Patois de Diarville

Lo loup et lo r'nêd

Compère lo loup et pus lo r’nêd sêyint au haut d’Tièmont, ’l èvint empoutié in potat de laitèri, et pus v’lint se hêter po avoi pus tôt fait. Lo r’nêd bóillôt tojos, i songeôt putôt au potat de laitèri qu’è sè sêye.
        - ’Coute ! dit-i au loup, j’crâs bin qu’a me hôye, oui, a me hôye po y-ête porrain.
        Pus ’l a vè.
        Quand ’l ervenè, lo loup trèveillôt tojos.
        - Commat ’st-ce que t’lo hôyes ? dit-i sans dèbrider.
        - Bèn’ ecc’mmaci, dit lo r’nêd.
        - Vayas, hêtas-nos que j’ins fait note jounau.
        Lo r’nêd eun’ fyôt rin, i royêtôt tojos derri, lo gormand ! au rècriant:
        - Piait-i, piait-i ?
        - Tins ! a me hôye ca po y-ête porrain, oh bâst’ ! j’n’y vûx-m’ aller, portant jèmais a n’erfûse mi lo baptême d’un èfant.
        Lo val que pètche !
        - Hêtes-tu ! qu’li rècriè lo loup, que j’èvins bintôt fait.

        - Commat ‘st-ce que t’lo hôye ? d’hè lo loup, quand i r’venè.
        - Bèn’ èvanci.
        In pô èprès, is trèveillint, lo r’nêd s’erdrasse au rècriant:
        - Piait-i ?
        - Tins ! a me hôye ca po y-ête porrain.
        - Vè-t’a z-y, d’hè lo loup, a n’erfûse mi lo baptême d’un èfant, mais hêtes-tu !
        Pus lo loup sêyôt, sêyôt tojos.
        Quand lo r’ned r’venè, i li d’mandè ca:
        - Commat ‘st-ce qu’a lo hôyôt ?
        - Bèn’ erlachi, d’hè lo r’nêd.
        Quand lo jounau feut rèch’vi.
        - Nos faut aller dejuner, d’hè lo r’nêd.
        Quand ’l aleuchtent po dejuner, lo potat ètôt veuyde.
        - Eh bin ! j’èvintôr do laitèri, d’hè lo r’nêd, t’l’és mingé, gormand !
        - Oh ! non, d’hè lo loup, ç’ast ti que t’l’és mingi.
        - Allas coucher, d’hè lo r’nêd, lo çin que chîeré au lèyt èré mingi lo laitèri.
        Is vont couchi. Do taps que lo loup drémôt, lo r’nêd chiè zos sè tieûe, pus quand lo loup eus’ revaillè.
        - Nemi qu’ç’ast ti, qu’t’és mingi lo potat de laitèri, pisque t’és chyi au lèyt ?
        - Portant, dit lo loup, j’eun’ crayôs-m’ que c’ètôt mi.
        - Eh bin ! d’hè lo r’nêd, nos faut aller è lè pahhe.
        I gealôt; lo r’nêd demwarôt sus lo bord de l’ôve et pornôt des piats pouhhons.
        - Ateure donc’ das l’ôve, dit-i au loup, t’a penrés des pus grôs, mi j’en ai essez, j’en ai in bwa sèchat.
        Pus i sautè fûs do rupt, au s’rawant.
        - Eun’ armoûe-m’ donc’ tè tieûe, te ferôs sauver les pouhhons, qu’i rècriè au loup.
        Compère lo loup ècoutè et sè tieûe feut gealêye.
        - ’L ast bwa, t’en es essez, râves-tu.
        - Mais, je n’me pus raweu, d’hè lo loup.
        - Tîre in bwa hargot, pus t’saut’rés fûs d’l’ôve.
        I tîrè si fort que’l errèchè sè tieûe. Lo paure loup criôt sè tieûe.
        - ’L ast bwa, dit lo r’nêd, j’te ferè eune tieûe d’ètope.
        I lè fyè, pus lè campè au derri do loup.
        In pô pus lon, lo r’nêd fyè in bwa feuy de fagots po s’rèchauffi.
        - Pèri, dit lo r’nêd, que te n’sautes mi si haut qu’mi.
        Pus i sautè bèn’ au-dessus des fagots. Val lo loup que vût ca sauter, mais i sautè au moytant do feuy, et lo feuy parnè è sè tieûe. Lo r’nêd riôt au rècriant:
        - Au loup, au loup qu’é l’feuy zos lè quoûe !
       
        Eune fois, lo r’nêd allôt mingi des gateaux das lè tiêve do père Grandidi, ’l emmwanè èvo lu compère lo loup. Au mingeant, lo r’nêd royâtôt tojos derri, pus sitôt que’l èveut fait, i sautè fûs pa lè felenatte. Lo loup, content de faire in si bwa repès mingeôt, mingeôt tojos. Quand lo r’nêd feut fûs, i hôyè lo loup au li d’hant que’l auyôt do brut. Lo loup venè è lè felenatte, mais ’l ètôt si piein qu’i n’pouyè pessè pa lè felenatte. Lo père Grandidi et ca sè femme alleuchteurent qwâre in boton po toucher dessus. ’L èvôt bel demandé pordon, i lo laicheuchteurent po cravé, et lo r’nêd s’èvôt sauvé.

Le loup et le renard

Compère le loup et puis le renard fauchaient en haut de Thiémont, ils avaient emporté un pot de raisiné, et puis ils voulaient se hâter pour avoir plus tôt fini. Le renard bâillait toujours, il songeait plutôt au pot de raisiné qu'à sa faucille.
    - Écoute ! dit-il au loup, je crois bien qu'on m'appelle, oui, on m'appelle pour être parrain.
    Puis il s'en va.
    Quand il revint, le loup travaillait toujours.
    - Comment est-ce que tu l'appelles ? dit-il sans débrider.
    - Bien commencé, dit le renard.
    - Voyons, hâtons-nous que nous ayons bientôt fini notre champ.
    Le renard ne faisait rien, il regardait toujours derrière, le gourmand ! en criant :
    - Plaît-il, plaît-il ?
    - Tiens ! on m'appelle encore pour être parrain, oh bast ! je ne veux pas y aller, pourtant jamais on ne refuse pas le baptême d'un enfant.
    Le voilà qui part !
    - Hâte-toi ! que lui cria le loup, que nous ayons bientôt fini.
    - Comment est-ce que tu l'appelles ? dit le loup, quand il revint.
    - Bien avancé.
    Un peu après, ils travaillaient, le renard se redresse en criant :
    - Plaît-il ?
    - Tiens ! on m'apelle encore pour être parrain.
    - Vas-y, dit le loup, on ne refuse pas le baptême d'un enfant, mais hâte-toi !
    Puis le loup faucillait, faucillait toujours.
    Quand le renard revint, il lui demanda encore :
    - Comment est-ce qu'on l'appelait ?
    - Bien reléché, dit le renard.
    Quand le chant fut achevé.
    Il nous faut aller déjeuner, dit le renard.
    Quand ils allèrent pour déjeuner, le pot était vide.
    - Eh bien ! Nous avions du raisiné, dit le renard, tu l'as mangé, gourmand !
    - Oh ! non, dit le loup, c'est toi qui l'as mangé.
    - Allons coucher, dit le renard, celui qui chiera au lit aura mangé le raisiné.
    Ils vont couchi. Pendant que le renard dormait, le renard chia sous sa queue, puis quand le loup se réveilla.
    - N'est-ce pas que c'est toi, que tu as mangé le pot de raisiné, puisque tu as chié au lit ?
    - Pourtant, dit le loup, je croyais pas que c'était moi.
    - Eh bien ! dit le renard, il nous faut aller à la pêche.
    Il gelait, le renard demeurait sur le bord de la rivière et prenait des petits poissons.
    - Entre donc dans l'eau, dit-il au loup, tu en prendras des plus gros, moi j'en ai assez, j'en ai un bon sachet.
    Puis il sortit du ruisseau, en se rawant.
    - Ne remue donc pas ta queue, tu ferais sauver les poissons, cria-t-il au loup.
    Compère le loup écouta et sa queue fut gelée.
    - C'est bon, tu en as assez, retire-tu.
    - Mais, je ne peux pas me ravoir, dit le loup.
    - Tire un bon coup, puis tu sortiras de l'eau.
    Il tira si fort qu'il arracha sa queue. Le pauvre loup criait sa queue.
    - C'est bon, dit le renard, je te ferai une queue d'étoupe.
    Il le fit, puis la campa au derrière du loup.
    Un peu plus loin, le renard fit un bon feu de fagots pour se réchauffer.
    - Parie, dit le renard, que tu ne sautes pas si haut que moi.
    Puis il sauta bien au-dessus des fagots. Voilà le loup qui veut encore sauter, mais il sauta au milieu du feu, et le feu prit à sa queue. le renard riait en criant :
    - Au loup, au loup qui a le feu sous la queue !

    Une fois, le renard allait manger des gâteaux dans la cave du père Grandidi, il emmena avec lui compère le loup. En mingeant, le renard regardait toujours derrière, puis sitôt qu'il eut fait, il sortit par le larmier. Le loup, content de faire un si bon repas mangeait, mangeait toujours. Quand le renard fut dehors, il appela le loup en lui disant qu'il entendait du bruit. Le loup vint au larmier, mais il était si plein qu'il ne put passer par le larmier. Le père Grandidi et sa femme allère chercher un bâton pour frapper dessus. il avait beau demander pardon, ils le laissèrent pour crever, et le renard s'était sauvé.

M. Gérard, notaire à Diarville, à qui le lecteur doit ce morceau, fait remarquer que l'épisode du loup qui a la queue gelée se trouve dans le roman de Renard, "Ces contes, ajoute M. Gérard, sont venus jusqu'à nous par la simple tradition, car je suis certain que la femme de qui je les tiens n'a aucune notion de la littérature du Moyen-âge.

                        Les Patois Lorrains, Lucien Adam, 1881