Patois d'Uriménil

Proquait-on lè même longue dos tote lè Lôrraine ? Yô, même sé les patwès d'lè montène chingeot è cause de zute foçon d'vikè qu'n'ost-m' lè même. Lès geos do piain pèyis pwèyînt mout bié s'compenre pou l'omou qu'zus patwès sé r'ssonînt bougrémot comme lo motère lo texte-lè :

Parlait-on la même langue dans toute la Lorraine ? Oui, même si les patois des Hautes-Vosges diffèrent à cause de leur façon de vivre qui n'est pas la même. Les gens de la plaine pouvaient très bien se comprendre parce que leurs patois se ressemblaient beaucoup comme le montre ce texte :

Français

    La pluie s’est mise à tomber. Tout à coup, j’ai entendu un grand bruit. C’était la maison qui s’écroulait. Je suis sorti dehors devant chez nous. Je regardais à droite et à gauche. Je ne voyais que de la poussière et de la fumée. Les femmes étaient toutes au milieu du chemin, qui regardaient aussi. Elles se reculèrent pour me laisser voir. On ne savait plus où avait été la cheminée. On voyait une armoire et les volets qui étaient arrachés. Le fourneau avait les pattes en l’air. Jusqu’au chapeau de François qui était resté pendu à une poutre. Tu se souviens bien, Jean-Claude, quand tu es arrivé, quand tu as vu le beau travail. Tu en es tombé sur le cul d’épouvante. Tu n’aurais pu te relever tout seul si je ne t’avais as aidé.

Brillon (Bar-le-Duc, Sud de la Meuse)

    La pluche s’mottè à choyr. Tout d’in côp, j’â auyi in grand brut. Ç’atôt la mâson qui choyôt. J’â soûrti d’vant l’(h)us. Je r’wayteuys à droyte et à gauche. Je n’voyeuys que d’la pawssère et d’la fumaye. Los femmes atint tourtoutes au mitan daw ch’min, qui r’waytint ètout. Elles se r’culèrent pou m’lâssi vôr. On n’savôt pus yaw qu’avôt èté la ch’minaye. On voyôt ine aumâre et los volets qui atint arrachis. Le founé avôt los pattes en l’âr. Jusqu’au chapé daw Fanfan qu’atôt resté pendu à une solîve. Tu t’souvins bin, jean-Claude, quand t’îs errivé, que t’îs vu la belle ouvrâge. T’a n-îs chu sus l’cul d’èpouvante. Tu n’areuys pu t’or’lever tout per ti si je t’n’aveuys-m’ âdyi.

Belleau (Entre Metz et Nancy, Centre de la Meurthe-et-Moselle)

    Lè piôe se mat è cheûr. Tot d’în côp, j’â oûyi in grand brut. Ç’atôza lè mauhon que ‘croulôt. J’â sôrti è l’(h)euhh d’vant chîz nos. J’â r’wâti è drôte è gauche. J’n’â vu que d’lè poussêre et d’lè f’mêre. Les fommes atinza totes dans le ch’mîn, que r’wâtînza ausseu. Elles s’ont r’keulé po m’lâyi wêr. On n’sèvôza pus wace qu’èvôt ètu lè chem’nâye. On wèyôt ine aumâre, les ventyons atînza râyis. Le foné atôza cuboulé. Jusqu’au chèpé di Fanfan qu’atôt resté pendu èprès eune trèvûre. Te t’sovîns-ti bîn, quand’ t’es errivé, quand’ t’es vu le bé ovrêge, t’en es cheuy sus t’cul d’èpouvante. Te n’èrôs-m’ pus te r’lever tout seul si je n’t’èvôs-m’ âdyi.

Tranqueville-Graux (Nord de Neufchâteau, Ouest des Vosges)

    Lè pieuche s’è mije è chôr. Tout d’in côp, j’â auyi în groûs brut. Ç’atôt lè mâjon qui frâlôt. Je saute fûs d’vant l’(h)euch. Je r’wâte è drôte è gauche. Je n’wès que don poussot et d’lè f’mêre. Los fommes atint tourtus au mwèytan d’lè ch’min que r’wâtint ègal’mot. Elles reculint pou m’lâyè r’wâtè. On woiyôt pus l’odrôt d’lè chev’nâye. On woiyôt eune ermwêre, los voulets qu’atint errachès. Eul fourneau atôt les pettes en l’air. Même eul chèpé de l’Fanfan qu’atôt eccrochè è ‘n’ poutre. Te t’souvins-ti bin, Jean-Claude, quand t’es errivè, quand t’es vu eul triste ouvrâge, t’es cheuy chus l’cul de frousse. Te n’arôs pouyu te r’luvè tout seul si je t’n’avôs-m’ âdè. 

Ç'ost sûr, j'â în pô triché au pernant des patwès qué 'tînt preuches. On pieut fâre lo contrâre èvo doux patwès bié diffèrents :

C'est sur, j'ai un peu triché en prenant des patois qui étaient proches. On peut faire l'inverse avec deux patois bien différents :

Cumières (village disparu, rasé en 1914-1918 – Verdun, Nord de la Meuse).

    La pluche se mint à choir. Tout d’un côp, j’â auyu un grand brut. C’itat la mâson qui choiyat. J’â soûrti d’vant l’(h)us’ de chîz nous. Je ripioys à droite et à gauche. Je n’woiyoys que d’la pawssatte et d’la fumaye. Les femmes itint tourtus au mitan don ch’min, qui ripyint itout. Is s’reculèrent pou m’lâssî woir. On n’savat pus awace qu’avat ité la ch’minaye. On woiyat une aumâre et lis volets qui itint arrachîs. Le fourneau avat lis pattes en l’air. Jusqu’au chapé don Fanfan qu’itat resté pendu à une solîve. Te t’souvins bin, Jean-Claude, quand t’îs arrivé, que t’is vu la belle ouvrâge. T’a n-îs chu sus l’cul d’awoi ité ipouvanté. Tu n’aroys pu te rel’ver tout seul si je n’t’aveus-m’ âdî.

Fontenoy-la-Joûte (Baccarat, Sud-Est de la Meurthe-et-Moselle).

    Lè piôve s’è mis è cheûr. Tot d’în côp, j’ai auyi in grand brut. Ç’tôr lè mâhon qué frâlôr. J’ai sâté fueûs d’vant l’(h)euhh. J’â r’wêtié è drâte è gauche. J’n’ai vu qué di poussot et d’lè foingêre. Les fômmes ‘tôr tortotes â mitan d’lè route, qué r’wêtôr âssi. Elles m’ont fait d’lè pièce pou m’laiyi vâ. On n’sèvôr pius woce qu’èvôr ‘tu lè chèn’vée. On wè’ôr ène ermêre, les volets qu’tôr râyis. Lo foné èvôr les pettes in l’air. Hesqu’â chèpé di Fanfan qu’tôr d’mouré pendu èprès in.ne poutre. Té t’soviés-ti, Jean-Diaude, quand t’es errivé, quand t’es vu lè belle ovrêge, t’in es cheu sus to cul d’èpouvante. T’n’èrâs pouvu t’er’léver tot per ti sé jé n’t’èvôr mi âdié.

Mâs au proquant tot bâll'mot, les geos èrînt pwèyu s'compenre. Les patwès d'lè montène chingeot d'ène besse è l'aute et portant, cè n'empêche pâs lés geos d'sé compenre quand es sé r'treuvot ês essemblâyes de patwès chèque onnâye. Ç'ost tot jeute s'es butot sus ène conjugaison ou în mot qu'es n'compernot-m'.

Mais en parlant doucement, les gens auraient pu se comprendre. Les patois des Hautes-Vosges changent d'une vallée à l'autre et pourtant, ça n'empêche pas les gens de se comprendre quand ils se retrouvent aux assemblées de patois chaque année. c'est tout juste s'ils butent sur une conjugaison ou un mot qu'ils ne comprennent pas.

Champdray (Grange-sur-Vologne, à l’Est d’Épinal, Est des Vosges)

    Lè pûche sé boté è châr. Tot d’în keûp, j’auyé în grand brut. Ç’tait lè mauhon que frâlait. J’euhhè dân’(h)euhh. J’espié è drâte è gauche. Jé n’wèyé que di poussot et co dè hh’mâye. Les fommes ‘tînt tortotes i mwèytan di ch’mîn, que spyînt aussi. Elles se r’culont po m’laihhi spî. O n’sowait pus où’st-ce qu’owait ‘tu lè chem’nâye. O wèyait ène ormêre, les volets que ‘tînt errèchis. Lo foné owait les pettes en l’air. Jusqu’i chèpé di Fanfan que ‘tait laihhi pondu èprès ène trèvûre. Te t’s’vîns bé, Chan-Diaude, quand’ t’es errivè, que t’es vu lo bé trèveil, t’è n-es cheuy sus to cul d’ête espovontè. T’èrôs mi pwè’u t’er’levè tot pwè ti sé je n’t’owais mi âdi.

Fraize (Est des Vosges)

    Lè pioûe s’boteut è tchêr. Tot d’în côp, dj’auyeus în grand brut. C’îre lè mauho que zboulait. Dje reuhheus fûs. Dje spieus è drâte è gâtche. Dje n’wè’eus que do poussot et co dè fèdjîre. Lis fommes yant tortotes au mwètan do tchemi, que spiant aussi. Elles se r’culeûnent po m’laihhi spî. A n’savoût pus wace qu’avoût stu lè tcheminâye. A wè’it ène ermêre, lis volets qu’yant râ’is. Lo foné avoût lis pettes è l’air. Nesqu’au tchèpé do Fanfan qu’îre pâdu èprès ène trèvûre. Te t’sovîns bîn, Chan-Guiaude, quand t’es errivè, que t’es vu lè belle besèye, t’è n-es tcheu sus to cul d’espavate. T’n’èrôs pèvu t’er’levè tot pwâ ti si dje n’t’avoûs mi aidî.

La Bresse (Sud de Gérardmer, Sud-Est des Vosges)

    Lè pieudje s’boté è tchêr. Tot d’în cwôp, idj’oûyé în grand brut. Ç’tat lè mwauhon qué hboûlit. Idj’euhhé fieus. I hhpiyé è drête è gautche. I n’wèyé qué di poussot et co d’lè feumâe. Lâs fommes ‘têtent tortotes i mwètan di tchèmi, qué hhpiyêtent aussi. Elles sé r’culont pou m’laihhé hhpiyé. O n’sawit pus où’st-ce qu’awit ‘tu lè tchem’née. O wèyit ène ormâre, lâs volats qué ‘têtent erratchés. Lé fwoné awit lâs pettes en l’air. Djuhhqu’i tchèpé di Fanfan qué ‘tat laihhé podu èprès ène trave. Té t’soviés biè, Chan-Diaude, quand’ t’es errivè, qué t’es vé lé bé trèwâ, t’- n-es tcheu hhus té cul d’èhhpavote. T’n’èrôs mi pwèyu t’erlôva tot pwâ ti s’i n’t’awés mi âdié.

Faut-i înventè în patwès standard, do chimique k'mmot es d'hot en Bretègne pou èwé ène longue comme les autes. J'aime meux eppenre les longues qué les geos proquînt dos tops pessè putôt qu'd'ècrîre et co d'pôlè ène longue qu'è 'tu înventâye et pwèyu dîre : et co nos aussi, j'os ène longue. On vè m'dîre qu'lo lôrrain dôt ête ène longue s'è ieut ête r'kenn'hhu et sauvè. J'vos rèpondrâ qu'stèpwèt qu'lè France è sinè lè Charte des Langues minoritaires mâs elle ne l'è-m' ratifié, cè ieut dîre que cè n'vaut rié et qu'elle n'è pâs pris d'èguègemots jesqu'è auj'd'(h)euy. Elle ettod qu'totes les longues-lè sînssent houte pou lo fâre. Et è n'faut-m' rôbliè qu'mèt'nant, les longues règionales epparténot au patrimwène dé lè France. Et qu'ost-ce qu'elle fât pou sauvè ses longues ? Rié. Mâs lè question è s'pôsè, ç'ost : j'os-tè dé-b'so d'ène charte pou eppenre lè longue de note contrâye ? Lè pus bâlle nique qu'on pieut fâre ês çutes qué d'hot qu'lo patwès, ç'ost dèpessè, ç'ost d'l'eppenre et co d'l'ècrîre tot bwenn'mot. Et s'è n'y on è qué vourînt s'y motte, es pwèyot tojos lâyé în com' sus mo blog !

Faut-il inventer un patois standard, du chimique comme on dit en Bretagne pour avoir une langue comme les autres. J'aime mieux apprendre les langues que les gens parlaient autrefois plutôt que d'écrire et de parler une langue qui a été inventée et pouvoir dire : nous aussi, nous avons une langue. On va me dire que le lorrain doit être une langue s'il veut être reconnu et sauvé. je vous répondrai que la France a peut-être signé la Charte des Langues minoritaires mais elle ne l'a pas ratifié, ça signifie que ça ne vaut rien et qu'elle n'a pris aucun engagement jusqu'à aujourd'hui. Elle attend que toutes ces langues soient disparues pour le faire. Et il ne faut pas oublier que maintenant, les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France. Et qu'a-t-elle fait pour sauver son patrimoine linguistique ? Rien. Mais la question à se poser, c'est : avons-nous besoin d'une charte pour apprendre la langue de notre région ? Le plus beau pied-de-nez que l'on peut faire à ceux qui disent que le patois, c'est dépassé, c'est de l'apprendre et de l'écrire tout bonnement. Et s'il y en a qui voudraient s'y mettre, ils peuvent toujours laisser un comme sur mon blog !