loup_et_renard
Patois d'Hémilly

V'conn'hheûz lo roman de Renard. En patwès, an rècontînt ca les fiauves-lè. Vace lè fiauve don loup et don r'nâd en patwès d'Hém'lly et d'Dierville :

Vous connaissez le roman de Renart. En patois, on racontait aussi ces histoires-là. Voici l'histoire du loup et du renard en patois d'Hémilly et de Diarville :

        I loup et i r’nâd hawînt dans les champs, ç’ateût enteur doux bôws. Tot d’i côwp, lo r’nâd drasse les arailles et dit au loup: - Tiens, ‘coute donc’, val qu’an m’hoûyent po ête pârrain.
        - Tiens, que fât lo loup, n eroûblîe meu de mo repp’teu i pôw yâque quad te r’vienrés.
        Val lo r’nâd que s’en vâ dèye cheuz lè mâmmîn Cat(h)rône, eune bonne vieuille, qu’èveût eune bonne câve rempyie de t’pîns d’matons.
        - Qué boin règâl, qu’i so dit. ‘L enteure pè lo soupirail et ‘l en minge tant qu’i pieut.
        En soûrtant, i treuve eune vieuille poye creuvâye dèye eune hâye et i lè pôwte au loup.
        L’aute-ceul lè prend et li dit: - Ç’ateût chez des mout paures gens que t’és ètu, que t’és i si maigue cadeau è m’epp’teu.
        Tot d’i côwp, val lo r’nâd que c’mmence è s’piainde que’l èveût trap mingeu.
        - Âh, p’hhé !, que fât lo loup, te mèrit’reûs que j’to trangneusse, t’és wèdeu lo m’you mohhé po to rempyîr et j’n’â qu’eune kerkesse.
        - Demain, que fât lo r’nâd, cè s’rè è t’to.
        Lo lend’main, lo r’nâd r’mîns, is s’en von.nent ensane. Erriveus d’lé lo v’llêge de Heum’lly, lo r’nâd dit au loup: - Ay, je sais eune bonne câve.
        Lo r’nâd enteure lo preumîn et dit au loup de wèdeu sus l’(h)ohh po qu’i n’seût-m’ dèrangeu.
        Quad’l ast ètu beun’ sô(l), ‘l eu sôrti et ‘l eu dit au loup d’entreu, ç’qui fut fât.
        Quad’l ast èti dedans lè câve, i cort vite hoûyeu les gens d’lè mauhon en d’hant: - Veuneûz vite, il y eu i loup dans vate câve que minge tout’ vas matons. ‘L ont erriveu èva des fièyés, des rawons d’fègats po foute eune bonne volâye au loup. Lè paure bête, que n’èveût-m’ tot-piein mingeu depeus quèques jonâyes, èveût treuveu lo règâl si boin, que’l ateût têll’ment piein qu’i n’poleût pus sôrti pè l’trôw d’lè câve.
        En boussant, il y errîve tot s’beun’. Mâs bote au Diâle, lo mâte que wèdeût sus lo trôw recieut en pessant, en pieinne figûre, eune fusâye de mêde dans les oeils qu’i dit en colêre: - Je s’reûs boin po i mâte d’ècôwle, val que j’â eune bêlle pâre de linettes.
        Lo r’nâd rieût dans sè barbe don mèchant toûr que’l èveût joueu è so kèmèrâde et i penseût en li-meimme qu’i s’reût dem’saleu po longtemps.
        Mâs ‘l èveût lè pé duhhe. Ausseu quad ‘l eu erriveu, i l’eu mèn’cieu don trangneu.
        Lo r’nâd lo prîe en grâce de l’èpâgneu.
        Quèques jonâyes èprès, tot en atant bruyeus, is so renconteurent ica eune vaye. I fèyeût fîn freûd.
        Lo r’nâd dit au loup: - V’nans, j’allans è lè pahhe, je sais i rupt où’st-ce qu’l y eu tot-piein de p’hhons.
        Erriveus d’lé l’endreût, lo mingeou d’matons dit è so kèmèrâde: - Enfonce tè quâwe en l’ôwe et laihhe-lè jusque je to l’dîrâ.
        Lo bêtâ d’loup l’ècoute. Lo r’nâd dit: - Hèche i boin côwp. I gealeût si fôwt qu’en hèchant, i so raye lè quâwe au ras don cul.
        - Pus d’perdon, t’y pess’rés, manre drôle, que hûle lo loup sans quâwe.
        - Je t’en prîe, hoûye lo r’nâd, ne m’trangne meu ica, errîve èva.
        Les doux bêtes s’en von.nent ensane. ‘L errîvent dans i champ, d’zos l’haut bôws, qu’èveût d’lè chingne qu’ateût ‘tendôwe. Lo r’nâd li errange eune bêlle quâwe de chingne, li codèle comme i faut et èvisant i fu, que des piats pèturés èvînt fât dans les champs po s’hhauffieu, li propôse de dansieu è l’entor, de joûye.
        Lo paure l’ècoute, i c’mmence pè sautilleu, gambadeu, kèbrioleu. Mâs ôh mal(h)eûr ! lo fu prend èprès lè quâwe de chingne don loup que hoûye:
        - Chaque ! lè pette, chaque ! lo cul,
        An n’m’y ettrèp’ront jèmâs pus.

     Un loup et un renard bêchaient dans les champs, c'était entre deux bois. Tout à coup, le renard dresse les oreilles et dit au loup : - Tiens, écoute donc, voilà qu'on m'appelle pour être parrain.
    - Tiens, fait le loup, n'oublie pas de me rapporter un peu quelque chose quand tu reviendras.
    Voilà le renard qui s'en va derrière chez la grand-mère Catherine, une bonne vieille, qui avait une bonne cave remplis de pots de lait caillé.
    - Quel bon régal, se dit-il. Il entre par le soupirail et il en mange tant qu'il peut.
    En sortant, il trouve une vieille poule crevée derrière une haie et il la porte au loup.
    Celui-ci la prend et lui dit : - C'était chez de très pauvres gens que tu as été, que tu aies un si maigre cadeau à m'apporter.
    Tout à coup, voilà le renard qui commence à se plaindre qu'il avait trop mangé.
    - Ah, cochon !, fait le loup, tu mériterais que je t'étrangle, tu as gardé le meilleur morceau pour te remplir et je n'ai qu'une carcasse.
    - Demain, fait le renard, ce sera à ton tour.
    Le lendemain, le renard remis, ils s'en vont ensemble. Arrivés à côté du village d'Hémilly, le renard dit au loup : - Oui, je connais une bonne cave.
    Le renard entre le premier et dit au loup de garder devant la porte pour qu'il ne soit pas dérangé.
    Quand il fut bien repu, il sortit et dit au loup d'entrer, ce qui fut fait.
    Quand il fut dans la cave, il court vite appeler les gens de la maison en disant : - Venez vite, il y a un loup dans votre cave qui mange tout votre lait caillé. Ils arrivèrent avec des fléaux, des rondins de fagots pour fiche une bonne volée au loup. La pauvre bête, qui n'avait pas beaucoup mangé depuis quelques jours, avait trouvé le régal si bon, qu'il était tellement plein qu'il ne pouvait plus sortir par le trou de la cave.
    En poussant, il y arrive tout aussi bien. Mais va-t'en au diable, le maître qui gardait le trou reçoit en passant, en pleine figure, une fusée de merde dans les yeux qu'il dit en colère : Je serais bon pour (être) un instituteur, voilà que j'ai une belle paire de lunettes.
    Le renard riait dans sa barbe du méchant tour qu'il avait joué à son camarade et il pensait en lui-même qu'il serait meurtri pour longtemps.
    Mais il avait la peau dure. Aussi quand il arriva, il le menaça de l'étrangler.
    Le renard le prie en grâce de l'épargner.
    Quelques jours après, tout en étant brouillés, ils se rencontrent encore une fois. Il faisait très froid.
    Le renard dit au loup : - Viens, nous allons à la pêche, je connais un ruisseau où il y a beaucoup de poissons.
    Arrivés près de l'endroit, le mangeur de lait caillé dit à son camarade : - Enfonce ta queue dans l'eau et laisse-la jusque je te le dirai.
    Le bêta de loup l'écoute. Le renard dit : Tire un bon coup. Il gelait si fort qu'en tirant, il s'arrache la queue au ras du cul.
    Plus de pardon, tu y passeras, mauvais drôle, hurle le loup sans queue.
    Je t'en prie, crie le renard, ne m'étrangle pas encore, arrive avec.
    Les deux bêtes s'en vont ensemble. Ils arrivent dans un champ, sous le haut bois, qui avait du chanvre qui était tendu. Le renard lui arrange une belle queue de chanvre, lui tord comme il faut et avisant un feu, que de petits pâtureaux avaient fait dans les champs pour se chauffer, lui propose de danser autour, de joie.
    Le pauvre l'écoute, il commence par sautiller, gambader, cabrioler. Mais oh malheur ! le feu  prend après la queue de chanvre du loup qui crie :
    Brûle ! la patte ! Brûle ! Le cul !
On ne m'y attrapera jamais plus

                        Textes patois recueillis en Lorraine
                        Thiriot et Zéliqzon, 1912