Lo chîn enrègeu

 

    Hhis piats hèdis werdint zoûs moutons dans i pré. Tot d'i coup, 'l ont vu sus lè route i tot groûs chîn que pesseût, lè gueûle pyin.ne de bève. I chîn fou, que'l ont bauyeu, lo mat fou v'lant dîre enrègeu po zoûs.    
    Das qu'i les eu vu, lè bête quitte lè route po sauter sus zoûs. Lè bande d'afants se sauvant en poussant eune grande èkièmesse.
    Lo pus grand, qu'èveût quausiment quinze ans, lo J. B. Jupille, è v'lu pratègeu ses kèmèrâdes que s'sauvînt. Sè corgèye dans lè main, i haye dreût sus lè bête. D'i coup, lo chîn se jeutte sus lo Jupille et li moûd lè peute main. Ène bèteille commence, lo Jupille fout bèhh lo chîn. Et peus, èva sè bonne main, i li d'vêt lè gueûle pou déguègeu sè peute main, tojos sarrâye comme dans în ètac. 'L y errîve, mâs lo chîn lo moût duhh è lè bonne main. I s'bet ca. 'L eggripche lo chîn pa lo cou.
    Pendant lè beteille, sè corgèye è chu. I hoûye so piat frêre, que r'vient sus ses pès, rèmesse et eppoûte lè corgèye. Èva lo tringnu, lo Jupille lie lè gueûle don chîn. I prend èloûrs so sèbat, i tabore et essomme lè bête. È lè foûhhe, po ête bien hhûr que lè bête ne modreu pus, ne bougereu pus, i lè trin.ne jusqu'au rupt que cole au longe don pré. I li mat pusieûrs minutes lè tête zos l'âwe.
    Lo chîn ast moût. È ç't (h)oûre, i n'y eu pus d'dongeu po les autes afants. Lo Jupille r'vient è Villers-Farlay.

                        René Vallery-Radot
                        Lè vèye de hèdi.


Mots compliqués : hhis : six ; hèdi : berger ; bauyeu : crié ; zoûs : eux ; èkièmesse : grands cris ; corgèye : fouet ; haye : marche ; peute main : vilaine main (main gauche) ; fout bèhh : fiche bas (terrasse, abat) ; bonne main : bonne main (main droite) ; d'vêt : ouvre ; ètac : étau ; tringnu : lanière du fouet ; sèbat : sabot ; tabore : frappe à coups redoublés ; è lè foûhhe : à la force (enfin) ; bien hhûr : bien sûr.

 

Grammaire :

 

Les nombres de 1 à 10

Înk (un), dous’ (deux), treûhh (trois), qwète (quatre), cînq (cinq), hhihh (six), sept (sept), (h)ut’ (huit), nieuf (neuf), dihh (dix)

5° Conjugaison

Les verbes aller (aller) et cheûr (tomber) au présent de l’indicatif

je vâs                        je cheûs
te vâs                        te cheûs
i vâ                        i cheût
elle vâ                        elle cheût
an vont                        an cheuyent
j’allans                        j’chèyans
v’alleûz                        v’chèyeûz
is vont                        is cheuyent
elles vont                    elles cheuyent

6° Notes diverses

a)    Coriattes
Désigne les lacets de cuir des soulier mais aussi les cordons d’une bourse. Pour les autres lacets et le lacet (piège), on emploie le mot lèçat.

b)    Dous’, treûhh
Utilisé seul, on dira dous’ sauf dans l’expression deux par deux, sinon on écrira dous sans prononcer le « s ». Devant une voyelle, on fera la liaison dous-ermêres. Pour treûhh : treûhh en finale, treûs devant un mot commençant par une consonne et treûh devant un mot commençant par une voyelle ; même chose pour hhihh : hhihh en finale, hhis devant un mot commençant par une consonne et hhih devant un mot commençant par une voyelle.

Questions :

 

Qu'ast-ce que rèconte l'(h)istwêre ?
Où'st-ce que cè s'pesse ?
Qui sont les afants-lè ?
Qu'ast-ce que font les afants quand is weunent lo chîn ?
Rèconteûz lè bèteille.
Qu'ast-ce que v'penseûz don Jupille, de ç'que'l eu fât ?