Cette histoire va nous mener à l'extrême-sud des Vosges, tout près de la Franche-Comté. D'ailleurs, le patois du Val-d'Ajol fait aussi partie des patois franc-comtois.

Patois du Val-d'Ajol

sonvaldajol

I Vau d'Èjau

Di temps-la, i Vau d'Èjau, lâs jos dé fwêre dâs andeuilles, on dèvalat lâs vèches i villêge pou lâs vonde. Cè sé passat hhus lè grand pièce, è cota d'ène sèye qué cheum'nat d'èvo lôve d'în rupt, qué creuhhat i mointan d'lè pièce. Lâs bieu(f)s cotwèyînt lâs chânes et peus lâs sèpîns qu'ètînt prots pou ête sôguas, dâs bôs qu'el' èvînt sauta fieus di bôs, quèque temps dèvant. Aujd'(h)euy, lâs dèbôllêges dâs commerçants ont rèpiècé lâs bestiaux et peus lè sèye è disparu. Mâs lâs patoisants sont teut-la, qu'è nâgesse, ou bié qué lé s'rouy luhesse, pou rèconta en patois lâs (h)istwêres di temps-la, et peus pou chanta lute amour pou în pè'is où lâs gens sont bié n-âhe dé d'moûra è l'ombre di bôs et peus lé long dâs ch'mis.

Au Val d'Ajol

En ce temps-là, au Val-d'Ajol, les jours de foire des andouilles, on descendait les vaches au village pour les vendre. Ça se passait sur la grand place, à côté d'une scierie qui marchait avec l'eau d'un ruisseau, qui coulait au milieu de la place. Les bœufs cotoyaient les chênes et puis les sapins qui étaient prêts pour être sciés, des bois qu'ils avaient sorti du bois, quelque temps auparavant. Aujourd'hui, les étals des commerçants ont remplacé les bestiaux et puis la scierie a disparu. Mais les patoisants sont là, qu'il neige, ou bien que le soleil brille, pour raconter en patois les histoires de ce temps-là, et puis pour chanter leur amour pour un pays où les gens sont bien contents de rester à l'ombre du bois et puis le long des chemins.