P1010807

Patois du Valtin

Po chingi ène câille, vala în poème dè gent qu'avoût fait lo CD è patwès do Vêti. Il avoût r'çu pus d'ène mentio et în diplôme d'(h)onneur dè Société des Poètes et Artistes de France. Lè Combe, c'îre lè besse où'st-ce qu'i d'mourait quand il îre èfant. Il avoût ècrit lo poème-la en français, j'l'ai do(c) r'botè en patwès.

Lo ch'mi dè Combe

A lo trovait long lo ch'mi-la
Que nos èm'nait au Vêti
Po l'èkûnle ou po lo cafè
Où'st-ce que s'èwaillant notis facultès.

A lo fè'it tos lis mètis,
Mi au corant mais d'bon trè'i.
Èvo notis groûs solès d'bûns kioutès,
A lo fè'it snas r'hhinè.

Das lè besse-la do bout do monde
Où'st-ce qu'i n'î qu'dis bûns.
Notis jeunes roulattes s'ot usè d'das
È tos lis jos lo ch'minè.

È l'ennâye pa în hhâs et chaud taps,
A lo fè'it sorîre au bac.
Lis sâs a z-aimait traînè,
Dis foûs mi pressès d'ratrè.

Quand lis rwas yant rèpis
Dis ôves que v'nant d'chêr,
J'motrans dis peutes mînes
De pistelè dîna das lè brode.

Lo cherriêge dis tronces de sèpe
Pessant tocoûs dîna qu'dis trains
Et fèyant reuhhi dis pîrres,
Crûsant ène câille pus lis rwas.

Que d'mal(h)eureûx ett'lêges
Y ot pedu lûs farrêges
Au z-y cherriant lè reuchasse
D'ène compiaihante noblesse.

Quand errivant lis longs (h)euwés
Et quand hhibait lè nage,
A d'vait sêre lis hhâris
Et a ratrait fôtiguès, esquintès.

Ç'n'ast mi qu'i sôt în ch'mi d'creûx
Mais s'a z-avoût pèvu zlère,
I n'èrôt mi èvu notis suffrêges,
A z-èrôt chwèsi lo villêge.

Il î mèt'nant lè route
Mais pus pahhênne que lè scoute,
Quèques mauhos d'vacances
Et dis sov'nances prèque èmêrs.

Pour changer un peu, voilà un poème de la personne qui avait fait le CD en patois du Valtin. Il avait reçu plusieurs mentions et un diplôme d'honneur de la Société des Poètes et Artistes de France. La Combe, c'était la vallée où il habitait quand il était enfant. Il avait écrit ce poème en français, je l'ai donc remis en patois.

Le chemin de la Combe

On le trouvait long ce chemin
Qui nous amenait au Valtin
Pour l'école ou pour le café
Où s'éveillaient nos facultés.

On le faisait tous les matins,
Pas en courant mais de bon train.
Avec nos gros sabots cloutés,
On le faisait sans rechigner.

Dans cette vallée du bout du monde
Où seulement les forêts abondent,
Nos jeunes rotules s'y sont usées
À tous les jours le cheminer.

En été par temps chaud et sec,
On le faisait sourire au bec,
Les soirs on aimait traînasser
Des fois pas pressés de rentrer.

Quand les ornières étaient jonchées
Des eaux qui venaient de tomber,
Nous affichions de tristes moues
D'ainsi patauger dans la boue.

Les charrois de grumes de sapin
Passaient sans cesse comme des trains
Et faisaient ressortir des pierres,
Creusant un peu plus les ornières.

Que de malheureux attelages
Y ont éliminé leurs ferrages
En y charroyant la richesse
D'une condescendante noblesse.

Quand arrivaient les longs hivers
Et les formations de congères,
On devait suivre le talus
Et l'on rentrait fourbus, moulus.

Non pas qu'il fût un chemin de croix
Mais si l'on avait eu le choix,
Il n'aurait pas eu nos suffrages,
On aurait choisi le village.

Il y a maintenant la route
Mais plus aucune âme à l'écoute,
Quelques résidents secondaires
Et des souvenirs presqu' amers.