280px_LeMedecinMalgreLui02

Patois du Barrois

Ç'côp-ci, ce s'rè don t(h)èâtre. V'ci ine pîce qu'on è joué en 1778 à Liné. Je v'l'â ècrit avo l'orthographe don temps-là, peuys avo lè manne, èprès en français. Aneuyt, on fât toujoûs don t(h)èâtre en patois, à Nieuvillès yaw que j'vâs mâs ico è Doûze, coumme v'pouvôz l'vôr sus l'site-là.

Cette fois-ci, ce sera du théâtre. Voici une pièce qu'on a joué en 1778 à Ligny en Barrois. Je vous l'ai écrit avec l'orthographe de l'époque, puis avec la mienne, après en français. Aujourd'hui, on fait toujours du théâtre en patois, à Neuvillers-sur-Fave ou je vais mais aussi à Dieuze, comme vous pouvoir le voir sur ce site.
L'mèd'cié maugré li
Acte 1, Sagnarelle - Martine

Nâné, la, qu j'né vira-me : j'pâlera et j'soié el maïte, n'mé ?
(Nânné, là, qu'j'né vîrâ-m' : j'pâl'râ et j'soys el' mayte, n'mé ?)
Nenni, là, que je n'irai pas : je parlerai, et je suis le maître, n'est-ce pas ?

Ti ? J'vû que t'viqui à m'nidaïe, né ! Je n'mâme mérié avo ti pou qu'je m'mine avo tos ataïes.
(Ti ? J'vûx que t'vikîs à m'n idaye, né ! Je n'm'â-m' mérié avo ti pou qu'je m'mine avo tos âtayes.)
Toi ? Je veux que tu vives à mon idée, né ! Je ne me suis pas mariée avec toi pour me consumer avec tes simagrées.

Houe  ! Lai foume, los foumes ! L'Arestote i disôt qu'ine foume l'atô-to pûs pis que l'diâle : l'avô-to maw râjeun'h.
(Hoû ! Lè foumme, los foummes ! L'Arestote, i disôt qu'ine foummme, 'l atôto pus pis que l'diâle : 'l avôto mawt râjon.)
Hou ! La femme, les femmes ! l'Aristote, il disait qu'une femme, il était plus pire que le diable : il avait bien raison.)

Deuh ! L'wit'te deun'h in pô l'baltâzâ avo ç'bêta d'aresto!
(Deu ! l'wîs-t' don(c) in pô l'balt(h)âzâ-là avo à'bêta d'aresto !)
Deu ! Le vois-tu donc un peu le balthazar avec ce bêta d'aristo !

Si-ô baltazâ, si-ô ! Ost-ce que t'queneuil ti in rappaïaw ben'w aragné coume mi ? Et qu'l'aroïe 'éteu da los tan'h chie in mosseu l'alboreïsse ? Et qu'savôi tou s'catonnet cheu l'bout de s'doïe ?
(Si-ost, Balt(h)âzâ, si-ost ! Ost-ce que t'keunneuys-ti in rapaillaw bin' w-aragné coumme mi ? Et que'l aroyt èteu das los temps chîz in mosseu l'(h)alborèysse ? Et qu'savôt itout s'catonnet cheus l'bout de s'dôy ?)
Si, Balthazar, si ! Est-ce que tu connais un faiseur de fagots bien discoureur comme moi, et qui aurait été autrefois chez un monsieur l'herboriste ? Et qui savait aussi son alphabet sur le bout des doigts ?

Va t'a deun'h, peut faw !
(Vat-t'a don(c), peut faw !)
Va-t'en donc, vilain fou !

Onst ! vi carne !
(Ouste ! vîe carne !)
Arrière ! vieille charogne !

Ah ! la, la, l'mawdé joue que c'atô-to deun'h que j'mâ mérié avo ti !
(Ah ! la, la, l'mawdét joû que ç'atôto don(c) que j'm'â mérié avo ti !)
Ah ! la, la, le maudit jour que c'était donc que je me suis marié avec toi !)

Que mawdé sacré gri bouïaw que c'ti-la que m'fayé bâyé in sine ! A rein'h d'tan'h j'atoïe-to fouteu.
(Qué mawdét sacré gribouillaw que ç'ti-là que m'fayé baillé in sîne ! A rin' d'temps, j'atoyto fouteu.)
Quel maudit sacré gribouilleur que celui-là qui m'a fait donner une signature ! En rien de temps, j'étais perdu.

Deuh ! C'ost ben' à ti deragotté in-là ! Ost-ce que te  n'devroïe me marcié l'bon'h Dieue eidet d'mâoui ? Disem ? T'meritoïe-to da n-aoui ieune coume mi ?
(Deu ! Ç'ost bèn' à ti d'ragoter ainlà ! Ost-ce que te n'devroys-m' 'marcié l'bon Dieu èdé d'm'awi ? Disèz-m' ? T'mèritoyto d'a n-awi yeune coumme mi ?)
Deu ! C'est bien à toi d'ergoter comme ça ! Est-ce que tu ne devrais pas remercier le bon Dieu toujours de m'avoir ? Dis-moi ? Tu mériterais d'en avoir une comme moi ?

Oueh ! C'ost ben' à deire ! T'éteu ben' heurawse m'penre, neume ?
(Ouè ! Ç'ost bèn' à dère ! T'es 'teu bin' (h)eurawse 'm'penre, neume ?)
Ouais ! C'est bien à dire ! Tu as été bien heureuse de me prendre, n'est-ce pas ?

Ben'  heurawse, mi ! In' houme que m'mot da l'paw iac, in gravou-yaw, in vassâ, in mainge-tout.
(Bin' (h)eurawse, mi ! In (h)oumme que m'mot das l'paw yaque, in gravouillaw, in vassâd, in minge-tout.)
Bien heureuse, moi ! Un homme qui met dans le peu de chose, un rapineur, un traître, un mange-tout.

Ta né maté : j'a boïe ben lai mitan, n'mé ?
(T'a n-és maté : j'a boys bin lè mitan, n'mé ?)
Tu en as menti : j'en bois bien la moitié, n'est-ce pas ?

Que m'vâ inco-inco tout ç'qui ost à chi nos.
(Que m'vâd inco inco tout ç'qui ost achîz nos.)
Qui me vend de plus en plus tout ce qui est chez nous.

Faw ben'h viquie de l'ménâche, mé deun'h ?
(Fawt bin' vikî de l'ménâge, mé don(c) ?)
Il faut bien vivre du ménage, n'est-ce pas donc ?

Qu'mé von'deu j'quà l'laïe qu'j'avins-to.
(Qu'm'é vondeu j'qu'à l'layt qu'j'avinto.)
Qui m'a vendu jusqu'au lit que nous avions.

Ben'h ! T'a d'débourré pue tô.
(Bin' ! T'a dèbourr'rés pus tôt.)
Bien ! Tu t'en débourreras plus tôt.

Que n'layem' salmat in pouil à la tiawle.
(Que n'lâyé-m' sal'mat in pouy à l 'atiawle.)
Qui ne laissa pas seulement un pou à la maison.

T'âré pu asie d'décarrer, n'mé ?
(T'arés pus âsi d'décarrer, n'mé ?)
Tu auras plus aisé de la quitter, n'est-ce pas ?

Que n'fâ que d'trôler, boïere itou, del'sô j'quâ l'métein'h.
(Que n'fât que d'trôler, boyre itout, de l'sô j'qu'à l'mètin.)
Qui ne fait que de rôdailler, boire aussi, du soir jusqu'au matin.)

Deu ! C'ost pou n'mi mény-ié.
(Deu ! Ç'ost pou n'mi m'enniyer.)
Deu ! C'est pour ne pas m'ennuyer.

Quost c'que t'vue que j'fayie avo mos-affan'h, ta l'hûre ?
(Qu'ost-ce que t'vûx que j'fayîs avo mos afants, 't a l'(h)ûre ?
Qu'est-ce que tu veux que je fasse avec mes enfants, tout à l'heure ?

Ta faré c'que t'vouré.
(T'a fârés ç'que t'vourés.)
Tu en feras ce que tu voudras.

J'a na couatte cheus los bras ...
(J' a n-â qwate cheus los bras ...)
J'en ai quatre sur les bras ...

Fous los pa taïere !
(Fous-los pa tayrre !)
Jette-les par terre !

Lè seuyte das l'artike d'après / la suite au prochain article