A la découverte des patois lorrains

16 septembre 2012

histoires communes à la Bretagne et à la Lorraine

Pierre Fève, dans les annonces des Hautes-Vosges du 8 octobre 1972 racontait cette histoire suivante en patois de Corcieux (orthographe rectifiée) :

 

Ç'ost lo docteur que s'y k'nnot

Depeus trâs moûs, lo Lèyon wâdait lo lèyt. Lo mèd'cîn pessait doux foûs lè s'maine, po sovoû çu qu'i fèyit. Cè n'tait mi r'luhant, tocoûs èteur lè vie et lè môt. În jo, lè Mèlie eppelle lo docteur i tèlèphone : V'niz-o tot d'suite, lo Lèyon ne r'moûe pus. J'crâs bé qu'il ost môt. Errivè è lè mâhon, lo mèd'cîn lo voût stondu sus so lèyt. Snos lo r'wêti, i dit tot haut : Lo keûp-ci, ç'ost fait, lo peûre (h)omme. Il è bé soffri. Sèyiz corègeûse, Mèlie, faut n-ollè chîz lo curè, et co è lè mair'rie. Tot d'în keûp, mo Lèyon se r'leuve în peû : Niant ! Niant ! Je n'sèys mi môt... Je sèys co vikant ! Voyos, Lèon, lo docteur sait tot d'même meux qu'ti. Couhhe-teu !


C'est le docteur qui s'y connait

Depuis trois mois, le Léon gardait le lit. Le médecin passait deux fois par semaine, pour savoir ce qu'il faisait. Ce n'était pas brillant (reluisant), toujours entre la vie et la mort. Un jour, l'Amélie appelle le docteur au téléphone : Venez-en tout de suite, le Léon ne remue plus. Je crois bien qu'il est mort. Arrivé à la maison, le médecin le voit étendu sur son lit. Sans le regarder, il dit tout haut : Le coup-ci, c'est fini, le pauvre homme. Il a bien souffert. Soyez courageuse, Amélie, il faut aller chez le cur, et encore à la mairie. Tout à coup, mon Léon se relève un peu : Non ! Non ! Je ne suis pas mort... Je suis encore vivant ! Voyons, Léon, le docteur sait tout de même mieux que toi. Tais-toi !


Et en breton, on peut lire et écouter pratiquement la même histoire ici

 

Sur une des cartes postales publiées par Émile Bastien en 1901, voici un des fameux contes de fraimbois dans son orthographe d'origine :

 

Le vin du curé de Fraimbois

Lo curé de Frïmbô voyo qu'on buvo lo vin qui matto et lè sacristi po dire sè masse. Après aoué bïn coiri y soupçonneu so sacristain. Eune belle jonnaye, y li d'heu : Di don, sacristain, y est longtemps que te ne temme confessé. Je ne fai poin de mâ, d'heu lo sacristain. Ça ne fai rïn, ta de lè mahon, fa beyi lo bon exemple. Et bïn on y vret, repondo l'homme. Quelques jonnayes éprès lo sacristain alleu se confessé. Quand l'éveu fai ; lo curé attendo tojo, mais y ne paleme di vin. Lo curé fachi li crieu : Quiasque boit lo vin de so curé ? Point de réponse ; in po pu fort : Quiasque boit lo vin de so curé ? Tojo rïn, alors, tot fachi lo curé criè tant qui pouveut : Quiasque boit lo vin de so curé ? Mais rïn. Lo curé se leveu, et ouvrant lè poque di confessionnal, y d'heu â sacristain : Te pourro bïn rèponde quand on te cose. Lo sacristain  répondeu de même : Je n'ai rin oyi, on n'oye rin. Tenez, prenez mè pièce et je prenrai lè vote. Quand l'eveuhe changi, lo sacristain deheu : Quiasqué rembressé lè fôme di François ? Point de réponse ; Quiasqué rembressé lè fôme di maire ? Tojo rin ; to fort : Quiasqué rembressé mè fôme ? Rien ; lo sacristain sorteu di confessionnal et lo curé li tapant su l'épâle li deheu : Té rahon, on n'oye rin de to


Le curé de Fraimbois voyait qu'on buvait le vin qu'il mettait à la sacristie pour dire sa messe. Après avoir bien cherché il soupçonna son sacristain. Un beau jour, il lui dit : Dis donc, sacristain, il y a longtemps que tu ne t'es pas confessé. Je ne fais point de mal, dit le sacristain. Ça ne fait rien, tu es de la maison, il faut donner le bon exemple. Eh bien on ira, répondait l'homme. Quelques jours après, le sacristain alla se confesser. Quand il eût fini, le curé attendait toujours, mais il ne parla pas du vin. Le curé fâché lui cria : Qui est-ce qui boit le vin de son curé ? Point de réponse ; un peu plus fort : Qui est-ce qui boit le vin de son curé ? Toujours rien, alors, tout fâché le curé cria tant qu'il put : Qui est-ce qui boit le vin de son curé ? Mais rien. Le curé se leva, et ouvrant la porte du confessionnal, il dit au sacristain : Tu pourrais bien répondre quand on te cause. Le sacristain répondit de même : Je n'ai rien entendu, on n'entend rien. Tenz, prenez ma place et je prendrai la vôtre. Quand ils eurent changé, le sacristain dit : Qui est-ce qui a embrassé la femme du François ? Point de réponse ; Qui est-ce qui a embrassé la femme du maire ? Toujours rien ; tout fort : Qui est-ce qui a embrassé ma femme ? Rien ; le sacristain sortit du confessionnal et le curé lui tapant sur l'épaule lui dit : Tu as raison, on n'entend rien du tout.

 

Ces contes étaient connus même dans les Hautes-Vosges, puisque ce dernier a été adapté en patois de Gérardmer par M. Jean-Baptiste Gégout et publié dans l'Est Républicain du 26 décembre 1999. M. Maurice Gérard, quelques années après, l'avait conté en patois du Valtin sur son CD. En voici la transcription :

 

Lè confession

În jo, lo curé d'heut è so bedeau qu'i f'rôt bé d'se confessè d'temps en temps. Ène foûs pa ennâye... ç'n'ast mi trop d'mandè è în bon chrètien. Ène câille dant Pêques, lo bedeau ateure das lo confessionnal et èhache è dîre ène sèquante de p'tits dèlits de ré do tot. Lo curé, tot bâll'mat, li d'mande : Dis-meu, te rèvies èque, niant ? Lo bedeau sène qwèri dis autes dèlits et final'mat n'rèpond ré. Lo curé li r'pôse lè questio : Qui ast-ce que boût lo vi d'masse, t'lo sais ? Comme lo bedeau n'rèpond tocoûs mi, lo curé li r'pôse lè questio. Lo bedeau dit : J'n'auye mi ç'qu'vos d'hiz. D'mè pièce, a n'auye ré. Tot bé, qu'fait lo curé, chingeas d'pièce ! Et is chingeûnent de pièce. Quand is feureûnent instâllès, lo curé rèpèteut sè questio co ène foûs et il ettadeut. Mais au sènant li rèponde, lo bedeau li d'mande : Dites, mo père, qui ast-ce que vè vêr lè famme do bedeau quand i n'ast mi tot-la ? Lo curé tot bâll'mat : Ah bé, t'es râho, bedeau, èn'das tot-ci a n'auye ré ! A pût bé s'èpassè qu'is s'boteûnent d'accôrd au n-allant boûre în voûrre de vi d'masse !


Un jour, le curé dit à so bedeau qu'il ferait bien de se confesser de temps en temps. Une fois par an... ce n'est pas trop demandé à un bon chrétien. Un peu avant Pâques, le bedeau entre dans le confessionnal et commence à dire quelques petits pêchés de rien du tout. Le curé, tout doucement, lui demande : Dis-moi, tu oublie quelque chose, non ? Le bedeau semble chercher d'autres pêchés et finalement ne répond rien. Le curé lui pose la question : Qui est-ce qui boit le vin de messe, tu le sais ? Comme le bedeau ne répond toujours pas, le curé lui repose la la question. Le bedeau dit : Je n'entends pas ce que vous dites. De ma place, on n'entend rien. Très bien, fait le curé, changeons de place ! Et ils changèrent de place. Quand ils furent installés, le curé répéta sa question encore une fois et il attendit. Mais en guise de réponse, le bedeau lui demande : Dites, mon père, qui est-ce qui va voir la femme du bedeau quand il n'est pas là ? Le curé tout doucement : Ah bien, tu as raison, bedeau, d'ici on n'entend rien ! On peut bien penser qu'ils se mirent d'accord en allant boire un verre de vin de messe !

 

La même en breton, ici

 

Une autre histoire de M. Maurice Gérard commune avec ar moc'h bihan en Bretagne :

 

Lo râpiat

        Lo Constant do Vêtî îre k’nnu po ête lo pus râpiat do leû. Quand i n-allait au cafè, i s’errangit tocoûs po n’mi pè’i sè tonâye. Lo jo-la, comme è chèque foûs, i v’nit po z-èprovè d’boûre în voûrre snas ré pè’i. Mais lis autes ne fèyeûnent mi semblant d’lo vêr. È lè fî, i n-alleut s’èhhêr è ène tauye ou qwète gaillârds yant è trè’î d’jouè is cwâtes. Is k’mmandeûnent în lite et qwète voûrres. Po z-ettîri l’ettentio sus lu, i lûs-y d’heut : mè vèche è fait vèyo ! – Oh bé lè foûs-la, lè balle effaire, a sait bé çu qu’ç’ast qu’ène vèche qu’è fait vèyo.
        Ah wây, mais lè mée, elle è fait cînq vèyos.
        Ah bé lè foûs-la, tè vèche, elle n’è que qwète poincés. K’mmat’st-ce qu’i f’rè po boûre lo cînquîme ?
        Ah bé mè foû, mè foû, i f’rè comme mi, i spîerè boûre lis autes.


L'avare

Constant du Valtin était connu pour être le plus avare du coin. Quand il allait au café, il s'arrangeait toujours pour ne pas payer sa tournée. Ce jour-là, comme à chaque fois, il venait pour essayer de boire un verre sans rien payer. Mais les autres firent semblant de ne pas le voir. À la fin, il alla s'asseoir à une table où quatre gaillards étaient en train de jouer aux cartes. Ils commandèrent un litre et quatre verres. Pour attirer l'attention sur lui, il leur dit : ma vache a fait veau ! Oh bien, cette fois, la belle affaire, on sait bien ce que c'est qu'une vache qui a fait veau.
        Ah oui, mais la mienne, elle a fait cinq veaux.
        Ah bien, cette fois, ta vache, elle n'a que quatre trayons. Comment fera-t-il pour boire, le cinquième ?
        Ah bien, ma foi, ma foi, il fera comme moi, il regardera boire les autres.

 

Un autre conte de Fraimbois publié en 1901 sur carte postale commun avec une histoire bretonne (orthographe d'origine) :

 

Lo rété

    I né tchèques annéyes, in hôme de Frïmbô avô ettu é l'Exposition é Péris.
    Et comme l'y avô demouéré hieu jô, quand let reveni é Frïmbô, i n'savôza pu lo patoué.
    L'avô écheté é Péris ïn bé rochat,  ïn nue chépé et eune père de solé que li allïn tot bïn.
    I s'en vè à paquis po vôre les gens que fiïn-za les rouéyïns.
    L'atô tellement chïngi qu'les gens n'lo reconahint pu.
    Mè, ça ïn Monsue, que dit lè Laïte en lo ouéyant.
    Et lu que fio sé m... armolèque et que n'se sento pu pater depeu qu'l'avô ettu é Péris, li rapond :
    Comment qu'vous dites, Madame ?
    Ah ! lo drodjin, que dit mé Laïtte, mè i sait lo Français é ç't'houre !
    Evidemment, que redit mon Périsïn.
    Et comme i n'avô ïn rété qu'atô sus lo rouéyïn, po s'fère valôre, mo macroc dit en let :
    Mais, comment que ça s'appelle l'affaire-là en patois ?
    Et en dehant celet, l'avô mis so pie su les dents di rété qu'atô sus lè bocotte.
    To d'ïn cô lo rété s'erluve et lo manche vïnt li foute ïn cô juste su lo nez.
    Ah ! lo sapré vingt vérets d'rété qu'i s'mat et crier, je m'sovïn bïn d'to nom é ç't'houre. Ce n'fé rïn, fâ reveni è Frïmbô po trouver des rétés en let. Si j'avôi sévu, j'érô bïn demouéré é Péris.

Le râteau

    Il y a quelques années, un homme de Fraimbois avait été à l'Exposition à Paris.
    Et comme il y était resté huit jours, une fois revenu à Fraimbois, il ne savait plus le patois.
    Il avait acheté à Paris une belle redingote, un chapeau neuf et une paire de souliers qui lui allaient tout bien.
    Il s'en va au pâturage pour voir les gens qui faisaient alors les regains.
    Il était tellement changé que les gens ne le reconnaissaient plus.
    Mais, c'est un Monsieur, que dit Adélaïde, en le voyant.
    Et lui qui faisait son merdeux et qui ne se sentait plus péter depuis qu'il avait été à Paris, lui répond :
    Comment que vous dites, Madame ?
    Ah ! le drôle de gaillard, que dit mon Adélaïde, mais il sait le français maintenant !
    Évidemment, que reprend mon Parisien.
    Et comme il y avait un râteau qui était posé sur le regain, pour se faire valoir, mon gars dit comme ça :
    Mais, comment que ça s'appelle l'affaire-là en patois ?
    Et en disant cela, il avait mis son pied sur les dents du râteau qui était sur le tas de regain.
    Tout à coup le râteau se relève et le manche vient lui foutre un coup juste sur le nez.
    Ah ! Le sacré vingts verrats de râteau, qu'il se met à crier, je me souviens bien de ton nom maintenant. Ça ne fait rien, il faut revenir à Fraimbois pour trouver des râteaux comme ça. Si j'avais su, je serais bien resté à Paris.

La même histoire en breton trouvée dans la méthode de breton Komzom brezoneg de J. Tricoire. Cette histoire, entendue avant la guerre de 1914-1918, avait été publiée par J. Terilis dans la revue Dihunamb. En breton KLT (orthographe universitaire d'Emgleo Breiz), je l'ai remise en vannetais (orthographe de Meriadec Herrieu) :

 

Unan dihalleget

    Ur paotr yaouank deit d'er gêr a soudard e hrê é zén, hag é lâré en-doe ankouéhaet é vrehoneg. Un deuèh ma oe é labourad ged é dad én douareu, é houlenné : pétra é ceci, pétra é cela ?
    Pétra é ur charrette ?
    Ur harr, emé é dad dehoñ.
    Boñ ! Pétra é ur cheval ?
    Ur marh.
    Ha, ha, ur marh ! Ya... Pétra é ur râteau ?
    Just èl ma komzé en ostiz, heb soñjal, é laka é votéz ar dent er rastell, hag en troed é seùel én aùel e ya de skoein er paotr é kreiz é fas.
    A ! Gast a rastell !, eme-eañ.
    Che !, emé en tad, en troed rastell-sé en-des degaset de vrehoneg d'er gêr, én un taol !

Un défrancisé

    Un jeune garçon revenant à la maison du service militaire faisait son malin et disait qu'il avait oublié son breton. Un jour où il travaillait avec son père dans les terres, il demandait : qu'est-ce que ceci, qu'est-ce que cela ?
    Qu'est-ce qu'une charrette ?
    Une charrette, lui dit son père.
    Bon ! Qu'est-ce qu'un cheval ?
    Un cheval.
    Ha, ha, un cheval ! Oui... Qu'est-ce qu'un râteau ?
    Juste où le jeune parlait , sans penser, il mit la chaussure sur les dents du râteau, et le manche de se lever en l'air et va frapper le garçon en pleine face.
    Ah ! Putain de râteau ! dit-il.
    Eh bien ! dit le père, ce manche de râteau t'a rappelé ton breton à la maison d'un coup !

 

 


 

 



 

 

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 22:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 juillet 2012

lè môt des (h)oummes / la mort des hommes

Patois d'Azelot

 

Lou côp-ceu, j'ai mis en patwès lè chanson d'Angelo Branduardi, lè môt des (h)oummes, ène chanson que joûe lou groupe folk Free Folk Quartet, în groupe que j'joûe des fwès èvou. Lè môt des (h)oummes, lè vace comme lè joûe Angelo Branduardi.

 

J'as lè môt des (h)oummes, / Je poute couronne / Et j'as d'zoute vie / Lè mâtrasse et ca lè patronne.

Et bîn sûr, j'as cruyelle. / Et bîn sûr, j'as mout duhhe. / Mais rîn n'errêt'rè mes hhênesses.

Et d'vant mè fâs que pesse, / Je vwès trembier les figûres / Et rîn n'errêt'rè mes hhênesses.

Teu, mâtrasse di monde, / Sôys bînv'nue dans nôs mâhons ! / Pôse lè fâs â creûx de totes nôs musiques ! / Prends pièce dans nôs danses / Et si te danses ca, / Tote lè môt s'rè môte è lè pointe di jou.


Cette fois, j'ai mis en patois la chanson d'Angelo Branduardi, la mort des hommes, une chanson que joue le groupe folk Free Folk Quartet, un groupe avec qui je joue parfois. La mort des hommes, la voici encore (autre vidéo) comme la joue Angelo Branduardi.

Sono io / io son di tutti voi

Sono io la morte et porto corona, / io son di tutti voi signora e padrona / e così sono crudele, così forte sono e dura / che non mi fermeranno le tue mura / che non mi fermeranno le tue mura.

Sono io la morte et porto corona, / io son di tutti voi signora e padrona / e davanti alla mia falce il capo tu dovrai chinare / e dell 'oscura morte al passo andare.

Sei l'ospite d'onore del ballo per te suoniamo, / posa la falce e danza tondo a tondo / il giro di una danza e poi un altro ancora / e tu del tempo non sei più signora.


Je suis la mort des hommes, / Je porte couronne / Et je suis de leur vie / La maîtresse et la patronne.

Et bien sûr, je suis cruelle. / Et bien sûr, je suis très dure. / Mais rien n'arrêtera mes déchirures.

Et devant ma faux qui passe, / Je vois trembler les figures / Et rien n'arrêtera mes déchirures.

Toi, maîtresse du monde, / Sois bienvenue dans nos maisons ! Pose la faux au creux de toutes nos musiques ! / Prends place dans nos danses / Et si tu danses encore, / Toute la mort serait morte à l'aurore.

 

Posté par patoisantlorrain à 20:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

gueûlesse / coup de gueule

Patois de Ban-de-Laveline

 

I n'y è quèque tops, dje léheus sus în forom' beurto lis parôles-lè : je ne suis pas sûr de l'utilité de ne pas garder le français comme langue écrite de l'oïl occidental... Nous n'avons pas à dépenser de l'énergie pour mettre en valeur la Bretagne romane et ses variétés.

Qui ast-ce que ç'ast lo peut djacobîn-lè que n'aime mi lis longues de notis leûx ? Eh ben, dj'ai stu bîn èbaubi d'eppâre que c'ère l'Alan Stivell, în grand défenseur dè longue beurtonne ! Manqu'rôt pus qu'lis Tri Yann d'hinssent lè mâme tchôse ! È léhant ç'lè, h'me d'mandaizôr si dj'awais bîn fait d'eppâre lo beurto dûrant 7 ans et si ç' n-await valu lè pweine. Et pouchtant, ç'ast bîn en Beurtèye que j'rescontreus dis djens que s'bettênent pou r'wâdè lo beurto et co lo gallo. È Treglonou, do tops dis stâges, o z-eppeurnait è lére èvo lis ort(h)ographes dis dus ècôles : lè çue d'Al Liamm et lè çue d'Emgleo Breiz. O z-eppeurnait lo brezhoneg cheuc'h, lo beurto reffinè dis lîves et lo brezhoneg rust, lo beurto dis djens dè campèye è n-allant wêr dis vées djens qu'awênent eppris lo beurto sus lis h'nos d'zeû moman. O respectait çaux que hâblênent lo brezhoneg chimik, lo beurton èvo braumot dis novés mots et lis autes qu'aimênent meux hâblè lo beurto dis vées djens. Qu'ôst-ce qu'i valait meux dîre : fotokopi ou bîn luc'heilskeudenn ? O s'en foutait bîn pâs mal et o d'hit lis dus'. Lo tout', c'ère de bîn prononci. Surtout, n'allèz mi crêre que ç'ast pus aihant d'prononci fotokopi, i faut sandji è botè l'accent sus l'èvant-dèrêre syllâbe, ç'n'ast mi comme è français. Cè z-ast co l'esprit que dje r'trove dos lis bâls folk : i n'y è dis groupes que djouot dè musique trad' et peus dis autes que djouot do folk pus moderne. Et ç'ast bîn dînè ! Audjud'(h)eû, lo beurto, dos lè tête dis djens, ast r' k'nnohhu comme ène vraie longue. Ç'ast bîn mais mèt'nant qu'lo beurto, cè z-ast ène longue comme lis autes, qu'i ne d'veneusse mi în fié stro, ène longue que fait dos lo haut et que mèprîse lo gallo et co lis autes longues d'oïl. Et è n'voulwêr qu'ène seule longue dos în pèyis, o n-è r'vînt è : ène longue, în peuple, în pèyis et ç'lè, cè n'reppoute rîn d'bwan. Alan Stivell se d'mande si cè sreuve è èque de n'mi wâdè lo français pou ècrîre notis patwès. Comme s'is n'awênent jamais stu ècrits ! D'abord, i faut repp'lè çu qu'ç'ast, lo français. Vos sawèz tortus comme mi qu'o hâblait lo gaulois do tops estu, i n'y è bwan (h)èvîn. Quand lis Romains ot occupè lè Gaule, is ot èmwênè zeû longue, lo romain, mais i n'faut mi crêre qu'lis djens ne hâblênent pus gaulois. Is l'ot co hâblè pus d'qwète siècles. Et peus lo romain qu'o hâblait, c'ère lo romain dis soudêrds. È 813, o pèyeut wêr qu'lis djens do peuple ne compeurnênent pus lo lètîn que hâblênent lis prêtes. O ne hâblait co mi lo français do tops-lè, cè se heutchit lo roman et lo peurmé ècrit, cè z-ast lis Sermots de Strasbourg prononcis pa Louis le Germanique. I faut ettode l'an mil pou deustînguè lè longue d'oc dè longue d'oïl. Dos so lîve, le français, une langue qui défie les siècles, Alain Rèy pwâle djè do français mais cè z-ast ène câille èvanci, o d'rôt putôt co dîre lis longues d'oïl. Ç'ast vrai qu'do tops-lè, c'ère prèque tout' lis mâmes et faurè ettode au mwans lo qwètohiéme siècle pou deustînguè tout' lis longues d'oïl. Ç'pendant, è 1180, lo râ d'France et sè mêre rèprovot djè lo trouvêre Colon de Béthune de botè dis mots picârds dos sis tchansos. Do tops-lè, hâblè français, c'ère djè hâblè lè longue do râ, lè longue dè règio qu'i d'môrait. Lo français, comme d'hot dis linguisses, cè z-ast în patwès qu'è èvu braumot d'tchance mais è l'èpwèye, c'ère în patwès comme lis autes ! Pou nos, Lôrrains, i faurè ettode 1615 pou qu'lo peurmé lîve è patwès feusse publiyi. Ise heutche lè groûsse enwarâye et o pieut tot-ci lo lére sus lè tâle.

 

Il y a quelque temps, j'ai lu sur un forum breton ces paroles : je ne suis pas sûr de l'utilité de ne pas garder le français comme langue écrite de l'oïl occidental... Nous n'avons pas à dépenser de l'énergie pour mettre en valeur la Bretagne romane et ses variétés.

Qui est ce vil jacobin qui n'aime pas nos langues régionales ? Eh bien, j'ai été bien étonné d'apprendre que c'était Alan Stivell, un grand défendeur de la langue bretonne ! Manquerait plus que les Tri Yann disent la même chose ! En lisant cela, je me demandais si j'avais bien fait d'apprendre le breton durant 7 ans et si ça en avait valu la peine. Et pourtant, c'est bien en Bretagne que j'ai rencontré des gens qui se battaient pour sauvegarder le breton et le gallo. À Treglonou, pendant les stages, on apprenait à lire avec les orthographes des deux écoles : celle d'Al Liamm et celle d'Emgleo Breiz. On apprenait le brezhoneg cheuc'h, le breton chic, littéraire et le brezhoneg rust, le breton des ruraux en allant voir de vieux bretonnants de naissance. On respectait ceux qui parlaient le brezhoneg chimik, le breton truffé de néologismes et les autres qui aimaient mieux parler le breton des anciens. Qu'est-ce qu'il valait mieux dire : fotokopi ou bien luc'heilskeudenn ? On s'en fichait bien et on disait les deux. Le tout, c'était de bien prononcer. Surtout, n'allez pas croire que c'est plus facile de prononcer fotokopi, il faut mettre sur l'accent sur l'avant-dernière syllabe, ce n'est pas comme en français.C'est encore l'esprit que je retrouve dans les bals folk : certains groupes jouent de la musique trad et d'autres jouent du folk plus moderne. Et c'est bien comme ça ! Aujourd'hui, le breton, dans l'esprit des gens, est reconnu comme une vraie langue. C'est bien, mais maintenant que le breton est une langue comme les autres, qu'il ne devienne pas un parvenu qui méprise le gallo et les autres langues d'oïl. Et à ne vouloir qu'une seule langue dans un pays, on en revient à : une langue, un peuple, un pays et cela, ça ne rapporte rien de bon. Alan Stivell se demande si ça sert à quelque chose de ne pas garder le français pour écrire nos patois. Comme s'ils n'avaient jamais été écrits ! D'abord, il faut rappeler ce qu'est le français. Vous savez tous comme moi qu'on parlait le gaulois autrefois, il y a bien longtemps. Quand les Romains ont occupé la Gaule, ils on amené leur langue, le romain, mais il ne faut pas croire que les gens ne parlèrent plus gaulois. Ils l'ont encore parlé plus de quatre siècles. Et puis le romain qu'on parlait, c'était le romain des soldats. En 813, on put s'apercevoir que les gens du peuple ne comprenaient plus le latin qu'employaient les prêtres. On ne parlait pas encore de français en ce temps-là, ça s'appelait le roman et le premier écrit, ce sont les Serments de Strasbourg prononcés par Louis le Germanique. Il faut attendre l'an mil pour différencier la langue d'oc de la langue d'oïl. Dans son livre, le français, une langue qui défie les siècles, Alain Rey parle déjà du français mais c'est un peu prématuré, on devrait plutôt encore dire les langues d'oïl. C'est vrai qu'en ce temps-là, elles étaient presque toutes similaires et il faudra attendre au moins le 14ème siècle pou différencier toutes les langues d'oïl. Cependant, en 1180, le roi de France et sa mère reprochaient déjà au trouvère Colon de Béthune d'employer des mots picards dans ses chansons. À cette époque, parler français, c'était déjà parler la langue du roi, la langue de la région où il habitait. Le français, comme disent certains linguistes, c'est un patois qui a eu beaucoup de chance mais au début, c'était un patois comme les autres ! Pour nous, Lorrains, il faudra attendre 1615 pour que le premier livre en patois soit publié. Il s'appelle lè groûsse enwarâye et on peut ici le lire sur internet.

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2012

Lo peut borio

Patois de Fraize

 

Dje m'èpasse qu'os k'nnahhiz tortus l'(h)istwêre do peut borio, lè vaci è patwès :

 Lo peut borio

 Lè moman bôre è covè sis û(f)s, zo lis ârbes et au momat v'nu, hhés djoûnes borios motrat enfi lo bout d'lû bec. Mais lè moman bôre n'sêrôt co delaihhi so nid : lo pus groûs d'sis û(f)s n'vût mi s'devîr. Elle grole : qwand qu'dje pourrây n-allè nadji èvo mis djats borios. È lè fi, lo groûs û(f) s'devîe. Mais qu'il ast do(c) peut, et grand, et tot gris, lo borio que vînt de v'ni au monde ! Lè moman bôre bwâle : I ne r'ssène è aukîn d'ateur nos, lo borio-la ! Enfi, allas-è das lè cour dè ferme que dje vos peurzateusse è tot lo monde ! T'niz-vos bîn, ha'iz drât, fè'iz beniant et d'hiz cwè-cwè ! Dant lè ferme, lis autes bouris lis spiat s'èvanci è d'hant : Bouh ! Qu'ôst-ce que ç'ast qu'lo borio-la ? Il ast trop peut, dje n'è v'las mi ! Aussitôt în groûs bouri vole sus lo paure borio gris et lo pînce meutchammat èvo so bec. Laihhiz-lo, que dit sè mère, i n'fait d'mau è pahhênne ! D'accôrd, que rèpond lo bouri, mais il ast si s'qué qu'il è de-b'sè d'ête hh'mellè. Lo paure borio pesse ène djonâye acrûse : il ast hh'mellè, modu, deboussi pa lis bouris et co pa lis h'lînes. Lis djos è séwant, ç'ast co pés ! Pahhênne ne l'aime, lo borio-la ! Il ast depoûhhi d'tot-pwatot. Même sis frères et sûs s'foutat d'leu. Et sè mère que li dit : Dje vourâys bîn que t'sôs èvôye ! Alôrs, lo paure borio se sauve. Il errîve dant ène misèrâble baraque et ateure tot streume. Ène vée famme demoure tot-la èvo sè tchette et sè h'lîne. Lè tchette sait faire so crédô et lè h'lîne, lée, sait poûre dis bîs û(f)s. Èprès quiques djos, lo borio dit qu'i s'ennoye et d'mande s'i pût n-allè nadji. Lè h'lîne se fâtche et elle li dit : De què qu'te piands ? T'es ène mauho bîn tchaude et co dis compèyos. Sés mis conseils et tâtche de poûre ou bîn d'faire to crédô. Dîna, te srevirès è èque. Dje m'èpasse que dje fairâys meux d'pwati, que rèpond lo borio. Et il è vè nadji et boûtchi das l'ôve. Lo borio vourôt bîn wêr lo monde. Mais tout' lis bêtes qu'i creuhe skeupat sus leu pace qu'il ast peut. Vaci lo wè'i ; et peus l'(h)euvî, boûn' et frâd. Lo borio ast tocoûs tot pwâ leu et tell'mat triste ! În djo, lo fûs-taps ast enfi tot-la. Alôrs, lo borio s'bote è volè. Sis aules sot v'nues foûtes essèz po lo poutè èvôye. Et bîntôt, i s'trove das în djâdi au bord d'ène estang. Comme tout' ast bî ! Trâs bîs cygnes hhoûyat sus l'ôve. Lo borio s'èpasse : Comme dje vourâys bîn n-allè d'was lis bîs ouhés-la ! Is me toûerot si dj'ôse m'eppreutchi d'zâs, mi que seus si peut ! Mais ça n'fait rîn, vaut meux mori touè pa zâs putôt qu'dête modu pa lis bouris, moquè pa lis h'lînes et deboussi d'tot-pwatot ! Alôrs, i s'jeutte das l'ôve et nadje au-dévant dis cygnes que s'lançat sus leu ! Touèz-mi ! dit lo paure borio. Et i quine lè tête sus l'ôve è n-ettadant lis côps. Mais qu'ôst-ce qu'i voût das lè kiahhe ôve ? I voût sè propre imèdje : ç'n'ast pus l'ouhé mau bâti, tot gris, tot peut... Ç'ast în cygne, în bî cygne, bianc et bî veusti. Dis èfants errivat au djâdji et lo pus djène demoure èbaubi : eur'wêtiz wêr ! I n-în în nové cygne, et ç'ast lo pus bî ! Alôrs, lis pièmes di nové cygne s'gonfat, so cô èlanci s'drasse et i bwâle de tot so cœur : Commat'st-ce que dj'èrâys pèvu râvè tant d'bon(h)ûr quand dje n'yâys qu'în peut borio ?


Je pense que vous connaissez tous l'histoire du vilain petit canard, la voici en patois :

 Le vilain petit canard

 Maman cane a couvé ses œufs, sous les arbres et au moment venu, six jeunes canetons montrent enfin le bout de leur bec. Mais maman cane ne peut pas encore quitter son nid : le plus gros de ses œufs ne veut pas s'ouvrir. Elle grommelle : Quand pourrais-je aller nager avec mes jolis petits canetons. Enfin, le gros œuf s'ouvre. Mais qu'il est donc laid, et grand, et tout gris, le caneton qui vient de naître ! La maman cane crie : Il ne ressemble à aucun d'entre nous, ce caneton-là ! Enfin, allons dans la cour de la ferme que je vous présente à tout le monde ! Tenez-vous bien, marchez droit, saluez et dites coin-coin ! Devant la ferme, les autres canards les regardent s'avancer en disant : Bouh ! Qu'est-ce que c'est, ce caneton-là ? Il est trop laid, nous n'en voulons pas ! Aussitôt un gros canard vole sur le pauvre caneton gris et le pince méchamment avec son bec. Laissez-le, dit sa mère, il ne fait de mal à personne ! D'accord, répond le canard, mais il est si bizarre qu'il a besoin d'être battu. Le pauvre caneton passe une journée épouvantable : il est battu, mordu, chassé par les canards et par les poules ! Les jours suivants, c'est encore pire ! Personne ne l'aime, ce caneton-là ! Il est chassé violemment de partout. Même ses frères et sœurs se moquent de lui. Et sa mère qui lui dit : Je voudrais bien que tu sois loin ! Alors, le pauvre caneton se sauve. Il arrive devant une misérable baraque et entre timidement. Une vieille femme habite là avec son chat et sa poule. Le chat sait ronronner et la poule, elle sait pondre de beaux œufs. Après quelques jours, le caneton dit qu'il s'ennuie et demande s'il peut aller nager. La poule se fâche et elle lui dit : De quoi te plainds-tu ? Tu as une maison bien chaude et des compagnons. Suis mes conseils et tâche de pondre ou de ronronner. Ainsi, tu serviras à quelque chose. Je pense que je ferais mieux de partir, répond le caneton. Et il s'en va nager et plonger dans l'eau. Le caneton voudrait bien voir le monde. Mais tous les animaux qu'il croise crachent sur lui parce qu'il est laid. Voici l'automne, et puis l'hiver, très froid. Le caneton est toujours tout seul et tellement triste ! Un jour, le printemps est enfin là. Alors, le caneton se met à voler. Ses ailes sont devenues assez fortes pour le porter au loin. Et bientôt, il se trouve dans un jardin public au bord d'un étang. Comme tout est beau ! Trois superbes cygnes glissent sur l'eau. Le caneton pense : Comme je voudrais aller vers ces beaux oiseaux-là ! Ils me tueront si j'ose m'approcher d'eux, moi qui suis si laid ! Mais cela ne fait rien, il vaut mieux mourir tué par eux plutôt que d'être mordu par les canards, moqué par les poules et repoussé de partout ! Alors, il se jette dans l'eau et nage au-devant des cygnes qui s'élancent sur lui. Tuez-moi ! dit le pauvre caneton. Et il penche la tête sur l'eau en attendant les coups. Mais que voit-il dans l'eau claire ? Il voit sa propre image : ce n'est plus l'oiseau mal bâti, tout gris, laid... C'est un cygne, un beau cygne, blanc et bien paré. Des enfants arrivent au jardin public et le plus jeune reste étonné : regardez voir ! Il y a un nouveau cygne, et c'est le plus beau ! Alors, les plumes du nouveau cygne se gonflent, son cou élancé se dresse et il crie de tout son cœur : Comment aurais-je pu rêver tant de bonheur quand je n'étais qu'un vilain petit canard ?

 

Posté par patoisantlorrain à 14:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2011

hommage à Maurice Gérard

Patois du Valtin

 

       Lo côp-ci, j'radrai (h)ommêge è în père patwès, M. Maurice Gérard, lè pahhênne do Vêti qu'avoût fait în CD en patwès. Lis pères patwès, ç'îre dîna qu'a heuchit èn'sèqwand çals que s'bettant po rèwâdè lû patwès. Maurice Gérard l'èb'sè'it bé sûr po ècrîre dis fiauves et dis poésies, mais co dis gueûlesses. Vaci so discoûrs au Vau-d'Èjau è 2008 et doux poèmes de so CD qu'il avoût fait è 2005,  Lo patwès d'chîz nos :

        Cette fois-ci, je rendrai hommage à un père patois, M. Maurice Gérard, la personne du Valtin qui avait fait un CD en patois. Les pères patois, c'était ainsi qu'on appelait autrefois ceux qui se battaient pour sauvegarder leur patois. Maurice Gérard l'utilisait bien sûr pour écrire des histoires et des poésies, mais aussi des coups de gueule. Voici son discours au Val-d'Ajol en 2008 et deux poèmes de son CD qu'il avait fait en 2005, Le patois de chez nous.

Discours à l’Assemblée annuelle des Patoisants – Le Val d’Ajol, 2008

         Vôs sôz v’nus de tout’ lis catrâyes po pessè essêne ène balle jonâye. Notis ancés s’rant bé n-aihes s’is vèyant tout’ lo poussat qu’a vè r’mouè aujud’(h)eû, lû languêge cwèchi pa dis montènes d’èvolutio. D’ène règio è l’aute, is avant dis foûs do mau d’se compâre. D’ène vallâye è l’aute, lis accents yant diffèrents, lo même mot ne s’d’hit mi dè même faço. Mais is jôyant de bé s’frèquentè et d’faire essêne dis bonnes effaires. A n’è mi au’i dîre qu’ateur zâs, is s’yant fait lè guerre. Èda-la, de trop-bé dis dècennies, lo patwès s’praquait das lis près, das lis champs, das lis montènes, das tout’ lis familles, das tout’ lis m’ters et en tot leû. Au grand dis jos, au grand dis neûts, lis èc(h)os è reppoutant dèj’qu’è lè piaine. Et pis i v’neut lè Rèvolutio, èvo l’Abbé Grègoire que n-allait en guerre contre lis patwès, po qu’i n’y ôt pus en France qu’în seul languêge. Ça boteut do taps mais èprès lè dèrêre guerre, notis patwès s’pedeûnent au profit do français. Aujud’(h)eû, tortus essêne, a z-è r’mouè lo poussat que r’cwèche lo languêge do pessè. A z-è eppoutè chèki ène pîrre po qu’lè mauho n’chèheusse mi en ruine. Mais elle ne s’rè jamais pus çu qu’elle è stu. Çu qu’a vût surtout, ç’ast laihhi dis trêces po notis descendants que s’rant întèressès pa lo languêge et lo pessè dis ancés. Et pis, i faut bé lo dîre, tout’ çals qu’ot vikè lis dèrers taps, dis languêges-la, ot wâdè au fod d’zâs lis chantantes întonâtios qu’lis ot r’jô’i das lû jeunesse. Et d’notis jos, en pus dis sov’nîrs que nos r’jôyat tocoûs, notis patwès ot co lo pouwêr è chèkine de notis rencontres de crèè dis èmotios et ç’ast bé dîna. Salut, è tortus !

        Vous êtes venus de toutes les régions pour passer ensemble une belle journée. Nos anciens seraient bien content s'ils voyaient toute la poussière qu'on va remuer aujourd'hui, leur langage couvert par des montagnes d'évolution. D'une région à l'autre, ils avaient parfois du mal à se comprendre. D'une vallée à l'autre, les accents étaient différents, le même mot ne se disait pas de la même façon. Mais il réussissaient à bien se fréquenter et à faire ensemble de bonnes affaires. On n'a pas entendu dire qu'entre eux, ils se soient faits la guerre. Autrefois, il y a bien des décennies, le patois se parlait dans les prés, dans les champs, dans les montagnes, dans toutes les familles, dans tous les métiers et en tout lieu. Le long des jours, le long des nuits, les échos en rapportaient jusqu'à la plaine. Et puis vint la Révolution, avec l'Abbé Grégoire qui allait en guerre contre les patois, pour qu'il n'y ait plus en France qu'un seul langage. Ça mit du temps mais après la dernière guerre, nos patois se perdirent au profit du français. Aujourd'hui, tous ensemble, on a remué la poussière qui recouvre le langage du passé. On a apporté chacun une pierre pour que la maison ne tombe pas en ruine. Mais elle ne sera jamais plus ce qu'elle a été. ce qu'on veut surtout, c'est laisser des traces pour nos descendants qui seraient intéressés par le langage et le passé des anciens. Et puis, il faut bien le dire, tous ceux qui ont vécu les derniers temps, de ces langages-là, ont gardé au fond d'eux les chantantes intonations qui les ont réjoui dans leur jeunesse. Et de nos jours, en plus des souvenirs qui nous réjouissent toujours, nos patois ont encore le pouvoir à chacune de nos rencontres de créer des émotions et c'est bien comme ça. Salut, à tous !

 

Lo bon sens de notis ancés

     Das lo taps notis gens vikant bé n-autremat        
        Qu’a n’vike aujud’(h)eû. Is n-allant tot bâll’mat
        Snas ête èfoûss’nès dîna qu’a z-ast d’notis jos.
        Das lû simplicitè, is avant dè raho.
        I n’y avoût mi èchtant d’dètraquès qu’mèt’nant.
        Lis gens yant bé das lû pé snas ête dis sèvants.
        Èvo lis pîds bé sus tiêrre, is n-allant tot drât.
        Ç’n’îre mi dis girouettes que tonant è tos lis vats.
        Is n’avant pwèt d’radio co d’înformâtios.
        C’îre sovat d’au’i dîre qu’is k’nahhant lis actios
        Que s’pessant das l’entorêge et co das lo monde.
        Lis novalles n-allant d’l’în è l’aute, tot è l’èronde.
        Is sèvant sûr’mat pesè lo bé et lo mau.
        Il y avoût, ç’ast sûr, dis pahhênnes qu’avant dis dèfauts
        Mais qu’n-allant mi si lan qu’vot lis malfrats
        D’aujud’(h)eû que breulat et que touat au pessant.
        Is avant dè pône mais is yant è lè hautou,
        Tocoûs prats po z-aidî quand il y avoût în mal(h)oû(r),
        Tocoûs prats po d’nnè is autes ène câille de lû tåps.
        Tot èchtant po lis wèsîs que po lis parats.
        Is avant lo respect do bé co dis gens
        Que ç’sôt das lè sociètè ou das lis champs.
        Quand is avant d’nnè lû parôle, c’îre èque de sûr.
        Èvo zâs, i n’y avoût jamais trente-hhés mesûres.
        Dås lis fåços d’praquè d’tout’ notis ancés,
        Il y avoût do savoûr-vikè, dè civilitè.
        Po prâchi lûs effaires et lûs jubilâtios,
        Is avant în languêge piè d’balles întonâtios.
        Et tot d’în kûnp, lo progrès v’neut tout’ caboulè,
        Nos eppoutant trop-bé mais mi tocoûs do bé.
        Tout’ çu que j’vès d’vos r’nov’lè, ç’ast do pessè
        Qu’ène sèquante d’atre nos ot èvu l’occâsio d’vikè.
        De tout ç’là, a n’è pus qu’ène câille de lû languêge
        Èvo lis accents d’chèkî d’notis villêges.
        Ç’ast ène pwât do pessè qu’j’os r’çu en (h)èritêge.
        Ç’ast bé qu’aujud’(h)eû, a lûs-y radeusse (h)ommêge
        Au nos sov’nant qu’lis ancés yant dis gens d’valou
        Et qu’das lûs (h)umilitè, il y avoût dè grandou !

 

Le bon sens de nos anciens

        Autrefois, les anciens vivaient bien autrement
        Qu'on ne vit aujourd'hui. Ils allaient tout doucement
        Sans être excités ainsi qu'on l'est de nos jours.
        Dans leur simplicité, ils avaient de la raison.
        Il n'y avait pas autant de détraqués que maintenant.
        Les gens étaient bien dans leur peau sans être des savants.
        Avec les pieds bien sur terre, ils allaient tout droit.
        Ce n'étaient pas des girouettes qui tournaient à tous les vents.
        Ils n'avaient pas de radio et d'informations.
        C'était souvent d'entendre dire qu'ils connaissaient les faits
        Qui se passaient dans l'entourage et dans le monde.
        Les nouvelles allaient de l'un à l'autre, tout à la ronde.
        Ils savaient sûrement peser le bien et le mal.
        Il y avait, c'est sûr, des personnes qui avaient des défauts
        Mais qui n'allaient pas si loin que vont les malfrats
        D'aujourd'hui qui brûlent et qui tuent en passant.
        Ils avaient du mal mais ils étaient à la hauteur,
        Toujours prêts pour aider quand il y avait un malheur,
        Toujours prêts pour donner aux autres un peu de leur temps.
        Tout autant pour les voisins que pour leurs parents,
        Ils avaient le respect du bien et des gens,
        Que ce soit dans la société ou dans les champs.
        Quand ils avaient donné leur parole c'était quelque chose de sûr,
        Avec eux, il n'y avait jamais trente-six mesures.
        Dans les façons de parler de tous nos anciens,
        Il y avait du savoir-vivre, de la civilité.
        Pour parler leurs affaires et leur jubilations,
        Ils avaient un langage plein de belles intonations.
        Et tout à coup, le progrès vint tout renverser,
        Nous apportant beaucoup mais pas toujours du bien.
        Tout ce que je viens de vous rapporter, c'est du passé
        Que beaucoup d'entre nous ont eu l'occasion de vivre.
        De tout cela, on n'a plus qu'un peu de leur langage
        Avec les accents de chacun de nos villages.
        C'est une part du passé que nous avons reçu en héritage.
        C'est bien qu'aujourd'hui, on leur rende hommage
        En nous souvenant que les anciens étaient des gens de valeur
        Et que dans leur humilité, ils avaient de la grandeur !


Lis dèrêres novalles

     Il î co trop-bé dis wètûres caboulâyes,
        Mais vala co ène sèquante dis esquintès.
        Lis gens n’fèyat mi essèz ettentio,
        Is sot de pus en pus pressès.
        Lis jènes, a z-è bé lûs-y prâchi : ållèz bâll’måt,
        Is ne v’lat ré n-escoutè,
        Is allat tocoûs pus vite.
        Ah bé tot-la, ç’ast lis chés mwachis
        I n-î, i n-î dis pollutios, dis escroqu’ries,
        Dis gens qu’a n’retrove mi,
        Dis çals que s’dèbarrassat,
        Dis çals que sot piès.
        Il î dis abus d’tout’ sortes.
        Mon Dû, mon Dû, i s’n-è pesse das ène jonâye.
        Po lè politique, ç’ast co pés,
        Ç’ast tout’ dis mentous.
        Po faire dis promasses, ây, is sot tot-la.
        Is s’y k’nnahhat po nos è foute piè lè vûe,
        Mais lûs promasses, is n’lis t’nat mi.
        Ah, tiès, tot-la, is d’hat qu’lis effaires ot r’pris.
        Oh wây, ç’ast co dis mentes, dis magouilles,
        Ç’ast seul’mat dis effaires de pots d’vî,
        Et co dis escroqu’ries.
        A n’sêrôt pus lûs-y faire confiance,
        Is nos peurnat po dis vèyôs.
        A s’demande bé où’st-ce qu’is vot nos m’nè.
        Au z-ettadant, a z-ast tocoûs bon po pè’i.
        Èvo l’Europe-la, qu’ast-ce que cè vè d’nnè.
        Je n’passe mi qu’cè s’rè nos
        Que r’tîr’rot lis mârros do feû.
        I n-î co ène sèquante dis groûs-là
        Que vot s’rèpi lis pwaches.
        Et nos, je s’ros tocoûs lis dîndos.
        Èda-la, das lis autes pè’is,
        Ç’ast co pés qu’chîz nos.
        Is s’touat po dis idées
        Ou bé po lè r’ligio.
        I n-î dis autes que cravat d’faim.
        Ç’ast lè haute finance
        Que meune lè danse.
        Tout’ ça, ç’n’ast ré d’bon po lis p’tiats.
        A dîrôt bé qu’lis gens sot fûns tot-pwatot.
        Enfin, po nos i n’faut co mi trop s’piande,
        I n-î dis pés qu’nos,
        Tout’ çals-la que n’ot pus d’chîz zâs,
        I n-î de pus en pus,
        Cè fait dotè po notis p’tits-èfants.
        Mais chîz nos, i n’faut co mi tout vêr è nâr
        I n-î co d’temps en temps dis bonnes novalles.
        Ah bé tiès, vala în poème.
        Ç’n’ast mi èque de bé r’levè
        Mais cè chinge lis idées.
        Ç’ast ène câille de s’lo das lè grisâille.
        I n-î çals que d’hat
        Qu’po bé faire ou po bé dîre,
        I vaut meux s’cohi
        Mais mi, je n’sêrôs mi lè framè,
        Je dis çu que j’passe.

                 

Les dernières nouvelles

   Il y a encore beaucoup de voitures accidentées,
     Mais voilà encore beaucoup des esquintés.
     Les gens ne font pas assez ettention,
     Ils sont de plus en plus pressés.
     Les jeunes, on a beau leur parler : allez doucement,
     Ils ne veulent rien écouter,
     Ils vont toujours plus vite.
     Ah bien là, ce sont les chiens écrasés.
     Il y en a, il y en a des pollutions, des escroqueries,
     Des gens qu'on ne retrouve pas,
     De ceux qui se suicident,
     De ceux qui sont soûls.
     Il y a des abus de toutes sortes.
     Mon Dieu, mon Dieu, il s'en passe dans une journée.
     Pour la politique, c'est encore pire,
     Ce sont tous des menteurs.
     Pour faire des promesses, oui, ils sont là.
     Ils s'y connaissent pour nous en foutre plein la vue,
     Mais leurs promesses, ils ne les tiennent pas.
     Ah, tiens, là, ils disent que les affaires ont repris.
     Ce sont tous des mensonges, des magouilles,
     Ce sont seulement des affaires de pots de vin,
     Et des escroqueries.
     On ne peut plus leur faire confiance,
     Ils nous prennent pour des veaux.
     On se demande bien où ils vont nous mener.
     En attendant, on est toujours bon pour payer.
     Avec cette Europe-là, qu'est-ce que ça va donner.
     Je ne pense pas que ce sera nous
     Qui tireront les marrons du feu.
     Il y a encore beaucoup de ces gros-là
     Qui vont se remplir les poches.
     Et nous, nous serons toujours les dindons.
     Après, dans les autres pays,
     C'est encore pire que chez nous.
     Ils se tuent pour des idées
     Ou bien pour la religion.
     Il y en a des autres qui crèvent de faim.
     C'est la haute finance
     Qui mène la danse.
     Tout ça, ce n'est rien de bon pour les petits.
     On dirait bien que les gens sont fous partout.
     Enfin, pour nous il ne faut pas encore trop se plaindre,
     Il y en a des pire que nous,
     Tous ceux-là qui n'ont plus de chez-eux,
     Il y en a de plus en plus,
     Ça fait peur pour nos petits-enfants.
     Mais chez nous, il ne faut pas encore voir tout en noir.
     Il y a encore de temps en temps des bonnes nouvelles.
     Ah bah tiens, voilà un poème.
     Ce n'est pas quelque chose de bien relevé
     Mais ça change les idées.
     C'est un peu de soleil dans la grisaille.
     Il y a ceux qui disent
     Que pour bien faire ou pour bien dire,
     Il vaut mieux se taire
     Mais moi, je ne peux pas la fermer,
     Je dis ce que je pense.
                       

















       

 

 

 


Posté par patoisantlorrain à 23:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


lè Saint Nicolâs en Loûrrin.ne

Patois de Chicourt et de Bettelainville

       Comme èhheû, ç'ateût lè Saint Nicolâs, vace doux fiauves : lè premîre en patwès d'Chicot et lè dousieume, en patwès d'Bett'lainvelle.

 

        Lè Saint Nicolês

        Les vieuilles cotumes so pêdent...
        Les autes fwos, l’Saint Nicolês v’neût dans tout’ les mauhons qu’i n-èveût des afants. Et ç’n’ateût-m’ înk que v’neût, mais dous’, treûhh, po l’moins ; si beun’ que nos, que j’atîns jè i pô pus grands et pus malîns, j’en atîns eune fwos è nos d’mander si i n’èveût pus de Saint Nicolês ou non. È fôhhe de d’bette, j’ans r’conn’hhu qu’i n’en deveût awo qu’i seûl qu’ateût lo boin. Mais, è ç’t (h)oûre, ç’ateût l’tot d’sawo comment s’y penre po r’connahhe lo boin d’èvo les autes. Que dit înk :
        - ’L è eune grande bêrbe bianche.
        - Ây, et peus ’l è tojos eune crûx sus s’bonnat d’èvêque, que dit în aute.
        Et j’n’ans don(c) d’cidé po lè crûx.
        Ne val-meu ti qu’eune fwos i Saint Nicolês errîve cheuz nos èvo i bonnat piquant en pôpieu d’guèzette ; et an povînt ca lîre dessus : courr... Po l’côwp, j’m’ai dit anlè : cè n’séreût-m’ ête lo boin, l’aute-ceute ! Et lè grûlatte, que m’èveût prîns ’t è l’(h)oûre en auyant lè guîngueurlatte devant s’-tit, ateût ranvaye tot d’i grand côwp. Et, po lè premîre fwos, j’ai ôsu r’wêtieu l’Saint Nicolês-lè dans les oeils. J’ai po l’côwp vu qu’i n’ressaneût wê au ci qu’ast sus l’grand kêde, au motîn. Et peus, n’val meu-ti qu’cè m’vient que j’conn’hheûs lè vwès-lè ! Mais, ây, ç’ast beun’ lè vwès d’lè Maria. Et quand ’l è v’lu m’faire dîre mè priêre, je li ai ri au nez.
        Depeus lè fwos-lè, c’è ètu fât : l’Saint Nicolês n’è jo pus v’nîn. Je poveûs beun’ awo dîhh ans, è ç’qu’i m’sane.
        Lè Saint Nicolês, ç’ateût eune des pus grandes, des pus belles jonêyes de note vèye d’afant. Déjè entre midi, devant que d’aller è l’ècôle, an prèpârînt lè piate botte de foin et ca l’chèchat d’awêne po lè bourrique don Saint Nicolês.
        Et lè jonêye-lè, an n’atînt-m’ trap trouands po aller sus l’tac, rêyeu don foin.
        Ç’que nos paures mêres en èvînt don hahhe, lo jo d’lè Saint Nicolâs. Cent fwos po eune, an d’mandînt:
        - M’man, l’Saint Nicolês vârè-ti cheuz nos ? M’man, què que l’Saint Nicolês vè m’epp’ter ? M’man, d’où ast-ce que l’Saint Nicolês vè qwêre les hhalats que’l eppôte ? Comment qu’i fait po d’hhende sè bourrique don ciel, don(c), l’Saint Nicolês ?
        Et cè n’hôteût-m’. Et lè mêre de rèponde :
        - Couhhe-teu,... Laiye-meu tranquille... Si t’n’ast-m’ gentil, lo pêre Fouettêrd t’eppot’rè eune vôhhe.
        Lo bougre d’pêre Fouettêrd-lè ! i n’è point d’jôye sans malêye, ç’ast l’cas d’on dîre. Ç’ast qu’an l’dotînt tot d’meimme, lo pêre Fouettêrd, èvo sè grôsse vwès rèbeuhhe, sè grande hatte, pieinte de vôhhes, qu’i mat ês afants que n’sont-m’ gentils. Et ç’que faiyeût qu’j’en èveûs co pus paw, ç’ast que jèmais i n’so montreût en piein.ne leumîre ; ç’ateût tojos don fond d’lè cuhine qu’i n’men’ceût don temps que s’maîte entreût on pôle.
        Ausseu, vos wèyeûz mè jôye quand val qu’eune fwos lo pieuton, que j’hôyeûs tojos genderme è cause de so r’chat, mo rèconte que l’pêre Fouettêrd ateût nayeu.
        - Ây, te n’es-m’ man d’on doter l’ennêye-ceu, qu’i m’dit, ’l ast chu dans lè bawe don molîn ; je l’y ai vu, qu’ateût nayeu. I n’en èveût point des pus ôgroux qu’meu.
        Portant, je n’mo soviens-m’ que j’èvesse jèmais èvu eune vôhhe don pêre Fouettêrd, mais tout’ les Saint Nicolês, înk èprès l’aute, epp’tînt des hhalats, des n’hattes, des qwètis d’pwêres et d’peummes et des prunes chaches qu’atînt tout’ beun’ maillous qu’les cis qu’j’èvîns sus note gueurnîn dans des chèchats : ’l èvînt poussieu sus les êrbes on Pèrèdis.
        I faut beun’ lo dîre, ç’n’ateût-m’ sans gruler i pô qu’an z-ècoutînt les pessêyes sus l’pèvé d’vant s’-tit : les trôtrôs-lè, niant, ç’n’ast-m’ li; i saint don Pèrèdis n’f’reût-m’ tant d’brut. Lo vace, qu’an so d’hînt quand an z-auyînt aller lè guîngueurlatte. Et l’coeur faiyeût teuf-teuf. Et quand ç’ast qu’l’(h)ohh don pôle so d’vèyeût et que l’Saint Nicolês d’mandeût: Vos enfants sont-ils gentils ?, an grulînt pîre qu’eune foillatte de poplî. Po rien au monde an n’èrînt l’vé les oeils. Cè s’comprend que l’Saint Nicolês n’pêle meu patwès : en Pèrèdis - tot comme au motîn -, an n’pêleût que français et ca p’t-ête lètîn.
        I n-èveût ca des Saint Nicolês qu’n’entrînt-m’ ês chambes ; et j’èreûs tojos beun’ volu sawo poquè. Înk matteût ses peummes et ses hhalats dans lè cuhine sus eune essieutte, în aute les beilleût è eune vwèsîne, ica în aute dehhendeût lo panut pa lè chem’nêye matte ses qwètis dans les betiaux que’l ettendînt sus l’ête.
        Et peus ca în aute pesseût ês f’nêtes, an ce que j’dreumîns, et i fourreût ses seukeur’rêyes dans lè chambe sans d’vêr lo guînch’lat.
        Je n’sérêus rêminer sus m’jane temps sans penser è lè Saint Nicolês. Ç’ateût por meu eune des pus belles jonêyes de l’ennêye. Et poquè qu’nos afants n’en pôrrînt-m’ dîre auss’tant ? Poquè que j’n’i laiyerînt-m’ les meimmes jôyes et les meimmes piaihis ? I n-è ca beun’ des v’llêges que l’Saint Nicolês fait ca tojos sè tonêye. N’laiyans-r’ meu cheûr lè cotume-lè.
        Dans chèque v’llêge i s’en treuvârè jè înk po faire lo Saint Nicolês, i s’en treuvarè po zi preuter des b’sagnes et po zi guernîr sè hatte ou beun’ so chèchat. Gens riches, que v’eûz l’mwèyîn, beilleûz au Saint Nicolês po les afants paures ; et ’l èront pus d’piaihi que si v’i beillîns vos-meimmes : çou qu’vient don Pèrèdis ast tojos maillou.

                        Lo jo d’lè Saint Nicolês, en 1916
                        Jeson, N. T. L., décembre 1921


        Dans les vieux temps n-èveût eune vaye eune bonne d’afant qu’èveût mîns eune brique trap chaude è s’piat po lo r’chauffieu pendant qu’elle s’reût envaye trèveilleu. Mâs ç’ast que’l ateût trap chaude, et ‘l è ètu breulé tot vivant.
        Lè bonne fomme ne sèveût pus qwè fâre, lo piat n’ateût-m’ d’è sien. Elle v’leût s’nayeu, mâs val qu’en v’lant aller s’nayeu, elle renconteure lo grand saint Nicolâs sus lo ch’mîn don Hals. I li d’mande tot bonn’ment: - Mâs où qu’v’alleûz donc’, lè bonne fomme ?
        - Mâs, grand saint, j’vâs lèver les lurelles de m’piat.
        Val que lo saint li dit: - Vè-t’en cheuz vos, mè bonne, te r’treuv’rés to piat beun’ portant dans s’bîche èva eune bêlle peumme dans lè main.
        Èloûrs lè fomme è r’en allé è Bett'lainvelle et en rentrant cheuz zoûs, ‘l è treuvé so piat dans l’bîche èva eune peumme dans lè main comme lo saint i èveût dit.
        ‘L ateût si contente que po r’mercieu l’saint, ‘li è fât fâre eune chèpelle è coté d’cheuz l’Jeuson.

                            Textes patois recueillis en Lorraine,
                            Thiriot et Zéliqzon, 1912

        Comme hier, c'était la Saint Nicolas, voici deux histoires : la première en patois de Chicourt et la deuxième, en patois de Bettelainville.

        Les vieilles coutumes se perdent...
        Autrefois, le Saint Nicolas venait dans toutes les maisons où il y avait des enfants. Et ce n'était pas un qui venait, mais deux, trois, pour le moins ; si bien que nous, que nous étions déjà un peu plus grand et plus malins, nous en étions une fois à nous demander s'il n'y avait plus de Saint Nicolas ou non. À force de débattre, nous avons reconnu qu'il n'en devait avoir qu'un seul qui était le bon. Mais, maintenant, c'était le tout de savoir comment s'y prendre pour reconnaître le bon d'avec les autres. L'un dit :
        Il a une grande barbe blanche.
        Oui, il a toujours une croix sur son bonnet d'évêque,  dit un autre.
        Et nous en avons donc décidé pour la croix.
        Ne voilà-ti pas qu'une fois un Saint Nicolas arrive chez nous avec un bonnet pointu en papier journal ; et on pouvait encore lire dessus : courr... Pour le coup, je me suis dit comme ça : ce ne serait pas être le bon, celui-ci ! Et la frayeur, qui m'avait pris tout à l'heure en entendant la sonnette devant la maison, était repartie tout d'un grand coup. Et, pour la première fois, j'ai osé regardé ce Saint Nicolas dans les yeux. J'ai pour le coup vu qu'il ne ressemblait guère à celui qui est sur le grand cadre, à l'église. Et puis, ne voilà-ti pas que ça me vient que je connaissais cette voix-là ! Mais, oui, c'est bien la voix de la Maria. Et quand elle a voulu me faire dire ma prière, je lui ai ri au nez.
        Depuis cette fois-là, ça a été fini : le Saint Nicolas n'est jamais plus venu. Je pouvais bien avoir dix ans, à ce qu'il me semble.
        La Saint Nicolas, c'était une des plus grandes, une des plus belles journées de notre vie d'enfant. Déjà entre midi, avant d'aller à l'école, on préparait la petite botte de foin et le sachet d'avoine pour la bourrique du Saint Nicolas.
        Et cette journée, on n'était pas trop paresseux pour aller sur le tas de foin, prendre du foin.
        Ce que nos pauvres mères en avaient du mal, le jour de la Saint Nicolas. Cent fois pour une, on demandait :
        Maman, le Saint Nicolas viendra-t-il chez nous ? Maman, qu'est-ce que le Saint Nicolas va m'apporter ? D'où le Saint Nicolas va chercher les noix qu'il apporte ? Comment fait-il pour descendre la bourrique du ciel, donc, le Saint Nicolas ?
        Et ça ne cessait pas. Et la mère de répondre :
        Tais-toi... Laisse-moi tranquille... Si tu n'es pas gentil, le père Fouettard t'apportera une verge.
        Ce bougre de père Fouettard ! Il n'y a pas de joie sans mélange, c'est le cas de le dire. C'est qu'on le craignait tout de même, le père Fouettard, avec sa grosse voix revêche, sa grande hotte, pleine de verges, qu'il donne aux enfants qui ne sont pas gentils. Et ce qu'il faisait que j'en avais encore plus peur, c'est que jamais il ne se montrait en pleine lumière ; c'était toujours du fond de la cuisine qu'il nous menaçait pendant que son maître entrait dans le poêle.
        Aussi, vous voyez ma joie quand voilà qu'une fois le facteur, que j'appelais toujours gendarme à cause de son habit, me raconte que le père Fouettard était noyé.
        Oui, tu n'as pas besoin d'avoir peur de lui cette année, me dit-il, il est tombé dans la mare du moulin ; je l'y ai vu, qui était noyé. Il n'y en avait pas des plus heureux que moi.
        Pourtant, je ne me souviens pas que je n'aie jamais eu une verge du père Fouettard, mais tous les Saint Nicolas, un après l'autre, apportaient des noix, des noisettes, des quartiers de poires et de pommes, et des prunes sèches qui étaient bien meilleurs que celles que nous avions dans notre grenier dans des sachets : elles avaient poussé sur les arbres au Paradis.
        Il faut bien le dire, ce n'était pas sans trembler un peu qu'on écoutait les pas sur le pavé devant la maison : ces trôtrôs, non, ce n'est pas lui : un saint du Paradis ne ferait pas tant de bruit. Le voici, se disait-on quand entendait aller la clochette. Et le cœur faisait teuf-teuf. Et quand la porte du poêle s'ouvrait et que le Saint Nicolas demandait : Vos enfants sont-ils gentils ?, on tremblait plus qu'une feuille de peuplier. Pour rien au monde on n'aurait levé les yeux. Ça se comprend que le Saint Nicolas ne parle pas patois : au Paradis - tout comme à l'église -, on ne parlait que français et aussi peut-être latin.
        Il y avait encore des Saints Nicolas qui n'entraient pas dans les chambres ; et j'aurais toujours bien voulu savoir pourquoi. Un mettait ses pommes et ses noix dans la cuisine sur une assiette, un autre les donnait à une voisine, un autre encore descendait pendant la nuit par la cheminée mettre ses quartiers dans les chaussures qui l'attendaient sur l'âtre.
        Et puis un autre encore passait par les fenêtres, pendant que je dormais, et il fourrait ses sucreries dans la chambre sans ouvrir le guichet.
        Je ne peux pas réfléchir sur mon jeune temps sans penser à la Saint Nicolas. C'était pour moi un des plus beaux jours de l'année. Et pourquoi nos enfants ne pourraient pas en dire autant ? Pourquoi nous ne leur laisserions pas les mêmes joies et les mêmes plaisirs ? Il y a bien encore des villages où le Saint Nicolas fait sa tournée. Ne laissons pas tomber cette coutume-là.
        Dans chaque village il s'en trouvera déjà un pour faire le Saint Nicolas, il s'en trouvera pour lui prêter des habits et pour lui garnir sa hotte ou bien son petit sac. Gens riches, qui avez le moyen, donnez au Saint Nicolas pour les enfants pauvres ; et ils auront plus de plaisir que si vous leur donniez vous-mêmes : ce qui vient du Paradis est toujours meilleur.

                        Le jour de la Saint Nicolas, en 1916
                        Jeson, N. T. L., décembre 1921

        Dans l'ancien temps il y avait une fois une bonne d'enfant qui avait mis une brique trop chaude à son enfant pour le réchauffer pendant qu'elle serait partie travailler. Mais c'est qu'elle était trop chaude, et il a été brûlé tout vivant.
        La bonne femme ne savait plus quoi faire, le petit n'était pas à elle. Elle voulait se noyer, mais voilà qu'en voulant aller se noyer, elle rencontre le grand Saint Nicolas sur le chemin du Hals. Il lui demande tout bonnement : - Mais où allez-vous donc, la bonne femme ?
        Mais, grand saint, je vais laver les langes de mon petit.
        Voilà le saint qui lui dit : - Va t'en chez vous, ma bonne, tu retrouveras ton petit bien portant dans son berceau avec une belle pomme dans la main.
        Alors la femme est retournée à Bettelainville    et en rentrant chez eux, elle a trouvé son petit dans le berceau avec une pomme dans la main comme le saint lui avait dit.
        Elle était si contente que pour remercier le saint, elle lui a fait faire une chapelle à côté de chez Joseph.

                        Textes patois recueillis en Lorraine,
                        Thiriot et Zéliqzon, 1912

Posté par patoisantlorrain à 21:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2011

le folk en Lorraine

Patois de Landremont

    Lo dârin côp, j'v'èvôs pâlé d'lè fête don v'llêge en dèyh-(h)eût' cent septante quand on dansôt les polkas, les mazurkes, les quadrilles, les scottishs.
    Aujd'(h)euy, cè s'rè ca po v'pâler don folk qu'on danse è ç't (h)oûre.
    Quand j'atôs jane, je n'conn'hhôs qu'Malicorne, le Tri Yann ica les gens d'Lorraine. Mâs faut dîre que tout' cè, ç'n'atôt wâ trop r'mouant. Eune fwès, èvo nas gens, j'èvîns ètu è Font'no neus promwêner în dimanche. Et tot-lè, i n'y èvôt lo Groupe sans Gain. Ç'ast anlè qu'j'â conn'hhu în folk pus moderne. În pôs pus tâd, j'allôs è mo promer bâl folk èvo Idyll. Et val comment qu'j'â mis lo dôy dans l'engrenêge : les bâls folks, sans roûbliyi lè Neuyt don Folk chèque ennâye. Lo folk, ç'n'ast-m' mâque ècouter, jouer d'lè musique ou bin dansi, ç'ast ca ène fèçon d'veki. Ç'ast comme au Mac Do : v'nôz comme v'atôz ! (j'en oûye jè que gueûlent que j'peurnesse l'exempe-lè !). I n'y en è que dansent pîds dèchaus, i n'y en è que sèvent bîn dansi et d'autes qu'eppran.nent. Et ç'n'ast-m' lè pweine de matte les (h)èbits des grands jos, veus v'nôz  po dansi, meu po ête lo pus bé et pahhônne ne vînt tot-lè po v'jugi comment qu'v'atôz eppraté ou bîn comment qu'veus dansôz. On vînt po se r'treuver, ç'ast tout'. Cè fât pus d'vingt ans que j'vîns et j'n'â jèmâs vu ène bagârre ou bîn în vol. I n'y è ca des gahhons et des bâcelles que vagnent, que s'renconteurent. Et peus, on n'les wèt pus pendant dous' trôh ans. Et eune jonâye, on les r'wèt èvo în piat ou ène piate. Ç'ast anlè lo folk. Lo folk, en Lorraine, ç'ast ç'lè ica ç'lè celte (Passmoual celte, în aute groupe que j'aime bîn.


    Vace eune chanson don groupe Elixir. Ç'atôt po lo platt, lè val don(c) en en "francique luxembourgeois", lè même langue qu'on pâle au Luxembourg, en francique rhénan et en patwès d'Landremont :

    Aus Lotréngen

    D'lotrénger Kanner / Hunn hiirt Häerz fir ëmmer verluer. / Hir Sprooch vergeet. / Looss mer eis Blummen nët wieleche loossen.

    D'lotréger Geschicht / Ass muenchmol eng grouss oppe Wonn / Vu Stol a vu Blutt. / Dës bedauerlech Undenken ploen eis.

    Déi lotrénger Alen / Vergi bal fir ëmmer, / Wann d'Flam ausgeet, / Da gesi mer de Platt stierwen.

    O Dir, lotrénger Leit, / Loosst d'Vergaangenheet rëmliewen ! / D'lotrénger Sprooch as kee Kittchen ! / Awer neen !

 

    Vòn Lothringe

 

   D'Kinder vòn Lothringe / Hànn fer immer éhr Herz verlor. / Éhr Platt isch àm Sterwe. / Losse-mer unsri Blume nìtt wèlich werre.

    D'G'schicht vòn Lothringe / ìsch mànchmol e àrich offeni Wund / Vòn Stàhl  unn Blut. / Die unglickliche Souvenirs losse uns nimmeh in Ruh.

    D'Ältere vòn Lothringe / gehn bàll fer immer eweg sinn. / Wenn d'Flàmm ussgeht, / gehn d'Patois usssterwe.

   Oh ! Ihr Litt vòn Lothringe, / Màche-n-er, dàss wàs àlt ìsch, widder nèj werd ! /D'Sprooch vòn Lothringe ìsch kèn Brisong ! / Àwer wìrglich nìtt !

     
    de Lôrraine

    Les afants de Lôrraine
    Ont pédu zoute cœûr po tojos.
    Zoute patwès s'rè bîntôt youte.
    N'laiyans-m' v'ni fiâche nas fleûrs.

    L'(h)istwêre de lè Lôrraine
    Ast des fwès ène piâye grand devêsse
    D'ècî ica d'sang.
    Les mal(h)awroûses sov'nances neus hantent.

    Les vieuilles gens de Lôrraine
    Vont bîntôt s'en aller po tojos.
    Si lè fiemme s'teind
    J'wêrrans nas patwès meuri.

    Ô ! Vos gens de Lôrraine
    Laiyôz lo pessé dev'ni prèsent.
    Lè langue de Lôrraine n'ast-m' eune prihon !
    Mâs non !

    La dernière fois, je vous avais parlé de la fête du village en dix-huit cent soixante-dix quand on dansait les polkas, les mazurkas, les quadrilles, les scottishs.
    Aujourd'hui, ce sera encore pour vous parler du folk qu'on danse maintenant.
    Quand j'étais jeune, je ne connaissais que Malicorne, les Tri Yann et les gens de Lorraine. Mais il faut dire que tout cela, ce n'était guère trop remuant. Une fois, avec mes parents, nous avions été à Fontenoy-la-Joûte nous promener un dimanche. Et là, il y avait le Groupe Sans Gain. C'est ainsi que j'ai découvert un folk plus moderne. Un peu plus tard, j'allais à mon premier bal folk avec Idyll. Et voilà comment j'ai mis le doigt dans l'engrenage : les bals folks, sans oublier la Nuit du Folk chaque année. Le folk, ce n'est pas seulement écouter, jouer de la musique ou bien danser, c'est aussi une façon de vivre. C'est comme au Mac Do : venez comme vous êtes ! (j'en entends déjà qui gueulent que je prenne cet exemple !). Certains dansent pieds-nus, certains dansent très bien et d'autres apprennent. Et ce n'est pas la peine de mettre les habits des grands jours, vous venez pour danser, pas pour être le plus beau et personne ne vient là pour vous juger comment vous êtes habillé ou bien comment vous dansez. On vient pour se retrouver, c'est tout. Ça fait plus de vingt ans que je viens et je n'ai jamais vu une bagarre ou bien un vol. Il y en a aussi qui viennent, qui se rencontrent. Et puis, on ne les voit plus pendant deux trois ans. Et un jour, on les revoit avec un petit garçon ou une petite fille. C'est comme ça le folk. Le folk en Lorraine, c'est ça ou ça (Passmoual celte, un autre groupe que j'aime bien). 


    Voici une chanson du groupe Elixir. Elle était destinée au platt, la voilà donc en francique luxembourgeois, la même langue qu'on parle aux Luxembourg, en francique rhénan et en patois de Landremont :

    de Lorraine

    Les enfants de Lorraine
    Ont perdu à jamais leur cœur.
    Leur patois se meure
    Ne laissons pas faner nos fleurs.

    L'histoire de la Lorraine
    Est parfois une plaie béante
    D'acier et de sang,
    Ces souvenirs malheureux nous hantent.

    Les anciens de Lorraine
    Vont bientôt, à jamais partir.
    Si s'éteint la flamme,
    Nous verrons les patois mourir.

    Oh ! Vous gens de Lorraine,
    Laissez le passé devenir présent.
    La langue de Lorraine n'est pas une prison !
    Mais non !

Posté par patoisantlorrain à 23:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2011

la fête patronale autrefois

Patois de Remeréville

Vace comment qu'les gens s'amusînt dans lo temps dans les villêges :

Une fête patronale d’autrefois

        Le père Toinon raconte à son petit-fils ce qui se passait lors de la fête patronale au village dans son jeune temps.

        Quand j’atôs jagne on s’amusôt âssi bîn è lè fête di villêge qu’âj’d’(h)eu si ç’n’ast-m’ meuys. Âssi, on s’en rajayôt longtemps è l’èvance, surtout les gahhons et les bêcelles à câse di bal et des bons dieûl’tons.
        Bîn des s’maines èvant lè fête, les fommes rèmessînt les û(f)s et bettînt lo beûrre. Das lo venr’di d’avant lo grand jo, cè commençôt. On f’yôt les l’vans sans rôblier lè l’vûre dè bîre et quand’ ç’atôt bîn l’vé, les fommes s’mattînt è faire les hhâdés, les tourtes, les têkes dè peummes, de qwaches, les babas et âssi lè tyiche â maujîn què s’mingeôt lè premére en lè tîrant di fohh. Pendant lo temps-lè, l’(h)omme hhâffôt lo fohh po tieûre lo tout’. Avant lè djerre, chèkîn avôt so fohh, tandis’ qu’è ç’t (h)oûre, i n’y è pus que dous’ ou trôs fohhs dans tout’ lo villêge depeus qu’les Boches ont tout’ breulé. D’vas les dous’ ou trâs (h)oûres de l’après-midi, ç’atôt tieût et les fommes, lo bonnat sus l’arâille montrînt è zoûs wèsines comme zoûs hhâdés atînt bîn rèussis, bîn châd-mollats.
        Lo sèm’di, on touôt les lèpîns, les tiènêrds, les ôyes, les jâs. Les fommes et les bêcelles lèvînt tout’ lè mâhon, mattînt les bés ridiâs, allînt è lè bouch’rîe, car lo pére Calendeau, v’nôt das lo jûdi po touer în bé bû(f), în grôs vé et des moutons.
        Enfin, lo dimanche errivôt. On allôt è lè masse et en sortant, on rangeôt les bêtes avant de s’matte è tâye. Pendant lo r’pès, les musiciens di bâl avo lo loueur, allînt chez lo maire, l’adjoint et les notâbes di villêge, po lé zi offri lè livrée de lè fête, des piats rubans de dous’ ou trôs couleurs, qu’on mattôt comme eune dècorâtion. Les musiciens jouînt în piat air et chèkîn beillôt lo trîngueld.
        È lè sortîe des vêpes, les musiciens emmwènînt les jagnes gens è Bèy-Pré po couri les gants. Les pus lestes beillînt cînq sous â mwènou d’bâl po awè lo drôt d’couri. ’L atînt tièqu’fwès déhh. Lè course atôt à pô près d’cent è dous cent mètres. Lo premer errivé avôt les gants, lo dousîme, în fiûtat. Après ç’lè, on rentrôt â villêge derri lè musique, et on allôt dansi jusqu’à souper. Te sérès, mo piat, que j’atôs în des premers dansous avo tè grand-mère, avant de nos mèrier. On n’connahhôt vôs tangos, foss’-trot’, shimmys, et zoutes êtîes, mais fallôt nos vôr dansi lè polka piquêye, lo quadrille dans ses figûres : en avant deux, balancez vos dames, pastourelle et lo galop. Les bonnes câcattes què nos r’wêtînt avînt de qwè è dîre. Quand on avôt trop châd, on allôt rafrahhi avo sè danseûse, ou sus lè carroussel ou bîn jouer â jeû d’faïence di pére Chaton.
        Après souper, on r’venôt dansi et d’vas mèneût, on f’yôt lè danse di jâ. Lo mwènou d’bâl appoukôt în jâ qu’on pendôt â plafond pa les pettes avo ène ficelle que pessôt dans ène arrosatte. Âssitôt, les dansous què v’lînt couri lè chance beillînt cînq sous et formînt în rond. Quand’l atînt prats, lo mwènou de bâl jetôt în bout d’amadou ell’mé dans l’arrosatte, les musiciens jouînt ène polka et lo premer di rond r’cevôt în piat baton qu’i conservôt lo temps què dûrôt lo to di bâl et pus i pessôt â hheuvant. Cè dûrôt anlè jusque quand’ l’amadou breulôt lè ficelle et f’yôt cheûr lo jâ sus lo pyinchi. Lo dansou què t’nôt lo piat baton rèmessôt lo jâ. Ç’atôt por lu. J’l’ai djègni ène fois, i p’sôt qwate lîves. Tè grand-mère nos l’è fait tieûre lo dimanche hheuvant.
        Dans lo villêge de to grand onke Joujou, què te n’ès-m’ connahhi, cè s’pessôt âtrement. Lo lundi de lè fête, après-midi, on allôt  dans în pré, d’vas lo canal. Lo jâ atôt entarré, mais lè tête pessôt fûs. Po awè lo jâ, i fallôt l’attroper en taquant d’ssus avo ène pêhhe. Mais avant, on v’bandôt les oeils et on v’f’yôt tôner po v’dèrouter, cè dûrôt tièqu’fwès longtemps avant d’attroper lè tête di jâ. Chèkîn avôt drôt è trôs côps. I fallôt vôr comme on riôt quand’ lo gahhon taquôt è l’oppôsé ou bîn lon di but’.
        È ç’t (h)oûre, tout’ celè ast rôblié et n’ast-m’ rempièci pa yèque de nové. Ç’ast vraiment demmêge.

                            J. Simonin, Le Pays Lorrain 1926, page 417

        Quand j'étais jeune on s'amusait aussi bien à la fête du village qu'aujourd'hui si ce n'est pas mieux. Aussi, on s'en réjouissait longtemps à l'avance, surtout les garçons et les filles à cause du bal et des bons gueuletons.
        Bien des semaines avant la fête, les femmes ramassaient les œufs et battaient le beurre. Dès le vendredi avant le grand jour, ça commençait. On faisait les levains sans oublier la levure de bière et quand c'était bien levé, les femmes se mettaient à faire les gâteaux, les tourtes, les tartes aux pommes, aux quetsches, les babas et aussi la quiche au mélange d'œufs et de fromage blanc qui se mangeait la première en la tirant du four. Pendant ce temps-là, l'homme chauffait le four pour cuire le tout. Avant la guerre, chacun avait son four, tandis que maintenant, il n'y a plus que deux ou trois fours dans tout le village depuis que les Allemands ont tout brûlé. Vers les deux ou trois heures de l'après-midi, c'était cuit et les femmes, le bonnet sur l'oreille montraient à leurs voisines comme leurs gâteaux étaient bien réussis, bien chauds-mollets.
        Le samedi, on tuait les lapins, les canards, les oies, les jars. Les femmes et les jeunes filles lavaient toute la maison, mettaient les beaux rideaux, allaient à la boucherie, car le père Calandeau, venait dès le jeudi pour tuer un beau bœuf, un gros veau et des moutons.
        Enfin, le dimanche arrivait. On allait à la messe et en sortant, on soignait les bêtes avant de se mettre à table. Pendant le repas, les musiciens du bal avec le loueur, allaient chez le maire, l'adjoint et les notables du village, pour leur offrir le ruban de la fête, de petits rubans de deux ou trois couleurs, qu'on mettait comme une décoration. Les musiciens jouaient un petit air et chacun donnait le pourboire.
        À la sortie des vêpres, les musiciens emmenaient les jeunes gens à Bey-Pré pour courir les gants. Les plus lestes donnaient cinq sous au meneur du bal pour avoir le droit de courir. Ils étaient quelquefois dix. La course était à peu près de cent à deux cent mètres. Le premier arrivé avait les gants, le deuxième, un sifflet. Après cela, on rentrait au village derrière la musique, et on allait danser jusqu'au souper. Tu sauras, mon petit, que j'étais un des premiers danseurs avec ta grand-mère, avant de nous marier. On ne connaissait vos tangos, fox-trot, shimmys, et leurs manières, mais il fallait nous voir danser la polka piquée, la quadrille dans ses figures : en avant deux, balancez vos dames, pastourelle et le galop. Les bonnes commères qui nous regardaient avaient de quoi dire. Quand on avait trop chaud, on allait se rafraichir avec sa danseuse, ou sur le carroussel ou bien jouer au jeu de faïence du père Chaton.
        Après souper, on revenait danser et vers minuit, on faisait la danse du coq. Le meneur de bal apportait un coq qu'on pendait au plafond par les pattes avec une ficelle qui passait dans un arrosoir. Aussitôt, les danseurs qui voulaient courir la chance donnaient cinq sous et formaient un rond. Quand ils étaient prêts, le meneur du bal jetait un bout d'amadou allumé dans l'arrosoir, les musiciens jouaient une polka et le premier du ronc recevait un petit bâton q'uil conservait le temps que durait le tour du bal et puis il passait au suivant. Ça durait comme ça jusque quand l'amadou brûlait la ficelle et faisait tomber le coq sur le plancher. Le danseur qui tenait le petit bâton ramassait le coq. C'était pour lui. Je l'ai gagné une fois, il pesait quatre livres. Ta grand-mère nous l'a fait cuire le dimanche suivant.
        Dans le village de ton grand oncle Joujou, que tu n'as pas connu, ça se passait autrement. Le lundi de la fête, après-midi, on allait dans un pré, vers le canal. Le coq était enterré, mais la tête dépassait. Pour avoir le coq, il fallait l'attraper en frappant dessus avec une perche.  Mais avant, on vous bandait les yeux et on vous faisait tourner pour vous dérouter, ça durait quelquefois longtemps avant d'attraper la tête du coq. Chacun avait droit à trois coups. Il fallait voir comme on riait quand le garçon frappait à l'opposé ou bien loin du but.
        Maintenant, tout cela est oublié et n'est pas remplacé par quelque chose de nouveau. C'est vraiment dommage.

(désolé pour ceux qui aiment les animaux)


                            J. Simonin, Le Pays Lorrain 1926, page 417

 


Posté par patoisantlorrain à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nous autes pè'isans

Patois de Domèvre-en-Haye

     Lo côp-ci, cè s'rè eune chanson di cougnot d'Taw. Lè chanson-lè, les gens don folk lè counnohh'teu bin, surtout les çaws qu'ècawtint lo groupe Idyll dos les ennêyes 80 (disque 'paw d'pôtience). C'étôt eune chanson d'lè Rèvolution conte les nobles et les riches. Auj'd'(h)oy, ç'ost pou des gens que, comme note bon Coliche, dèpèn'teu 37000 euros pou pesser eune noytie dos in (h)ôtel. Ç'ost nous que pèyos et ç'ost zaws que dèpèn'teu. Et cè s'rè toujous anlè tant que je l'vouros bin.

Patois d'Andilly

     Nous autes paysans

È vous, bés gens d'Taw ! / N'y è longtops qu'veus n'moquèz ; / Veus n'traîtèz toujous d'faws, / Quand j'allons d'ssus lo merchè. 

Veus n'hoûyèz groûs pè'isans / Quand èvaw vous j'discutons ; / Veus n'montrèz auss'toût vos dents, / Qu'sont aussi longes qu'dos fourchons.

J'n'èvons-m' d'beaux (h)èbèts ; / je n'poutons jèmâs qu'los çaws dos champs ; / Je n'ressemblons-m' aux gens d'lè velle, / Mâs... je n'devons rin aux merchands.

Veus peuvèz èwi dos bés pleumêges, / Mâs... n'fèyèz-m' tant los errogants ; / Los dindons qu'sont dos loûs kêges / En ont auss' bin trente fwès auss'tant.

V'èvèz p't-ête dos bés carrosses, / Mâs... n'f'yèz-m' tant los fringants ; / Mout sovot ç'n'ost qu'dos rosses / Que n'serint motte los pîds d'vant.

Si v'èvèz eune bée fèmille, / N'fèyèz-m' trop los pédants ; / Je n'sons-m' si difficiles / Mâs... ç'ost d'nous qu'sont noûs ofants !

Léopold Bouchaud, Pays Lorrain 1932, page 278

 

     Cette fois-ci, ce sera une chanson du Toulois. Cette chanson-là, les folkeux la connaissent bien, surtout ceux qui écoutaient le groupe Idyll dans les années 80 (disque un peu de patience). C'était une chanson révolutionnaire contre les nobles et les riches. Aujourd'hui, elle est pour des gens qui, comme notre bon Nicolas, dépensent 37000 euros pour passer une nuit dans un hôtel. C'est nous qui payons et ce sont eux qui dépensent. Et ce sera toujours ainsi tant que nous le voudrons bien.

     Nous autres paysans

À vous, beaux gens de Toul ! / Il y a longtemps que vous nous moquez ; / Vous nous traîtez toujours de fous, / Quand nous allons sur le marché.

Vous nous appelez gros paysans / Quand avec vous nous discutons ; / Vous nous montrez aussitôt vos dents, / Qui sont aussi longues que des fourchons.

Nous n'avons pas de beaux habits ; / Nous ne portons jamais que ceux des champs ; / Nous ne ressemblons pas aux gens de la ville, / Mais... nous ne devons rien aux marchands.

Vous pouvez avoir de beaux plumages, / Mais... ne faites pas tant les arrogants ; / Les dindons qui sont dans leurs cages / En ont vraiment trente fois autant.

Vous avez peut-être de beaux carrosses, / Mais... ne faites pas tant les fringants ; / Bien souvent, ce ne sont que des rosses / Qui ne sauraient mettre les pieds devant.

Si vous avez une belle famille, / Ne faites pas trop les pédants ; / Nous ne sommes pas si difficiles / Mais... c'est de nous que sont nos enfants !

Léopold Bouchaud, Pays lorrain 1932, page 278

 

 

 

 

Posté par patoisantlorrain à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2011

patois comparés

Patois d'Uriménil

Proquait-on lè même longue dos tote lè Lôrraine ? Yô, même sé les patwès d'lè montène chingeot è cause de zute foçon d'vikè qu'n'ost-m' lè même. Lès geos do piain pèyis pwèyînt mout bié s'compenre pou l'omou qu'zus patwès sé r'ssonînt bougrémot comme lo motère lo texte-lè :

Parlait-on la même langue dans toute la Lorraine ? Oui, même si les patois des Hautes-Vosges diffèrent à cause de leur façon de vivre qui n'est pas la même. Les gens de la plaine pouvaient très bien se comprendre parce que leurs patois se ressemblaient beaucoup comme le montre ce texte :

Français

    La pluie s’est mise à tomber. Tout à coup, j’ai entendu un grand bruit. C’était la maison qui s’écroulait. Je suis sorti dehors devant chez nous. Je regardais à droite et à gauche. Je ne voyais que de la poussière et de la fumée. Les femmes étaient toutes au milieu du chemin, qui regardaient aussi. Elles se reculèrent pour me laisser voir. On ne savait plus où avait été la cheminée. On voyait une armoire et les volets qui étaient arrachés. Le fourneau avait les pattes en l’air. Jusqu’au chapeau de François qui était resté pendu à une poutre. Tu se souviens bien, Jean-Claude, quand tu es arrivé, quand tu as vu le beau travail. Tu en es tombé sur le cul d’épouvante. Tu n’aurais pu te relever tout seul si je ne t’avais as aidé.

Brillon (Bar-le-Duc, Sud de la Meuse)

    La pluche s’mottè à choyr. Tout d’in côp, j’â auyi in grand brut. Ç’atôt la mâson qui choyôt. J’â soûrti d’vant l’(h)us. Je r’wayteuys à droyte et à gauche. Je n’voyeuys que d’la pawssère et d’la fumaye. Los femmes atint tourtoutes au mitan daw ch’min, qui r’waytint ètout. Elles se r’culèrent pou m’lâssi vôr. On n’savôt pus yaw qu’avôt èté la ch’minaye. On voyôt ine aumâre et los volets qui atint arrachis. Le founé avôt los pattes en l’âr. Jusqu’au chapé daw Fanfan qu’atôt resté pendu à une solîve. Tu t’souvins bin, jean-Claude, quand t’îs errivé, que t’îs vu la belle ouvrâge. T’a n-îs chu sus l’cul d’èpouvante. Tu n’areuys pu t’or’lever tout per ti si je t’n’aveuys-m’ âdyi.

Belleau (Entre Metz et Nancy, Centre de la Meurthe-et-Moselle)

    Lè piôe se mat è cheûr. Tot d’în côp, j’â oûyi in grand brut. Ç’atôza lè mauhon que ‘croulôt. J’â sôrti è l’(h)euhh d’vant chîz nos. J’â r’wâti è drôte è gauche. J’n’â vu que d’lè poussêre et d’lè f’mêre. Les fommes atinza totes dans le ch’mîn, que r’wâtînza ausseu. Elles s’ont r’keulé po m’lâyi wêr. On n’sèvôza pus wace qu’èvôt ètu lè chem’nâye. On wèyôt ine aumâre, les ventyons atînza râyis. Le foné atôza cuboulé. Jusqu’au chèpé di Fanfan qu’atôt resté pendu èprès eune trèvûre. Te t’sovîns-ti bîn, quand’ t’es errivé, quand’ t’es vu le bé ovrêge, t’en es cheuy sus t’cul d’èpouvante. Te n’èrôs-m’ pus te r’lever tout seul si je n’t’èvôs-m’ âdyi.

Tranqueville-Graux (Nord de Neufchâteau, Ouest des Vosges)

    Lè pieuche s’è mije è chôr. Tout d’in côp, j’â auyi în groûs brut. Ç’atôt lè mâjon qui frâlôt. Je saute fûs d’vant l’(h)euch. Je r’wâte è drôte è gauche. Je n’wès que don poussot et d’lè f’mêre. Los fommes atint tourtus au mwèytan d’lè ch’min que r’wâtint ègal’mot. Elles reculint pou m’lâyè r’wâtè. On woiyôt pus l’odrôt d’lè chev’nâye. On woiyôt eune ermwêre, los voulets qu’atint errachès. Eul fourneau atôt les pettes en l’air. Même eul chèpé de l’Fanfan qu’atôt eccrochè è ‘n’ poutre. Te t’souvins-ti bin, Jean-Claude, quand t’es errivè, quand t’es vu eul triste ouvrâge, t’es cheuy chus l’cul de frousse. Te n’arôs pouyu te r’luvè tout seul si je t’n’avôs-m’ âdè. 

Ç'ost sûr, j'â în pô triché au pernant des patwès qué 'tînt preuches. On pieut fâre lo contrâre èvo doux patwès bié diffèrents :

C'est sur, j'ai un peu triché en prenant des patois qui étaient proches. On peut faire l'inverse avec deux patois bien différents :

Cumières (village disparu, rasé en 1914-1918 – Verdun, Nord de la Meuse).

    La pluche se mint à choir. Tout d’un côp, j’â auyu un grand brut. C’itat la mâson qui choiyat. J’â soûrti d’vant l’(h)us’ de chîz nous. Je ripioys à droite et à gauche. Je n’woiyoys que d’la pawssatte et d’la fumaye. Les femmes itint tourtus au mitan don ch’min, qui ripyint itout. Is s’reculèrent pou m’lâssî woir. On n’savat pus awace qu’avat ité la ch’minaye. On woiyat une aumâre et lis volets qui itint arrachîs. Le fourneau avat lis pattes en l’air. Jusqu’au chapé don Fanfan qu’itat resté pendu à une solîve. Te t’souvins bin, Jean-Claude, quand t’îs arrivé, que t’is vu la belle ouvrâge. T’a n-îs chu sus l’cul d’awoi ité ipouvanté. Tu n’aroys pu te rel’ver tout seul si je n’t’aveus-m’ âdî.

Fontenoy-la-Joûte (Baccarat, Sud-Est de la Meurthe-et-Moselle).

    Lè piôve s’è mis è cheûr. Tot d’în côp, j’ai auyi in grand brut. Ç’tôr lè mâhon qué frâlôr. J’ai sâté fueûs d’vant l’(h)euhh. J’â r’wêtié è drâte è gauche. J’n’ai vu qué di poussot et d’lè foingêre. Les fômmes ‘tôr tortotes â mitan d’lè route, qué r’wêtôr âssi. Elles m’ont fait d’lè pièce pou m’laiyi vâ. On n’sèvôr pius woce qu’èvôr ‘tu lè chèn’vée. On wè’ôr ène ermêre, les volets qu’tôr râyis. Lo foné èvôr les pettes in l’air. Hesqu’â chèpé di Fanfan qu’tôr d’mouré pendu èprès in.ne poutre. Té t’soviés-ti, Jean-Diaude, quand t’es errivé, quand t’es vu lè belle ovrêge, t’in es cheu sus to cul d’èpouvante. T’n’èrâs pouvu t’er’léver tot per ti sé jé n’t’èvôr mi âdié.

Mâs au proquant tot bâll'mot, les geos èrînt pwèyu s'compenre. Les patwès d'lè montène chingeot d'ène besse è l'aute et portant, cè n'empêche pâs lés geos d'sé compenre quand es sé r'treuvot ês essemblâyes de patwès chèque onnâye. Ç'ost tot jeute s'es butot sus ène conjugaison ou în mot qu'es n'compernot-m'.

Mais en parlant doucement, les gens auraient pu se comprendre. Les patois des Hautes-Vosges changent d'une vallée à l'autre et pourtant, ça n'empêche pas les gens de se comprendre quand ils se retrouvent aux assemblées de patois chaque année. c'est tout juste s'ils butent sur une conjugaison ou un mot qu'ils ne comprennent pas.

Champdray (Grange-sur-Vologne, à l’Est d’Épinal, Est des Vosges)

    Lè pûche sé boté è châr. Tot d’în keûp, j’auyé în grand brut. Ç’tait lè mauhon que frâlait. J’euhhè dân’(h)euhh. J’espié è drâte è gauche. Jé n’wèyé que di poussot et co dè hh’mâye. Les fommes ‘tînt tortotes i mwèytan di ch’mîn, que spyînt aussi. Elles se r’culont po m’laihhi spî. O n’sowait pus où’st-ce qu’owait ‘tu lè chem’nâye. O wèyait ène ormêre, les volets que ‘tînt errèchis. Lo foné owait les pettes en l’air. Jusqu’i chèpé di Fanfan que ‘tait laihhi pondu èprès ène trèvûre. Te t’s’vîns bé, Chan-Diaude, quand’ t’es errivè, que t’es vu lo bé trèveil, t’è n-es cheuy sus to cul d’ête espovontè. T’èrôs mi pwè’u t’er’levè tot pwè ti sé je n’t’owais mi âdi.

Fraize (Est des Vosges)

    Lè pioûe s’boteut è tchêr. Tot d’în côp, dj’auyeus în grand brut. C’îre lè mauho que zboulait. Dje reuhheus fûs. Dje spieus è drâte è gâtche. Dje n’wè’eus que do poussot et co dè fèdjîre. Lis fommes yant tortotes au mwètan do tchemi, que spiant aussi. Elles se r’culeûnent po m’laihhi spî. A n’savoût pus wace qu’avoût stu lè tcheminâye. A wè’it ène ermêre, lis volets qu’yant râ’is. Lo foné avoût lis pettes è l’air. Nesqu’au tchèpé do Fanfan qu’îre pâdu èprès ène trèvûre. Te t’sovîns bîn, Chan-Guiaude, quand t’es errivè, que t’es vu lè belle besèye, t’è n-es tcheu sus to cul d’espavate. T’n’èrôs pèvu t’er’levè tot pwâ ti si dje n’t’avoûs mi aidî.

La Bresse (Sud de Gérardmer, Sud-Est des Vosges)

    Lè pieudje s’boté è tchêr. Tot d’în cwôp, idj’oûyé în grand brut. Ç’tat lè mwauhon qué hboûlit. Idj’euhhé fieus. I hhpiyé è drête è gautche. I n’wèyé qué di poussot et co d’lè feumâe. Lâs fommes ‘têtent tortotes i mwètan di tchèmi, qué hhpiyêtent aussi. Elles sé r’culont pou m’laihhé hhpiyé. O n’sawit pus où’st-ce qu’awit ‘tu lè tchem’née. O wèyit ène ormâre, lâs volats qué ‘têtent erratchés. Lé fwoné awit lâs pettes en l’air. Djuhhqu’i tchèpé di Fanfan qué ‘tat laihhé podu èprès ène trave. Té t’soviés biè, Chan-Diaude, quand’ t’es errivè, qué t’es vé lé bé trèwâ, t’- n-es tcheu hhus té cul d’èhhpavote. T’n’èrôs mi pwèyu t’erlôva tot pwâ ti s’i n’t’awés mi âdié.

Faut-i înventè în patwès standard, do chimique k'mmot es d'hot en Bretègne pou èwé ène longue comme les autes. J'aime meux eppenre les longues qué les geos proquînt dos tops pessè putôt qu'd'ècrîre et co d'pôlè ène longue qu'è 'tu înventâye et pwèyu dîre : et co nos aussi, j'os ène longue. On vè m'dîre qu'lo lôrrain dôt ête ène longue s'è ieut ête r'kenn'hhu et sauvè. J'vos rèpondrâ qu'stèpwèt qu'lè France è sinè lè Charte des Langues minoritaires mâs elle ne l'è-m' ratifié, cè ieut dîre que cè n'vaut rié et qu'elle n'è pâs pris d'èguègemots jesqu'è auj'd'(h)euy. Elle ettod qu'totes les longues-lè sînssent houte pou lo fâre. Et è n'faut-m' rôbliè qu'mèt'nant, les longues règionales epparténot au patrimwène dé lè France. Et qu'ost-ce qu'elle fât pou sauvè ses longues ? Rié. Mâs lè question è s'pôsè, ç'ost : j'os-tè dé-b'so d'ène charte pou eppenre lè longue de note contrâye ? Lè pus bâlle nique qu'on pieut fâre ês çutes qué d'hot qu'lo patwès, ç'ost dèpessè, ç'ost d'l'eppenre et co d'l'ècrîre tot bwenn'mot. Et s'è n'y on è qué vourînt s'y motte, es pwèyot tojos lâyé în com' sus mo blog !

Faut-il inventer un patois standard, du chimique comme on dit en Bretagne pour avoir une langue comme les autres. J'aime mieux apprendre les langues que les gens parlaient autrefois plutôt que d'écrire et de parler une langue qui a été inventée et pouvoir dire : nous aussi, nous avons une langue. On va me dire que le lorrain doit être une langue s'il veut être reconnu et sauvé. je vous répondrai que la France a peut-être signé la Charte des Langues minoritaires mais elle ne l'a pas ratifié, ça signifie que ça ne vaut rien et qu'elle n'a pris aucun engagement jusqu'à aujourd'hui. Elle attend que toutes ces langues soient disparues pour le faire. Et il ne faut pas oublier que maintenant, les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France. Et qu'a-t-elle fait pour sauver son patrimoine linguistique ? Rien. Mais la question à se poser, c'est : avons-nous besoin d'une charte pour apprendre la langue de notre région ? Le plus beau pied-de-nez que l'on peut faire à ceux qui disent que le patois, c'est dépassé, c'est de l'apprendre et de l'écrire tout bonnement. Et s'il y en a qui voudraient s'y mettre, ils peuvent toujours laisser un comme sur mon blog !



Posté par patoisantlorrain à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]