Patois du Valtin

Mèt'nant qu'a z-è stu faire în to chîz lis Orbelès, a vè rev'ni das lo Pè'is Wahh au pessant pa lo haut do Hhlouhh. Vaci doux fiauves d'ène gent do Vêtî. C'îre ène gent qu'aimait bé so patwès. Il avoût fait în CD èvo vîngt-hhés fiauves et poésies.

la_chevre

Lè chîve

(Ç'ast lè Marie do Vêtî) que vè au marchî è Girômè. Elle vût vade sè chîve. Ma foû, elle s'installe. Et peus, lè chîve, pahhênne n-è vût. Alors, elle lè bote è cent balles, cent francs. Pis, lè Gènie que pesse tot-la. Elle è 'ja pessè trâs foûs dant lè Marie èvo sè chîve. Pis, elle s'errête, elle dit : Tés, poquè vos vadèz vote chîve, au prés-la, cent francs, ç'n'ast mi chî. Ah bé, mais faut que j'me dèbarrasseusse dè bête-la ! Eh bé, poquè ? Eh bé, ç'ast ène sacrée (h)istwêre, figurèz-vos, m'n (h)amme s'y intèresse, j'n-è vûx pus è lè mauho ! Alors, lè Gènie, elle dit : Eh bé, j'vos l'èchète, tés ! J'vos lè vads mais qu'ôst-ce qu'os n-allèz, poquè qu'vos v'lèz èch'tè lè chîve-la ? Eh bé, ça târè lo mé è lè mauho !

les_cloches_du_Valtin

Lis kieuches do Vêtî

Saute Joso, saute lè misère, lè misère n'ast mi lan. Ç'ast dîna que sinnat lis kieuches do Vêtî în grand jo. Dis guenîes, dis guenîes d'paures gens. Lis v'la èvôye, a dîrôt dis bourdonn'mat de hann'to. Is n-eureûnent do mau, is n-eureûnent do mau  po lis montè haut-la. Ça feut lo père Durand dè Combe, c'îre l'adjoint do maire do Vêtî. I n-alleut lis qwèri è Fraize et i lis rèm'neut das ène cherpiatte. Au rev'nant, i s'errêteut po boûre în voûrre das în bistrot chîz Chopat. Peus, ma foû, i pôseut sè cherpiatte sus lo lawêr... sus lo hhôwé. Pis i boveut în kûnp, mais quand i reuhheut, il y avoût în farçou qu'avoût emm'nè lè cherpiatte. Pus d'cherpiatte, pus d'kieuches. Alors, quand i ratreut au Vêtî, i n-auyeut de tout' lis couleurs. Tot lo monde se moquait d'lu, ça fait qu'a s'moqueut d'lu pendant în momat. Ça feureut în douanier que r'troveut, que lis r'troveut au Louchpahh. I lis r'troveut zos dis h'nètes. Elles yant nouâyes das în mouhheû d'pwache. Alors, i lis rèm'neut au Vêtî et ça feut le grand Grivel, c'îre lo cherpèter, que s'châgeut d'lis montè au moter. Alors, i n-è peurnait è chèque brès, et pis lè groûsse, i s'lè boteut sus lè tête. Et pis, i monteut, i monteut. Pis, quand i feut haut, i v'leut spî pa lè goulatte et pis vala, lè kieuche voleut bès. Ah bé, ma foû, i laihheut lis tot p'tites, et pis i r'dèvaleut po lis r'trovè. Impossîbe d'lis r'trovè. Alors, i coreut, i qwèreut lo curé, l'instituteur. Et pis, l'instituteur lis r'troveut : elles yant errêtâyes das ène tâle d'èrètôre.

Maintenant que l'on a été faire un tour chez les Welches, on va retourner dans le Pays Vert (Les Vosges) en passant par le col de la Schlucht. Voici deux histoires d'une personne du Valtin. C'est une personne qui aimait bien son patois. Il avait fait un CD de vingt-six histoires et poésies.

La chèvre

(C'est la Marie du Valtin) qui va au marché à Gérardmer. Elle veut vendre sa chèvre. Ma foi, elle s'installe. Et puis, la chèvre, personne n'en veut. Alors, elle la met à cent balles, cent francs. Puis, l'Eugénie qui passe là. Elle est déjà passée trois fois devant la Marie avec sa chèvre. Puis, elle s'arrête, elle dit : Tiens, pourquoi vous vendez votre chèvre, à ce prix-là, cent francs, ce n'est pas cher. Ah bien, mais il faut que je me débarrasse de cette bête-là ! Eh bien, pourquoi ? Eh bien, c'est une sacrée histoire, figurez-vous, mon mari s'y intéresse, je n'en veux plus à la maison ! Alors, l'Eugénie, elle dit : Eh bien, je vous l'achète, tiens ! Je vous la vends mais qu'est-ce que vous allez, pourquoi vous voulez acheter cette chèvre-là. Eh bien, ça tiendra le mien (mon mari) à la maison !

Les cloches du Valtin

Saute Joseph, saute la misère, la misère n'est pas loin. C'est ainsi que sonnent les cloches du Valtin un jour de fête. Des guenilles, des guenilles de pauvres gens. Les voilà parties, on dirait des bourdonnement de hanneton. Ils en eurent du mal, ils en eurent du mal pour les monter là-haut. Ce fut le père Durand de la Combe, c'était l'adjoint du maire du Valtin. Il alla les chercher à Fraize et il les ramena dans un panier. En revenant, il s'arrêta pour boire un verre dans un bistrot chez Chopat... Puis, ma foi, il posa son panier sur le lavoir... Puis il but un coup. Mais quand il sortit, il y avait un farceur qui avait emmené le panier. Plus de panier, plus de cloches. Alors, quand il rentra au Valtin, il en entendit de toutes les couleurs. Tout le monde se moquait de lui, ça fait qu'on se moqua de lui pendant un moment. Ce fut un douanier qui retrouva, qui les retrouva au Louchpach. Il les retrouva sous des genêts. Elles étaient nouées dans un mouchoir de poche. Alors, il les ramena au Valtin et ce fut le grand Grivel, c'était le charpentier, qui se chargea de les monter dans l'église. Alors, il en prenait une à chaque bras, et puis la grosse, il se la mit sur la tête. Et puis, il monta, il monta. Puis, quand il fut en haut, il voulut regarder par la goulette et puis voilà, la cloche tomba. Ah bien, ma foi, il laissa les toutes petites, et puis, i redescendit pour les retrouver. Impossible de les retrouver. Alors, il courut, il chercha le curé, l'instituteur, et puis, l'instituteur les retrouva : elles étaient arrêtées dans une toile d'araignée.

(Lavoir se dit lawêr au Valtin mais hhôwé à Gérardmer)