nicolas_epinal

Comme on est en décembre, voici deux textes en patois d'Allarmont sur Saint Nicolas et Noël

Saint Nicolâs

Lè Saint Nicolâs, on prèwoyôr cè î mwès è l'èvance, et co d'pis, surtout lis poronts. C'ètôr pou nos faire hâyeu, pou nos faire ètudieu, pou owor dis bonnes notes è l'ècôle. On nos m'nèçôr tohos do Pêre Fwettârd, do Pêre Saint Nicolâs, înk qu'èvôr ène trique, l'âte c'ètôr so chessot d'bonbons, de gâteaux. Pou n'm'owor lo côp d'trique do Pêre Fwettârd, je hayîns drât. Et pis i fellôr rèmounè dis bonnes note d'l'ècôle. C'ètôr î bon moment pou lis poronts. C'ètôr dis cadeaux qu'is nos beillînt, que li reppoutînt trop-bien de satisfactions pisqu'on hayôr bien. Èpreus lè Saint Nicolâs, c'ètôr terminè : je r'pernîns lis anciennes (h)abitûdes, lis manres (h)abitûdes...

Lis friyandîses... c'ètôr î grand Saint Nicolâs in pain d'èpice. Lis âtes friyandîses, c'ètôr dis rambours ou dis reinettes que lo grand-pêre èvôr couilleu. Lis oranges, lis mandarînes, j'n'ai k'nnonhhi mi cè. C'ètôr du superflu !

Noué

Dons lo villêge, èprès min.neût, on woyôr tortos lis lantiènes (que hayînt èvon ène bougie) è trèviês les chèmîns, è trèviês les champs, que rontrînt è lè mwâhon.
Tortot lè mwâhon er'cinôr : c'ètôr Noué pou tot l'monde ! Lis vèches èvînt ène bonne effourée et c'ètôr do r'wèyîn, do bon r'wèyîn que lo mâte dè mwâhon wâdôr pou Noué, lo moillou r'wèyîn. Lis gelînes, lo pouhhé, on li beillôr èque âssi. C'ètôr mi lo tot d'mingieu lo pouhhé : i fellôr que l'âte fèyeuhhe Noué âssi !

La Saint Nicolas, on prévoyait ça un mois à l'avance, et même plus, surtout les parents. C'était pour nous faire marcher, pour nous faire étudier, pour avoir de bonnes notes à l'école. On nous menaçait toujours du Père Fouettard, du Père Saint Nicolas, un qui avait une bonne trique, l'autre c'était son sachet de bonbons, de gâteaux. Pour ne pas avoir le coup de trique du Père Fouettard, nous marchions droit. Et puis il fallait ramener des bonnes notes de l'école. C'était un bon moment pour les parents. C'était des cadeaux qu'ils nous donnaient qui leur rapportaient beaucoup de satisfactions puisqu'on marchait bien. Après la Saint Nicolas, c'était terminé : nous reprenions les anciennes habitudes, les mauvaises habitudes...

Les friandises... C'était un grand Saint Nicolas en pain d'épice. Les autres friandises, c'étaient des pommes rambours, des reinettes que le grand-père avait cueillies. Les oranges, les mandarines, je n'ai pas connu ça. C'était du superflu !

Noël

Dans le village, après minuit, on voyait toutes les lanternes (qui fonctionnaient avec une bougie) à travers les chemins, à travers champs, qui rentraient à la maison.
Toute la maison réveillonnait : c'était Noël pour tout le monde ! Les vaches avaient une bonne ration de foin et c'était du regain, du bon regain que le maître de la maison gardait pour Noël, le meilleur regain. Les poules, les porcs, on leur donnait quelque chose aussi. Ce n'était pas le tout de manger le porc : il fallait que l'autre fît Noël aussi !

L'Esprit des Pays du Donon, Marc Brignon, 2002