Les histoires des articles suivants ont été créées par les différents groupes de patois. Elles ont été lues lors de l'Assemblée générale des patoisants welches et vosgiens en 2006 à Plaine.

Patois de Xertigny

sonxertigny

Jounâye de nôge

Bonjoû è vos tortus, jé seus bié n-âhe dé vos r'treuvè... èhhèyèz-vos... ç'ost d'jè fât ! J'm'on vâs vos rècontè : l'onnâye dèrêre, în pô èvant Noé... vos vos sov'nèz : lè nôge ! Lè jounâye-lè, elle èvait cheû dépeus lo mètîn, on n'wèyeut mi lo s'lo, în tops d'chiè k'mmot on dit chèz nos. Wès lâs qwète (h)oûres dé l'èprès-médi, jé veûdiais lâs vèches, follait bié pèti fieus ; wèlè în bé jène (h)ômme qué pesse : ç'tait lo Minmin, lo fès do Colâs d'Mèyotte. Mâs voù'st-ce qué t'vès pwè în tops pwèrôil ? El (h)èsiteut în pô et peus m'lanceut : Ç'ost l'amour ! en mé r'zieutant. Lè Marie et lo Milo, nons wèsîns, 'tînt vénus âs loûres lo so-lè, on lâs r'mwênait sus l'(h)euhh, è 'tait pâs lon d'méneuyt, è n'nogeait pus. Lâs brances besses dâs chânes conte lè loûge pioyînt jusqu'è têrre, lo ch'mi 'tait bôchè, pwèt în brut... et peus on auye chantè, cè s'reppreuchait, mâs tot d'în côp, ène 'rande wâkesse. În momot èprès on è vu errivè lo Minmin tot windrè k'mmot ène chette prîhe è lè pieuge. È nos d'heut : J'â cheû dos lo rupt è cotè do ch'mi qué j'èn'wèyôs pus ! Tortot ç'lè, pou n-ollè tot d'mâme wêr sè bâlle !

Journée de neige

Bonjour à vous tous, je suis bien content de vous retrouver... asseyez-vous... C'est déjà fait ! Je m'en vais vous raconter : l'année dernière, un peu avant Noël... vous vous souvenez : la neige ! Cette journée-là, elle était tombée depuis le matin, on ne vit pas le soleil, un temps de chien comme on dit chez nous. Vers les quatre heures de l'après-midi, je vidais les vaches, fallait bien sortir ; voilà un beau jeune homme qui passe : c'était le Germain, le fils de Nicolas de Mèyotte. Mais où vas-tu par un temps pareil ? Il hésitat un peu et puis me lança : C'est l'amour ! en me regardant de côté. Marie et Émile, nos voisins, étaient venus à la veillée ce soir-là, on les ramenait sur la porte, il était pas loin de minuit, il ne neigeait plus. Les branches basses des chênes contre le hangar pliaient jusqu'à terre, le chemin était bouché, pas un bruit... et puis on entend chanter, ça se rapprochait, mais tout à coup, un grand cri. Un moment après on a vu arriver Germain tout mouillé comme un chat pris par la pluie. Il nous dit : Je suis tombé dans le ruisseau à côté du chemin que je ne voyais plus ! Tout cela, pour aller tout de même voir sa belle !