Patois de Chicourt et de Bettelainville

       Comme èhheû, ç'ateût lè Saint Nicolâs, vace doux fiauves : lè premîre en patwès d'Chicot et lè dousieume, en patwès d'Bett'lainvelle.

 

        Lè Saint Nicolês

        Les vieuilles cotumes so pêdent...
        Les autes fwos, l’Saint Nicolês v’neût dans tout’ les mauhons qu’i n-èveût des afants. Et ç’n’ateût-m’ înk que v’neût, mais dous’, treûhh, po l’moins ; si beun’ que nos, que j’atîns jè i pô pus grands et pus malîns, j’en atîns eune fwos è nos d’mander si i n’èveût pus de Saint Nicolês ou non. È fôhhe de d’bette, j’ans r’conn’hhu qu’i n’en deveût awo qu’i seûl qu’ateût lo boin. Mais, è ç’t (h)oûre, ç’ateût l’tot d’sawo comment s’y penre po r’connahhe lo boin d’èvo les autes. Que dit înk :
        - ’L è eune grande bêrbe bianche.
        - Ây, et peus ’l è tojos eune crûx sus s’bonnat d’èvêque, que dit în aute.
        Et j’n’ans don(c) d’cidé po lè crûx.
        Ne val-meu ti qu’eune fwos i Saint Nicolês errîve cheuz nos èvo i bonnat piquant en pôpieu d’guèzette ; et an povînt ca lîre dessus : courr... Po l’côwp, j’m’ai dit anlè : cè n’séreût-m’ ête lo boin, l’aute-ceute ! Et lè grûlatte, que m’èveût prîns ’t è l’(h)oûre en auyant lè guîngueurlatte devant s’-tit, ateût ranvaye tot d’i grand côwp. Et, po lè premîre fwos, j’ai ôsu r’wêtieu l’Saint Nicolês-lè dans les oeils. J’ai po l’côwp vu qu’i n’ressaneût wê au ci qu’ast sus l’grand kêde, au motîn. Et peus, n’val meu-ti qu’cè m’vient que j’conn’hheûs lè vwès-lè ! Mais, ây, ç’ast beun’ lè vwès d’lè Maria. Et quand ’l è v’lu m’faire dîre mè priêre, je li ai ri au nez.
        Depeus lè fwos-lè, c’è ètu fât : l’Saint Nicolês n’è jo pus v’nîn. Je poveûs beun’ awo dîhh ans, è ç’qu’i m’sane.
        Lè Saint Nicolês, ç’ateût eune des pus grandes, des pus belles jonêyes de note vèye d’afant. Déjè entre midi, devant que d’aller è l’ècôle, an prèpârînt lè piate botte de foin et ca l’chèchat d’awêne po lè bourrique don Saint Nicolês.
        Et lè jonêye-lè, an n’atînt-m’ trap trouands po aller sus l’tac, rêyeu don foin.
        Ç’que nos paures mêres en èvînt don hahhe, lo jo d’lè Saint Nicolâs. Cent fwos po eune, an d’mandînt:
        - M’man, l’Saint Nicolês vârè-ti cheuz nos ? M’man, què que l’Saint Nicolês vè m’epp’ter ? M’man, d’où ast-ce que l’Saint Nicolês vè qwêre les hhalats que’l eppôte ? Comment qu’i fait po d’hhende sè bourrique don ciel, don(c), l’Saint Nicolês ?
        Et cè n’hôteût-m’. Et lè mêre de rèponde :
        - Couhhe-teu,... Laiye-meu tranquille... Si t’n’ast-m’ gentil, lo pêre Fouettêrd t’eppot’rè eune vôhhe.
        Lo bougre d’pêre Fouettêrd-lè ! i n’è point d’jôye sans malêye, ç’ast l’cas d’on dîre. Ç’ast qu’an l’dotînt tot d’meimme, lo pêre Fouettêrd, èvo sè grôsse vwès rèbeuhhe, sè grande hatte, pieinte de vôhhes, qu’i mat ês afants que n’sont-m’ gentils. Et ç’que faiyeût qu’j’en èveûs co pus paw, ç’ast que jèmais i n’so montreût en piein.ne leumîre ; ç’ateût tojos don fond d’lè cuhine qu’i n’men’ceût don temps que s’maîte entreût on pôle.
        Ausseu, vos wèyeûz mè jôye quand val qu’eune fwos lo pieuton, que j’hôyeûs tojos genderme è cause de so r’chat, mo rèconte que l’pêre Fouettêrd ateût nayeu.
        - Ây, te n’es-m’ man d’on doter l’ennêye-ceu, qu’i m’dit, ’l ast chu dans lè bawe don molîn ; je l’y ai vu, qu’ateût nayeu. I n’en èveût point des pus ôgroux qu’meu.
        Portant, je n’mo soviens-m’ que j’èvesse jèmais èvu eune vôhhe don pêre Fouettêrd, mais tout’ les Saint Nicolês, înk èprès l’aute, epp’tînt des hhalats, des n’hattes, des qwètis d’pwêres et d’peummes et des prunes chaches qu’atînt tout’ beun’ maillous qu’les cis qu’j’èvîns sus note gueurnîn dans des chèchats : ’l èvînt poussieu sus les êrbes on Pèrèdis.
        I faut beun’ lo dîre, ç’n’ateût-m’ sans gruler i pô qu’an z-ècoutînt les pessêyes sus l’pèvé d’vant s’-tit : les trôtrôs-lè, niant, ç’n’ast-m’ li; i saint don Pèrèdis n’f’reût-m’ tant d’brut. Lo vace, qu’an so d’hînt quand an z-auyînt aller lè guîngueurlatte. Et l’coeur faiyeût teuf-teuf. Et quand ç’ast qu’l’(h)ohh don pôle so d’vèyeût et que l’Saint Nicolês d’mandeût: Vos enfants sont-ils gentils ?, an grulînt pîre qu’eune foillatte de poplî. Po rien au monde an n’èrînt l’vé les oeils. Cè s’comprend que l’Saint Nicolês n’pêle meu patwès : en Pèrèdis - tot comme au motîn -, an n’pêleût que français et ca p’t-ête lètîn.
        I n-èveût ca des Saint Nicolês qu’n’entrînt-m’ ês chambes ; et j’èreûs tojos beun’ volu sawo poquè. Înk matteût ses peummes et ses hhalats dans lè cuhine sus eune essieutte, în aute les beilleût è eune vwèsîne, ica în aute dehhendeût lo panut pa lè chem’nêye matte ses qwètis dans les betiaux que’l ettendînt sus l’ête.
        Et peus ca în aute pesseût ês f’nêtes, an ce que j’dreumîns, et i fourreût ses seukeur’rêyes dans lè chambe sans d’vêr lo guînch’lat.
        Je n’sérêus rêminer sus m’jane temps sans penser è lè Saint Nicolês. Ç’ateût por meu eune des pus belles jonêyes de l’ennêye. Et poquè qu’nos afants n’en pôrrînt-m’ dîre auss’tant ? Poquè que j’n’i laiyerînt-m’ les meimmes jôyes et les meimmes piaihis ? I n-è ca beun’ des v’llêges que l’Saint Nicolês fait ca tojos sè tonêye. N’laiyans-r’ meu cheûr lè cotume-lè.
        Dans chèque v’llêge i s’en treuvârè jè înk po faire lo Saint Nicolês, i s’en treuvarè po zi preuter des b’sagnes et po zi guernîr sè hatte ou beun’ so chèchat. Gens riches, que v’eûz l’mwèyîn, beilleûz au Saint Nicolês po les afants paures ; et ’l èront pus d’piaihi que si v’i beillîns vos-meimmes : çou qu’vient don Pèrèdis ast tojos maillou.

                        Lo jo d’lè Saint Nicolês, en 1916
                        Jeson, N. T. L., décembre 1921


        Dans les vieux temps n-èveût eune vaye eune bonne d’afant qu’èveût mîns eune brique trap chaude è s’piat po lo r’chauffieu pendant qu’elle s’reût envaye trèveilleu. Mâs ç’ast que’l ateût trap chaude, et ‘l è ètu breulé tot vivant.
        Lè bonne fomme ne sèveût pus qwè fâre, lo piat n’ateût-m’ d’è sien. Elle v’leût s’nayeu, mâs val qu’en v’lant aller s’nayeu, elle renconteure lo grand saint Nicolâs sus lo ch’mîn don Hals. I li d’mande tot bonn’ment: - Mâs où qu’v’alleûz donc’, lè bonne fomme ?
        - Mâs, grand saint, j’vâs lèver les lurelles de m’piat.
        Val que lo saint li dit: - Vè-t’en cheuz vos, mè bonne, te r’treuv’rés to piat beun’ portant dans s’bîche èva eune bêlle peumme dans lè main.
        Èloûrs lè fomme è r’en allé è Bett'lainvelle et en rentrant cheuz zoûs, ‘l è treuvé so piat dans l’bîche èva eune peumme dans lè main comme lo saint i èveût dit.
        ‘L ateût si contente que po r’mercieu l’saint, ‘li è fât fâre eune chèpelle è coté d’cheuz l’Jeuson.

                            Textes patois recueillis en Lorraine,
                            Thiriot et Zéliqzon, 1912

        Comme hier, c'était la Saint Nicolas, voici deux histoires : la première en patois de Chicourt et la deuxième, en patois de Bettelainville.

        Les vieilles coutumes se perdent...
        Autrefois, le Saint Nicolas venait dans toutes les maisons où il y avait des enfants. Et ce n'était pas un qui venait, mais deux, trois, pour le moins ; si bien que nous, que nous étions déjà un peu plus grand et plus malins, nous en étions une fois à nous demander s'il n'y avait plus de Saint Nicolas ou non. À force de débattre, nous avons reconnu qu'il n'en devait avoir qu'un seul qui était le bon. Mais, maintenant, c'était le tout de savoir comment s'y prendre pour reconnaître le bon d'avec les autres. L'un dit :
        Il a une grande barbe blanche.
        Oui, il a toujours une croix sur son bonnet d'évêque,  dit un autre.
        Et nous en avons donc décidé pour la croix.
        Ne voilà-ti pas qu'une fois un Saint Nicolas arrive chez nous avec un bonnet pointu en papier journal ; et on pouvait encore lire dessus : courr... Pour le coup, je me suis dit comme ça : ce ne serait pas être le bon, celui-ci ! Et la frayeur, qui m'avait pris tout à l'heure en entendant la sonnette devant la maison, était repartie tout d'un grand coup. Et, pour la première fois, j'ai osé regardé ce Saint Nicolas dans les yeux. J'ai pour le coup vu qu'il ne ressemblait guère à celui qui est sur le grand cadre, à l'église. Et puis, ne voilà-ti pas que ça me vient que je connaissais cette voix-là ! Mais, oui, c'est bien la voix de la Maria. Et quand elle a voulu me faire dire ma prière, je lui ai ri au nez.
        Depuis cette fois-là, ça a été fini : le Saint Nicolas n'est jamais plus venu. Je pouvais bien avoir dix ans, à ce qu'il me semble.
        La Saint Nicolas, c'était une des plus grandes, une des plus belles journées de notre vie d'enfant. Déjà entre midi, avant d'aller à l'école, on préparait la petite botte de foin et le sachet d'avoine pour la bourrique du Saint Nicolas.
        Et cette journée, on n'était pas trop paresseux pour aller sur le tas de foin, prendre du foin.
        Ce que nos pauvres mères en avaient du mal, le jour de la Saint Nicolas. Cent fois pour une, on demandait :
        Maman, le Saint Nicolas viendra-t-il chez nous ? Maman, qu'est-ce que le Saint Nicolas va m'apporter ? D'où le Saint Nicolas va chercher les noix qu'il apporte ? Comment fait-il pour descendre la bourrique du ciel, donc, le Saint Nicolas ?
        Et ça ne cessait pas. Et la mère de répondre :
        Tais-toi... Laisse-moi tranquille... Si tu n'es pas gentil, le père Fouettard t'apportera une verge.
        Ce bougre de père Fouettard ! Il n'y a pas de joie sans mélange, c'est le cas de le dire. C'est qu'on le craignait tout de même, le père Fouettard, avec sa grosse voix revêche, sa grande hotte, pleine de verges, qu'il donne aux enfants qui ne sont pas gentils. Et ce qu'il faisait que j'en avais encore plus peur, c'est que jamais il ne se montrait en pleine lumière ; c'était toujours du fond de la cuisine qu'il nous menaçait pendant que son maître entrait dans le poêle.
        Aussi, vous voyez ma joie quand voilà qu'une fois le facteur, que j'appelais toujours gendarme à cause de son habit, me raconte que le père Fouettard était noyé.
        Oui, tu n'as pas besoin d'avoir peur de lui cette année, me dit-il, il est tombé dans la mare du moulin ; je l'y ai vu, qui était noyé. Il n'y en avait pas des plus heureux que moi.
        Pourtant, je ne me souviens pas que je n'aie jamais eu une verge du père Fouettard, mais tous les Saint Nicolas, un après l'autre, apportaient des noix, des noisettes, des quartiers de poires et de pommes, et des prunes sèches qui étaient bien meilleurs que celles que nous avions dans notre grenier dans des sachets : elles avaient poussé sur les arbres au Paradis.
        Il faut bien le dire, ce n'était pas sans trembler un peu qu'on écoutait les pas sur le pavé devant la maison : ces trôtrôs, non, ce n'est pas lui : un saint du Paradis ne ferait pas tant de bruit. Le voici, se disait-on quand entendait aller la clochette. Et le cœur faisait teuf-teuf. Et quand la porte du poêle s'ouvrait et que le Saint Nicolas demandait : Vos enfants sont-ils gentils ?, on tremblait plus qu'une feuille de peuplier. Pour rien au monde on n'aurait levé les yeux. Ça se comprend que le Saint Nicolas ne parle pas patois : au Paradis - tout comme à l'église -, on ne parlait que français et aussi peut-être latin.
        Il y avait encore des Saints Nicolas qui n'entraient pas dans les chambres ; et j'aurais toujours bien voulu savoir pourquoi. Un mettait ses pommes et ses noix dans la cuisine sur une assiette, un autre les donnait à une voisine, un autre encore descendait pendant la nuit par la cheminée mettre ses quartiers dans les chaussures qui l'attendaient sur l'âtre.
        Et puis un autre encore passait par les fenêtres, pendant que je dormais, et il fourrait ses sucreries dans la chambre sans ouvrir le guichet.
        Je ne peux pas réfléchir sur mon jeune temps sans penser à la Saint Nicolas. C'était pour moi un des plus beaux jours de l'année. Et pourquoi nos enfants ne pourraient pas en dire autant ? Pourquoi nous ne leur laisserions pas les mêmes joies et les mêmes plaisirs ? Il y a bien encore des villages où le Saint Nicolas fait sa tournée. Ne laissons pas tomber cette coutume-là.
        Dans chaque village il s'en trouvera déjà un pour faire le Saint Nicolas, il s'en trouvera pour lui prêter des habits et pour lui garnir sa hotte ou bien son petit sac. Gens riches, qui avez le moyen, donnez au Saint Nicolas pour les enfants pauvres ; et ils auront plus de plaisir que si vous leur donniez vous-mêmes : ce qui vient du Paradis est toujours meilleur.

                        Le jour de la Saint Nicolas, en 1916
                        Jeson, N. T. L., décembre 1921

        Dans l'ancien temps il y avait une fois une bonne d'enfant qui avait mis une brique trop chaude à son enfant pour le réchauffer pendant qu'elle serait partie travailler. Mais c'est qu'elle était trop chaude, et il a été brûlé tout vivant.
        La bonne femme ne savait plus quoi faire, le petit n'était pas à elle. Elle voulait se noyer, mais voilà qu'en voulant aller se noyer, elle rencontre le grand Saint Nicolas sur le chemin du Hals. Il lui demande tout bonnement : - Mais où allez-vous donc, la bonne femme ?
        Mais, grand saint, je vais laver les langes de mon petit.
        Voilà le saint qui lui dit : - Va t'en chez vous, ma bonne, tu retrouveras ton petit bien portant dans son berceau avec une belle pomme dans la main.
        Alors la femme est retournée à Bettelainville    et en rentrant chez eux, elle a trouvé son petit dans le berceau avec une pomme dans la main comme le saint lui avait dit.
        Elle était si contente que pour remercier le saint, elle lui a fait faire une chapelle à côté de chez Joseph.

                        Textes patois recueillis en Lorraine,
                        Thiriot et Zéliqzon, 1912