elle chouffieut, pus l'voyageur sârreut s'manté autoû d'lu et à la fin, la bîje è du r'nonci à li fâre roûtay. Alors, lé soleil è commenci à r'lûre et au bout d'in moument, lé voyageur, rèchauffi, è roûtay s'manté. Anlà, la bîje è du r'counnaîte que l'soleil oteut l'pus fôrt des daws.

    Saulny (57) :

    Lè bîhhe et lo s'lo s'disputint, chèkin promottant que'l oteût lo pus foût, quand 'l ont vu in wèyègeou que s'èvanceût, entorteillè dans so manté. Is s'ont mins d'eccoûrd qu'lo çu qu'erriv'reût lo premin è fâre roûtè so manté au wèyègeou s'reût r'wâtiè comme lo pus foût. Èloûrs, lè bîhhe s'è mins è hhoffiè d'totes ses foûhhes mâs pus elle hhoffieut, pus lo wèyègeou sârreût so manté auto d'lu et è lè fin, lè bîhhe è du r'nonciè è li fâre roûtè. Èloûrs, lo s'lo è commenciè è r'lûre et au bout d'in moment, lo wèyègeou, rèhhauffiè, è roûtè so manté. Anlè, lè bîhhe è du r'connohhe que lo s'lo oteût lo pus foût des dous'.

    Domèvre-en-Haye (54) :

    Lè bîhhe et le s'law s'disputint, chècun èhhurant que'l ètôt le pus fôt, quand 'l ont veu in voyageur que s'èvançôt, otout'yi dos s'manté. Is s'ont mins d'eccord qu'le çu qu'erriv'rôt le proumèy è fâre rôter s'manté au voyageur s'rôt r'wâti comme le pus fôt. Alors, lè bîhhe s'è mins è hhoufyi d'toutes ses fôhhes mâs pus elle hhouffiôt, pus le voyageur sârrôt s'manté èlotou d'lu et è lè fin, lè bîhhe è deu r'nonci è li fâre rôter. Alors, le s'lo è c'mmoci è brilli et au bout d'in moument, le voyageur, rèchauffi, è rôté s'manté. Anlè, lè bîhhe è deu r'counn'hhi qu'le s'lo ètôt l'pus fôt des daws.

    Saint Quirin (57) :

    Lè bîhhe et lo s'lo s'dispitênent, chèkîn èhhîrant qué'l otôr lo pis fwot, quand 'l ont vi în wèyageou que s'èvançôr, intot'yé dons so manté. Is s'ont mis d'eccôrd qu'lo cite qu'erriv'rât lo prémer è li faire rôtè so manté â wèyageou s'rât r'wâtié comme lo pis fwot. Et pis, lè bîhhe s'è mis è soffié d'totes ses fwohhes mais pis elle soffiôr, pis lo wèyageou sorrôr so manté âto d'li et è lè fîn, lè bîhhe è douvi r'noncié è li faire rôtè. Et pis, lo s'lo è c'mmoncié è r'lîre et â bout d'în moment, lo wèyageou, rèhhâffié, è rôtè so manté. Ainlè, lè bîhhe è douvi rèk'nnonhhe qu'lo s'lo otôr lo pis fwot des dous'.

    Einvaux

    Lè bîhhe et lo s'lo s'disputint, chèkin d'hant qu'i 'tôt lo pus fôrt, quand 'l ont vu în wèyègeou que s'èvançôt, sêrré das so manté. Is s'ont mis d'accôrd qu'lo çu qu'erriv'rôt lo premèy è faire rôter so manté au wèyègeou s'rôt r'wêti comme lo pus fôrt. Alôrs, lè bîhhe s'è mis è soffyi d'tout' ses forces mais pus elle soffiôt, pus lo wèyègeou sêrrôt so manté è l'ento d'lu et è lè fin, lè bîhhe è r'nonci è li faire rôter. Alôrs, lo s'lo è c'mmenci è beilli et au bout d'i moment, lo wèyègeou, rèchauffi, è rôté so manté. Anlè, lè bîhhe è d'vu r'kennahhe qu'lo s'lo 'tôt lo pus fôrt.

    Saxon

    Lè bîse et lo s'lo s'disputint, chètyin d'jant que'l ètôt lo pus fôrt, quand 'l ont vu în wèyègeou que s'èvançôt, sêrré das so manté. Is s'sont mis d'accôrd qu'lo çun' qu'erriv'rôt lo promèy è faire rôter so manté au wèyègeou s'rôt r'wêti comme lo pus fôrt. Alôrs, lè bîse s'è mis è soffyi d'tout' ses fôches mais pus elle soffiôt, pus lo wèyègeou sêrrôt so manté èlento d'lu et è lè fin, lè bîse è r'nonci è li faire rôter. Alôrs, lo s'lo è comminci è beilli et au bout d'in momat, lo wèyègeou, rèchauffi, è rôté so manté. Ainlè, lè bîse è douyi r'conn'chi qu'lo s'lo ètôt lo pus fôrt.

    Fontenoy-la-Joûte (54) :

    Lè bîhhe et lo s'lo s'desputôr, chèkîn d'hant qu'i tôr lo pius fwot, quand 'l ont vu în vwéyègeou que s'èvançôr, rintot'yé dons so manté. Is s'ont mis mottu d'eccwod qu'lo çu qu'erriv'rât lo prèmer è faire rôter so manté â vwéyègeou s'rât r'wêtié comme lo pius fwot. Eh bin, lè bîhhe s'è mottu è soffié d'tortotes ses fwohhes mais pius elle soffiôr, pius lo vwéyègeou sârrôr so manté è l'ento d'lu et è lè fîn, lè bîhhe è du r'noncié è li faire rôter. Eh bin, lo s'lo è c'mmoncié è brillé et â bout d'în moment, lo vwéyègeou, r'hhâffié, è rôté so manté. In.nè, lè bîhhe è du r'k'nnonhhe qu'lo s'lo 'tôr lo pius fwot des dous'.

    Uriménil (88) :

    Lè bîhhe et lo s'lo s'dispûtînt, chècun d'hant qu'i 'tait lo fwôt, quand 'l ont vu în wéyègeou que s'èvançait, env'loppé dos so manté. Is s'ont mis d'accôrd qu'lo çute qu'erriv'rôt lo premèy è faire rôtè so manté au wéyègeou s'rôt r'wâtié comme lo pus fwôt. Alors, lè bîhhe s'è mis è soffiè d'tortotes ses fwôhhes mais pus elle soffiait, pus lo wéyègeou serrait so manté auto d'lu et è lè fîn, lè bîhhe è du r'noncé è li fâre rôtè. Alors, lo s'lo è ecc'mmocé è r'lûre et au bout d'în momot, lo vwéyègeou, rèhhauffié, è rôtè so manté. Dînè, lè bîhhe è du r'kénnohhe qu'lo s'lo 'tait lo pus fwôt des dous'.


    Gérardmer (88) :

    Lè bîhe et lo s'lo s'dispitêt, chèkîn d'hant qu'i tait lo pus fôt, quod es voyont în voyageur que s'èvançait, èrôtyi dos so manté. Es s'botont d'eccôd qu'lo çu qu'erriv'rôt lo prémèy è fâre rôtè so manté au voyageur s'rôt r'wâti îno qu'lo pus fôt. Alors, lè bîhe s'botè è soffiè d'totes sès fôhhes mâs pis elle soffiait, pis lo voyageur serrait so manté auto d'lu et è lè fîn, lè bîhhe d'vè r'nonci è li fâre rôtè. Alors, lo s'lo èhochè è r'lîre et au bout d'în momot, lo voyageur, rèhhauffi, rôtè so manté. Dîno, lè bîhe d'vè r'kennohhe qu'lo s'lo 'tait lo pis fôt dès dous'.

    La Bresse (88) :

    Lè bîhe et lé s'lo s'disputêtent, tchèkîn èhheûrant qu'i 'tat lé pus fwôt, quand es wayeûtent în woiyadjeûr que s'èvancit, èrôta dos s'manté. Es s'boteûtent d'eccwôd qu'cé qu'erriv'reut l'peurmer è fâre rôta s'manté au woiyadjeûr s'reut r'wêtié însi qu'lé pus fwôt. Alôrs, lè bîhe s'boteut è soffiè d'tertotes sâs fwôhhes mâs pus elle soffyit, pus lo woiyadjêûr sârrit s'manté auto d'lé et è lè fîn, lè bîhe d'weut r'noncié è li fâre rôta. Alôrs, lé s'lo ehontcheut è brillé et au bout d'ène passôe, lo woiyadjeûr, rèhhauffié, rôteut s'manté. Îno, lè bîhe d'weut r'kennohhe qu'lé s'lo 'tat l'pus fwôt dâs dous'.

    Fraize (88) :

    Lè bîhe et lo s'lo s'disputant, tchèkî d'hant qu'il îre lo pus foût, quand is wèyeûnent în vouyèdju que s'èvancit, ètô'i das so manté. Is s'boteûnent d'accôrd qu'çu qu'erriv'rôt lo premer è faire rôtè so manté au vouyèdju s'rôt r'wêti comme lo pus foût. 'Lors', lè bîhe s'boteut è soffiè d'tout' sis foûhhes mais pus elle soffiait, pus lo vouyèdju sarrait so manté è l'èronde de leu et è lè fi, lè bîhe d'weut r'nonci è li faire rôtè. 'Lors', lo s'lo èhacheut è eur'dennè et au bout d'în bran, lo vouyèdju, rèhhauffi, rôteut so manté. Dîna, lè bîhe d'weut r'kennahhe qu'lo s'lo îre lo pus foût dis dus'.


    Fresse-sur-Moselle (88) :

    Lè bîje et lé s'lôy s'disputînt, tchècun èchurant qu'è 'tét l'pus fwôt, quand es wayeûrent în vouyèdjou que s'èvancét, sârra dõs s'manté. Es s'boteûrent d'eccwôd qu'l'aute-l'ote qu'erriv'rat l'premer è fâre rôta s'manté au vouyèdjou s'rat r'wêtié comme lé pus fwôt. Alôrs, lè bîje s'boteut è soffiè d'tertotes ses fwôches mâs pus elle soffiét, pus lo vouyèdjou sârrét s'manté ètwo d'lu et è lè fîn, lè bîje deut r'noncié è li fâre rôta. Alôrs, lé s'lôy èhontcheut è beillé et au bout d'ène èpwesse, lé vouyèdjou, réchauffié, rôteut s'manté. Dîno, lè bîje deut r'kennohhe qu'lé s'lôy 'tét l'pus foût des dous'.

    Ranrupt (welche) (67 - Saales) :

    Lè bîhhe et lo s'lo s'chicânînt, chèkîn d'hant qu'il ère lo pus fwôt, quånd is vèyin.nent în voyageur que s'èvançait, érôtè dons so månté. Is s'mattin.nent d'accôrd qu'lo çu qu'erriv'rôt lo peurmer è faire rôtè so manté au voyageur s'rôt r'wêti comme lo pus fwôt. Alors, lè bîhhe s'matteut è soffiè d'tout' sis fwôhhes mais pus elle soffiait, pus lo voyageur sârrait so manté è lè rån.ne de lu et è lè fîn, lè bîhhe d'weut r'nonci è li faire rôtè. Alors, lo s'lo ecc'mmonceut è beilli et au bout d'în brån, lo voyageur, réhhâffi, rôteut so manté. Dainlà, lè bîhhe d'weut r'kennohhe qu'lo s'lo ère lo pus fwôt dis dous'.







 




 

Posté par patoisantlorrain à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2017

Mètèo d'lè trôhîme semaine de mai

Ninvâs / Einvaux (54 - L'ninville / Lunéville) :

 

 

Pou lo dimanche qwètôhhe di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè dèyhh et lè jonêye, i f'rè dèyh-nûf.

I pourrôt y awer d'lè grale et lo vat soff'rè è cinq kilomètes è l'(h)oûre èvo des côps d'vat è swessante.

 

Pou lo lundi quinze di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè (h)ieût' et lè jonêye, i f'rè vingt-dous'.

Lo taps vè s'rèkairi et lo vat soff'rè è moins d'cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mègui sôze di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè hhèys et lè jonêye, i f'rè vingt-cinq.

I f'rè di s'lo et lo vat soff'rè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mècredi dèyhh-sept di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè dèyhh et lè jonêye, i f'rè vingt-(h)ieût'.

I f'rè ca di s'lo et lo vat soff'rè è dèyhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jûdi dèyh-(h)ieût' di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè trôze et lè jonêye, i f'rè vingt-dous'.

Lo taps vè s'rèkairi et lo vat soff'rè è moins d'cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo venr'di dèyh-nûf di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè dèyhh et lè jonêye, i f'rè trôze.

I piûrè et lo vat soff'rè è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo sèm'di vingt' di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè cinq et lè jonêye, i f'rè sôze.

I n'y èrè quèques hhâwêyes et lo vat soff'rè è moins d'cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

 

Chattancout / Chattancourt (55 - Verdun) :

 

 

 

Pou le dimanche quatorze don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri dix et la journaye, i f'ri dix-(h)uit'.

I pourrat y awoi d'l'orâge et le vent soufful'ri à quinze kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le lundi quinze don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri sept et la journaye, i f'ri vingt-et-in.

Le temps vâ s'iclaircir et le vent soufful'ri à moins d'cinq kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mârdi seize don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri dix et la journaye, i f'ri vingt-quate.

I f'ri don soleil et le vent soufful'ri à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mercredi dix-sept don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri treize et la journaye, i f'ri vingt-(h)uit'.

I f'ri co don soleil et le vent soufful'ri à quinze kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le jeudi dix-((h)uit' don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri quinze et la journaye, i f'ri dix-neuf.

I n'y ari dis hôlayes et le vent soufful'ri à moins d'cinq kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le venr'di dix-neuf don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri neuf et la journaye, i f'ri quatorze.

I n'y ari quèques hôlayes et le vent soufful'ri à quinze kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le sam'di vingt' don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri sept et la journaye, i f'ri dix-sept.

I n'y ari co quèques hôlayes et le vent soufful'ri à cinq kilomètes à l'(h)eure.

 

 

 

 

Failly (57 - Metz) :

 

 

 

Po lo dimanche qwètoûhhe don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè nieuf et lè jonâye, i f'rè dih-nieuf.

I pourreût y awer d'lè grale et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre èva des coups d'vent è swessante.

 

Po lo lundi quinze don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè nieuf et lè jonâye, i f'rè vingt-qwète.

Lo temps vâ s'rèkiairi et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mârdi sôze don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè (h)ut' et lè jonâye, i f'rè vingt-hhihh.

I f'rè don s'la et lo vent hhoffeuyerè ca è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mèkeurdi dihh-sept don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè onze et lè jonâye, i f'rè vingt-nieuf.

I f'rè ca don s'la et lo vent hhoffeuyerè è vingt kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jeudi dih-(h)ut' don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè quinze et lè jonâye, i f'rè vingt-et-înk.

I n'y èrè dis halâyes et lo vent hhoffeuyerè è moins d'cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo venr'di dih-nieuf don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè dihh et lè jonâye, i f'rè qwètoûhhe.

I pieurè et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo sèm'di vingt' don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè (h)ut' et lè jonâye, i f'rè dih-(h)ut'.

I n'y èrè quèques halâyes et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

 

Lo Vèyti / Le Valtin (88 - haut do HHlouhh / col de la Schlucht) :

 

 

 

Po lo dîmonche qwètôhhe do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè co nûf et lè jonâye, i fairè sôze.

I pourrôt y avoû dè grale et lo vat soff'rè co è cînq kilomètes è l'(h)oûre èvo dis kûnps d'vat è swessante-cînq.

 

Po lo lîndi quînze do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè hhés et lè jonâye, i fairè dêhh-sept.

Lo taps vè s'rèkiaihhi et lo vat soff'rè è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mwâdi sôze do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè (h)eût' et lè jonâye, i fairè vîngt-et-în.

I fairè do s'lo et lo vat soff'rè è mons d'cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo meurkedi dêhh-sept do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè dêhh et lè jonâye, i fairè vîngt-qwète.

I fairè co do s'lo et lo vat soff'rè co è mons d'cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jûdi dêh-(h)eût' do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè trôze et lè jonâye, i fairè dêh-nûf.

Le temps vâ s'rèkiaihhi et lo vat soff'rè è mons d'cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo vâr'di dêh-nûf do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè sept et lè jonâye, i fairè dêhh.

I pioûrè et lo vat soff'rè è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo sèm'di vîngt' do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè trâhh et lè jonâye, i fairè dôze.

Il y èrè quèques rahhies et lo vat soff'rè è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les grandes èrailles di piat Louis

LES GRANDES ÈRÔILLES DI P’TIT LOUIS (patwès d'Font'no) :

        Lo fés di Monmond èvôr des èrôilles qu’i crè’ôr pius grandes qué lè normale. Tortot ç’lè, pace qué lo Bernârd, lo fés di potron di câfè d’l’Union s’foutôr dé lu è lè rècrèâtion.
        Lo P’tit Louis, ‘l è des grandes èrôilles.
        Lo P’tit Louis, ‘l è des grandes èrôilles.
        Si tant et si bié qué, hontoux d’lu, i n’v’lôr pius oller è l’ècôle.
        J’in ai mârre qu’on s’fouteuhhe dé mi sons errêt.
        Ècoute, qu’i è rèpété pou lè dôziéme fwos lo Monmond, n’ècoute jémâs les gens qué critiquont sovont è twot et è trèviês, laiye-les câser et pesse to ch’mîn.
        Mais so fés n’v’lôr mi rintiôre et crè’ôr qué’l èvôr des grandes èrôilles.
        In jo, lo Monmond è dit è so fés :
        Démain, j’t’in.moune â morchié d’Boccorot èvon mi. Is s’on in ollé dé bwin mètîn, lo Monmond sus lo ch’vâ et lo p’tiot hoyant incôte dé lu.
        È l’ontrée di morchié, des brâves commerçants qué ‘tôr è tâye è lè terresse di câfè, ont heuchié lo Monmond.
        Eh bin Monmond, mi trop fièpi, t’n’es mim.me point d’pitié pou to fés qu’è fait hheuhh kilomètes è piéd. Té pourrâs laiyi lè pièce ins jon.nes !
        Lo Monmond è dit â P’tit Louis.
        T’es bié n-auyi mo fés, lè s’min.ne qué viét, té r’viés èvon mi â morchié.
        Lè s’min.ne d’èprès, lo Monmond et co lo P’tit Louis ont chingié d’pièce. Lo fés è monté sus lo ch’vâ, et lo pêre è hoyé incôte dé lu.
        È l’ontrée di morchié d’Boccorot, les mim.mes brâves commerçants qué ‘tôr è tâye è lè terresse di câfè, vwé’ant lo pêre et co lo fés :
        Eh bin, P’tit Louis, t’n’es point honte, è t’n âge, d’ête sus lo dôs di ch’vâ quand to pêre è trèveillé tote sè vie pou t’èl’ver !
        Lo Monmond è dit â P’tit Louis :
        T’es bié n-auyi, lè s’min.ne qué viét, té r’vanrès èvon mi â morchié.
        Lè s’min.ne d’èprès, lo Monmond et co lo P’tit Louis s’ont in ollé dé bwin mètîn pou lo morchié d’Boccorot et ont sint è piéd lo ch’vâ.
        È l’ontrée di morchié, tojos les mim.mes brâves commerçants qu’prâchôr in les r’wêtant :
        R’wêtez vâr les doux couillons-lè ! Lo Monmond et co lo P’tit Louis, on n’vos è j’mâs eppris qu’on pueût monter sus în ch’vâ ! ?
        Lo Monmond è dit è so fés :
        T’es bié n-auyi, lè s’min.ne qué viét, té r’vanrès èvon mi â morchié.
        Lè s’min.ne d’èprès, è cînquante mètes di morchié, lo Monmond et co lo P’tit Louis ont pris lo ch’vâ sus zus èpâles (Ç’tôr în p’tit ch’vâ, în tot p’tit ch’vâ) et ont errivé in.nè â morchié.
        Les brâves commerçants ont fait tromouler zus godots tant is s’toquôr sus zute vente.
        Vos vwé’ez les doux èbrutis-lè, fât les infromer è Marinville. Is poutiont zute chévâ è lè pièce dé monter d’ssus.
        Lo Monmond è dit è so fés, lo P’tit Louis :
        T’es bié n-auyi, mo fés, et t’es vu d’tes eux, mâgré qu’té fai’euhhes, mâgré qu’té d’heuhhes, les vwèsîns, les èmis, les âtes et co les çus qué n’t’im.mont-m’, treuv’ront tojos è pinâillé, è critiquer et co è r’dière. I n’fât j’mâs ècouter ç’qué d’hont les gens ; et in pius’, ç’ost zôs les foutues bêtes, is n’ont-m’ vu mim.me qu’t’èvôr des grandes èrôilles !


Lis grandes orailles don piot Louis (patois d'Cum'nêres) :

    Le fis don Monmond avat dis orailles qu'i croyat pus grandes que la normale. Tourtout ç'la, pace que l'Bernard, l'fis don patron don cafè d'l'Union s'foutat d'lu à la rècrèâtion.
    L'piot Louis, il i dis grandes orailles.
    L'piot Louis, il i dis grandes orailles.
    Si tant et si bin que, hontaws d'lu, i n'voulat pus aller à l'icôle.
    J'a n-â mârre qu'on s'foutît d'mi sans arrêt.
    Icawte, qu'li i ripété pou la dawsîme fois l'Monmond, n'icawte jamâs lis gens qui critiquont souvat à tort et à travîs, lâsse-lis causer et passe te ch'min.
    Mâs s'fis n'voulat-m' a dimoûrde et croyat qu'il avat dis grandes orailles.
    In joû, l'Monmond i dit à s'fis :
    D'main, j't'amoune au marchi d'Baccarat avo mi. 'L ont a n-allé d'bon matin, l'Monmond sus l ch'vau et l'piot marchant d'vês lu.
    À l'entraye don marchi, dis brâves commerçants qu'itint à tâbe à la terrasse don cafè, ont app'lé l'Monmond.
    Eh bin, Monmond, mi trop hodé, t'n'is même poit d'pitié pou t'fis qu'i fât six kilomètes à pîd. T'pourroys lâssi la place aux joûnes !
    L'Monmond i dit au piot Louis :
    T'is bin oyi, m'fis, la s'mèyne qui vint, te r'vins avo mi au marchi.
    La s'mèyne d'après, lo Monmond aco l'piot Louis ont chingi d'place. L'fis i monté sus le ch'vau, et l'père i marchi d'vês lu.
    À l'entraye don marchi d'Baccarat, lis mêmes brâves commerçants qu'itint à tâbe à la terrasse don cafè, woyant l'père aco l'fis :
    Eh bin, piot Louis, t'n'is poit honte, à te n-âge, d'îte sus l'doûs don ch'vau quand t'père i travailli toute sa vie pou t'iluver !
    L'Monmond i dit au piot Louis :
    T'is bin oyi, la s'mèyne qui vint, te r'vinris avo mi au marchi.
    La s'mèyne d'après, l'Monmond aco l'^piot Louis ont a n-allé d'bon matin pou lo marchi d'Baccarat et ont seuyvi à pîd le ch'vau.
    À l'entraye don marchi, toujoûs lis mêmes brâves commerçants qui pârlint a lis ripiant :
    Ripiez woir cis daws couillons-là ! L'Monmond aco l'piot Louis, on n'v'i jamâsapprins qu'on peut monter sus in ch'vau ?
    L'Monmond i dit à s'fis :
    T'is bin oyi, la s'mèyne qui vint, te r'vinris avo mi au marchi.
    La s'mèyne d'après, à cinquante mètes don marchi, l'Monmond aco l'piot Louis ont prins le ch'vau sus loûs ipaules (C'itat in piot ch'vau, in tout piot ch'vau) et ont arrivé ainlà au marchi.
    Lis brâves commerçants ont fât trembler loûs godats tant is s'tapint sus loû boud'latte.
    V'woyez cis daws abrutis-là, i faut lis afermer à Maréville. Is poûrtont loû ch'vau à la place de monter d'ssus.
    L'Monmond i dit à s'fis, l'piot Louis.
    T'is bin oyi, m'fis, et t'is vu d'tis oils, malgré que t'fayîs, malgré que t'disîs, lis voisins, lis amis, lis autes aco çaws qui n't'aimont-m', trouv'ront toujoûs à pinâiller, à critiquer aco à r'dîre. I n'faut jamâs icawter ç'que disont lis gens, et a pus', ç'ast zaws lis foutues bîtes, is n'ont même poit vu qu't'avoys dis grandes orailles.

Posté par patoisantlorrain à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 mai 2017

Lo bouchon de liège

Einvaux

 

LO BOUCHON de liège

1. Qu'ôstc-e qu'enleuve l'(h)ômme-lè ?
2. Qu'ôst-ce que fait lo bouchon qu'ast plongi das l'âwe ?
3. Pourqwè qu'lo grôs bouchon èvôt pouyu rentrer das l'ètrôt cô ?
4. Lo bouchon laiye-ti pesser l'âwe ou bin i n'lè laiye mi pesser ?
5. Qu'ôst-ce que monteure l'ècôhhe di châne-liège ?
6. Qu'ôst-ce qu'on dècôpe final'mat das les bandes d'ècôhhe ?

R'wêtas bin : 1. I bouchon : quée couleur que'l è ? Qu'ôst-ce que j'wèyas sus lo bouchon ? Pesas-lo. J'tas-lo das l'âwe. 2. Enfonças-lo et peus lâchâs-lo. Sarras duhh i bouchon das lè main ; f'yas d'même èvo i bouchon que vint d'ête plongi das l'âwe bouillante ; lo bouchon ast-ti èlastique ? 3. R'tonas ène botaille pyin.ne et bouchie. 4. L'ècôhhe di châne-liège. r'wêtas bin ène câille d'ècôhhe. 5. On saye l'ècôhhe en bandes.

L'has : 1. Lo bouchon flotte sus l'âwe, 'l ast mout lahèy. Lo bouchon piaye bin et 'l ast èlastique, 'l ast ca impermèâbe, cè vût dîre qu'i n'laiye mi pesser l'âwe : i frame comme i fât les botailles. On fait les bouchons èvo l'ècôhhe di châne-liège. L'ècôhhe-lè, mout èpasse, ast faite de liège.

Rèpondas : Èvo qwè qu'on fait les bouchons ? Pourqwè qu'les ceintûres de sâvetêge des marins sont de liège ? Si lo liège laiyôt pesser l'âwe, i pourrôt-ti servi è faire des bouchons ? Pourqwè ?

Complètas : Lo bouchon que frame lè botaille n'laiye mi pesser lo vin ou bin l'âwe car lo liège, qu'is d'hont, ast...

Epparnas : Lo bouchon de liège ast dècôpé das l'ècôhhe di châne-liège.

 

Chattancourt

 

LE BOUCHON de liège

1. Qu'ast qu'enluve ç't' (h)oumme-là ?
2. Qu'ast-ce que fât le bouchon qu'ast plongi das l'awe ?
3. Pouquoi qu'lo groûs bouchon avat pouvu rentrer das l'itroit cô ?
4. Le bouchon lâsse-ti passer l'awe aw bin i n'la lâsse mi passer ?
5. Qu'ast-ce que monture l'icoûrce don chîne-liège ?
6. Qu'ast-ce qu'on dicawpe final'mat das lis bandes d'icoûrce ?

Ripians bin : 1. in bouchon : quée coulaw qu'il i ? Qu'ast-ce que j'woiyans sus lo bouchon ? Pusans-le. J'tans-le das l'awe. 2. Afonçans-le et poys lâchans-le. Sârrans foûrt in bouchon das la main ; fayans d'même avo in bouchon que vint d'îte plongi das l'awe bouillante ; le bouchon ast-ti ilastique ? R'tournans ine bouteille pleine et bouchie. 4. L'icoûrce don chîne-liège. Ripians bin in morceau d'icoûrce. 5. On soye l'icoûrce en bandes.

Lèysans : 1. Le bouchon flotte sus l'awe, il ast mawt léger. Lo bouchon ploye bin et il ast ilastique, il ast co impermèâbe, ça veut dîre qu'i n'lâsse mi passer l'awe : i ferme coumme i faut lis bouteilles. On fat les bouchons avo l'icoûrce don chîne-liège. Citte icoûrce-là, mawt ipaisse, ast fâte de liège.

Ripondans : Avo quoi qu'on fât lis bouchons ? Pouquoi qu'les ceintûres de sauvetâge des marins sont en liège ? Si lo liège lâssat passer l'awe, i pourrat-ti servi è fâre dis bouchons ? Pouquoi ?

Complètans : Le bouchon qui ferme la bouteille n'lâsse mi passer lo vin ou bin l'awe, car on dit qu'lo liège ast...

Appurnans : Le bouchon de liège ast dicawpé das l'icoûrce don chîne-liège.

 

Failly

 

LO BOCHON de liège

1. Qu'ast-ce qu'enleuve l'(h)omme-lè ?
2. Qu'ast-ce que fât lo bochon qu'ast piongeu dans l'âwe ?
3. Poquè qu'lo groûs bochon èveût pu rentrer dans lo 'treût cou ?
4. Lo bochon laihhe-ti pesser l'awe ou beun' i n'lè laihhe meu pesser ?
5. Qu'ast-ce que monteure l'ècoûhhe don chin.ne-liège ?
6. Qu'ast-ce qu'an dècoupent final'ment dans les bandes d'ècoûhhe ?

R'wâtans beun' : 1. i bochon : quée coleur que'l è ? Qu'ast-ce que j'wèyans sus lo bochon ? Pesans-lo. J'tans-lo dans l'âwe. 2. Enfonçans-lo et peus lâchans-lo. Sarrans foûrt i bochon dans lè main ; f'yans d'mim.me èva i bochon que vient d'ête piongeu dans l'awe bouillante ; lo bochon ast-ti èlastique ? R'tonans eune botaille pyin.ne et bouchâye. 4. L'ècoûhhe don chin.ne-liège. R'wâtans beun' eune câille d'ècoûhhe. 5. An sayent l'ècoûhhe en bandes.

L'hans : 1. Lo bochon flotte sus l'âwe, 'l ast mout l'gi. Lo bochon piaye beun' et 'l ast èlastique, 'l ast ca impermèâbe, cè vieut dîre qu'i n'laihhe meu pesser l'âwe : i frame comme i faut les botailles. An font les bochons èva l'ècoûhhe don chin.ne-liège. Ceutte ècoûhhe-lè, mout 'passe, ast fâte de liège.

Rèpondans : Èva qwè qu'an font les bochons ? Poquè qu'les ceintûres de sauvetêge des marins sont de liège ? Se lo liège laihheût pesser l'âwe, i pourreût-ti seurvi è fâre des bochons ? Poquè ?

Complètans : Lo bochon que frame lè botaille n'laihhe meu pesser lo vin ou beun' l'âwe car an dîhhent qu'lo liège ast...

Eppeurnans : Lo bochon de liège ast dècoupé dans l'ècoûhhe don chin.ne-liège.

 

 

Le Valtin

 

LO BOUCHO de liège

1. Qu'ôst-ce qu'enleuve l'(h)amme-la ?
2. Qu'ôst-ce que fait lo boucho qu'ast plongi das l'ôve ?
3. Poquè qu'lo groûs boucho avoût péyu ratrè das lo strât kûn ?
4. Lo boucho laihhe-ti pessè l'ôve ou bé i n'lè laihhe mi pessè ?
5. Qu'ôst-ce que moteure lè scoûhhe do châne-liège ?
6. Qu'ôst-ce qu'a dèkûnpe final'mat das lis bandes de scoûhhe ?

Spias bé: 1. în boucho : quée couleur qu'il è ? Qu'ôst-ce que j'vèyas sus lo boucho ? Soupesas-lo. J'tas-lo das l'ôve. 2. Èfonças-lo et peus lâchas-lo. Sarras duhh în boucho das lè main ; fèyas d'même èvo în boucho que vét d'ête plongi das lè keuhante ôve ; lo boucho ast-ti 'lastique ? 3. R'tonas ène botaille pieine et bouchie. 4. Lè scoûhhe de châne-liège. Spias bé ène câille de scoûhhe. 5. A sègue lè scoûhhe en bandes.
 
L'has : 1. Lo boucho flotte sus l'ôve, il ast mout léger. Lo boucho piaye bé et il ast 'lastique, il ast co impermèâbe, ça vût dîre qu'i n'laihhe mi pessè l'ôve : i frame bé n-è pwèt lis botailles. A fait lis bouchos èvo lè scoûhhe do châne-liège. Lè scoûhhe-lè, mout spasse, ast faite de liège.

Rèpondas : Èvo què qu'a fait lis bouchos ? Poquè qu'lis ceintûres de sauvetêge dis marins sot de liège ? Si lo liège laihhit pessè l'ôve, i pourrôt-ti srevi è faire dis bouchos ? Poquè ?

Complètas : Lo boucho que frame lè botaille ne laihhe mi pessè lo vi ou bé lo l'ôve car lo liège, qu'is d'hat, ast...

Eppeurnas : Lo boucho de liège ast dèkûnpè das lè scoûhhe do châne-liège.


 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 12:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2017

Mètèo d'lè dousîme semaine de mai

Ninvâs / Einvaux (54 - L'ninville / Lunéville) :

 

 

Pou lo dimanche sept di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè onze et lè jonêye, i f'rè qwètôhhe.

I n'y èrè des hhâwêyes et lo vat soff'rè è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo lundi (h)ieût' di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè (h)ieût' et lè jonêye, i f'rè trôze.

Lo taps vè s'rèkairi et lo vat soff'rè ca è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mègui nûf di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè cinq et lè jonêye, i f'rè qwètôhhe.

Lo taps vè ca s'rèkairi et lo vat soff'rè tojos è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mècredi dèyhh di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè zèrô et lè jonêye, i f'rè vingt'.

I f'rè di s'lo et lo vat soff'rè è moins d'cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jûdi onze di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè dèyhh et lè jonêye, i f'rè vingt-dous'.

I n'y èrè des hhâwêyes que pourront beilli des nouêyes et lo vat soff'rè è cinq kilomètes è l'(h)oûre èvo des côps d'vat è swessante-cinq.

 

Po lo venr'di dôze di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè dôze et lè jonêye, i f'rè vingt'.

I pourrôt y awer des nouêyes et lo vat soff'rè ca è cinq kilomètes è l'(h)oûre èvo des côps d'vat è swessante.

 

Po lo sèm'di trôze di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè onze et lè jonêye, i f'rè vingt-dous'.

I n'y èrè des hhâwêyes que pourront beilli des nouêyes et lo vat soff'rè è dèyhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

Chattancout / Chattancourt (55 - Verdun) :

 

 

Pou le dimanche sept don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri dix et la journaye, i f'ri treize.

I n'y ari dis hôlayes et le vent soufful'ri à quinze kilomètes è l'(h)eure.

 

Pou le lundi (h)uit' don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri sept et la journaye, i f'ri ca treize.

Le temps vâ s'iclaircir et le vent soufful'ri à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mârdi neuf don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri cinq et la journaye, i f'ri quatorze.

I f'ri don soleil et le vent soufful'ri co à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mercredi dix don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri trois et la journaye, i f'ri dix-neuf.

I f'ri co don soleil et le vent soufful'ri toujoûs à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le jeudi onze don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri dix et la journaye, i f'ri vingt-et-in.

I n'y ari quèques hôlayes et le vent soufful'ri à vingt kilomètes à l'(h)eure avo dis côps d'vent à cinquante.

 

Pou le venr'di douze don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri onze et la journaye, i f'ri vingt'.

I pourrat y awoi dis orâges et le vent soufful'ri à cinq kilomètes è l'(h)eure avo dis côps d'vent à soixante.

 

Pou le sam'di treize don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri co onze et la journaye, i f'ri dix-neuf.

I n'y ari dis hôlayes qui pourront bailli dis orâges et le vent soufful'ri à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

 

 

Failly (57 - Metz) :

 

 

Po lo dimanche sept don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè onze et lè jonâye, i f'rè quinze.

I n'y èrè dis halâyes et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo lundi (h)ut' don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè sept et lè jonâye, i f'rè qwètoûhhe.

Lo temps vâ s'rèkiairi et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mârdi nieuf don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè qwète et lè jonâye, i f'rè quinze.

I f'rè don s'la et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mèkeurdi dihh don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, cè s'rè i piat înk et lè jonâye, i f'rè vingt-et-înk.

I f'rè ca don s'la et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jeudi onze don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè nieuf et lè jonâye, i f'rè vingt-dous'.

I n'y èrè quèques halâyes et lo vent hhoffeuyerè è quinze kilomètes è l'(h)oûre èva des coups d'vent è cinquante.

 

Po lo venr'di dôze don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè dôze et lè jonâye, i f'rè vingt'.

I pourreût y awer des orêges et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre èva des coups d'vent è swessante.

 

Po lo sèm'di trôze don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè onze et lè jonâye, i f'rè ca vingt'.

I n'y èrè des halâyes que pourront beilleu des orêges et lo vent hhoffeuyerè ca è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

Lo Vèyti / Le Valtin (88 - haut do HHlouhh / col de la Schlucht) :

 

 

Po lo dîmonche sept do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè sept et lè jonâye, i fairè dêhh.

Il y èrè dis rahhies et lo vat soff'rè co è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo lîndi (h)eût' do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè hhés et lè jonâye, i fairè nûf.

Lo taps vè s'rèkiaihhi et lo vat soff'rè tocoûs è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mwâdi nûf do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, ça s'rè în p'tit în et lè jonâye, i fairè dêhh.

Lo taps vè co s'rèkiaihhi et lo vat soff'rè è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo meurkedi dêhh do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè zèrô et lè jonâye, i fairè dêhh-sept.

I fairè do s'lo et lo vat soff'rè è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jûdi onze do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè (h)eût' et lè jonâye, i fairè dêh-(h)eût'.

Il y èrè dis rahhies que pourrot d'nnè dis orêges et lo vat soff'rè è mons d'cînq kilomètes è l'(h)oûre èvo dis kûnps d'vat è swessante-cînq.

 

Po lo vâr'di dôze do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè dêhh et lè jonâye, i fairè sôze.

I pourrôt y avoû dis orêges et lo vat soff'rè co è mons d'cînq kilomètes è l'(h)oûre èvo dis kûnps d'vat è swessante.

 

Po lo sèm'di trôze do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè nûf et lè jonâye, i fairè vîngt-et-în'.

Il y èrè dis rahhies que pourrot d'nnè dis orêges et lo vat soff'rè è cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2017

L'entrâye è l'ècôle

Pour ceux qui voudraient apprendre le patois (ici, en patois messin) :

 

L'entrâye è l'ècoûle



        L'èprès-non.ne d'eune jonâye de l'ennâye 1848, eune jonâye de prîntemps, pace que j'èveûs, lo mètîn mim.me, quitté mes sèbats d'(h)uvêr po chaussieu des solers, et, pus lesse, j'coreûs et sauteûs dans lè râwe, mè mam.miche m'eu hoûyeu, et, m'peurnant pa lè main, m'eu dit : T'vieux-ti v'ni èva meu fâre eune commission ? J'â bien v'lu.
        J'èvans dèhhendu lè râwe et j'èvans torneu en bèhh è main gauche. Èprès eune centin.ne de pès, mè mam.miche s'eu errèté d'vant eune mauhon que je conn'hheûs beun', mâs où'st-ce que j'n'èveûs jèmâs entré ; sè main eu sarré lè mieunne qu'elle senteût voleûr èhhepper : J'allans dîre boinjo en pessant, qu'elle m'eu dit, è Mam'selle Adèle. J'â èproveu de m'dèguègeu ; lè main d'mè mam.miche eu sarré dèvantêge et m'eu entrin.nieu jusqu'au seuillat, pace que j'rèsisteûs.
        L'(h)euhh eu 'tu d'vé ; Mam'selle Adèle, lè dèm'halle de lè mauhon, eu l'vé les brès en l'âr et eu dit tote jayoûse : Te val ! Te val ! Et mes larmes que corînt s'ont errèté ; ç'ateût lè premîre fwès que j'wèyeûs d'près Mam'selle Adèle. Elle m'eu prîns pa lè main, eu d'vé în (h)euhh et m'eu boussieu l'gîr'ment d'l'aute coté. J'ateûs dans l'ècoûle...
        D'l'(h)euhh piècieu dans i quâr, j'wèyeus en face de meu eune grande cheum'nâye où'st-ce que monteût lo cor d'i foné.
        Lo long des treûh autes cotés, les ècalieus, essieuttés sus des bancs, sans tauyes, t'nînt eune pianche sus les genas, zoute pianche è ècrîre, pètuhâye en haut d'i piat trou où'st-ce que pesseût eune codelle que l'eccracheût au muhh quand l'ècôle ateût finie.
        Lo mâte è v'nu au-d'vant d'meu, i m'eu prîns pa lè main et m'eu condut au bout d'lè clâsse, près d'lè pièce qu'i t'neût ; 'l ateût essieutté è dreûte de lè cheum'nâye sus lè seule chîre et davant lè seule tauye de l'ècoûle.
        Pendant ceutte premîre clâsse-lè, i n'm'eu rien d'mandé et j'â r'wâtieu trèveilleu les autes.

                        Ernest Lavisse, Souvenirs

Mots compliqués : èprès-non.ne : après-midi ; sèbat : sabot ; râwe : rue ; mam.miche : grand-mère ; hoûyeu : appelé ; en bèhh : en bas ; mauhon : maison ; conn'hheûs : connaissais ; voleûr èhhepper : vouloir échapper ; seuillat : seuil ; (h)euhh : huis, porte ; d'vé : ouvert ; dem'halle : servante ; boussieu : poussé ; l'gîr'ment : légèrement ; quâr : angle, coin ; ècalieu : écolier ; essieutté : assis ; tauye : table ; gena : genou ; pètuher : percer ; codelle : ficelle ; muhh : mur ; chîre : chaise ; r'wâtieu : regarder.

Grammaire :

Les articles : lo, lè, l' devant voyelle comme en français, les : le, la, l', les ; i, eune, des : un, une, des.

Les adjectifs possessifs : mo, mè, m'n devant voyelle, mes ; to, tè, t'n devant voyelle, tes ; so, sè, s'n devant voyelle, ses ; nate, nas, vate, vas ; zoute, zoûs : mon, ma, mes ; ton, ta, tes ; son, sa, ses ; notre, nos ; votre, vos ; leur, leurs.

Conjugaison d'awer : avoir et ête : ête au présent :

j'â, t'es, 'l eu, 'l eu, j'èvans, v'èveûz, 'l ont, 'l ont

je sus, t'as, 'l ast, 'l ast, j'atans, v'ateûz, is sont, elles sont

Dous' : deux. On dit dous' en finale ou tout seul, sinon doux dans les autres cas.

Nonon et onke, tanti et tante : oncle et tante ; nonon et tanti sont familiers mais c'est ceux qu'on emploie le plus souvent.

ovrer : ouvrier, désigne l'ouvrier d'usine mais surtout l'ouvrier agricole.

pèrents : parents, désigne plutôt la parenté (oncles, tantes, cousins,...). Pour dire mes parents, tes parents, ses parents : nas gens, vas gens, zoûs gens.

meu, m' : pas. On dira j'n'â-m', is n'sont-m' : je n'ai pas, ils ne sont pas mais je n'chante meu : je ne chante pas

nos, n' : nous (pronom personnel complément ; pronom personnel sujet : je). I n'en beilleût : : il nous en donna. Mais dans une négation, on dit : i n'nos en beilleût-m' : il ne nous en donnait pas. En finale, nos également. Por nos : pour nous.


Questions :

1. Comment qu'eu fât lè mam.miche po l'emmwin.neu è l'ècoûle ?
2. Poqué qu'elle fât anlè ?
3. Comment Mam'selle Adèle l'eu fât entrer dans l'ècoûle ?
4. Qu'ast-ce que'l eu vu en entrant ?
5. Comment que'l eu ètu r'çu pa lo mâte ?
6. Qu'ast-ce que'l eu fât pendant sè premîre clâsse ?



 

 

Posté par patoisantlorrain à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2017

Les ridiâs

LES RIDIÂS (patwès d'Font'no) :

        Po în bié so d’èté, lo Monmond è trèviêhhié lè rûe, è ‘tu â Bout des Kin.nes pou rende deux sous qué’l èvôr improté lè vôille â Mèmé.
        Lo Mèmé qu’peurnôr lo frohh è sè f’nête l’è vu â lon.
        Bon sang, j’ai rôbrié d’i rimboursié les dix sous qu’i m’èvôr proté n’y è trâhh mwos.
        Delphine, Delphine, vol lo Monmond, j’n’ai-m’ invie d’lo vâr, dis-lu qu’j’m’ai in ollé prier è Saint Piérre.
        Quand lo Monmond è errivé d’vant lè mâhon di Mèmé, sè fom.me i è dit :
        M’n (h)om.me n’ost-m’ tot-lè, ‘l ost in ollé è Saint Piérre.
        Ô, cè, ç’ost bié demmêge, qu’i è dit lo Monmond, jé v’nôr justémont i èmouner les sous qu’j’i d’vôr.
        Et sé r’tonant.
        D’hez-lu in.ne âte fwos, surtout qu’i n’rôbrieuhhe mi d’motte des ridiâs è lè f’nête, on lo vârrè moins r’guiner.

 

 

LES RIDIÂS (patwès di Nôrd de L'ninville) :

        Pa în bé swêr d'(h)ivêr, lo Monmond è trèvêhhi lè rûe, è ètu â bout des Tiènes po rende deux sous que'l avôt empraté lè vaille â Mémé.
        Lo mémé que prenôt lo frahh è sè f'nête 'l è vu â lon.
        - Bon sang, j'ai rôblié d'rembohhi les dix sous qu'i m'avôt praté y è trôs mwès.
        Delphine, Delphine, val lo Monmond, j'n'ai-m' envie d'lo vôr, dis-lu qu'j'as pètyi prier è Saint Pîrre.
        Quand lo Monmond è errivé d'vant lè mâjon di Mémé, sè fômme li è dit :
        - M'n (h)ômme n'ast-m' tot-lè, 'l ast envôye è Saint Pîrre.
        - Oh ! cè, ç'ast bîn demmêge, qu'li è dit lo Monmond, je v'nôza justement li èmwêner les sous que j'li d'vôs.
        Et se r'tonant :
        D'hèz-lu ène âte fwès, surtout qu'i n'rôblièhhe meu d'matte des ridiâs è lè f'nête, on lo vôrrè moins hhôner.

 

 

LIS RIDIAUX (patois d'Cum'nêres) :

        Pa in bî soir d'ité, l'Monmond i traversé la rue, i ité au bout dis Canes pou rendre deux sous qu'il avat aprunté la vaille au Mémé.
        L'Mémé qui purnat l'frais à sa furnîte l'a vu au lon.
        - Bon sang, j'â oublié d'remboursi les dix sous qu'i m'avat prunté i n'y i trois mois.
        Delphine, Delphine, v'là l'Monmond, j'n'â-m' envie de l'woir, dis-lu que j'soys a n-allé à Saint Pierre.
        Quand l'mOnmond i arrivé d'vant la mâson don Mémé, sa femme li i dit :
        - m'n (h)oumme n'ast-m' tout-là, 'l ast a n-allé à Saint Pierre.
        Oh ! ça, ç'ast bin doummâge, qu'li i dit l'Monmond, je v'noys justemat li amouner les sous que j'li d'voys.
        Et se r'tournant :
        Disez-lu ine aute fois, surtout qu'i n'oublît-m' de mette dis ridiaux à la furnîte, on l'woirri moins caloûgni.


 

LES RIDIAUX (patwès d'Failly) :

        Pa i bé seûr d'èté, lo Monmond eu treuversé lè rûe, è 'tu au bout des Kin.nes po rende deux sous que'l èveût empreuté lè vaille au Mémé.
        Lo Mémé qu'peurneût lo frahh è sè f'nête l'è vu au lon.
        - Bon sang, j'â roûblieu d'rembohhieu les dix sous qu'i m'èveût preuté i n'y è treûs mwès.
        Delphine, Delphine, val lo Monmond, j'n'â-m' envèye d'lo veûr, dis-lu que j'â perti è Saint Pierre.
        Quand' lo Monmond eu errivé d'vant lè mauhon don Mémé, sè fomme li eu dit :
        M'n (h)omme n'ast-m' tot-lè, 'l ast envaye è Saint Pierre.
        Oh ! cè, ç'ast bien demmêge, qu'li eu dit lo Monmond, je v'neûs justement li èmwin.ner les sous que j'li d 'veûs.
        Et se r'tonant :
        D'heûz-lu eune aute fwès, surtout qu'i n'roûblieusse meu d'matte des ridiaux è lè f'nête, an l'veûrront moins hhoûgneu.

 

 

LIS RIDIAUX (patwès do Vèyti) :

        Pa i bé sâ d'ennâye, lo Monmond è creuhi lè rûe, è stu au bout dis Bores po rade deux sous que'l avoût èpratè lè wâille au Mémé.
        Lo Mémé que peurnait lo frahh è sè f'nête lo vèyeut au lan.
        - Bon sang, j'ai rèviè d'rèbohhi lis dix sous qu'i m'avoût pratè il î trâs moûs.
        Delphine, Delphine, vala lo Monmond, j'n'ai-m' envie d'lo vêr, dis-lu qu'j'ai pwati è Saint Pîrre.
        Quand lo Monmond erriveut dant lè mauho do Mémé, sè famme li d'heut :
        M'n (h)amme n'ast-m' tot-la, il ast pwati è Saint Pîrre.
        Oh ! ça, ç'ast bé demmêge, qu'li d'heut lo Monmond, je v'naizeûr justemat li èm'nè lis sous que j'li d'vais.
        Et se r'tonant :
        D'hez-lu ène aute foûs, surtout qu'i n'rèvieusse mi d'botè dis ridiaux è lè f'nête, a lo vêrrè guinè.

 

 

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 19:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mètèo d'lè premêre semaine de mai

Ninvâs / Einvaux (54 - L'ninville / Lunéville) :

 

 

Pou lo lundi, lo premèy di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè hhèys et lè jonêye, i f'rè trôze.

I n'y èrè des hhâwêyes et lo vat soff'rè è dèyhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo mègui dous' di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, cè s'rè i piat dous' et lè jonêye, i f'rè qwètôhhe.

I n'y èrè quèques hhâwêyes et lo vat soff'rè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo mècredi trôhh di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè (h)ieût' et lè jonêye, i f'rè ca qwètôhhe.

I n'y èrè des hhâwêyes que pourront beilli dis nouêyes et lo vat soff'rè ca è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo jûdi qwète di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè qwète et lè jonêye, i f'rè tojos qwètôhhe.

I n'y èrè ca des hhâwêyes que pourront ca beilli dis nouêyes et lo vat soff'rè è moins d'cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo venr'di cinq di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè cinq et lè jonêye, i f'rè dèyh-(h)ieût'

Lo taps vè ca s'rèkairi et lo vat soff'rè è quinze kilomètes è l'(h)oûre.

 

Pou lo sèm'di hhèys di mwès d'mai :

Tempèratûres : lo paneuyt, i f'rè ca cinq et lè jonêye, i f'rè sôze.

I piûrè et lo vat soff'rè è dèyhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

Chattancout / Chattancourt (55 - Verdun) :

 

 

Pou le lundi, le prumay don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri six et la journaye, i f'ri treize.

I n'y ari dis hôlayes et le vent soufful'ri à vingt kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mârdi daws don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri trois et la journaye, i f'ri quinze.

Le temps vâ s'iclaircir et le vent soufful'ri à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le mercredi trois don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri six et la journaye, i f'ri quatorze.

I n'y ari dis hôlayes qui pourront bailli dis orâges et le vent soufful'ri à moins d'cinq kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le jeudi quate don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri co six et la journaye, i f'ri quinze.

I n'y ari co dis hôlayes qui pourront co bailli dis orâges et le vent soufful'ri à cinq kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le venr'di cinq don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri sept et la journaye, i f'ri seize.

Le temps vâ s'iclaircir et le vent souffu'lri à dix kilomètes à l'(h)eure.

 

Pou le sam'di six don mois d'mai :

Tempèratûres : pârnoyt, i f'ri co sept et la journaye, i f'ri quinze.

I pieuri et le vent soufful'ri à cinq kilomètes à l'(h)eure.

 

 

 

Failly (57 - Metz) :

 

 

Po lo lundi, le premîn don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè sept et lè jonâye, i f'rè qwètoûhhe.

I n'y èrè des halâyes et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mârdi dous' don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, cè s'rè i piat dous' et la jonâye, i f'rè quinze.

Lo temps vâ s'rèkiairi et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mèkeurdi treûhh don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè hhihh et la jonâye, i f'rè ca quinze.

I n'y èrè des halâyes que pourront beilleu des orêges et lo vent hhoffeuyerè è dihh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jeudi qwète don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè ca hhihh et la jonâye, i f'rè sôze.

I n'y èrè ca des halâyes que pourront ca beilleu des orêges et lo vent hhoffeuyerè è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo venr'di cinq don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè hhihh et lè jonâye, i f'rè dih-(h)ut'.

Lo temps vâ s'rèkiairi et lo vent hhoffeuyerè ca è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo sèm'di hhihh don mwès d'mây :

Tempèratûres : lo pernut, i f'rè sept et la jonâye, i f'rè ca dih-sept.

I pieurè et lo vent hhoffeuyerè tojos è cinq kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

Lo Vèyti / Le Valtin (88 - haut do HHlouhh / col de la Schlucht) :

 

 

Po lo lîndi, lo premer do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè trâhh et lè jonâye, i fairè (h)eût'.

Il y èrè dis rahhies et lo vat soff'rè è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo mwâdi dous' do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, ça s'rè în p'tit dous' et la jonâye, i fairè dêhh.

Il y èrè dis rahhies que pourrot d'nnè dis orêges et lo vat soff'rè è mons d'cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo meurkedi trâhh do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè qwète et lè jonâye, i fairè co dêhh.

Il y èrè co dis rahhies que pourrot co d'nnè dis orêges et lo vat soff'rè co è mons d'cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo jûdi qwète do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè trâhh et lè jonâye, i fairè tocoûs dêhh.

Il y èrè tocoûs dis rahhies que pourrot tocoûs d'nnè dis orêges et lo vat soff'rè tôcoûs è mons d'cînq kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo vâr'di cînq do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, ça s'rè în p'tit dous' et lè jonâye, i fairè qwètôhhe.

Lo taps vè s'rèkiaihhi et lo vat soff'rè è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

Po lo sèm'di hhés do moûs d'mai :

Tempèratûres : lè neût, i fairè trâhh et lè jonâye, i fairè quînze.

I pioûrè et lo vat soff'rè co è dêhh kilomètes è l'(h)oûre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]