Pour ceux qui voudraient apprendre le patois (ici, en patois messin) :

 

L'entrâye è l'ècoûle



        L'èprès-non.ne d'eune jonâye de l'ennâye 1848, eune jonâye de prîntemps, pace que j'èveûs, lo mètîn mim.me, quitté mes sèbats d'(h)uvêr po chaussieu des solers, et, pus lesse, j'coreûs et sauteûs dans lè râwe, mè mam.miche m'eu hoûyeu, et, m'peurnant pa lè main, m'eu dit : T'vieux-ti v'ni èva meu fâre eune commission ? J'â bien v'lu.
        J'èvans dèhhendu lè râwe et j'èvans torneu en bèhh è main gauche. Èprès eune centin.ne de pès, mè mam.miche s'eu errèté d'vant eune mauhon que je conn'hheûs beun', mâs où'st-ce que j'n'èveûs jèmâs entré ; sè main eu sarré lè mieunne qu'elle senteût voleûr èhhepper : J'allans dîre boinjo en pessant, qu'elle m'eu dit, è Mam'selle Adèle. J'â èproveu de m'dèguègeu ; lè main d'mè mam.miche eu sarré dèvantêge et m'eu entrin.nieu jusqu'au seuillat, pace que j'rèsisteûs.
        L'(h)euhh eu 'tu d'vé ; Mam'selle Adèle, lè dèm'halle de lè mauhon, eu l'vé les brès en l'âr et eu dit tote jayoûse : Te val ! Te val ! Et mes larmes que corînt s'ont errèté ; ç'ateût lè premîre fwès que j'wèyeûs d'près Mam'selle Adèle. Elle m'eu prîns pa lè main, eu d'vé în (h)euhh et m'eu boussieu l'gîr'ment d'l'aute coté. J'ateûs dans l'ècoûle...
        D'l'(h)euhh piècieu dans i quâr, j'wèyeus en face de meu eune grande cheum'nâye où'st-ce que monteût lo cor d'i foné.
        Lo long des treûh autes cotés, les ècalieus, essieuttés sus des bancs, sans tauyes, t'nînt eune pianche sus les genas, zoute pianche è ècrîre, pètuhâye en haut d'i piat trou où'st-ce que pesseût eune codelle que l'eccracheût au muhh quand l'ècôle ateût finie.
        Lo mâte è v'nu au-d'vant d'meu, i m'eu prîns pa lè main et m'eu condut au bout d'lè clâsse, près d'lè pièce qu'i t'neût ; 'l ateût essieutté è dreûte de lè cheum'nâye sus lè seule chîre et davant lè seule tauye de l'ècoûle.
        Pendant ceutte premîre clâsse-lè, i n'm'eu rien d'mandé et j'â r'wâtieu trèveilleu les autes.

                        Ernest Lavisse, Souvenirs

Mots compliqués : èprès-non.ne : après-midi ; sèbat : sabot ; râwe : rue ; mam.miche : grand-mère ; hoûyeu : appelé ; en bèhh : en bas ; mauhon : maison ; conn'hheûs : connaissais ; voleûr èhhepper : vouloir échapper ; seuillat : seuil ; (h)euhh : huis, porte ; d'vé : ouvert ; dem'halle : servante ; boussieu : poussé ; l'gîr'ment : légèrement ; quâr : angle, coin ; ècalieu : écolier ; essieutté : assis ; tauye : table ; gena : genou ; pètuher : percer ; codelle : ficelle ; muhh : mur ; chîre : chaise ; r'wâtieu : regarder.

 

Grammaire :

Les articles : lo, lè, l' devant voyelle comme en français, les : le, la, l', les ; i, eune, des : un, une, des.

Les adjectifs possessifs : mo, mè, m'n devant voyelle, mes ; to, tè, t'n devant voyelle, tes ; so, sè, s'n devant voyelle, ses ; nate, nas, vate, vas ; zoute, zoûs : mon, ma, mes ; ton, ta, tes ; son, sa, ses ; notre, nos ; votre, vos ; leur, leurs.

 

Conjugaison d'awer : avoir et ête : ête au présent :

j'â, t'es, 'l eu, 'l eu, j'èvans, v'èveûz, 'l ont, 'l ont

je sus, t'as, 'l ast, 'l ast, j'atans, v'ateûz, is sont, elles sont

 

Dous' : deux. On dit dous' en finale ou tout seul, sinon doux dans les autres cas.

Nonon et onke, tanti et tante : oncle et tante ; nonon et tanti sont familiers mais c'est ceux qu'on emploie le plus souvent.

ovrer : ouvrier, désigne l'ouvrier d'usine mais surtout l'ouvrier agricole.

pèrents : parents, désigne plutôt la parenté (oncles, tantes, cousins,...). Pour dire mes parents, tes parents, ses parents : nas gens, vas gens, zoûs gens.

meu, m' : pas. On dira j'n'â-m', is n'sont-m' : je n'ai pas, ils ne sont pas mais je n'chante meu : je ne chante pas

nos, n' : nous (pronom personnel complément ; pronom personnel sujet : je). I n'en beilleût : : il nous en donna. Mais dans une négation, on dit : i n'nos en beilleût-m' : il ne nous en donnait pas. En finale, nos également. Por nos : pour nous.


Questions :

1. Comment qu'eu fât lè mam.miche po l'emmwin.neu è l'ècoûle ?
2. Poqué qu'elle fât anlè ?
3. Comment Mam'selle Adèle l'eu fât entrer dans l'ècoûle ?
4. Qu'ast-ce que'l eu vu en entrant ?
5. Comment que'l eu ètu r'çu pa lo mâte ?
6. Qu'ast-ce que'l eu fât pendant sè premîre clâsse ?