Patois de Remeréville

Vace comment qu'les gens s'amusînt dans lo temps dans les villêges :

Une fête patronale d’autrefois

        Le père Toinon raconte à son petit-fils ce qui se passait lors de la fête patronale au village dans son jeune temps.

        Quand j’atôs jagne on s’amusôt âssi bîn è lè fête di villêge qu’âj’d’(h)eu si ç’n’ast-m’ meuys. Âssi, on s’en rajayôt longtemps è l’èvance, surtout les gahhons et les bêcelles à câse di bal et des bons dieûl’tons.
        Bîn des s’maines èvant lè fête, les fommes rèmessînt les û(f)s et bettînt lo beûrre. Das lo venr’di d’avant lo grand jo, cè commençôt. On f’yôt les l’vans sans rôblier lè l’vûre dè bîre et quand’ ç’atôt bîn l’vé, les fommes s’mattînt è faire les hhâdés, les tourtes, les têkes dè peummes, de qwaches, les babas et âssi lè tyiche â maujîn què s’mingeôt lè premére en lè tîrant di fohh. Pendant lo temps-lè, l’(h)omme hhâffôt lo fohh po tieûre lo tout’. Avant lè djerre, chèkîn avôt so fohh, tandis’ qu’è ç’t (h)oûre, i n’y è pus que dous’ ou trôs fohhs dans tout’ lo villêge depeus qu’les Boches ont tout’ breulé. D’vas les dous’ ou trâs (h)oûres de l’après-midi, ç’atôt tieût et les fommes, lo bonnat sus l’arâille montrînt è zoûs wèsines comme zoûs hhâdés atînt bîn rèussis, bîn châd-mollats.
        Lo sèm’di, on touôt les lèpîns, les tiènêrds, les ôyes, les jâs. Les fommes et les bêcelles lèvînt tout’ lè mâhon, mattînt les bés ridiâs, allînt è lè bouch’rîe, car lo pére Calendeau, v’nôt das lo jûdi po touer în bé bû(f), în grôs vé et des moutons.
        Enfin, lo dimanche errivôt. On allôt è lè masse et en sortant, on rangeôt les bêtes avant de s’matte è tâye. Pendant lo r’pès, les musiciens di bâl avo lo loueur, allînt chez lo maire, l’adjoint et les notâbes di villêge, po lé zi offri lè livrée de lè fête, des piats rubans de dous’ ou trôs couleurs, qu’on mattôt comme eune dècorâtion. Les musiciens jouînt în piat air et chèkîn beillôt lo trîngueld.
        È lè sortîe des vêpes, les musiciens emmwènînt les jagnes gens è Bèy-Pré po couri les gants. Les pus lestes beillînt cînq sous â mwènou d’bâl po awè lo drôt d’couri. ’L atînt tièqu’fwès déhh. Lè course atôt à pô près d’cent è dous cent mètres. Lo premer errivé avôt les gants, lo dousîme, în fiûtat. Après ç’lè, on rentrôt â villêge derri lè musique, et on allôt dansi jusqu’à souper. Te sérès, mo piat, que j’atôs în des premers dansous avo tè grand-mère, avant de nos mèrier. On n’connahhôt vôs tangos, foss’-trot’, shimmys, et zoutes êtîes, mais fallôt nos vôr dansi lè polka piquêye, lo quadrille dans ses figûres : en avant deux, balancez vos dames, pastourelle et lo galop. Les bonnes câcattes què nos r’wêtînt avînt de qwè è dîre. Quand on avôt trop châd, on allôt rafrahhi avo sè danseûse, ou sus lè carroussel ou bîn jouer â jeû d’faïence di pére Chaton.
        Après souper, on r’venôt dansi et d’vas mèneût, on f’yôt lè danse di jâ. Lo mwènou d’bâl appoukôt în jâ qu’on pendôt â plafond pa les pettes avo ène ficelle que pessôt dans ène arrosatte. Âssitôt, les dansous què v’lînt couri lè chance beillînt cînq sous et formînt în rond. Quand’l atînt prats, lo mwènou de bâl jetôt în bout d’amadou ell’mé dans l’arrosatte, les musiciens jouînt ène polka et lo premer di rond r’cevôt în piat baton qu’i conservôt lo temps què dûrôt lo to di bâl et pus i pessôt â hheuvant. Cè dûrôt anlè jusque quand’ l’amadou breulôt lè ficelle et f’yôt cheûr lo jâ sus lo pyinchi. Lo dansou què t’nôt lo piat baton rèmessôt lo jâ. Ç’atôt por lu. J’l’ai djègni ène fois, i p’sôt qwate lîves. Tè grand-mère nos l’è fait tieûre lo dimanche hheuvant.
        Dans lo villêge de to grand onke Joujou, què te n’ès-m’ connahhi, cè s’pessôt âtrement. Lo lundi de lè fête, après-midi, on allôt  dans în pré, d’vas lo canal. Lo jâ atôt entarré, mais lè tête pessôt fûs. Po awè lo jâ, i fallôt l’attroper en taquant d’ssus avo ène pêhhe. Mais avant, on v’bandôt les oeils et on v’f’yôt tôner po v’dèrouter, cè dûrôt tièqu’fwès longtemps avant d’attroper lè tête di jâ. Chèkîn avôt drôt è trôs côps. I fallôt vôr comme on riôt quand’ lo gahhon taquôt è l’oppôsé ou bîn lon di but’.
        È ç’t (h)oûre, tout’ celè ast rôblié et n’ast-m’ rempièci pa yèque de nové. Ç’ast vraiment demmêge.

                            J. Simonin, Le Pays Lorrain 1926, page 417

        Quand j'étais jeune on s'amusait aussi bien à la fête du village qu'aujourd'hui si ce n'est pas mieux. Aussi, on s'en réjouissait longtemps à l'avance, surtout les garçons et les filles à cause du bal et des bons gueuletons.
        Bien des semaines avant la fête, les femmes ramassaient les œufs et battaient le beurre. Dès le vendredi avant le grand jour, ça commençait. On faisait les levains sans oublier la levure de bière et quand c'était bien levé, les femmes se mettaient à faire les gâteaux, les tourtes, les tartes aux pommes, aux quetsches, les babas et aussi la quiche au mélange d'œufs et de fromage blanc qui se mangeait la première en la tirant du four. Pendant ce temps-là, l'homme chauffait le four pour cuire le tout. Avant la guerre, chacun avait son four, tandis que maintenant, il n'y a plus que deux ou trois fours dans tout le village depuis que les Allemands ont tout brûlé. Vers les deux ou trois heures de l'après-midi, c'était cuit et les femmes, le bonnet sur l'oreille montraient à leurs voisines comme leurs gâteaux étaient bien réussis, bien chauds-mollets.
        Le samedi, on tuait les lapins, les canards, les oies, les jars. Les femmes et les jeunes filles lavaient toute la maison, mettaient les beaux rideaux, allaient à la boucherie, car le père Calandeau, venait dès le jeudi pour tuer un beau bœuf, un gros veau et des moutons.
        Enfin, le dimanche arrivait. On allait à la messe et en sortant, on soignait les bêtes avant de se mettre à table. Pendant le repas, les musiciens du bal avec le loueur, allaient chez le maire, l'adjoint et les notables du village, pour leur offrir le ruban de la fête, de petits rubans de deux ou trois couleurs, qu'on mettait comme une décoration. Les musiciens jouaient un petit air et chacun donnait le pourboire.
        À la sortie des vêpres, les musiciens emmenaient les jeunes gens à Bey-Pré pour courir les gants. Les plus lestes donnaient cinq sous au meneur du bal pour avoir le droit de courir. Ils étaient quelquefois dix. La course était à peu près de cent à deux cent mètres. Le premier arrivé avait les gants, le deuxième, un sifflet. Après cela, on rentrait au village derrière la musique, et on allait danser jusqu'au souper. Tu sauras, mon petit, que j'étais un des premiers danseurs avec ta grand-mère, avant de nous marier. On ne connaissait vos tangos, fox-trot, shimmys, et leurs manières, mais il fallait nous voir danser la polka piquée, la quadrille dans ses figures : en avant deux, balancez vos dames, pastourelle et le galop. Les bonnes commères qui nous regardaient avaient de quoi dire. Quand on avait trop chaud, on allait se rafraichir avec sa danseuse, ou sur le carroussel ou bien jouer au jeu de faïence du père Chaton.
        Après souper, on revenait danser et vers minuit, on faisait la danse du coq. Le meneur de bal apportait un coq qu'on pendait au plafond par les pattes avec une ficelle qui passait dans un arrosoir. Aussitôt, les danseurs qui voulaient courir la chance donnaient cinq sous et formaient un rond. Quand ils étaient prêts, le meneur du bal jetait un bout d'amadou allumé dans l'arrosoir, les musiciens jouaient une polka et le premier du ronc recevait un petit bâton q'uil conservait le temps que durait le tour du bal et puis il passait au suivant. Ça durait comme ça jusque quand l'amadou brûlait la ficelle et faisait tomber le coq sur le plancher. Le danseur qui tenait le petit bâton ramassait le coq. C'était pour lui. Je l'ai gagné une fois, il pesait quatre livres. Ta grand-mère nous l'a fait cuire le dimanche suivant.
        Dans le village de ton grand oncle Joujou, que tu n'as pas connu, ça se passait autrement. Le lundi de la fête, après-midi, on allait dans un pré, vers le canal. Le coq était enterré, mais la tête dépassait. Pour avoir le coq, il fallait l'attraper en frappant dessus avec une perche.  Mais avant, on vous bandait les yeux et on vous faisait tourner pour vous dérouter, ça durait quelquefois longtemps avant d'attraper la tête du coq. Chacun avait droit à trois coups. Il fallait voir comme on riait quand le garçon frappait à l'opposé ou bien loin du but.
        Maintenant, tout cela est oublié et n'est pas remplacé par quelque chose de nouveau. C'est vraiment dommage.

(désolé pour ceux qui aiment les animaux)


                            J. Simonin, Le Pays Lorrain 1926, page 417