Patois de Fraize

 

Dje m'èpasse qu'os k'nnahhiz tortus l'(h)istwêre do peut borio, lè vaci è patwès :

 Lo peut borio

 Lè moman bôre è covè sis û(f)s, zo lis ârbes et au momat v'nu, hhés djoûnes borios motrat enfi lo bout d'lû bec. Mais lè moman bôre n'sêrôt co delaihhi so nid : lo pus groûs d'sis û(f)s n'vût mi s'devîr. Elle grole : qwand qu'dje pourrây n-allè nadji èvo mis djats borios. È lè fi, lo groûs û(f) s'devîe. Mais qu'il ast do(c) peut, et grand, et tot gris, lo borio que vînt de v'ni au monde ! Lè moman bôre bwâle : I ne r'ssène è aukîn d'ateur nos, lo borio-la ! Enfi, allas-è das lè cour dè ferme que dje vos peurzateusse è tot lo monde ! T'niz-vos bîn, ha'iz drât, fè'iz beniant et d'hiz cwè-cwè ! Dant lè ferme, lis autes bouris lis spiat s'èvanci è d'hant : Bouh ! Qu'ôst-ce que ç'ast qu'lo borio-la ? Il ast trop peut, dje n'è v'las mi ! Aussitôt în groûs bouri vole sus lo paure borio gris et lo pînce meutchammat èvo so bec. Laihhiz-lo, que dit sè mère, i n'fait d'mau è pahhênne ! D'accôrd, que rèpond lo bouri, mais il ast si s'qué qu'il è de-b'sè d'ête hh'mellè. Lo paure borio pesse ène djonâye acrûse : il ast hh'mellè, modu, deboussi pa lis bouris et co pa lis h'lînes. Lis djos è séwant, ç'ast co pés ! Pahhênne ne l'aime, lo borio-la ! Il ast depoûhhi d'tot-pwatot. Même sis frères et sûs s'foutat d'leu. Et sè mère que li dit : Dje vourâys bîn que t'sôs èvôye ! Alôrs, lo paure borio se sauve. Il errîve dant ène misèrâble baraque et ateure tot streume. Ène vée famme demoure tot-la èvo sè tchette et sè h'lîne. Lè tchette sait faire so crédô et lè h'lîne, lée, sait poûre dis bîs û(f)s. Èprès quiques djos, lo borio dit qu'i s'ennoye et d'mande s'i pût n-allè nadji. Lè h'lîne se fâtche et elle li dit : De què qu'te piands ? T'es ène mauho bîn tchaude et co dis compèyos. Sés mis conseils et tâtche de poûre ou bîn d'faire to crédô. Dîna, te srevirès è èque. Dje m'èpasse que dje fairâys meux d'pwati, que rèpond lo borio. Et il è vè nadji et boûtchi das l'ôve. Lo borio vourôt bîn wêr lo monde. Mais tout' lis bêtes qu'i creuhe skeupat sus leu pace qu'il ast peut. Vaci lo wè'i ; et peus l'(h)euvî, boûn' et frâd. Lo borio ast tocoûs tot pwâ leu et tell'mat triste ! În djo, lo fûs-taps ast enfi tot-la. Alôrs, lo borio s'bote è volè. Sis aules sot v'nues foûtes essèz po lo poutè èvôye. Et bîntôt, i s'trove das în djâdi au bord d'ène estang. Comme tout' ast bî ! Trâs bîs cygnes hhoûyat sus l'ôve. Lo borio s'èpasse : Comme dje vourâys bîn n-allè d'was lis bîs ouhés-la ! Is me toûerot si dj'ôse m'eppreutchi d'zâs, mi que seus si peut ! Mais ça n'fait rîn, vaut meux mori touè pa zâs putôt qu'dête modu pa lis bouris, moquè pa lis h'lînes et deboussi d'tot-pwatot ! Alôrs, i s'jeutte das l'ôve et nadje au-dévant dis cygnes que s'lançat sus leu ! Touèz-mi ! dit lo paure borio. Et i quine lè tête sus l'ôve è n-ettadant lis côps. Mais qu'ôst-ce qu'i voût das lè kiahhe ôve ? I voût sè propre imèdje : ç'n'ast pus l'ouhé mau bâti, tot gris, tot peut... Ç'ast în cygne, în bî cygne, bianc et bî veusti. Dis èfants errivat au djâdji et lo pus djène demoure èbaubi : eur'wêtiz wêr ! I n-în în nové cygne, et ç'ast lo pus bî ! Alôrs, lis pièmes di nové cygne s'gonfat, so cô èlanci s'drasse et i bwâle de tot so cœur : Commat'st-ce que dj'èrâys pèvu râvè tant d'bon(h)ûr quand dje n'yâys qu'în peut borio ?


Je pense que vous connaissez tous l'histoire du vilain petit canard, la voici en patois :

 Le vilain petit canard

 Maman cane a couvé ses œufs, sous les arbres et au moment venu, six jeunes canetons montrent enfin le bout de leur bec. Mais maman cane ne peut pas encore quitter son nid : le plus gros de ses œufs ne veut pas s'ouvrir. Elle grommelle : Quand pourrais-je aller nager avec mes jolis petits canetons. Enfin, le gros œuf s'ouvre. Mais qu'il est donc laid, et grand, et tout gris, le caneton qui vient de naître ! La maman cane crie : Il ne ressemble à aucun d'entre nous, ce caneton-là ! Enfin, allons dans la cour de la ferme que je vous présente à tout le monde ! Tenez-vous bien, marchez droit, saluez et dites coin-coin ! Devant la ferme, les autres canards les regardent s'avancer en disant : Bouh ! Qu'est-ce que c'est, ce caneton-là ? Il est trop laid, nous n'en voulons pas ! Aussitôt un gros canard vole sur le pauvre caneton gris et le pince méchamment avec son bec. Laissez-le, dit sa mère, il ne fait de mal à personne ! D'accord, répond le canard, mais il est si bizarre qu'il a besoin d'être battu. Le pauvre caneton passe une journée épouvantable : il est battu, mordu, chassé par les canards et par les poules ! Les jours suivants, c'est encore pire ! Personne ne l'aime, ce caneton-là ! Il est chassé violemment de partout. Même ses frères et sœurs se moquent de lui. Et sa mère qui lui dit : Je voudrais bien que tu sois loin ! Alors, le pauvre caneton se sauve. Il arrive devant une misérable baraque et entre timidement. Une vieille femme habite là avec son chat et sa poule. Le chat sait ronronner et la poule, elle sait pondre de beaux œufs. Après quelques jours, le caneton dit qu'il s'ennuie et demande s'il peut aller nager. La poule se fâche et elle lui dit : De quoi te plainds-tu ? Tu as une maison bien chaude et des compagnons. Suis mes conseils et tâche de pondre ou de ronronner. Ainsi, tu serviras à quelque chose. Je pense que je ferais mieux de partir, répond le caneton. Et il s'en va nager et plonger dans l'eau. Le caneton voudrait bien voir le monde. Mais tous les animaux qu'il croise crachent sur lui parce qu'il est laid. Voici l'automne, et puis l'hiver, très froid. Le caneton est toujours tout seul et tellement triste ! Un jour, le printemps est enfin là. Alors, le caneton se met à voler. Ses ailes sont devenues assez fortes pour le porter au loin. Et bientôt, il se trouve dans un jardin public au bord d'un étang. Comme tout est beau ! Trois superbes cygnes glissent sur l'eau. Le caneton pense : Comme je voudrais aller vers ces beaux oiseaux-là ! Ils me tueront si j'ose m'approcher d'eux, moi qui suis si laid ! Mais cela ne fait rien, il vaut mieux mourir tué par eux plutôt que d'être mordu par les canards, moqué par les poules et repoussé de partout ! Alors, il se jette dans l'eau et nage au-devant des cygnes qui s'élancent sur lui. Tuez-moi ! dit le pauvre caneton. Et il penche la tête sur l'eau en attendant les coups. Mais que voit-il dans l'eau claire ? Il voit sa propre image : ce n'est plus l'oiseau mal bâti, tout gris, laid... C'est un cygne, un beau cygne, blanc et bien paré. Des enfants arrivent au jardin public et le plus jeune reste étonné : regardez voir ! Il y a un nouveau cygne, et c'est le plus beau ! Alors, les plumes du nouveau cygne se gonflent, son cou élancé se dresse et il crie de tout son cœur : Comment aurais-je pu rêver tant de bonheur quand je n'étais qu'un vilain petit canard ?