Toujours du welche, celui du Val de Villé à présent.

Patois du Val de Villé

sonvaldeville

Lo bwan temps do 'Tâve et do Boptisse

Solut, Boptisse ! K'mment qu't'è vès ? Qu'ôst-ce que t'vûx nos er'cantè, auhoud'(h)eû ? - Te t'sonvin.yes, 'Tâve... de l'(h)euviâ-lo... que lè nôge ne hôtit mi de cheûr ! Même qu'enne cwèchit lo chemi et lo ruhhiau ! - Ôy ! Il è fât si frâd qu'lo lâcé dis vèches geolit dans zeûtis poincés ! C'ètit do biâ ! - Crâs-meu ! Il è même follu côpè lis trâs chênes è lè Besse dis N'wis pou sé hhauffi... - C'ètit lis âbes woce que t'aimis te mottè è l'er'lambe èvo tè griwêse è lè belle sohan, quand lo s'lo toquit si fwôt ! T'ètiôr si cantant, si bin.ye âhhe quand t'owoûzôr pris do bwan temps èvo lèye, qu'an t'auyit chantè dèj'qu'è chûz nos... - Ôy ! C'ètit lo bwan temps !

Le bon temps de Gustave et de Baptiste

Salut, Baptiste ! Comment vas-tu ? Que veux-tu nous raconter, aujourd'hui ? - Tu te souviens, Gustave... de cet hiver... que la neige ne cessait pas de tomber ? Même qu'elle cachait le chemin et le ruisseau ! - Oui ! Il a fait si froid que le lait des vaches gelait dans leurs pis ! C'était du beau ! - Crois-moi ! Il a même fallu couper les trois chênes à la Basse des Noyers pour se chauffer... - C'étaient les arbres où tu aimais te mettre à l'ombre avec ta douce à la belle saison, quand le soleil tapait si fort ! Tu étais si content, si joyeux quant tu avais pris du bon temps avec elle, qu'on t'entendait chanter jusqu'à chez nous... - Oui ! C'était le bon temps !