img010hirondelles

 

 

Patois du Valtin

Lè foûs-ci, cè s'rè ène chanso d'în chantou qu'je scoute èn'das l'èhache. Vos l'ôz sûr'mat au'i das lis ennâyes septante quand i chantait lè bianche mostelle, vos l'ôz r'kennu, bé sûr, ç'ast lo Gilles Servat.

 

L'alande

Lis conâilles et lis rètonés / pa bandes pessat das lis airs, / das lo cîl de nage, pa-d'ssus lis h'nètes / et s'ebettat spas dîna qu'lè grale / sus lis labours do leû-ci.

Mo bé leû pa l'(h)euwé fiâchi / ç'ast qwand qu'je r'vêrras l'alande, / nâre et bianche, nâre et bianche, / ç'ast qwand qu'je r'vêrras l'alande, bianche au vate et nâre is aules.

Lis ârbes drassat lûs keuhhes totes nûes / d'was lo cîl, gris et snas brut, / stadat lûs keuhhes totes nûes d'was lis nouâyes / do taps qu'lis loups guiôrioux / hurlat tot-pwatot das lo leû.

Das lè campène demembrâye/ qu'lo vat guièce tote entîre, / au leû dis hâyes râ'ies / crahhat lis ârbes dis cèm'têres / piantès tot nârs das lo leû.

Lis gens snas bougi s'cohat, / lè longue leude das lû boche, / sârrès è l'èronde de l'âte où'st-ce que lis braises / v'nat roges dîna qu'lis m'yaux d'caleuches / qu'a voût f'mâ'i das lo leû.

Lis conâilles et lis rètonés, / pa bandes pessat das lis airs, / das lo cîl de nage, pa-d'ssus lis h'nètes / et s'èbettat dru dîna qu'lè grale /sus lis champs s'mès do leû-ci.

Mo bé leû pa l'(h)euwé fiâchi, / ç'ast qwand qu'je r'vêrras l'alande, / nâre et bianche, nâre et bianche, / ç'ast qwand qu'je r'vêrras l'alande, /bianche au vate et nâre is aules.

 

Gilles Servat, Èn'toche mi è lè bianche mostelle, 1998

 

Dis alandes, j'n-os èvu trop-bé l'ennâye-ci, das lè gringe : trâs nids èvo cînq jènes, dedas. Elles s'rot tocoûs lis bév'nûes chîz nos !

Sus lè photo, c'îre lè premêre covâye qu'j'os èvu, è 2006, stûn bé po nos ennonci l'errivâye de note feille Enora !

 

Cette fois, ce sera une chanson d'un chanteur que j'écoute depuis ses débuts. Vous l'avez sûrement entendu dans les années 70 quand il chantait la blanche hermine, vous l'avez reconnu bien sûr, c'est Gilles Servat.

 

L'hirondelle

Les corbeaux et les sansonnets, /par bandes passent dans le ciel, / dans l'air neigeux, par-dessus les genêts / et s'abattent dru comme grêle / sur les labours de ce pays.

Mon beau pays par l'hiver soumis, / quand reverrons-nous l'hirondelle, / noire et blanche, noire et blanche,  / quand reverrons-nous l'hirondelle, blanche au ventre et noire aux ailes.

Les arbres dressent branches nues / vers les cieux gris siclencieux, / tendent leurs branches nues vers les nues / tandis que les loups orgueilleux / hurlent partout sur le pays.

Sur la campagne démembrée / que le vent transit toute entière, / en place des talus arrachés / poussent les arbres des cimetières, /plantés tout noirs sur le pays.

Les gens immobiles se taisent, / la langue engourdie dans la bouche, / serrés autour de l'âtre où les braises / rougeoient comme les tas de souches / qu'on voit fumer sur le pays.

Les corbeaux et les sansonnets, /  par bandes passent dans le ciel, / dans l'air neigeux, par-dessus les genêts / et s'abattent dru comme grêle / sur les labours de ce pays.

Mon beau pays par l'hiver soumis, / quand reverrons-nous l'hirondelle, / noire et blanche, noire et blanche, / quand reverrons-nous l'hirondelle, / blanche au ventre et noire aux ailes.

 

Gilles Servat, Touche pas à la blanche hermine, 1998

 

Des hirondelles, nous en avons eu beaucoup cette année, dans la grange : trois nids avec cinq petits dans chaque. Elles seront toujours les bienvenues chez nous.

Sur la photo, c'était notre première couvée en 2006. Peut-être bien pour nous annoncer l'arrivée de notre fille Enora.