Patois de Neuvillers-sur-Fave

Cè fait djè ène bwenne déhaine d'ennâyes qu'lo Maurice, note mâte, beille dis l'ços d'patwès è lè mwauho d'ècôle è Nieuvillès. Cè z-ast lis mwâdis, lis s'maines paires. J'zi ai d'mandè si j'pèyis botè sis l'ços sus l'èrètâle, i m'n-è beilli lo drât. Cè z-arôt stu demmèdje qu'vos n-è profitinsses mi, nomi ? Van'ci do(c) lis l'ços-lè, dj'ai rèdjoutè dis notes et co dis exercices.

leço1

Peurmêre leço

Vos hâbliz lo patwès ?
Niant co ! Cè z-ast mè peurmêre leço !
Mais vos lo hâbeul'rôz bîntôt ?
Dj'y compte bîn ! Mais dje n'sârôs mi lo hâblè bîn è pwèt lè peurmêre djounâye !
Lo patwès n'ast mi trop maulaihant è eppenre pou în Vosgien ?
On n'pût mi dîre que cè z-ast aihant aihant, mais faut s'y faire !
I fârè èchtô în bran ?
Lo tops qu'i fârè ! Nieuvillès n'è mi stu bâtyi dos ène djounâye !

Lo cafè ast bwan !
Commat'st-ce qu'ast lo cafè ?
I n'ast mi meutchant !
Seul'mot, mi meutchant ?
Niant ! Il ast bwan ! Mais mo voûrre ast trop p'tiat !
T'l'arôs dit pus tôt, j't'arôs botè în bol !
Ây ! Mais lo côp-ci, cè z-ast trop tâd !
I fârè que j'me n-è sov'neusse pou în aute côp (I fârè que h'm'è sov'neusse pou în aute côp !)
Prods wâde de n'mi lo rèviè !

Ça fait déjà une bonne dizaine d'années que Maurice, notre prof, donne des leçons à la mairie-école de Neuvillers-sur-Fave. C'est les mardis, semaines paires. Je lui ai demandé si je pouvais mettre ses leçons sur le Net, il m'en a donné la permission. Cela aurait été dommage que vous n'en profitiez pas, n'est-ce pas ? Voici donc ces leçons, j'ai rajouté des notes et des exercices.

Première leçon

Vous parlez le patois ?
Pas encore ! C'est ma première leçon !
Mais vous le parlerez bientôt ?
J'y compte bien ! Mais je ne peux pas le parler couramment la première journée !
Le patois n'est pas trop difficile (malaisé) à apprendre pour un Vosgien ?
On ne peut pas dire que c'est facile facile (aisé aisé), mais il faut s'y faire !
Il faudra peut-être un moment ?
Le temps qu'il faudra ! Neuvillers n'a pas été bâti en une journée !

Le café est bon !
Comment est le café ?
Il n'est pas mauvais !
Seulement, pas mauvais ?
Non ! Il est bon ! Mais mon verre est trop petit !
Tu l'aurais dit plus tôt, je t'aurais donné un bol !
Oui, ! Mais cette fois-ci, c'est trop tard !
Il faudra que je m'en souvienne pour une autre fois !
Prends garde de ne pas l'oublier !

Notes :

Cè z-ast : devant une voyelle, on peut dire ç'ast ou cè z-ast. À Neuvillers et dans les communes environnantes, on emploie plutôt cè z-ast. Au négatif, "ce n'est pas" fait ç'n'ast mi.

Hâblè : au présent (formes du singulier) et au futur, le verbe fait hâbeule. Dje hâbeule ; dje hâblis ; dje hâbeul'râ : je parle ; je parlais ; je parlerai. Hâblè a plutôt le sens de causer.

Dje n'sârôs mi lo hâblè : je ne peux pas le parler. Ici, on emploie le verbe savoir au conditionnel. Pensez au français "je ne saurais vous dire". Mais on aurait pu dire également dje n'pûx mi lo hâblè : je ne peux pas le parler.

Meutchant : ici, il signifie mauvais et ne s'emploie que pour les choses. Sinon, on utilise mâs et son féminin mâhhe. Mâs / mâhhe  s'emploie pour les choses et les personnes. Exemple : În mâs boûbe, ène mâhhe bèyesse : un mauvais garçon, une mauvaise fille.

Lo côp-ci : l'adjectif démonstratif n'existe pas en patois, on emploie l'article et les adverbes -ci ou -lè. Exemple : L'(h)omme-lè, lè fomme-lè : cet homme-là, cette femme-là.

n-è : en. Il existe sous trois formes : è ou n-è, et n- devant une voyelle.

I fârè que h'm'è sov'neusse : il faudra que je m'en souvienne. À Ban-de-Lavelines et à Coinches, j' devient h' devant les lettres l, m, n. Exemple : Èn'das lo tops que h'li d'mandais : depuis le temps que je lui demandais. H'm'è vais : je m'en vais. H'n-awaizôr ène idée : j'en avais une idée. Le h se prononce (entendre ci-dessous). On le retrouve aussi dans les mots suivants : lè h'lîne : la poule ; lis h'més : les jumeaux ; lis h'nos, lis h'nètes : les genoux, les genêts.

h_en_patois

Conjugaisons : avoir et chanter (Pour le pronom nous, à Neuvillers, on emploie plutôt on : on z-ast, on tchante (nous sommes, nous chantons) mais on peut dire aussi : dj'os, dje tchantos.

Présent : dj'ai, t'es, il è, elle è, dj'os, vos ôz, is ot, elles ot
Imparfait : dj'awis, t'awis, il awit, elle awit, dj'awênes, vos awênes, is awênent, elles awênent
(à Ban-de-Laveline, dj'awais, t'awais, il await, elle await ; à Coinches, dj'a'oûs, t'a'oûs, il a'oût, elle a'oût)
Imparfait prochain : dj'awizôr, t'awizôr, il awizôr, elle awizôr, dj'awênôn', vos awênôn', is awênôn', elles awênôn'
(à Ban-de-Laveline : dj'awênôr, vos awênôr, is awênôr, elles awênôr pour les formes au pluriel)
Passé simple : dj'ôs, t'ôs, il ôt, elle ôt, dj'on.nes, vos on.nes, is on.nent, elles on.nent
Futur : dj'arai, t'arès, il arè, elle arè, dj'aros, vos arôz, is arot, elles arot
Conditionnel : dj'arôs, t'arôs, il arôt, elle arôt, dj'arênes, vos arênes, is arênent, elles arênent
Subjonctif Présent et Imparfait : que dj'ôsse, t'ôsses, il ôsse, elle ôsse, dj'onsses, vos onsses, is onssent, elles onssent
Impératif : inconnu
Participe présent : èyant
Participe passé : èvu

Présent : dje tchante, te tchantes, i tchante, elle tchante, dje tchantos, vos tchantiz, is tchantot, elles tchantot
Imparfait : dje tchantis, te tchantis, i tchantit, elle tchantit, dje tchantênes, vos tchantênes, is tchantênent, elles tchantênent.
Imparfait prochain : dje tchantizôr, te tchantizôr, i tchantizôr, elle tchantizôr, dje tchantênes, vos tchantênes, is tchantênent, elles tchantênent.
Futur : dje tchant'rai, te tchant'rès, i tchant'rè, elle tchant'rè, dje tchant'ros, vos tchant'rôz, is tchant'rot, elles tchant'rot.
Conditionnel : dje tchant'rôs, te tchant'rôs, i tchant'rôt, elle tchant'rôt, dje tchant'rênes, vos tchant'rênes, is tchant'rênent, elles tchant'rênent.
Subjonctif Présent et Imparfait : que dje tchanteusse, que te tchanteusse, qu'i tchanteusse, qu'elle tchanteusse, que dje tchantinsses, que vos tchantinsses, qu'is tchantinssent, qu'elles tchantinssent.
Impératif : tchante ! tchantos ! tchantiz !
Participe présent : tchantant
Participe passé : tchantè, tchantâye

Exercices (à traduire en patois ; laissez les réponses dans un commentaire sur mon blog) :

C'est difficile d'apprendre le patois ?
Oui, on ne peut pas le parler couramment la première journée.
Il faudra s'y faire.
Comment est votre verre ?
Bien trop petit, tu m'aurais donné un bol !