Pierre Fève, dans les annonces des Hautes-Vosges du 8 octobre 1972 racontait cette histoire suivante en patois de Corcieux (orthographe rectifiée) :

 

Ç'ost lo docteur que s'y k'nnot

Depeus trâs moûs, lo Lèyon wâdait lo lèyt. Lo mèd'cîn pessait doux foûs lè s'maine, po sovoû çu qu'i fèyit. Cè n'tait mi r'luhant, tocoûs èteur lè vie et lè môt. În jo, lè Mèlie eppelle lo docteur i tèlèphone : V'niz-o tot d'suite, lo Lèyon ne r'moûe pus. J'crâs bé qu'il ost môt. Errivè è lè mâhon, lo mèd'cîn lo voût stondu sus so lèyt. Snos lo r'wêti, i dit tot haut : Lo keûp-ci, ç'ost fait, lo peûre (h)omme. Il è bé soffri. Sèyiz corègeûse, Mèlie, faut n-ollè chîz lo curè, et co è lè mair'rie. Tot d'în keûp, mo Lèyon se r'leuve în peû : Niant ! Niant ! Je n'sèys mi môt... Je sèys co vikant ! Voyos, Lèon, lo docteur sait tot d'même meux qu'ti. Couhhe-teu !


C'est le docteur qui s'y connait

Depuis trois mois, le Léon gardait le lit. Le médecin passait deux fois par semaine, pour savoir ce qu'il faisait. Ce n'était pas brillant (reluisant), toujours entre la vie et la mort. Un jour, l'Amélie appelle le docteur au téléphone : Venez-en tout de suite, le Léon ne remue plus. Je crois bien qu'il est mort. Arrivé à la maison, le médecin le voit étendu sur son lit. Sans le regarder, il dit tout haut : Le coup-ci, c'est fini, le pauvre homme. Il a bien souffert. Soyez courageuse, Amélie, il faut aller chez le cur, et encore à la mairie. Tout à coup, mon Léon se relève un peu : Non ! Non ! Je ne suis pas mort... Je suis encore vivant ! Voyons, Léon, le docteur sait tout de même mieux que toi. Tais-toi !


Et en breton, on peut lire et écouter pratiquement la même histoire ici

 

Sur une des cartes postales publiées par Émile Bastien en 1901, voici un des fameux contes de fraimbois dans son orthographe d'origine :

 

Le vin du curé de Fraimbois

Lo curé de Frïmbô voyo qu'on buvo lo vin qui matto et lè sacristi po dire sè masse. Après aoué bïn coiri y soupçonneu so sacristain. Eune belle jonnaye, y li d'heu : Di don, sacristain, y est longtemps que te ne temme confessé. Je ne fai poin de mâ, d'heu lo sacristain. Ça ne fai rïn, ta de lè mahon, fa beyi lo bon exemple. Et bïn on y vret, repondo l'homme. Quelques jonnayes éprès lo sacristain alleu se confessé. Quand l'éveu fai ; lo curé attendo tojo, mais y ne paleme di vin. Lo curé fachi li crieu : Quiasque boit lo vin de so curé ? Point de réponse ; in po pu fort : Quiasque boit lo vin de so curé ? Tojo rïn, alors, tot fachi lo curé criè tant qui pouveut : Quiasque boit lo vin de so curé ? Mais rïn. Lo curé se leveu, et ouvrant lè poque di confessionnal, y d'heu â sacristain : Te pourro bïn rèponde quand on te cose. Lo sacristain  répondeu de même : Je n'ai rin oyi, on n'oye rin. Tenez, prenez mè pièce et je prenrai lè vote. Quand l'eveuhe changi, lo sacristain deheu : Quiasqué rembressé lè fôme di François ? Point de réponse ; Quiasqué rembressé lè fôme di maire ? Tojo rin ; to fort : Quiasqué rembressé mè fôme ? Rien ; lo sacristain sorteu di confessionnal et lo curé li tapant su l'épâle li deheu : Té rahon, on n'oye rin de to


Le curé de Fraimbois voyait qu'on buvait le vin qu'il mettait à la sacristie pour dire sa messe. Après avoir bien cherché il soupçonna son sacristain. Un beau jour, il lui dit : Dis donc, sacristain, il y a longtemps que tu ne t'es pas confessé. Je ne fais point de mal, dit le sacristain. Ça ne fait rien, tu es de la maison, il faut donner le bon exemple. Eh bien on ira, répondait l'homme. Quelques jours après, le sacristain alla se confesser. Quand il eût fini, le curé attendait toujours, mais il ne parla pas du vin. Le curé fâché lui cria : Qui est-ce qui boit le vin de son curé ? Point de réponse ; un peu plus fort : Qui est-ce qui boit le vin de son curé ? Toujours rien, alors, tout fâché le curé cria tant qu'il put : Qui est-ce qui boit le vin de son curé ? Mais rien. Le curé se leva, et ouvrant la porte du confessionnal, il dit au sacristain : Tu pourrais bien répondre quand on te cause. Le sacristain répondit de même : Je n'ai rien entendu, on n'entend rien. Tenz, prenez ma place et je prendrai la vôtre. Quand ils eurent changé, le sacristain dit : Qui est-ce qui a embrassé la femme du François ? Point de réponse ; Qui est-ce qui a embrassé la femme du maire ? Toujours rien ; tout fort : Qui est-ce qui a embrassé ma femme ? Rien ; le sacristain sortit du confessionnal et le curé lui tapant sur l'épaule lui dit : Tu as raison, on n'entend rien du tout.

 

Ces contes étaient connus même dans les Hautes-Vosges, puisque ce dernier a été adapté en patois de Gérardmer par M. Jean-Baptiste Gégout et publié dans l'Est Républicain du 26 décembre 1999. M. Maurice Gérard, quelques années après, l'avait conté en patois du Valtin sur son CD. En voici la transcription :

 

Lè confession

În jo, lo curé d'heut è so bedeau qu'i f'rôt bé d'se confessè d'temps en temps. Ène foûs pa ennâye... ç'n'ast mi trop d'mandè è în bon chrètien. Ène câille dant Pêques, lo bedeau ateure das lo confessionnal et èhache è dîre ène sèquante de p'tits dèlits de ré do tot. Lo curé, tot bâll'mat, li d'mande : Dis-meu, te rèvies èque, niant ? Lo bedeau sène qwèri dis autes dèlits et final'mat n'rèpond ré. Lo curé li r'pôse lè questio : Qui ast-ce que boût lo vi d'masse, t'lo sais ? Comme lo bedeau n'rèpond tocoûs mi, lo curé li r'pôse lè questio. Lo bedeau dit : J'n'auye mi ç'qu'vos d'hiz. D'mè pièce, a n'auye ré. Tot bé, qu'fait lo curé, chingeas d'pièce ! Et is chingeûnent de pièce. Quand is feureûnent instâllès, lo curé rèpèteut sè questio co ène foûs et il ettadeut. Mais au sènant li rèponde, lo bedeau li d'mande : Dites, mo père, qui ast-ce que vè vêr lè famme do bedeau quand i n'ast mi tot-la ? Lo curé tot bâll'mat : Ah bé, t'es râho, bedeau, èn'das tot-ci a n'auye ré ! A pût bé s'èpassè qu'is s'boteûnent d'accôrd au n-allant boûre în voûrre de vi d'masse !


Un jour, le curé dit à so bedeau qu'il ferait bien de se confesser de temps en temps. Une fois par an... ce n'est pas trop demandé à un bon chrétien. Un peu avant Pâques, le bedeau entre dans le confessionnal et commence à dire quelques petits pêchés de rien du tout. Le curé, tout doucement, lui demande : Dis-moi, tu oublie quelque chose, non ? Le bedeau semble chercher d'autres pêchés et finalement ne répond rien. Le curé lui pose la question : Qui est-ce qui boit le vin de messe, tu le sais ? Comme le bedeau ne répond toujours pas, le curé lui repose la la question. Le bedeau dit : Je n'entends pas ce que vous dites. De ma place, on n'entend rien. Très bien, fait le curé, changeons de place ! Et ils changèrent de place. Quand ils furent installés, le curé répéta sa question encore une fois et il attendit. Mais en guise de réponse, le bedeau lui demande : Dites, mon père, qui est-ce qui va voir la femme du bedeau quand il n'est pas là ? Le curé tout doucement : Ah bien, tu as raison, bedeau, d'ici on n'entend rien ! On peut bien penser qu'ils se mirent d'accord en allant boire un verre de vin de messe !

 

La même en breton, ici

 

Une autre histoire de M. Maurice Gérard commune avec ar moc'h bihan en Bretagne :

 

Lo râpiat

        Lo Constant do Vêtî îre k’nnu po ête lo pus râpiat do leû. Quand i n-allait au cafè, i s’errangit tocoûs po n’mi pè’i sè tonâye. Lo jo-la, comme è chèque foûs, i v’nit po z-èprovè d’boûre în voûrre snas ré pè’i. Mais lis autes ne fèyeûnent mi semblant d’lo vêr. È lè fî, i n-alleut s’èhhêr è ène tauye ou qwète gaillârds yant è trè’î d’jouè is cwâtes. Is k’mmandeûnent în lite et qwète voûrres. Po z-ettîri l’ettentio sus lu, i lûs-y d’heut : mè vèche è fait vèyo ! – Oh bé lè foûs-la, lè balle effaire, a sait bé çu qu’ç’ast qu’ène vèche qu’è fait vèyo.
        Ah wây, mais lè mée, elle è fait cînq vèyos.
        Ah bé lè foûs-la, tè vèche, elle n’è que qwète poincés. K’mmat’st-ce qu’i f’rè po boûre lo cînquîme ?
        Ah bé mè foû, mè foû, i f’rè comme mi, i spîerè boûre lis autes.


L'avare

Constant du Valtin était connu pour être le plus avare du coin. Quand il allait au café, il s'arrangeait toujours pour ne pas payer sa tournée. Ce jour-là, comme à chaque fois, il venait pour essayer de boire un verre sans rien payer. Mais les autres firent semblant de ne pas le voir. À la fin, il alla s'asseoir à une table où quatre gaillards étaient en train de jouer aux cartes. Ils commandèrent un litre et quatre verres. Pour attirer l'attention sur lui, il leur dit : ma vache a fait veau ! Oh bien, cette fois, la belle affaire, on sait bien ce que c'est qu'une vache qui a fait veau.
        Ah oui, mais la mienne, elle a fait cinq veaux.
        Ah bien, cette fois, ta vache, elle n'a que quatre trayons. Comment fera-t-il pour boire, le cinquième ?
        Ah bien, ma foi, ma foi, il fera comme moi, il regardera boire les autres.

 

Un autre conte de Fraimbois publié en 1901 sur carte postale commun avec une histoire bretonne (orthographe d'origine) :

 

Lo rété

    I né tchèques annéyes, in hôme de Frïmbô avô ettu é l'Exposition é Péris.
    Et comme l'y avô demouéré hieu jô, quand let reveni é Frïmbô, i n'savôza pu lo patoué.
    L'avô écheté é Péris ïn bé rochat,  ïn nue chépé et eune père de solé que li allïn tot bïn.
    I s'en vè à paquis po vôre les gens que fiïn-za les rouéyïns.
    L'atô tellement chïngi qu'les gens n'lo reconahint pu.
    Mè, ça ïn Monsue, que dit lè Laïte en lo ouéyant.
    Et lu que fio sé m... armolèque et que n'se sento pu pater depeu qu'l'avô ettu é Péris, li rapond :
    Comment qu'vous dites, Madame ?
    Ah ! lo drodjin, que dit mé Laïtte, mè i sait lo Français é ç't'houre !
    Evidemment, que redit mon Périsïn.
    Et comme i n'avô ïn rété qu'atô sus lo rouéyïn, po s'fère valôre, mo macroc dit en let :
    Mais, comment que ça s'appelle l'affaire-là en patois ?
    Et en dehant celet, l'avô mis so pie su les dents di rété qu'atô sus lè bocotte.
    To d'ïn cô lo rété s'erluve et lo manche vïnt li foute ïn cô juste su lo nez.
    Ah ! lo sapré vingt vérets d'rété qu'i s'mat et crier, je m'sovïn bïn d'to nom é ç't'houre. Ce n'fé rïn, fâ reveni è Frïmbô po trouver des rétés en let. Si j'avôi sévu, j'érô bïn demouéré é Péris.

Le râteau

    Il y a quelques années, un homme de Fraimbois avait été à l'Exposition à Paris.
    Et comme il y était resté huit jours, une fois revenu à Fraimbois, il ne savait plus le patois.
    Il avait acheté à Paris une belle redingote, un chapeau neuf et une paire de souliers qui lui allaient tout bien.
    Il s'en va au pâturage pour voir les gens qui faisaient alors les regains.
    Il était tellement changé que les gens ne le reconnaissaient plus.
    Mais, c'est un Monsieur, que dit Adélaïde, en le voyant.
    Et lui qui faisait son merdeux et qui ne se sentait plus péter depuis qu'il avait été à Paris, lui répond :
    Comment que vous dites, Madame ?
    Ah ! le drôle de gaillard, que dit mon Adélaïde, mais il sait le français maintenant !
    Évidemment, que reprend mon Parisien.
    Et comme il y avait un râteau qui était posé sur le regain, pour se faire valoir, mon gars dit comme ça :
    Mais, comment que ça s'appelle l'affaire-là en patois ?
    Et en disant cela, il avait mis son pied sur les dents du râteau qui était sur le tas de regain.
    Tout à coup le râteau se relève et le manche vient lui foutre un coup juste sur le nez.
    Ah ! Le sacré vingts verrats de râteau, qu'il se met à crier, je me souviens bien de ton nom maintenant. Ça ne fait rien, il faut revenir à Fraimbois pour trouver des râteaux comme ça. Si j'avais su, je serais bien resté à Paris.

La même histoire en breton trouvée dans la méthode de breton Komzom brezoneg de J. Tricoire. Cette histoire, entendue avant la guerre de 1914-1918, avait été publiée par J. Terilis dans la revue Dihunamb. En breton KLT (orthographe universitaire d'Emgleo Breiz), je l'ai remise en vannetais (orthographe de Meriadec Herrieu) :

 

Unan dihalleget

    Ur paotr yaouank deit d'er gêr a soudard e hrê é zén, hag é lâré en-doe ankouéhaet é vrehoneg. Un deuèh ma oe é labourad ged é dad én douareu, é houlenné : pétra é ceci, pétra é cela ?
    Pétra é ur charrette ?
    Ur harr, emé é dad dehoñ.
    Boñ ! Pétra é ur cheval ?
    Ur marh.
    Ha, ha, ur marh ! Ya... Pétra é ur râteau ?
    Just èl ma komzé en ostiz, heb soñjal, é laka é votéz ar dent er rastell, hag en troed é seùel én aùel e ya de skoein er paotr é kreiz é fas.
    A ! Gast a rastell !, eme-eañ.
    Che !, emé en tad, en troed rastell-sé en-des degaset de vrehoneg d'er gêr, én un taol !

Un défrancisé

    Un jeune garçon revenant à la maison du service militaire faisait son malin et disait qu'il avait oublié son breton. Un jour où il travaillait avec son père dans les terres, il demandait : qu'est-ce que ceci, qu'est-ce que cela ?
    Qu'est-ce qu'une charrette ?
    Une charrette, lui dit son père.
    Bon ! Qu'est-ce qu'un cheval ?
    Un cheval.
    Ha, ha, un cheval ! Oui... Qu'est-ce qu'un râteau ?
    Juste où le jeune parlait , sans penser, il mit la chaussure sur les dents du râteau, et le manche de se lever en l'air et va frapper le garçon en pleine face.
    Ah ! Putain de râteau ! dit-il.
    Eh bien ! dit le père, ce manche de râteau t'a rappelé ton breton à la maison d'un coup !