Patois du Valtin

 

       Lo côp-ci, j'radrai (h)ommêge è în père patwès, M. Maurice Gérard, lè pahhênne do Vêti qu'avoût fait în CD en patwès. Lis pères patwès, ç'îre dîna qu'a heuchit èn'sèqwand çals que s'bettant po rèwâdè lû patwès. Maurice Gérard l'èb'sè'it bé sûr po ècrîre dis fiauves et dis poésies, mais co dis gueûlesses. Vaci so discoûrs au Vau-d'Èjau è 2008 et doux poèmes de so CD qu'il avoût fait è 2005,  Lo patwès d'chîz nos :

        Cette fois-ci, je rendrai hommage à un père patois, M. Maurice Gérard, la personne du Valtin qui avait fait un CD en patois. Les pères patois, c'était ainsi qu'on appelait autrefois ceux qui se battaient pour sauvegarder leur patois. Maurice Gérard l'utilisait bien sûr pour écrire des histoires et des poésies, mais aussi des coups de gueule. Voici son discours au Val-d'Ajol en 2008 et deux poèmes de son CD qu'il avait fait en 2005, Le patois de chez nous.

Discours à l’Assemblée annuelle des Patoisants – Le Val d’Ajol, 2008

         Vôs sôz v’nus de tout’ lis catrâyes po pessè essêne ène balle jonâye. Notis ancés s’rant bé n-aihes s’is vèyant tout’ lo poussat qu’a vè r’mouè aujud’(h)eû, lû languêge cwèchi pa dis montènes d’èvolutio. D’ène règio è l’aute, is avant dis foûs do mau d’se compâre. D’ène vallâye è l’aute, lis accents yant diffèrents, lo même mot ne s’d’hit mi dè même faço. Mais is jôyant de bé s’frèquentè et d’faire essêne dis bonnes effaires. A n’è mi au’i dîre qu’ateur zâs, is s’yant fait lè guerre. Èda-la, de trop-bé dis dècennies, lo patwès s’praquait das lis près, das lis champs, das lis montènes, das tout’ lis familles, das tout’ lis m’ters et en tot leû. Au grand dis jos, au grand dis neûts, lis èc(h)os è reppoutant dèj’qu’è lè piaine. Et pis i v’neut lè Rèvolutio, èvo l’Abbé Grègoire que n-allait en guerre contre lis patwès, po qu’i n’y ôt pus en France qu’în seul languêge. Ça boteut do taps mais èprès lè dèrêre guerre, notis patwès s’pedeûnent au profit do français. Aujud’(h)eû, tortus essêne, a z-è r’mouè lo poussat que r’cwèche lo languêge do pessè. A z-è eppoutè chèki ène pîrre po qu’lè mauho n’chèheusse mi en ruine. Mais elle ne s’rè jamais pus çu qu’elle è stu. Çu qu’a vût surtout, ç’ast laihhi dis trêces po notis descendants que s’rant întèressès pa lo languêge et lo pessè dis ancés. Et pis, i faut bé lo dîre, tout’ çals qu’ot vikè lis dèrers taps, dis languêges-la, ot wâdè au fod d’zâs lis chantantes întonâtios qu’lis ot r’jô’i das lû jeunesse. Et d’notis jos, en pus dis sov’nîrs que nos r’jôyat tocoûs, notis patwès ot co lo pouwêr è chèkine de notis rencontres de crèè dis èmotios et ç’ast bé dîna. Salut, è tortus !

        Vous êtes venus de toutes les régions pour passer ensemble une belle journée. Nos anciens seraient bien content s'ils voyaient toute la poussière qu'on va remuer aujourd'hui, leur langage couvert par des montagnes d'évolution. D'une région à l'autre, ils avaient parfois du mal à se comprendre. D'une vallée à l'autre, les accents étaient différents, le même mot ne se disait pas de la même façon. Mais il réussissaient à bien se fréquenter et à faire ensemble de bonnes affaires. On n'a pas entendu dire qu'entre eux, ils se soient faits la guerre. Autrefois, il y a bien des décennies, le patois se parlait dans les prés, dans les champs, dans les montagnes, dans toutes les familles, dans tous les métiers et en tout lieu. Le long des jours, le long des nuits, les échos en rapportaient jusqu'à la plaine. Et puis vint la Révolution, avec l'Abbé Grégoire qui allait en guerre contre les patois, pour qu'il n'y ait plus en France qu'un seul langage. Ça mit du temps mais après la dernière guerre, nos patois se perdirent au profit du français. Aujourd'hui, tous ensemble, on a remué la poussière qui recouvre le langage du passé. On a apporté chacun une pierre pour que la maison ne tombe pas en ruine. Mais elle ne sera jamais plus ce qu'elle a été. ce qu'on veut surtout, c'est laisser des traces pour nos descendants qui seraient intéressés par le langage et le passé des anciens. Et puis, il faut bien le dire, tous ceux qui ont vécu les derniers temps, de ces langages-là, ont gardé au fond d'eux les chantantes intonations qui les ont réjoui dans leur jeunesse. Et de nos jours, en plus des souvenirs qui nous réjouissent toujours, nos patois ont encore le pouvoir à chacune de nos rencontres de créer des émotions et c'est bien comme ça. Salut, à tous !

 

Lo bon sens de notis ancés

     Das lo taps notis gens vikant bé n-autremat        
        Qu’a n’vike aujud’(h)eû. Is n-allant tot bâll’mat
        Snas ête èfoûss’nès dîna qu’a z-ast d’notis jos.
        Das lû simplicitè, is avant dè raho.
        I n’y avoût mi èchtant d’dètraquès qu’mèt’nant.
        Lis gens yant bé das lû pé snas ête dis sèvants.
        Èvo lis pîds bé sus tiêrre, is n-allant tot drât.
        Ç’n’îre mi dis girouettes que tonant è tos lis vats.
        Is n’avant pwèt d’radio co d’înformâtios.
        C’îre sovat d’au’i dîre qu’is k’nahhant lis actios
        Que s’pessant das l’entorêge et co das lo monde.
        Lis novalles n-allant d’l’în è l’aute, tot è l’èronde.
        Is sèvant sûr’mat pesè lo bé et lo mau.
        Il y avoût, ç’ast sûr, dis pahhênnes qu’avant dis dèfauts
        Mais qu’n-allant mi si lan qu’vot lis malfrats
        D’aujud’(h)eû que breulat et que touat au pessant.
        Is avant dè pône mais is yant è lè hautou,
        Tocoûs prats po z-aidî quand il y avoût în mal(h)oû(r),
        Tocoûs prats po d’nnè is autes ène câille de lû tåps.
        Tot èchtant po lis wèsîs que po lis parats.
        Is avant lo respect do bé co dis gens
        Que ç’sôt das lè sociètè ou das lis champs.
        Quand is avant d’nnè lû parôle, c’îre èque de sûr.
        Èvo zâs, i n’y avoût jamais trente-hhés mesûres.
        Dås lis fåços d’praquè d’tout’ notis ancés,
        Il y avoût do savoûr-vikè, dè civilitè.
        Po prâchi lûs effaires et lûs jubilâtios,
        Is avant în languêge piè d’balles întonâtios.
        Et tot d’în kûnp, lo progrès v’neut tout’ caboulè,
        Nos eppoutant trop-bé mais mi tocoûs do bé.
        Tout’ çu que j’vès d’vos r’nov’lè, ç’ast do pessè
        Qu’ène sèquante d’atre nos ot èvu l’occâsio d’vikè.
        De tout ç’là, a n’è pus qu’ène câille de lû languêge
        Èvo lis accents d’chèkî d’notis villêges.
        Ç’ast ène pwât do pessè qu’j’os r’çu en (h)èritêge.
        Ç’ast bé qu’aujud’(h)eû, a lûs-y radeusse (h)ommêge
        Au nos sov’nant qu’lis ancés yant dis gens d’valou
        Et qu’das lûs (h)umilitè, il y avoût dè grandou !

 

Le bon sens de nos anciens

        Autrefois, les anciens vivaient bien autrement
        Qu'on ne vit aujourd'hui. Ils allaient tout doucement
        Sans être excités ainsi qu'on l'est de nos jours.
        Dans leur simplicité, ils avaient de la raison.
        Il n'y avait pas autant de détraqués que maintenant.
        Les gens étaient bien dans leur peau sans être des savants.
        Avec les pieds bien sur terre, ils allaient tout droit.
        Ce n'étaient pas des girouettes qui tournaient à tous les vents.
        Ils n'avaient pas de radio et d'informations.
        C'était souvent d'entendre dire qu'ils connaissaient les faits
        Qui se passaient dans l'entourage et dans le monde.
        Les nouvelles allaient de l'un à l'autre, tout à la ronde.
        Ils savaient sûrement peser le bien et le mal.
        Il y avait, c'est sûr, des personnes qui avaient des défauts
        Mais qui n'allaient pas si loin que vont les malfrats
        D'aujourd'hui qui brûlent et qui tuent en passant.
        Ils avaient du mal mais ils étaient à la hauteur,
        Toujours prêts pour aider quand il y avait un malheur,
        Toujours prêts pour donner aux autres un peu de leur temps.
        Tout autant pour les voisins que pour leurs parents,
        Ils avaient le respect du bien et des gens,
        Que ce soit dans la société ou dans les champs.
        Quand ils avaient donné leur parole c'était quelque chose de sûr,
        Avec eux, il n'y avait jamais trente-six mesures.
        Dans les façons de parler de tous nos anciens,
        Il y avait du savoir-vivre, de la civilité.
        Pour parler leurs affaires et leur jubilations,
        Ils avaient un langage plein de belles intonations.
        Et tout à coup, le progrès vint tout renverser,
        Nous apportant beaucoup mais pas toujours du bien.
        Tout ce que je viens de vous rapporter, c'est du passé
        Que beaucoup d'entre nous ont eu l'occasion de vivre.
        De tout cela, on n'a plus qu'un peu de leur langage
        Avec les accents de chacun de nos villages.
        C'est une part du passé que nous avons reçu en héritage.
        C'est bien qu'aujourd'hui, on leur rende hommage
        En nous souvenant que les anciens étaient des gens de valeur
        Et que dans leur humilité, ils avaient de la grandeur !


Lis dèrêres novalles

     Il î co trop-bé dis wètûres caboulâyes,
        Mais vala co ène sèquante dis esquintès.
        Lis gens n’fèyat mi essèz ettentio,
        Is sot de pus en pus pressès.
        Lis jènes, a z-è bé lûs-y prâchi : ållèz bâll’måt,
        Is ne v’lat ré n-escoutè,
        Is allat tocoûs pus vite.
        Ah bé tot-la, ç’ast lis chés mwachis
        I n-î, i n-î dis pollutios, dis escroqu’ries,
        Dis gens qu’a n’retrove mi,
        Dis çals que s’dèbarrassat,
        Dis çals que sot piès.
        Il î dis abus d’tout’ sortes.
        Mon Dû, mon Dû, i s’n-è pesse das ène jonâye.
        Po lè politique, ç’ast co pés,
        Ç’ast tout’ dis mentous.
        Po faire dis promasses, ây, is sot tot-la.
        Is s’y k’nnahhat po nos è foute piè lè vûe,
        Mais lûs promasses, is n’lis t’nat mi.
        Ah, tiès, tot-la, is d’hat qu’lis effaires ot r’pris.
        Oh wây, ç’ast co dis mentes, dis magouilles,
        Ç’ast seul’mat dis effaires de pots d’vî,
        Et co dis escroqu’ries.
        A n’sêrôt pus lûs-y faire confiance,
        Is nos peurnat po dis vèyôs.
        A s’demande bé où’st-ce qu’is vot nos m’nè.
        Au z-ettadant, a z-ast tocoûs bon po pè’i.
        Èvo l’Europe-la, qu’ast-ce que cè vè d’nnè.
        Je n’passe mi qu’cè s’rè nos
        Que r’tîr’rot lis mârros do feû.
        I n-î co ène sèquante dis groûs-là
        Que vot s’rèpi lis pwaches.
        Et nos, je s’ros tocoûs lis dîndos.
        Èda-la, das lis autes pè’is,
        Ç’ast co pés qu’chîz nos.
        Is s’touat po dis idées
        Ou bé po lè r’ligio.
        I n-î dis autes que cravat d’faim.
        Ç’ast lè haute finance
        Que meune lè danse.
        Tout’ ça, ç’n’ast ré d’bon po lis p’tiats.
        A dîrôt bé qu’lis gens sot fûns tot-pwatot.
        Enfin, po nos i n’faut co mi trop s’piande,
        I n-î dis pés qu’nos,
        Tout’ çals-la que n’ot pus d’chîz zâs,
        I n-î de pus en pus,
        Cè fait dotè po notis p’tits-èfants.
        Mais chîz nos, i n’faut co mi tout vêr è nâr
        I n-î co d’temps en temps dis bonnes novalles.
        Ah bé tiès, vala în poème.
        Ç’n’ast mi èque de bé r’levè
        Mais cè chinge lis idées.
        Ç’ast ène câille de s’lo das lè grisâille.
        I n-î çals que d’hat
        Qu’po bé faire ou po bé dîre,
        I vaut meux s’cohi
        Mais mi, je n’sêrôs mi lè framè,
        Je dis çu que j’passe.

                 

Les dernières nouvelles

   Il y a encore beaucoup de voitures accidentées,
     Mais voilà encore beaucoup des esquintés.
     Les gens ne font pas assez ettention,
     Ils sont de plus en plus pressés.
     Les jeunes, on a beau leur parler : allez doucement,
     Ils ne veulent rien écouter,
     Ils vont toujours plus vite.
     Ah bien là, ce sont les chiens écrasés.
     Il y en a, il y en a des pollutions, des escroqueries,
     Des gens qu'on ne retrouve pas,
     De ceux qui se suicident,
     De ceux qui sont soûls.
     Il y a des abus de toutes sortes.
     Mon Dieu, mon Dieu, il s'en passe dans une journée.
     Pour la politique, c'est encore pire,
     Ce sont tous des menteurs.
     Pour faire des promesses, oui, ils sont là.
     Ils s'y connaissent pour nous en foutre plein la vue,
     Mais leurs promesses, ils ne les tiennent pas.
     Ah, tiens, là, ils disent que les affaires ont repris.
     Ce sont tous des mensonges, des magouilles,
     Ce sont seulement des affaires de pots de vin,
     Et des escroqueries.
     On ne peut plus leur faire confiance,
     Ils nous prennent pour des veaux.
     On se demande bien où ils vont nous mener.
     En attendant, on est toujours bon pour payer.
     Avec cette Europe-là, qu'est-ce que ça va donner.
     Je ne pense pas que ce sera nous
     Qui tireront les marrons du feu.
     Il y a encore beaucoup de ces gros-là
     Qui vont se remplir les poches.
     Et nous, nous serons toujours les dindons.
     Après, dans les autres pays,
     C'est encore pire que chez nous.
     Ils se tuent pour des idées
     Ou bien pour la religion.
     Il y en a des autres qui crèvent de faim.
     C'est la haute finance
     Qui mène la danse.
     Tout ça, ce n'est rien de bon pour les petits.
     On dirait bien que les gens sont fous partout.
     Enfin, pour nous il ne faut pas encore trop se plaindre,
     Il y en a des pire que nous,
     Tous ceux-là qui n'ont plus de chez-eux,
     Il y en a de plus en plus,
     Ça fait peur pour nos petits-enfants.
     Mais chez nous, il ne faut pas encore voir tout en noir.
     Il y a encore de temps en temps des bonnes nouvelles.
     Ah bah tiens, voilà un poème.
     Ce n'est pas quelque chose de bien relevé
     Mais ça change les idées.
     C'est un peu de soleil dans la grisaille.
     Il y a ceux qui disent
     Que pour bien faire ou pour bien dire,
     Il vaut mieux se taire
     Mais moi, je ne peux pas la fermer,
     Je dis ce que je pense.