Patois d'Azelot

 

Lou côp-ceu, j'ai mis en patwès lè chanson d'Angelo Branduardi, lè môt des (h)oummes, ène chanson que joûe lou groupe folk Free Folk Quartet, în groupe que j'joûe des fwès èvou. Lè môt des (h)oummes, lè vace comme lè joûe Angelo Branduardi.

 

J'as lè môt des (h)oummes, / Je poute couronne / Et j'as d'zoute vie / Lè mâtrasse et ca lè patronne.

Et bîn sûr, j'as cruyelle. / Et bîn sûr, j'as mout duhhe. / Mais rîn n'errêt'rè mes hhênesses.

Et d'vant mè fâs que pesse, / Je vwès trembier les figûres / Et rîn n'errêt'rè mes hhênesses.

Teu, mâtrasse di monde, / Sôys bînv'nue dans nôs mâhons ! / Pôse lè fâs â creûx de totes nôs musiques ! / Prends pièce dans nôs danses / Et si te danses ca, / Tote lè môt s'rè môte è lè pointe di jou.


Cette fois, j'ai mis en patois la chanson d'Angelo Branduardi, la mort des hommes, une chanson que joue le groupe folk Free Folk Quartet, un groupe avec qui je joue parfois. La mort des hommes, la voici encore (autre vidéo) comme la joue Angelo Branduardi.

Sono io / io son di tutti voi

Sono io la morte et porto corona, / io son di tutti voi signora e padrona / e così sono crudele, così forte sono e dura / che non mi fermeranno le tue mura / che non mi fermeranno le tue mura.

Sono io la morte et porto corona, / io son di tutti voi signora e padrona / e davanti alla mia falce il capo tu dovrai chinare / e dell 'oscura morte al passo andare.

Sei l'ospite d'onore del ballo per te suoniamo, / posa la falce e danza tondo a tondo / il giro di una danza e poi un altro ancora / e tu del tempo non sei più signora.


Je suis la mort des hommes, / Je porte couronne / Et je suis de leur vie / La maîtresse et la patronne.

Et bien sûr, je suis cruelle. / Et bien sûr, je suis très dure. / Mais rien n'arrêtera mes déchirures.

Et devant ma faux qui passe, / Je vois trembler les figures / Et rien n'arrêtera mes déchirures.

Toi, maîtresse du monde, / Sois bienvenue dans nos maisons ! Pose la faux au creux de toutes nos musiques ! / Prends place dans nos danses / Et si tu danses encore, / Toute la mort serait morte à l'aurore.