Une dernière visite chez les Welches avec du patois de Labaroche. Ce patois est le mieux sauvegardé de ceux du Val d'Orbey. Deux livres ont été récemment publiés : Les Fables de la Fontaine (88 fables traduites en welche) et Les Épices de la langue comportant de nombreux témoignages en patois. Le patois de Labaroche diffère des autres patois welches du Val d'Orbey par un débit plus rapide alors que les autres patois voisins allongent les voyelles toniques à l'instar des patois vosgiens.

Pourquoi tant d'intérêt au welche ? Linguistiquement, il ferait partie du domaine lorrain. Les Welches pensent le contraire. Lorrain ou non lorrain ? Ce serait un débat à discuter sur le forum (pour l'adresse, voir le 1er article). L'important, c'est que patoisants welches et vosgiens travaillent ensemble pour sauvegarder leur langue, et que défendre le welche, c'est également une manière de préserver le vosgien tant ces langues sont proches.

Patois de Labaroche

sonlabaroche

Au fûs-taps

Quad' lo s'lo sé fait pus tchaud, au moûs d'èvri, quad' lè dèrêre nadje, lè nadje do coucou, tchêt bès des keuches pa pagnies d'ouète, quad' lo rupt sé r'bote è tchantè, cwètchi pa leuys pa-d'zos les rèmesses et que l'ôve r'conte çou qu'elle è èduri çou grand d'l'(h)euviê, dj'èyme d'mé permonè tout pa mi, tout bâll'mat, d'ssus lo tchémi qué mon.ne au prè dè Gotte. É m'sène qu'les vîx tchânes au bôrd do prè et qu'lè djène grôss', qué wachlit das les ranchis r'drassot lè tèyte, les arailles po scoutè lo brut qu'èvance d'ssus lo tchèmi, lo brut des solès d'bôws qué taquot, îna qu'lo sang das les vônes. Lè vie rè(h)an'tche, es sot aijes, es rèvikot. Wé lan, ène vètche beuyle et fait dè tôle das sè crape. Lèye aussi è r'ssan'tu lè fôche d'l'amou dè vie.

Au printemps

Quand le soleil se fait plus chaud, au mois d'avril, quand la dernière neige, la neige du coucou, tombe des branches en poignées de ouate, quand le ruisseau se remet à chanter, caché par endroits sous les congères et que l'eau raconte ce qu'elle a enduré tout au long de l'hiver, j'aime me promener, tout seul, lentement, sur le chemin qui conduit au pré de la Goutte. Il me semble que les vieux chênes au bord du pré et l'herbe nouvelle qui verdoie dans les endroits irrigués dressent la tête, les oreilles pour écouter le bruit qui avance sur le chemin, le bruit des sabots qui tapent comme le sang dans les artères. La vie reprend, ils sont contents, ils revivent. Pas très loin, une vache beugle et fait de la toile (tape du pied) contre sa mangeoire. Elle aussi a ressenti la force de l'amour de la vie.