Patois de Landremont

    Lo dârin côp, j'v'èvôs pâlé d'lè fête don v'llêge en dèyh-(h)eût' cent septante quand on dansôt les polkas, les mazurkes, les quadrilles, les scottishs.
    Aujd'(h)euy, cè s'rè ca po v'pâler don folk qu'on danse è ç't (h)oûre.
    Quand j'atôs jane, je n'conn'hhôs qu'Malicorne, le Tri Yann ica les gens d'Lorraine. Mâs faut dîre que tout' cè, ç'n'atôt wâ trop r'mouant. Eune fwès, èvo nas gens, j'èvîns ètu è Font'no neus promwêner în dimanche. Et tot-lè, i n'y èvôt lo Groupe sans Gain. Ç'ast anlè qu'j'â conn'hhu în folk pus moderne. În pôs pus tâd, j'allôs è mo promer bâl folk èvo Idyll. Et val comment qu'j'â mis lo dôy dans l'engrenêge : les bâls folks, sans roûbliyi lè Neuyt don Folk chèque ennâye. Lo folk, ç'n'ast-m' mâque ècouter, jouer d'lè musique ou bin dansi, ç'ast ca ène fèçon d'veki. Ç'ast comme au Mac Do : v'nôz comme v'atôz ! (j'en oûye jè que gueûlent que j'peurnesse l'exempe-lè !). I n'y en è que dansent pîds dèchaus, i n'y en è que sèvent bîn dansi et d'autes qu'eppran.nent. Et ç'n'ast-m' lè pweine de matte les (h)èbits des grands jos, veus v'nôz  po dansi, meu po ête lo pus bé et pahhônne ne vînt tot-lè po v'jugi comment qu'v'atôz eppraté ou bîn comment qu'veus dansôz. On vînt po se r'treuver, ç'ast tout'. Cè fât pus d'vingt ans que j'vîns et j'n'â jèmâs vu ène bagârre ou bîn în vol. I n'y è ca des gahhons et des bâcelles que vagnent, que s'renconteurent. Et peus, on n'les wèt pus pendant dous' trôh ans. Et eune jonâye, on les r'wèt èvo în piat ou ène piate. Ç'ast anlè lo folk. Lo folk, en Lorraine, ç'ast ç'lè ica ç'lè celte (Passmoual celte, în aute groupe que j'aime bîn.


    Vace eune chanson don groupe Elixir. Ç'atôt po lo platt, lè val don(c) en en "francique luxembourgeois", lè même langue qu'on pâle au Luxembourg, en francique rhénan et en patwès d'Landremont :

    Aus Lotréngen

    D'lotrénger Kanner / Hunn hiirt Häerz fir ëmmer verluer. / Hir Sprooch vergeet. / Looss mer eis Blummen nët wieleche loossen.

    D'lotréger Geschicht / Ass muenchmol eng grouss oppe Wonn / Vu Stol a vu Blutt. / Dës bedauerlech Undenken ploen eis.

    Déi lotrénger Alen / Vergi bal fir ëmmer, / Wann d'Flam ausgeet, / Da gesi mer de Platt stierwen.

    O Dir, lotrénger Leit, / Loosst d'Vergaangenheet rëmliewen ! / D'lotrénger Sprooch as kee Kittchen ! / Awer neen !

 

    Vòn Lothringe

 

   D'Kinder vòn Lothringe / Hànn fer immer éhr Herz verlor. / Éhr Platt isch àm Sterwe. / Losse-mer unsri Blume nìtt wèlich werre.

    D'G'schicht vòn Lothringe / ìsch mànchmol e àrich offeni Wund / Vòn Stàhl  unn Blut. / Die unglickliche Souvenirs losse uns nimmeh in Ruh.

    D'Ältere vòn Lothringe / gehn bàll fer immer eweg sinn. / Wenn d'Flàmm ussgeht, / gehn d'Patois usssterwe.

   Oh ! Ihr Litt vòn Lothringe, / Màche-n-er, dàss wàs àlt ìsch, widder nèj werd ! /D'Sprooch vòn Lothringe ìsch kèn Brisong ! / Àwer wìrglich nìtt !

     
    de Lôrraine

    Les afants de Lôrraine
    Ont pédu zoute cœûr po tojos.
    Zoute patwès s'rè bîntôt youte.
    N'laiyans-m' v'ni fiâche nas fleûrs.

    L'(h)istwêre de lè Lôrraine
    Ast des fwès ène piâye grand devêsse
    D'ècî ica d'sang.
    Les mal(h)awroûses sov'nances neus hantent.

    Les vieuilles gens de Lôrraine
    Vont bîntôt s'en aller po tojos.
    Si lè fiemme s'teind
    J'wêrrans nas patwès meuri.

    Ô ! Vos gens de Lôrraine
    Laiyôz lo pessé dev'ni prèsent.
    Lè langue de Lôrraine n'ast-m' eune prihon !
    Mâs non !

    La dernière fois, je vous avais parlé de la fête du village en dix-huit cent soixante-dix quand on dansait les polkas, les mazurkas, les quadrilles, les scottishs.
    Aujourd'hui, ce sera encore pour vous parler du folk qu'on danse maintenant.
    Quand j'étais jeune, je ne connaissais que Malicorne, les Tri Yann et les gens de Lorraine. Mais il faut dire que tout cela, ce n'était guère trop remuant. Une fois, avec mes parents, nous avions été à Fontenoy-la-Joûte nous promener un dimanche. Et là, il y avait le Groupe Sans Gain. C'est ainsi que j'ai découvert un folk plus moderne. Un peu plus tard, j'allais à mon premier bal folk avec Idyll. Et voilà comment j'ai mis le doigt dans l'engrenage : les bals folks, sans oublier la Nuit du Folk chaque année. Le folk, ce n'est pas seulement écouter, jouer de la musique ou bien danser, c'est aussi une façon de vivre. C'est comme au Mac Do : venez comme vous êtes ! (j'en entends déjà qui gueulent que je prenne cet exemple !). Certains dansent pieds-nus, certains dansent très bien et d'autres apprennent. Et ce n'est pas la peine de mettre les habits des grands jours, vous venez pour danser, pas pour être le plus beau et personne ne vient là pour vous juger comment vous êtes habillé ou bien comment vous dansez. On vient pour se retrouver, c'est tout. Ça fait plus de vingt ans que je viens et je n'ai jamais vu une bagarre ou bien un vol. Il y en a aussi qui viennent, qui se rencontrent. Et puis, on ne les voit plus pendant deux trois ans. Et un jour, on les revoit avec un petit garçon ou une petite fille. C'est comme ça le folk. Le folk en Lorraine, c'est ça ou ça (Passmoual celte, un autre groupe que j'aime bien). 


    Voici une chanson du groupe Elixir. Elle était destinée au platt, la voilà donc en francique luxembourgeois, la même langue qu'on parle aux Luxembourg, en francique rhénan et en patois de Landremont :

    de Lorraine

    Les enfants de Lorraine
    Ont perdu à jamais leur cœur.
    Leur patois se meure
    Ne laissons pas faner nos fleurs.

    L'histoire de la Lorraine
    Est parfois une plaie béante
    D'acier et de sang,
    Ces souvenirs malheureux nous hantent.

    Les anciens de Lorraine
    Vont bientôt, à jamais partir.
    Si s'éteint la flamme,
    Nous verrons les patois mourir.

    Oh ! Vous gens de Lorraine,
    Laissez le passé devenir présent.
    La langue de Lorraine n'est pas une prison !
    Mais non !