En 2004, lo Patrice Jacquemin que vendôt des vîx lîves è Font'nô (lo villêge di lîve, vos sèviz bin) èvôt ècrit în lîve de fiâwes sus Font'nô comme les fiâwes de Frïmbôs. I n'y è quèques annêyes, j'les èvôs mis en patwès d'Font'nô grâce è l'ètûde de Monsû Henri Jacquot sus lo patwès-lè. Mal(h)eureûsemat, lo paure (h)ômme-lè ast môt dant que j'n'ôye rèch'vi d'matte ses fiâwes en patwès et j'les èvôs don(c) beilli è sè fômme. Vwace lè premêre en patwès d'Font'nô, peus en patwès di nord de L'ninville, en patwès de Cum'nêres, en patwès d'Failly et po rèch'vi en patwès do Vèyti.

 

  LO SERMON (patwès d'Font'no) :

        L’onnée-lè, ‘l èvôr fait mout châd, et mout choch. Pâs in.ne gotte dé piôve sus Font’no d’peus fîn èvri. Les gens di villêge ont d’mandé â curé d’dière in.ne mosse pou qu’i pieuveuhhe. Tot lo monde ‘tôr tot-lè (mim.me les gens d’Dionville et co d’Domptié, des fwos qu’is pouveuhhent rècupèrer lo rogâton).
        Lo curé, lo pêre Rénârd è c’mmoncié so sermon :
        Mes frêres, mes frêres, (h)om.mes et fom.mes dé pô d’fwé, vos m’dècevez, vos m’dècevez tot-piein, pou sûr vos otes piein dons lo leû saint-lè pou prier èfîn qu’i pieuveuhhe, mais n’y in è-m’ înk d’inteur vos qu’è v’ni èvon în pèpin.

 

LO SERMON (patwès di nôrd de L'ninville) :

    L'annêye-lè, 'l avôt fait mout châd et mout sach. Pâs ène gotte de piûche sus Font'no depeus fîn èvri. Les gens di villêge d'mandînt â curé de dîre ène masse po qu'i piuvèhhe. Tot chèkîn atôt tot-lè (même les gens d'Dionville et ca d'Domptié, des fwès qu'is pouvînhhent rècupèrer les rèhhes !
    Lo curé, lo pêre Renard, commencè so sermon :
    Mes frêres, mes frêres, (h)ômme et fômmes de pô d'fwè, veus m'dècevôz, veus m'dècevôz tot-piein, bîn sûr v'atôz piein dans lo leû saint-lè po prier po qu'i piuvèhhe, mais i n'y en è-m' înk d'enteur vos qu'è v'nu avo în paraplie.

 

LE SERMON (patwès d'Cum'nêres) :

    Citte annaye-la, il avat fât mawt chaud et mawt sec. Pâs ine goutte de ploûche sus Font'no dut'poys fin avri. Lis gens don villâge ont d'mandé au curé de dîre ine messe pou qu'i pieuvît. Tout le monde itat tout-là (même lis gens d'Dionville et d'Domptié, dis fois qu'is pouvissent rècupérer lis restes.
    Le curé, le pêre Renard, i coummenci se sermon :
    Mis frêre, mi frêres, (h)oummes et femmes de paw d'foi, veus m'dècevez, veus m'dècevez tout-plein, pou l'sûr v'itez plein das le lieu saint-là pou priyi pou qu'i pieuvît, mâs i n'y a n-i-m' in d'entur vous qu'i v'nu avo in paraplûe.

 

LO SERMON (patwès d'Failly) :

    Ceutte ennâye-lè, 'l èveût fât mout chaud et mout chach. Pâs eune gotte de piôwe sus Font'no depeus fîn èvri. Les gens don villêge ont d'mandé au curé de dîre eune masse po qu'i pieuveusse. Tot chèkîn ateût tot-lè (mim.me les gens d'Dionville ica d'Domptié, des fwès qu'is p'linssent rècupèrer les rèhhes !
    Lo curé, lo pêre Renard, eu c'mmencieu so sermon :
    Mes frêres, mes frêres, (h)ommes et fommes de poû d'fwè, veus m'dèceveûz, veus m'dèceveûz tot-piein, bien hhûr, v'ateûz piein dans lo lu saint-lè po prier po qu'i pieuveusse, mâs i n'y en eu-m' înk d'enteur vos qu'eu v'nu èva în paraplûye.

 


 LO PRÂCHE (patwès do Vèyti) :

    L'ennâye-la, il avoût fait mout chaud et mout hhâs. Mi ène gotte de pioûe sus Font'no èn'das fîn èvri. Lis gens do villêge d'mandeûnent au curé de dîre ène masse po qu'i pioueusse. Tot lo monde îre tot-la (même lis gens d'Dionville et co d'Domptié, dis foûs qu'is p'onssent rècupèrè lis rèhhes !
    Lo curé, lo pêre Renard, èhacheut so prâche :
    Mis frêres, mis frêres, (h)ammes et fammes de pô d'foû, vos m'dècevèz, vos m'dècevèz braumat, bé sûr, vos sôz piè das lo leû saint-la po priè po qu'i pioueusse, mais i n-î mi în d'ateur vos qu'è v'nu èvo în paraplûe.