toilettes_seches_retouche

Patois de Neuvillers-sur-Fave

Is çus qu'aimot lès satches chiattes, van'ci l'èvant-dèrêre leço qu'j'os fait è Nieuvillès.

Cè s'pesseut au wayîn d'l'ennâe pessâye. În mètîn lo Coliche deheut au Djoso : audjud'(h)eû, i fait co trop frâd pou rabourè ; mi, i faut que j'n-alleusse wêr mè tantîn è Peurmoter, i parait qu'elle ast ène câille malêve ; ti, do tops-lè, t'è vîrès veûdi lis chiattes, lo tonné ast prat d'debordè, te penrès lè beurwatte dè louhîre, et co lè pouhh'rasse et t'è vîrès deuspande lo tout' sus lo meix, ç'n'ast mi lè pweine de malè, te botrès lo tiaihh sus lo meix et lo spas dos lo rèyau, s'i pieut d'ssus, cè s'rè bîn pou rabourè. Lo Djoso prod so pal'tôt, sis bottes, è vè qwère lè beurwatte, et co lè pouhh'rasse et il è vè côte lè barèque dis chiattes. È n-errivant, i tîre bès so pal'tôt et i l'èkeurtche èprès lè poite qu'ast piantâye èprès lo baresso que tînt lo tât dè barèque, pace qu'i n'y è todjos ène poite dos lis chiattes, cè z-ast pou ettèchi lis mouhhés d'pôpiè journal, pace que tot-lè aussi i n'y è todjos dis mouhhés d'pôpiè journal, seul'mot, i n'faut mi penre n'importe qué journal, te n'sârôs mi penre lis Annonces, ç'ast do pôpiè r'luhant et il ast hhôyant, te pourrôs t'tôtchi èvo tis dâys. Bon ! Essèz d'folées, r'venos è note Djoso, il ecc'mmoce è rîmpyi sè beurwatte quand tot d'în côp, il èkeurtche so pal'tôt èvo lo mintche dè pouhh'rasse et van'lè lo pal'tôt bès dos lo tonné. În que feut bîn embêtè, ce feut lo Djoso, il ecc'mmoceut è tôilli dos lo tonné èvo lè pouhh'rasse pou èpreuvè d'rawè so pal'tôt. Il ère è trèyîn de r'mowè lo bazâr quand erriveut lo Coliche. I r'veneut pus tôt pace que sè tantîn n'ère mi tot-lè, elle ère è l'(h)opitau. Il r'wête lo Djoso et i zi dit : mais enfin ! qu'ôst-ce que t'debrèyes, j't'awis dit de n'mi malè, de botè lo tiaihh sus lo meix et lo spas dos lo rèyau, te n'ècoutes rîn do tot ! Mais dje 'male mi, j'èpreuve de rawè mo pal'tôt qu'ast tcheû dos lo tonné ! que dit lo Djoso. To pal'tôt ? Qué pal'tôt ? To viès pal'tôt d'soudêrd qu'ast mwèté dekèzè ! Il ast fout, to pal'tôt, laihhe-lo au diâbe, ç'ast bon, j'te n-è beillerai în aute, te lo r'penrès pou lo foute èvôye quand lo tonné s'rè veûde. Dje sais bîn qu'il ast foutu ! que dit lo Djoso, j'm'en fous bîn pâs mal de mo pal'tôt, mais j'ai lè marode qu'ast dos lè pwâtche !

Aux amateurs de toilettes sèches, voici l'avant-dernière leçon que nous avons fait à Neuvillers.

Ça se passa en automne de l'année dernière. Un matin, Nicolas dit à Joseph : aujourd'hui, il fait encore trop froid pour labourer ; moi, il faut que j'aille voir ma tante à Bertrimoutier, il parait qu'elle est un peu malade ; toi, pendant ce temps-là, tu iras vider les W.C., le tonneau est prêt à déborder, tu prendras la brouette à fumier et le seau à purin et tu iras épandre le tout dans le jardin, ce n'est pas la peine de mélanger, tu mettras le clair dans le jardin et l'épais dans le sillon (le champ), s'il pleut dessus, ça sera bien pour labourer. Joseph prend sa veste, ses bottes, va chercher la brouette et le seau à purin et il va à la cabane des W.C. En arrivant, il retire sa veste et il l'accroche après la pointe qui est plantée après le poteau qui tient le toit de la cabane, parce qu'il toujours une pointe dans les W.C., c'est pour attacher les morceaux de papier journal, parce que là aussi il y a toujours des morceaux de papier journal, seulement il ne faut pas prendre n'importe quel journal, tu ne peux pas prendre les Annonces des Hautes-Vosges, c'est du papier glacé et il est lisse, tu pourrais t'essuyer avec les doigts. Bon ! Assez de bêtises, revenons à notre Joseph, il commence à remplir sa brouette quand tout à coup, il accroche sa veste avec le manche du seau à putin et voilà la veste au fond du tonneau. Un qui fut bien embêté, ce fut Joseph, il commença à touiller dans le tonneau avec le seau pour essayer de ravoir sa veste. Il était en train de remuer le bazar quand arriva Nicolas. Il revint plus tôt parce que sa tante n'était pas là, elle était à l'hôpital. Il regarde Joseph et il lui dit : mais enfin ! qu'est-ce que tu bricoles, je t'avais dit de ne pas mélanger, de mettre le clair dans le jardin et l'épais dans le champ, tu n'écoutes rien du tout ! Mais je ne mélange pas, j'essaie de ravoir ma veste qui est tombée dans le tonneau ! dit Joseph. Ta veste ? Quelle veste ? Ta vieille veste de l'armée qui est à moitié déchirée ! Elle est foutue, ta veste, laisse-la au diable, c'est bon, je t'en donnerai une autre, tu la reprendras pour la jeter quand le tonneau sera vide. Je sais bien qu'elle est foutue ! dit Joseph, je m'en fous pas mal de ta veste, mais j'ai le casse-croûte qui est dans la poche !

Lè pouhh'rasse est une sorte de seau avec un long manche. Pendant la guerre, certains prenaient un casque allemand pour en faire un !