LES GRANDES ÈRÔILLES DI P’TIT LOUIS (patwès d'Font'no) :

        Lo fés di Monmond èvôr des èrôilles qu’i crè’ôr pius grandes qué lè normale. Tortot ç’lè, pace qué lo Bernârd, lo fés di potron di câfè d’l’Union s’foutôr dé lu è lè rècrèâtion.
        Lo P’tit Louis, ‘l è des grandes èrôilles.
        Lo P’tit Louis, ‘l è des grandes èrôilles.
        Si tant et si bié qué, hontoux d’lu, i n’v’lôr pius oller è l’ècôle.
        J’in ai mârre qu’on s’fouteuhhe dé mi sons errêt.
        Ècoute, qu’i è rèpété pou lè dôziéme fwos lo Monmond, n’ècoute jémâs les gens qué critiquont sovont è twot et è trèviês, laiye-les câser et pesse to ch’mîn.
        Mais so fés n’v’lôr mi rintiôre et crè’ôr qué’l èvôr des grandes èrôilles.
        In jo, lo Monmond è dit è so fés :
        Démain, j’t’in.moune â morchié d’Boccorot èvon mi. Is s’on in ollé dé bwin mètîn, lo Monmond sus lo ch’vâ et lo p’tiot hoyant incôte dé lu.
        È l’ontrée di morchié, des brâves commerçants qué ‘tôr è tâye è lè terresse di câfè, ont heuchié lo Monmond.
        Eh bin Monmond, mi trop fièpi, t’n’es mim.me point d’pitié pou to fés qu’è fait hheuhh kilomètes è piéd. Té pourrâs laiyi lè pièce ins jon.nes !
        Lo Monmond è dit â P’tit Louis.
        T’es bié n-auyi mo fés, lè s’min.ne qué viét, té r’viés èvon mi â morchié.
        Lè s’min.ne d’èprès, lo Monmond et co lo P’tit Louis ont chingié d’pièce. Lo fés è monté sus lo ch’vâ, et lo pêre è hoyé incôte dé lu.
        È l’ontrée di morchié d’Boccorot, les mim.mes brâves commerçants qué ‘tôr è tâye è lè terresse di câfè, vwé’ant lo pêre et co lo fés :
        Eh bin, P’tit Louis, t’n’es point honte, è t’n âge, d’ête sus lo dôs di ch’vâ quand to pêre è trèveillé tote sè vie pou t’èl’ver !
        Lo Monmond è dit â P’tit Louis :
        T’es bié n-auyi, lè s’min.ne qué viét, té r’vanrès èvon mi â morchié.
        Lè s’min.ne d’èprès, lo Monmond et co lo P’tit Louis s’ont in ollé dé bwin mètîn pou lo morchié d’Boccorot et ont sint è piéd lo ch’vâ.
        È l’ontrée di morchié, tojos les mim.mes brâves commerçants qu’prâchôr in les r’wêtant :
        R’wêtez vâr les doux couillons-lè ! Lo Monmond et co lo P’tit Louis, on n’vos è j’mâs eppris qu’on pueût monter sus în ch’vâ ! ?
        Lo Monmond è dit è so fés :
        T’es bié n-auyi, lè s’min.ne qué viét, té r’vanrès èvon mi â morchié.
        Lè s’min.ne d’èprès, è cînquante mètes di morchié, lo Monmond et co lo P’tit Louis ont pris lo ch’vâ sus zus èpâles (Ç’tôr în p’tit ch’vâ, în tot p’tit ch’vâ) et ont errivé in.nè â morchié.
        Les brâves commerçants ont fait tromouler zus godots tant is s’toquôr sus zute vente.
        Vos vwé’ez les doux èbrutis-lè, fât les infromer è Marinville. Is poutiont zute chévâ è lè pièce dé monter d’ssus.
        Lo Monmond è dit è so fés, lo P’tit Louis :
        T’es bié n-auyi, mo fés, et t’es vu d’tes eux, mâgré qu’té fai’euhhes, mâgré qu’té d’heuhhes, les vwèsîns, les èmis, les âtes et co les çus qué n’t’im.mont-m’, treuv’ront tojos è pinâillé, è critiquer et co è r’dière. I n’fât j’mâs ècouter ç’qué d’hont les gens ; et in pius’, ç’ost zôs les foutues bêtes, is n’ont-m’ vu mim.me qu’t’èvôr des grandes èrôilles !


Lis grandes orailles don piot Louis (patois d'Cum'nêres) :

    Le fis don Monmond avat dis orailles qu'i croyat pus grandes que la normale. Tourtout ç'la, pace que l'Bernard, l'fis don patron don cafè d'l'Union s'foutat d'lu à la rècrèâtion.
    L'piot Louis, il i dis grandes orailles.
    L'piot Louis, il i dis grandes orailles.
    Si tant et si bin que, hontaws d'lu, i n'voulat pus aller à l'icôle.
    J'a n-â mârre qu'on s'foutît d'mi sans arrêt.
    Icawte, qu'li i ripété pou la dawsîme fois l'Monmond, n'icawte jamâs lis gens qui critiquont souvat à tort et à travîs, lâsse-lis causer et passe te ch'min.
    Mâs s'fis n'voulat-m' a dimoûrde et croyat qu'il avat dis grandes orailles.
    In joû, l'Monmond i dit à s'fis :
    D'main, j't'amoune au marchi d'Baccarat avo mi. 'L ont a n-allé d'bon matin, l'Monmond sus l ch'vau et l'piot marchant d'vês lu.
    À l'entraye don marchi, dis brâves commerçants qu'itint à tâbe à la terrasse don cafè, ont app'lé l'Monmond.
    Eh bin, Monmond, mi trop hodé, t'n'is même poit d'pitié pou t'fis qu'i fât six kilomètes à pîd. T'pourroys lâssi la place aux joûnes !
    L'Monmond i dit au piot Louis :
    T'is bin oyi, m'fis, la s'mèyne qui vint, te r'vins avo mi au marchi.
    La s'mèyne d'après, lo Monmond aco l'piot Louis ont chingi d'place. L'fis i monté sus le ch'vau, et l'père i marchi d'vês lu.
    À l'entraye don marchi d'Baccarat, lis mêmes brâves commerçants qu'itint à tâbe à la terrasse don cafè, woyant l'père aco l'fis :
    Eh bin, piot Louis, t'n'is poit honte, à te n-âge, d'îte sus l'doûs don ch'vau quand t'père i travailli toute sa vie pou t'iluver !
    L'Monmond i dit au piot Louis :
    T'is bin oyi, la s'mèyne qui vint, te r'vinris avo mi au marchi.
    La s'mèyne d'après, l'Monmond aco l'^piot Louis ont a n-allé d'bon matin pou lo marchi d'Baccarat et ont seuyvi à pîd le ch'vau.
    À l'entraye don marchi, toujoûs lis mêmes brâves commerçants qui pârlint a lis ripiant :
    Ripiez woir cis daws couillons-là ! L'Monmond aco l'piot Louis, on n'v'i jamâsapprins qu'on peut monter sus in ch'vau ?
    L'Monmond i dit à s'fis :
    T'is bin oyi, la s'mèyne qui vint, te r'vinris avo mi au marchi.
    La s'mèyne d'après, à cinquante mètes don marchi, l'Monmond aco l'piot Louis ont prins le ch'vau sus loûs ipaules (C'itat in piot ch'vau, in tout piot ch'vau) et ont arrivé ainlà au marchi.
    Lis brâves commerçants ont fât trembler loûs godats tant is s'tapint sus loû boud'latte.
    V'woyez cis daws abrutis-là, i faut lis afermer à Maréville. Is poûrtont loû ch'vau à la place de monter d'ssus.
    L'Monmond i dit à s'fis, l'piot Louis.
    T'is bin oyi, m'fis, et t'is vu d'tis oils, malgré que t'fayîs, malgré que t'disîs, lis voisins, lis amis, lis autes aco çaws qui n't'aimont-m', trouv'ront toujoûs à pinâiller, à critiquer aco à r'dîre. I n'faut jamâs icawter ç'que disont lis gens, et a pus', ç'ast zaws lis foutues bîtes, is n'ont même poit vu qu't'avoys dis grandes orailles.