Dawsîme pertie / deuxième partie

N'fayont qu'chigner aprôs daw pein'h.
(N'fayont qu'chigner aprôs daw pain.)
Ne font que pleurnicher après du pain.

Baille lon z-y dos mawaïes ! Ben'h beu, ben'h gouyeu, r'beute meusiaw !
(Baille loûs-y dos mawayes ! Bin beu, bin gouyeu, r'beute-meusiaw !)
Donne-leur des gifles ! Bien bu, bien avalé, à sasiété !

Et t'crô, prope à rein'h, qu'ça viré toujou in-la ?
(Et t'crôs, prope à rin, qu'ça vîré toujoûs ainlà ?)
Et tu crois, propre à rien, que ça ira toujours comme ça ?

N'brâche mie si foue, crâ !
(N'brâche mi si foût, crâ !)
Ne crie pas si fort, crâ !

Que j'poûtera tout l'tan'h tos treilnails ?
(Que j'poût'râ tout l'temps tos trèynayes ?)
Que je supporterai tout le temps tes traînées ?

Pâ, deun'h, not' aïasse !
(Pâs, don(c), note ayasse !)
Silence (paix), donc, notre pie !

N'oïem' paw ! J'ti a r'meinera, dos meuilreun'hs !
(N'ôye-m' paw ! J'ti a r'mèyn'râ, dos meuyrons !)
N'aie pas peur ! Je t'en ramènerai, des mûres !

A wate ! Wite ben'h los bracots-là !
(Ah wâde ! wîs-t' bin los bracots-là !)
Gare ! Vois-tu bien ces bras-là !

Deuh ! J'me fous ben'h d'ti.
(Deu ! J'me fous bin d'ti.)
Deu ! Je me fiche bien de toi.

Lai paw t'feurmie co ; ve m'la !
(Lè paw t'feurmie co ; me v'là !)
La peau te fourmie encore ; me voilà !

T'voïeré ben'h que je n'dôte mie.
(T'voyrrés bin que je n'dote mi.)
Tu verras bien que je ne crains pas.

Crédié ! T'vû ti m'peuiller, dos foues ?
(Crédié ! T'vû-ti m'peuiller, dos foûs ?)
Sacredieu ! Tu veux me pouiller, des fois ?

Se t'taposses que t'va m'apeuler avo tos lanlaires ?
(Se t't'aposses que t'vâs m'apeuler avo tos lanlaires ?)
Si tu t'imagines que tu vas m'apeurer avec tes façons ?

Je t'froïera los-ouroïes.
(Je t'froyerâ los ouroilles.)
Je te frotterai les oreilles.

T'ni qu'in sawlô !
(T'n'îs qu'in sawlot !)
Tu n'es qu'un ivrogne !

J'te va plottie.
(J'te vâs p'lotî.)
Je vais te jeter en l'air.

Vie sac à boite !
(Vîx sac à boite !)
Vieux sac à vin !

Gné d'lai débrâcaïe !
(N'y è d'lè débracaye !)
Il y a dela débracaye !

Epprouche vô in pô, bougred bouzeun'h !
(Epproche vô in pô, bougre d'bouzon !)
Approche-voir un peu, bougre d'étron !)

Nofue, que j'te die !
(Nofûs, que j'te dis !)
Tant pis, que je te dis !

Houe ! Rwaïeté deun'h l'rabicaw-là ! Gouyaff', rogie, frappouillaw !
(Hoû ! R'waytez don(c) l'rabicaw-là ! Gouyafe, rogî, frapouillaw !)
Hou ! Regardez donc celui-là qui régresse ! Goinfre, voleur, déguenillé !

Ah ! ta vue ! (I lai boque)
(Ah ! T'a vûx ! (I lè boque))
Ah ! Tu en veux ! (Il la frappe)

Aïe, aïe, aïe !
(Aïe, aïe, aïe !)
Aïe, aïe, aïe !

Pou t'lai tiawre, né !
(Pou t'lè tiawre, né !)
Pour te la ferme, né !

Pièce jouée en 1778 à Ligny-en-Barrois,
Le Pays Lorrain 1906 (page 312 à 315)