Comme on est dans les Hautes-Vosges, on va continuer à visiter cette belle région, ainsi que le pays welche, avec des enregistrements que j'avais faits lors des réunions de patois.

Patois de Corcieux

soncorcieux

Lo beudîn


În peûre beûcullon que d'mourait au Grand-Valtîn, lo peûre (h)omme-lo n'ovoût wé d'ûve è mingi. Quand il è touè so p'tit pohhé, i n'ovoût pus ré do tot. Qu'ôst-ce qu'i v'leut faire, i fèyeut do beudîn, i fèyeut do beudîn în vâr'di. Et peus, dos lès moments d'Pêques, i n-ollait wâr lo curé. Mon Dieu, qu'ôst-ce qu'os ôz fait ? Ah, mon Dieu don(c), j'ai mingi do beudîn în vâr'di. T'es mingi do beudîn în vâr'di, ah, ç'ost în grôs pêché, ç'lo. Ben tiès, je n'séys wé pus rèche que ti. Po tè pènitence, te m'eppout'rès ène pieine charrâye de beûs. Qu'ôst-ce qu'i v'leut faire ? I heuche le gamin. Il ettèle lo bû(f) et lo volo dos lè montène è châgi ène grôsse charratte de beûs. I r'dèvolait, il errîve dèvant chez lo curé, lo curé lo spie et dit : Mais qu'est-ce que t'm'eppoutes tot-lo ? Ben, vos m'ôz dit que d'mingi do beudîn în vâr'di, cè valait bé ène charrâye de beûs. Eh ! j'vos èmone ène charrâye de beûs. Mais niant, te t'fous d'mi ! Ç'n'ost mi do beûs que t'm'eppoutes, ç'ost des fagots ! Eh ben, poquè, les fagots, ç'n'ost mi do beûs. Eh ben, qu'i li d'hait : Merde po ti ! Si les fagots, ç'n'ost mi do beûs, lo beudîn, ç'n'ost mi dè châ non pus.


Le boudin

Un pauvre bûcheron qui habitait au Grand-Valtin, le pauvre homme avait peu de choses à manger. Quand il a tué son petit cochon, il n'avait plus rien du tout. Qu'est-ce qu'il voulut faire, il fit du boudin, il fit du boudin un vendredi. Et puis, dans les moments de Pâques, il allait voir le curé. Mon Dieu, qu'est-ce que vous avez fait ? Ah, mon Dieu donc, j'ai mangé du boudin un vendredi. Tu as mangé du boudin un vendredi, ah, c'est un gros pêché, cela. Ben tiens, je ne suis guère plus riche que toi. Pour ta pénitence, tu m'apporteras une pleine charretée de bois. Qu'est-ce qu'il voulut faire ? Il appelle le gamin. Il attèle le bœuf et le voilà dans la montagne à charger une grosse charrette de bois. Il redescendait, il arrive devant chez le curé, le curé le regarde et dit : Mais qu'est-ce que tu m'apportes là ? Ben, vous m'avez dit que de manger du boudin un vendredi, ça valait bien une charretée de bois. Eh ! Je vous amène une charretée de bois. Mais non, tu te fous de moi ! Ce n'est pas du bois que tu m'apportes, ce sont des fagots ! Eh bien, pourquoi, les fagots, ce n'est pas du bois. Eh ben, qu'il disait : Merde pour toi
! Si les fagots, ce n'est pas du bois, le boudin, ce n'est pas de la viande non plus.