On va quitter les Vosges et ses sapins pour aller en Moselle, dans le Pays du Saulnois (Château-Salins) plus précisément, et entendre le magnificat. Le patois du Saulnois est pratiquement le même que celui du Lunévillois. À Dieuze, le groupe Lè Beuguenatte propose chaque année une pièce de théâtre en patois ainsi que des réunions mensuelles.

Patois d'Ommeray

sonommeray

Lo magnificat

Èvo tiast-ce que te t'mèrierôs,                                                
Avec qui tu te marierais,
Oh Joson, mo feus ?
                                                                      Oh Joseph, mon fils ?
Èvo tiast-ce que te t'mèrierôs,                                                Avec qui tu te marierais,
Oh, dis-m' lo, dis-m' !                                                                   Oh, dis-moi le, dis-moi !
Je m'mèrierôs èvo lè feille d'note bergi,                             Je me marierais avec la fille de notre berger,
Oh, maman, je l'veus'.                                                                 Oh, maman, je le veux.
Crèyôz-v' que j'vais d'mwêrer gahhon tote mè vie,      Croyez-vous que je vais rester célibataire toute ma vie,
Nânni, nânni.                                                                                  Nenni, nenni.

Et qu'ast-ce que t'li beillerôs en mèriêge,                           
Et qu'est-ce que tu lui donnerais en mariage,
Oh Joson, mo feus ?                                                                      Oh Joseph, mon fils ?
Et qu'ast-ce que t'li beillerôs en mèriêge,                           Et qu'est-ce que tu lui donnerais en mariage,
Oh, dis-m'lo, dis-m' !                                                                     Oh, dis-moi le, dis-moi !
J'li beillerôs ène veille grîse cotte,                                         Je lui donnerais une vieille jupe grise,
Oh, maman, je l'veus'.                                                                  Oh, maman, je le veux.
Crèyôz-v' que j'vais li beilli ène rôbe di swêr,                   Croyez-vous que je vais lui donner une robe du soir,
Nânni, nânni.                                                                                   Nenni, nenni

Et qu'ast-ce que t'li beillerôs è mingi,                                   Et qu'est-ce que tu lui donnerais à manger,
Oh Joson, mo feus ?                                                                       Oh Joson, mon fils ?
Et qu'ast-ce que t'li beillerôs è mingi,                                   Et qu'est-ce que tu lui donnerais à manger,
Oh, dis-m' lo, dis-m' !                                                                    Oh, dis-moi le, dis-moi !
J'li beillerôs lè potêye d'note couchon,                                Je lui donnerais la potée de notre cochon,
Oh maman, je l'veus'.                                                                   Oh maman, je le veux.
Crèyôz-v' que j'vais li beilli lârd' et bodin,                          Croyez-vous que je vais lui donner lard et boudin,
Nânni, nânni.                                                                                   Nenni, nenni.

Et par-d'wace que t'lè f'rôs couchi,                                        Et vers où tu la ferais coucher,
Oh Joson, mo feus ?                                                                       Oh Joseph, mon fils ?
Et par-d'wace que t'lè f'rôs couchi,                                        Et vers où tu la ferais coucher,
Oh, dis-m' lo, dis-m' !                                                                     Oh, dis-moi le, dis-m' !
J'lè f'rôs couchi èvo nôs berbis,                                                Je la ferais coucher avec nos brebis,
Oh maman, je l'veus.                                                                     Oh maman, je le veux.
Crèyôz-v' que j'vais li beilli di fîn drèp,                                 Croyez-vous que je vais lui donner du drap fin,
Nânni, nânni.                                                                                    Nenni, nenni.

Et qu'ast-ce que t'f'rôs si elle vient è s'sâver,                      Et qu'est-ce que tu ferais si elle vient à se sauver,
Oh Joson, mo feus ?                                                                        Oh Joseph, mon fils ?
Et qu'ast-ce que t'f'rôs si elle vient è s'sâver,                      Et qu'est-ce que tu ferais si elle vient à se sauver,
Oh, dis-m' lo, dis-m' !                                                                      Oh, dis-m' lo, dis-m' !
J'li beillerôs în côp d'pong sus lè gueûle,                              Je lui donnerais un coup de poing sur la gueule,
Oh maman, je l'veus.                                                                      Oh maman, je le veux.
Crèyôz-v' que j'vais ca li beilli în bichat,                               Croyez-vous que je vais encore li donner un baiser,
Nânni, nânni.                                                                                     Nenni, nenni.

Cette chanson était connue dans d'autres régions françaises, le groupe folk Malicorne la chantait dans les années 70.