L'âge veûde (patois d'Font'no) :

 

În so èprès s’n ovrêge, lo Monmond è errivé â câfè d’l’Union, tot frihh, tot fwot et bié n-âhhe dé lu.
        T’es l’air frihh, qu’è dit lo Bernârd, té viés d’treuver lo trèsôr d’in.ne bique ?
        Bié meux qu’cè, Nanârd, bié meux qu’cè. J’ai èvu cînquante ans n’y è onze mwos et j’viés d’vâr qu’j’èvôr tojos lè mim.me fwohhe qué quand j’èvôr dêh-(h)eût’ ans.
        Lo Nanârd né pediant-m’ lo Nôrd.
        Té pueûx tojos soul’ver în godot, Monmond.
        Yô, în p’tit roûge comme d’(h)èbitûde.
        Bon, ç’n’ost-m’ tortot ç’lè, mais esplique-nos.
        Ç’ost si simple qué mim.me to gamin qu’n’ost-m’ trop doué pourrât compenre.
        Couhhe-teu vâr în pô, Monmond, pisqué t’os în bwin client, qu’t’os mo conscrit d’cînquante ans et qué j’té c’nnons d’peus tot p’tiot, jé n’vais-m’ mé fâchié, mais n’mole mi mo couillon d’gamin è l’(h)istwêre-lè !
        In.ne mohhe è pessé.
        Ç’ost tot simple, té vwos l’âge dé piérre des Vôsges qu’ost d’vant chiéz nos, t’lè vwos tot-lè, r’wête vâr po lè f’nête, quand j’tôr jon.ne, j’n’errivôr mi è lè soul’ver di tot ?
        Yô, eh bin.
        Eh bin, âhoud’(h)ieû, j’ai èpreuvé d’lè soul’ver, rié di tot, comme quand j’èvôr dêh-(h)eût’ ans.

 

L'âge veûde (patwès di Nôrd de L'ninville) :

 

În swêr èprès s'n ovrêge, lo Monmond è errivé â cafè d'l'Union, bîn portant, tot fôrt et bîn aihe de lu.
        T'es l'air bîn portant, qu'è dit lo Bernârd, te vîns d'trover lo trèsôr d'ène bique ?
        Bîn meux qu'cè, Nanârd, bîn meux qu'cè. J'ai èvu cinquante ans n'y è onze mwès et j'vîns d'vôr qu'j'avôs tojos lè même fohhe que quand j'avôs dêh-(h)ieût' ans.
        Lo Nanârd ne pèdant-m' lo Nôrd.
        Te pûx tojos soul'ver în godat, Monmond.
        Yô, în piat roûge comme d'(h)èbitûde.
        Bon, ç'n'ast-m' tout' cè, mais esplique-nos.
        Ç'ast si simple que même to gamin qu'n'ast-m' trop doué pourrôt compenre.
        Couhhe-teu vôr în pô, Monmond, pisque t'as în bon client, qu't'as mo conscrit d'cinquante ans et que j'te c'nnas d'peus tot p'tiat, je n'vais-m' me fâchi, mais n'male meu mo couillon d'gamin è l'(h)istwêre-lè !
        Ène mohhe è pessé.
        Ç'ast tot simple, te wès l'âge de grés des Vôsges qu'ast d'vant chîz nos, t'lè wès tot-lè, r'wête vôr pa lè f'nête, quand j'atôs jagne, j'n'errivôs-m' è lè soul'ver di tot !
        Yô, eh bin.
        Eh bîn, âhèd'(h)ieû, j'ai èprové d'lè soul'ver, rîn di tot, comme quand j'avôs dêh-(h)ieût' ans.

 

L'auge veuyde (patois de Cum'nêres) :

 

In soir après se-n ouvrâge, lo Monmond i arrivé au cafè d'l'Union, bin portant, tout foût et bin content d'lu.
        T'is l'âr bin portant, qu'i dit le Bernârd, te vins d'trouver le trèsôr d'ine bique ?
        Bin moys qu'ça, Nanârd, bin moys qu'ça. J'â yoy cinquante ans i n'y i onze mois et j'vins d'wâr que j'avoys toujoûs la même force que quand j'avoys dix-(h)uit' ans.
        Lo Nanârd ne perdant-m' le Nôrd.
        Te peux toujoûs soul'ver in godat, Monmond.
        ay, in piot roûge coumme d'(h)abitûde.
        Bon, ç'n'ast-m' tout ça, mâs esplique-nous.
        Ç'ast si simple que même te gamin qu'n'ast-m' trop doué pourrôt comprenre.
        Tâs-teu wâr ine miatte, Monmond, pisque t'as in bon client, qu't'as m'conscrit d'cinquante ans et que j'te counnais dut'poys tout piot, je n'vâs-m' me fâchi, mâs n'mèle mi m'couillon d'gamin à citte (h)istoire-là !
        Ine monche i passé.
        Ç'ast tout simple, te wois l'auge en grès dis Vôsges qu'ast d'vant chez nous, t'la wois tout-là, ripie woir pa la furnîte, quand j'itoys joûne, j'n'arrivoys nonque à la soul'ver.
        Ay, eh bin.
        Eh bin, anoyt, j'â isséyi d'la soul'ver, rin, coumme quand j'avoys dix-(h)uit' ans.

 

 

L'auge vûde (patois de Failly) :

 

I seûr èprès s'n ovrêge, lo Monmond eu errivé au cafè d'l'Union, bien portant, tot foûrt et beun' âhhe de lu.
        T'es l'âr bien portant, qu'eu dit lo Bernârd, te viens d'treuver lo trèsoûr d'eune bique ?
        Bien mieux qu'cè, Nanârd, bien mieux qu'cè. J'â èvu cinquante ans n'y eu onze mwès et j'viens d'veûr qu'j'èveûs tojos lè mim.me foûhhe que quand j'èveûs dih-(h)ut' ans.
        Lo Nanârd ne pèdant-m' lo Nôrd.
        Te pieux tojos soul'ver i godat, Monmond.
        Ây, i piat roge comme d'(h)èbitûde.
        Bon, ç'n'ast-m' tout' cè, mâs esplique-nos.
        Ç'ast si simple que mim.me to gamin qu'n'ast-m' trap doué pourreût compenre.
        Couhhe-teu veûr i poû, Monmond, pisque t'as i boin client, qu't'as mo conscrit d'cinquante ans et que j'te c'nnas d'peus tot p'tiat, je n'vâs-m' me fâchieu, mâs n'male meu mo couillon d'gamin è ç't'(h)istwêre-lè !
        Ène mohhe eu pessé.
        Ç'ast tot simple, te wès l'auge de grés des Vôsges qu'ast d'vant chez nos, t'lè wès tot-lè, r'wâte veûr pa lè f'nête, quand j'ateûs jane, j'n'erriveûs-m' è lè soul'ver !
        Ây, eh ben.
        Eh ben, ènut, j'â èpreuvé d'lè soul'ver, rien, comme quand j'èveûs dih-(h)ut' ans.

L'auge veûde (patois du Valtin) :

În sâ èprès sè b'sèye, lo Monmond erriveut au cafè d'l'Union, tot frihh, tot foût et bé n-aihe de lu.
        T'es l'air frihh, que d'heut lo Bernârd, te vîns d'trover lo trèsôr d'ène chîve ?
        Bé meux qu'ça, Nanârd, bé meux qu'ça. J'ai èvu cînquante ans il î onze moûs et j'vés d'wêr que j'avoûs tocoûs lè même foûhhe que quand j'avoûs dêh-(h)eût' ans.
        Lo Nanârd ne pedant mi lo Nôrd.
        Te pûx tocoûs soul'ver în voûrre, Monmond.
        Ây, în p'tit roûge comme d'(h)abitûde.
        Bon, ç'n'ast mi tout' ça, mais esplique-nos.
        Ç'ast si simple que même to gamin qu'n'ast mi trop doué pourrôt compâre.
        Couhhe-teu wêr ène câille, Mondmond, pusque t'as în bon client, qu't'as mo conscrit d'cînquante ans et que j'te k'nnas èn'das tot p'tiat, je n'vais mi m'fâchi, mais n'male mi mo couillo d'gamin è l'(h)istwêre-la !
        Ène mohhe pesseut.
        Ç'ast tot simple, te voûs l'auge de pîrre de sauviro qu'ast dant chîz nos, t'lè voûs tot-la, spie wêr pa lè f'nête, quand j'yas jeune, j'n'errivais mi è lè soul'ver do tot ?
        Ây, eh ben.
        Eh ben, aujud'(h)eû, j'èproveus d'lè soul'ver, ré do tot, comme quand j'avoûs dêh-(h)eût' ans.