Patois de Pays-Haut

J'voureûs rende (h)ommêge tot-cè è în grand poète qué vièt d'nos quittè. I chanteût lè vie, l'amour, et co sè colêre conte l'injustice. I sèveût chwèsi ses mots po dîre sè colêre, mi b'san d'gueûler comme n'y en è. Èdieu Jean, té d'mor'rès au fond d'nos kieûrs.

Nut et Brouillârd

'L otint vingt' et cent, 'l otint des milliès,
Nus et maigues, trembiant, dans des vagons piombés,
Qué d'cheurint lè nut èvo zows ongues bettants,
'L otint de milliés, 'l otint vingt' et cent.

Is s'crèyint des (h)ommes, n'otint pus qu'des nombres,
Depeus longtemps zows dés èvint ètu j'tés.
Dès qu'lè mé r'cheût, i n'reste pus qu'ène ombe,
Is né d'vint jèmâs pus r'veûr în èté.

Lo temps qué s'sauve dreût et sans  hâte,
Survéki co ène jonâye, ène (h)oûre, anriéte.
Combèn' d'tos dé rieûyes, d'errêts et co d'ollâyes
Qué né hoûtent mè dé distiller l'espwêr.

Is sé hoûyint Jean-Pierre, Natacha ou Samuel,
N'y en è qué priyint Jésus, Jéhovah ou Vichnou,
D'autes né priyint-m', mâs i n's'y cote,
Is v'lint simplement n'pus vîve è genous.

Is n'errivint mi tortus è lè fin don voyêge.
Les çus qu'ont r'vénu, ost-ce qu'is pieunent ête (h)urows ?
'L èprovent de roûb'yeu, èbaubis qu'è zoute êge,
Les weines dé zows brès èvinssent vénu si bleues.

Les Oll'mands guettint don haut des miradors,
Lè lûne sé coujeût comme vès v'coujins,
En r'wâtiant youte, En r'wâtiant d'vant l'(h)euch,
Vote châ oteût tenre è zows chins policiés.

An m'dînent qu'è ç't (h)oûre qu'les mots-lè sont youte,
Qu'vaut mieux n'chanter qu'des chansons d'amour,
Qu'lo sang choche vite en entrant dens l'(h)istwêre,
Et qu'i n'serve è riè dé penre ène guitâre.

Mâs qui ost-ce don(c) s'rè essez foûrt po p'leûr m'errêter ?
L'ombe è v'nu (h)umaine, ènut ç'ost l'èté,
Jé twistereûs les mots s'i folleût les twister
Po qu'în jo les ofants sèvinssent qui ost-ce qu'v'otins.

V'otins vingt' et cent, v'otins des milliés,
Nus et maigues, trembiant, dans des vagons piombés
Qué d'cheurint lè nut èvo vos ongues bettants,
V'otins des milliés, v'otins vingt' et cent.

Je voudrais rendre hommage ici à un grand poète qui vient de nous quitter. Il chantait la vie, l'amour et sa colère contre l'injustice. Il savait choisir ses mots pour dire sa colère, pas besoin de vociférer comme certains. Adieu Jean, tu resteras au fond de nos coeurs.

Nuit et Brouillard

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers,
Nus et maigres, tremblant, dans ces wagons plombés,
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants,
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent.

Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres,
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés.
Dès que la main retombe, il ne reste qu'une ombre,
Ils ne devaient jamais plus revoir un été.

La fuite monotone et sans hâte du temps,
Survivre encore un jour, une heure, obstinément.
Combien de tours de roues, d'arrêts et de départs
Qui n'en finissent pas de distiller l'espoir.

Ils s'appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel,
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou,
D'autres ne priaient pas, mais qu'importe le ciel,
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux.

Ils n'arrivaient pas tous à la fin du voyage.
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux ?
Ils essaient d'oublier, étonnés qu'à leur âge,
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues.

Les Allemands guettaient du haut des miradors,
La lune se taisait comme vous vous taisiez,
En regardant au loin, en regardant dehors,
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers.

On me dit à présent que ces mots n'ont plus cours,
Qu'il vaut mieux ne chanter que des chansons d'amour,
Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire,
Et qu'il ne sert à rien de prendre une guitare.

Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter ?
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été,
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez.

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers,
Nus et maigres, tremblant, dans ces wagons plombés,
Qui déchiraient la nuit de vos ongles battants,
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent.

                                                      Jean Ferrat, 1930-2010