Patois de Ban-de-Laveline

 

I n'y è quèque tops, dje léheus sus în forom' beurto lis parôles-lè : je ne suis pas sûr de l'utilité de ne pas garder le français comme langue écrite de l'oïl occidental... Nous n'avons pas à dépenser de l'énergie pour mettre en valeur la Bretagne romane et ses variétés.

Qui ast-ce que ç'ast lo peut djacobîn-lè que n'aime mi lis longues de notis leûx ? Eh ben, dj'ai stu bîn èbaubi d'eppâre que c'ère l'Alan Stivell, în grand défenseur dè longue beurtonne ! Manqu'rôt pus qu'lis Tri Yann d'hinssent lè mâme tchôse ! È léhant ç'lè, h'me d'mandaizôr si dj'awais bîn fait d'eppâre lo beurto dûrant 7 ans et si ç' n-await valu lè pweine. Et pouchtant, ç'ast bîn en Beurtèye que j'rescontreus dis djens que s'bettênent pou r'wâdè lo beurto et co lo gallo. È Treglonou, do tops dis stâges, o z-eppeurnait è lére èvo lis ort(h)ographes dis dus ècôles : lè çue d'Al Liamm et lè çue d'Emgleo Breiz. O z-eppeurnait lo brezhoneg cheuc'h, lo beurto reffinè dis lîves et lo brezhoneg rust, lo beurto dis djens dè campèye è n-allant wêr dis vées djens qu'awênent eppris lo beurto sus lis h'nos d'zeû moman. O respectait çaux que hâblênent lo brezhoneg chimik, lo beurton èvo braumot dis novés mots et lis autes qu'aimênent meux hâblè lo beurto dis vées djens. Qu'ôst-ce qu'i valait meux dîre : fotokopi ou bîn luc'heilskeudenn ? O s'en foutait bîn pâs mal et o d'hit lis dus'. Lo tout', c'ère de bîn prononci. Surtout, n'allèz mi crêre que ç'ast pus aihant d'prononci fotokopi, i faut sandji è botè l'accent sus l'èvant-dèrêre syllâbe, ç'n'ast mi comme è français. Cè z-ast co l'esprit que dje r'trove dos lis bâls folk : i n'y è dis groupes que djouot dè musique trad' et peus dis autes que djouot do folk pus moderne. Et ç'ast bîn dînè ! Audjud'(h)eû, lo beurto, dos lè tête dis djens, ast r' k'nnohhu comme ène vraie longue. Ç'ast bîn mais mèt'nant qu'lo beurto, cè z-ast ène longue comme lis autes, qu'i ne d'veneusse mi în fié stro, ène longue que fait dos lo haut et que mèprîse lo gallo et co lis autes longues d'oïl. Et è n'voulwêr qu'ène seule longue dos în pèyis, o n-è r'vînt è : ène longue, în peuple, în pèyis et ç'lè, cè n'reppoute rîn d'bwan. Alan Stivell se d'mande si cè sreuve è èque de n'mi wâdè lo français pou ècrîre notis patwès. Comme s'is n'awênent jamais stu ècrits ! D'abord, i faut repp'lè çu qu'ç'ast, lo français. Vos sawèz tortus comme mi qu'o hâblait lo gaulois do tops estu, i n'y è bwan (h)èvîn. Quand lis Romains ot occupè lè Gaule, is ot èmwênè zeû longue, lo romain, mais i n'faut mi crêre qu'lis djens ne hâblênent pus gaulois. Is l'ot co hâblè pus d'qwète siècles. Et peus lo romain qu'o hâblait, c'ère lo romain dis soudêrds. È 813, o pèyeut wêr qu'lis djens do peuple ne compeurnênent pus lo lètîn que hâblênent lis prêtes. O ne hâblait co mi lo français do tops-lè, cè se heutchit lo roman et lo peurmé ècrit, cè z-ast lis Sermots de Strasbourg prononcis pa Louis le Germanique. I faut ettode l'an mil pou deustînguè lè longue d'oc dè longue d'oïl. Dos so lîve, le français, une langue qui défie les siècles, Alain Rèy pwâle djè do français mais cè z-ast ène câille èvanci, o d'rôt putôt co dîre lis longues d'oïl. Ç'ast vrai qu'do tops-lè, c'ère prèque tout' lis mâmes et faurè ettode au mwans lo qwètohiéme siècle pou deustînguè tout' lis longues d'oïl. Ç'pendant, è 1180, lo râ d'France et sè mêre rèprovot djè lo trouvêre Colon de Béthune de botè dis mots picârds dos sis tchansos. Do tops-lè, hâblè français, c'ère djè hâblè lè longue do râ, lè longue dè règio qu'i d'môrait. Lo français, comme d'hot dis linguisses, cè z-ast în patwès qu'è èvu braumot d'tchance mais è l'èpwèye, c'ère în patwès comme lis autes ! Pou nos, Lôrrains, i faurè ettode 1615 pou qu'lo peurmé lîve è patwès feusse publiyi. Ise heutche lè groûsse enwarâye et o pieut tot-ci lo lére sus lè tâle.

 

Il y a quelque temps, j'ai lu sur un forum breton ces paroles : je ne suis pas sûr de l'utilité de ne pas garder le français comme langue écrite de l'oïl occidental... Nous n'avons pas à dépenser de l'énergie pour mettre en valeur la Bretagne romane et ses variétés.

Qui est ce vil jacobin qui n'aime pas nos langues régionales ? Eh bien, j'ai été bien étonné d'apprendre que c'était Alan Stivell, un grand défendeur de la langue bretonne ! Manquerait plus que les Tri Yann disent la même chose ! En lisant cela, je me demandais si j'avais bien fait d'apprendre le breton durant 7 ans et si ça en avait valu la peine. Et pourtant, c'est bien en Bretagne que j'ai rencontré des gens qui se battaient pour sauvegarder le breton et le gallo. À Treglonou, pendant les stages, on apprenait à lire avec les orthographes des deux écoles : celle d'Al Liamm et celle d'Emgleo Breiz. On apprenait le brezhoneg cheuc'h, le breton chic, littéraire et le brezhoneg rust, le breton des ruraux en allant voir de vieux bretonnants de naissance. On respectait ceux qui parlaient le brezhoneg chimik, le breton truffé de néologismes et les autres qui aimaient mieux parler le breton des anciens. Qu'est-ce qu'il valait mieux dire : fotokopi ou bien luc'heilskeudenn ? On s'en fichait bien et on disait les deux. Le tout, c'était de bien prononcer. Surtout, n'allez pas croire que c'est plus facile de prononcer fotokopi, il faut mettre sur l'accent sur l'avant-dernière syllabe, ce n'est pas comme en français.C'est encore l'esprit que je retrouve dans les bals folk : certains groupes jouent de la musique trad et d'autres jouent du folk plus moderne. Et c'est bien comme ça ! Aujourd'hui, le breton, dans l'esprit des gens, est reconnu comme une vraie langue. C'est bien, mais maintenant que le breton est une langue comme les autres, qu'il ne devienne pas un parvenu qui méprise le gallo et les autres langues d'oïl. Et à ne vouloir qu'une seule langue dans un pays, on en revient à : une langue, un peuple, un pays et cela, ça ne rapporte rien de bon. Alan Stivell se demande si ça sert à quelque chose de ne pas garder le français pour écrire nos patois. Comme s'ils n'avaient jamais été écrits ! D'abord, il faut rappeler ce qu'est le français. Vous savez tous comme moi qu'on parlait le gaulois autrefois, il y a bien longtemps. Quand les Romains ont occupé la Gaule, ils on amené leur langue, le romain, mais il ne faut pas croire que les gens ne parlèrent plus gaulois. Ils l'ont encore parlé plus de quatre siècles. Et puis le romain qu'on parlait, c'était le romain des soldats. En 813, on put s'apercevoir que les gens du peuple ne comprenaient plus le latin qu'employaient les prêtres. On ne parlait pas encore de français en ce temps-là, ça s'appelait le roman et le premier écrit, ce sont les Serments de Strasbourg prononcés par Louis le Germanique. Il faut attendre l'an mil pour différencier la langue d'oc de la langue d'oïl. Dans son livre, le français, une langue qui défie les siècles, Alain Rey parle déjà du français mais c'est un peu prématuré, on devrait plutôt encore dire les langues d'oïl. C'est vrai qu'en ce temps-là, elles étaient presque toutes similaires et il faudra attendre au moins le 14ème siècle pou différencier toutes les langues d'oïl. Cependant, en 1180, le roi de France et sa mère reprochaient déjà au trouvère Colon de Béthune d'employer des mots picards dans ses chansons. À cette époque, parler français, c'était déjà parler la langue du roi, la langue de la région où il habitait. Le français, comme disent certains linguistes, c'est un patois qui a eu beaucoup de chance mais au début, c'était un patois comme les autres ! Pour nous, Lorrains, il faudra attendre 1615 pour que le premier livre en patois soit publié. Il s'appelle lè groûsse enwarâye et on peut ici le lire sur internet.