Patois de Fontenoy-la-Joûte et de Chenevières

Lo trahième artike, ç'ost tojos di patwès di coté dé L'ninville, mais lo côp-ci, ç'ost în pô pius bèhh, d'vwos Boccorot. Cè s'rè don(c) di patwès dé Chèn'vêres, lo pêre Motîn nos conte ç'qué'l èvôr comme  ètrin.nes. L'inrégistremont èvôr 'tu fait dons les onnées septante po lo Marcel Antoine, j'in èvôr èvu ène copie n'y é bié dêh ans. Quand vos ècout'râz, fât ettonde vingt secondes d'vant qu'cè c'mmonceuhhe. Vos vârrâz qu'è Chèn'vêres, on pâlôr pius vite.

etrennes

Les ètrênnes

J'vâs vos rèconter que d'mo tops, quand j'tôr jone, les ètrênnes qu'on èvôr lè jonée di Noviel-An. Èvo mo frêre, on s'rèjouissôr lè veille, lè vâille ... on errivôr lo mètîn de grand mètîn, et peus on li souhâdiôr lè bonne ennée, elle nos rembressôr, elle nos beillôr dous' trôs câilles de pwores choches et peus elle fouillôr dos l'ermêre, elle nos beillôr chèkîn ène thune, ène pièce de cent sous. On 'tôr (h)eureûx, on r'venôr cheuz nos en corant èvo lè pièce de cent sous. Quand on errivôr cheuz nos, mè mêre ettropôr lè pièce de cent sous, elle nos d'hôr que'l ollôr lè motte en sûr'té. On n'sèvôr meu ç'que s'pessôr, mè mêre l'èvôr beillé lè vâille è mè grand-mêre po qu'elle lè beilleuhhe comme ètrênnes. Vol les ètrênnes qu'on èvôr de note tops. Quand on vwét è ç't (h)oûre les jones que n'sont jamais contents èvo tout ç'que'l ont comme jouets de tout' les maniêres, nos âtes, j'n'èvîns rîn et peus on 'tôr contents quand même. On èvôr ène pièce de cent sous dos les mains, ç'tôr mè mêre que l'èvôr beillé lè vâille.

Le troisième article, c'est toujours du patois du côté de Lunéville, mais cette fois-ci, c'est un peu plus bas, vers Baccarat. Ça sera du patois de Chenevières, le père Martin nous conte ce qu'il avait comme étrennes. L'enregistrement avait été fait dans les années 70 par Marcel Antoine, j'en ai eu une copie il y a bien dix ans. Quand vous écouterez, il faut attendre vingt secondes avant que ça commence. Vous verrez qu'à Chenevières, on parlait plus vite.


Les étrennes

Je vais vous raconter dans mon temps, quand j'étais jeune, les étrennes qu'on avait la journée du Nouvel-An. Avec mon frère, on se réjouissait la veille... on arrivait le matin de bonne heure, et puis on lui souhaitait la bonne année, elle nous embrassait, elle nous donnait deux trois morceaux de poires sèches et puis elle fouillait dans l'armoire, elle nous donnait chacun une thune, une pièce de cent sous. On était heureux, on revenait chez nous en courant avec la pièce de cent sous. Quand on arrivait chez nous, ma mère attrapait la pièce de cent sous, elle nous disait qu'elle allait la mettre en sureté. On ne savait pas ce qui se passait, ma mère l'avait donné la veille à ma grand-mère pour qu'elle la donne comme étrennes. Voilà les étrennes qu'on avait de notre temps. Quand on voit maintenant les jeunes qui ne sont jamais contents avec tout ce qu'ils ont comme jouets de toutes les manières, nous autres, nous n'avions rien et puis on était contents quand même. On avait une pièce de cent sous dans les mains, c'était ma mère qui l'avait donné la veille.