Les pots d'fieus di Mèmé (patwès d'Font'no) :

 

Lo Mèmé, po în bié mètîn d’printomps, è treuvé on n’sait comm’ost-ce, qu’i tôr jordinié. ‘L è v’lu don(c) faire bié dons sè mâhon in mottant des fieus sus ses f’nêtes. Né in.ne né dous’, ‘l è dècidé d’oller â morchié d’Boccorot èch’ter des âgeottes in cèramique dé Jeanmèni pou ses fieus. ‘L è èch’té (h)eût’ âgeottes dé quatre-vîngt cm, mais in v’lant les hornèchié sus so ch’vâ, ‘l è vu qu’l’âte-ci bokessôr. Mi question d’faire poutié in.ne chohiée âssi pésante è so ch’vâ biossé. Vwé’ant lo P’tit Louis, lo fés di Monmond, ‘l i è dit :
        Vueûx-t’ m’âdié è poutié les âgeottes-lè hesqu’è Font’no, mo ch’vâ bokesse ?
        Qu’ost-ce qué té m’beillerès ?, qu’è rèpondu lo gohhon.
        Trâhh grands, trâhh grands conseils, qué t’s’ront d’în tot grand s’coûrs dons lè vie.
        Lo P’tit Louis qu’èvôr invie d’s’înstrûre è eccepté lo morchié, mim.me s’i sèvôr lo Mèmé în pô grugeou.
        Les pots d’fieus ‘tôr pésants et les sept kilomètes bié grands, lo P’tit Louis mormotôr dons sè tête mais chongeôr ins trâhh conseils et ç’lè i beillôr di courêge.
        Pô èprès, lo Mèmé i è dit :
        Sé des gens té d'hont qu’vât meux ête bête qué sèvant, surtout n’les mi !
        Lo P’tit Louis, în pô dèçu di dicton-lè tell’mont èvident è continuié quand mim.me è hoyé in poutiant les âgeottes. Errivé è lè crêhiée d’Dionville, lo Mèmé s’è errêté et i è dit :
        Sé des gens té d'hont qu’vât meux ête bwin qu’manre, surtout n’lo crâs mi ! (Lo conseil-lè, lo P’tit Louis l’è sinti în pô bizârre pace qu’i n’errivôr mi è sovwôr ç’qué cè v’lôr dière.
        Pendant les doux kilomètes qué d’mourôr, lo P’tit Louis ram.minôr lè pensée-lè et è c’mmoncié è doter. Les âgeottes dév’nôr dé pius in pius pésantes.
        Infîn, on è errivé è Font’no d’vant lè mâhon di Mèmé.
        Vol mo dèrer conseil, gamin : sé des gens té d'hont qu’j’ai rèconté des bêtîses, surtout n’lo crâs mi !
        Lo P’tit Louis è r’wêtié lo Mèmé et i è dit tortot in s’grettant l’èrôille :
        Mi âssi, j’vais t’beillé în conseil, Mèmé, et l’âte-ète, i n’cot’rè rié.
        ‘L è soul’vé les (h)eût’ âgeottes et les è j’tié conte l’âge dé piérre teillée et i è dit :
        Sé des gens té d'hont qu’tes âgeottes n’sont-m’ câssées, surtout n’lo crâs mi !
        Et sus ç’lè, ‘l è dètolé et è ‘tu rèconter l’(h)istwêre è ses pèrents.

        (h)Istwêre quâsimont vraie. In tot cas pou les pots d’fieus câssés.


 

Les pots d'fleûrs di Mèmé (patwès di Nôrd de L'ninville) :

 

Lo Mèmé, pa în bé mètîn d'prîntemps, è trové on n'sait comment, que'l atôt jerdinî. 'L è v'lu don(c) faire bé dans sè mâhon en mattant des fleûrs sus ses f'nêtes. Ni ène, ni dous', 'l è dècidé d'aller â merchi d'Baccarat èch'ter des âj'lats po ses fleûrs en cèramique de Jeanmèni. 'L è èch'té (h)ieût' âgeattes de quatre-vingts cm, mais en v'lant les hernèchi sus so ch'wâ, 'l è vu qu'l'âte-cète bakessôt. Meu question d'faire pouker ène chêhhe âssi pesante è so ch'wâ biassi. Wèyant lo Piat Louis, lo feus di Monmond, i li è dit :
        Te vûx-ti m'aidî è pouker les âj'lats-lè jusqu'è Font'no, mo ch'wâ bakesse ?
        Qu'ôst-ce que te m'beillerès ? qu'è rèpondu lo gahhon.
        Trôs grands, trôs grands conseils, que t's'ront d'în tot grand s'coûrs dans lè vie.
        Lo Piat Louis qu'avôt envie d's'înstrûre è eccepté lo merchi, même s'i sèvôt qu'lo Mèmé atôt i pô grugeou.
        Les pots d'fleûrs atînt pesant et les sept kilomètes bîn grands, lo Piat Louis barbouillôt dans sè tête mais chongeôt ês trôs conseils et cè li beillôt di corêge.
        Pô èprès, lo Mèmè li è dit :
        Si des gens te d'hont qu'i vât meux ête bête que sèvant, surtout n'les crôs point !
        Lo Piat Louis, în pô dèçu di dicton-lè tell'ment èvident è continui quand même è merchi en poukant les âj'lats. Errivé è lè creûhie d'Dionville, lo Mèmé s'è errêté et li è dit :
        Si des gens te d'hont qu'vât meux ête bon qu'manre, surtout n'les crôt point ! (Lo conseil-lè, lo Piat Louis l'è senti în pô drôle pace qu'i n'errivôt-m' è sawer çou qu'cè v'lôza dîre.
        Pendant les doux kilomètes que d'mwêrînt, lo Piat Louis râminôt l'idée-lè et è commenci è doter. Les âj'lats dev'nînt de pus en pus pesants.
        Enfîn, on è errivé è Font'no davant lè mâhon di Mèmé.
        Val mo dèrer conseil, gamin : si des gens te d'hon(t qu'j'ai rèconté des seuttèyes, surtout n'les crôs point !
        Lo Piat Louis è r'wêti lo Mèmé et li è dit tot en s'grettant l'arâille :
        Èca mi, j'vais t'beilli în conseil, Mèmé, et l^'âte-ète, i n'cot'rè rîn.
        'L è soul'vé les (h)ieût' âj'lats et les è j'ti conte l'âge de pîrre teillie et li è dit :
        Si des gens te d'hont qu'tes âj'lats n'sont-m' câssés, surtout n'les crôs point !
        Et sus ç'lè, 'l è dètalé et è 'tu rèconter l'(h)istwêre è zoûs gens.

        (h)Istwêre quâsiment vraie. En tot cas po les pots d'fleûrs câssés.


 

Lis pots d'fleurs don Mèmé (patois de Cum'nêres) :

 

Le Mèmé, pa in bî matin d'printemps, i trouvé on n'sait coummat, qu'il itat jârdinî. Il i voulu don(c) fâre bî das sè mâson a mettant dis fleurs sus ses furnîtes. Ni ine ni daws, il i dicidé d'aller au marchi d'Baccarat ach'ter dis bacs pou sis fleurs en cèramique de Jeanmèni. Il i ach'té (h)uit' augeattes de quatre-vingts cm, mâs a voulant lis harnachi sus se ch'vau, il i vu que ç'tû-ci boitat. Mi question d'fâre poûrter ine charge aussi pusante à so ch'vau blessi. Woyant lo Piot Louis, lo fis don Monmond, i li i dit :
        Veux-t' m'âdî à poûrter cis bacs-là jusqu'à Font'no, me ch'vau boite ?
        Qu'ast-ce que te m'baillerîs ? qu'i ripondu lo gâçon.
        Trois grands, trois grands conseils, qui t's'ront d'in tout grand s'coûrs das la vie.
        Lo Piot Louis qu'avat envie d's'instrûre i accepté l'marchi, même s'i savat lo Mème ine miatte grugeaw.
        Lis pots d'fleurs itint pusants et lis sept kilomètes bin grands, lo Piot Louis barbouillat das sa tîte mâs songeat aux trois conseils et ça li baillat don courâge.
        Ine miatte après, le Mèmé li i dit :
        Si dis gens te disont qu'i vaut moys îte bîte que savant, surtout n'lis crois point !
        Le Piot Louis, ine miatte diçu de ç'dicton-là tell'mat èvident è continui quand même à marchi a poûrtant lis bacs. Arrivé à la croisie d'Dionville, le Mèmé s'i arrêté et li i dit :
        Si dis gens te disont qu'i vaut moys ête bon qu'manre, surtout n'lis crois point ! (Ç'conseil-là, lo Piot Louis l'i senti ine miatte drôle pace qu'i n'arrivat-m' à sawoi ç'que ça voulat dîre.
        Pendant lis daws kilomètes que restint, lo Piot Louis râminat citte pensaye-là et i coummenci à douter. Lis bacs duv'nint de pus en pus pusants.
        Enfin, on i arrivé à Font'no d'vant la mâson don Mèmé.
        V'là m'dârin conseil, gamin : si dis gens te disont qu'j'â raconté dis ân'ries, surtout n'lis crois point !
        Le Piot Louis i ripî l'Mèmé et li i dit tout a s'grattant l'oraille :
        Et co mi, j'vâs t'bailli în conseil, Mèmé, et ç'tû-là, i n'cout'ri rin.
        Il i soul'vé lis (h)uit' bacs et lis i j'ti conte l'auge a pîrre taillie et li i dit :
        Si dis gens te disont qu'tis bacs n'sont-m' cassés, surtout n'lis crois point !
        Et sus ç'la, il i ditalé et i ité raconté l'(h)istoire è loûs gens.

        (h)Istoire quausimat vraie. En tot cas pou lis pots d'fleurs cassés.


 

Les pots d'fleûrs don Mèmé (patwès d'Failly) :

 

Lo Mèmé, pa i bé mètîn d'prîntemps, eu treuvé an n'sênent comment, que'l ateût jerdenieu. 'L eu v'lu don(c) fâre bé dans sè mauhon en mattant des fleûrs sus ses f'nêtes. Ni eune, ni dous', 'l eu dècidé d'aller au mercheu d'Baccarat èch'ter des augeattes po ses fleûrs en cèramique de Jeanmèni. 'L eu èch'té (h)ut' auh'lats de quatre-vingts cm, mâs en v'lant les hernècheu sus so ch'vau, 'l eu vu que cite-ceul bakesseût. Meu question d'fâre poûter eune chêhhe ausseu pesante è so ch'vau blessieu. Wèyant lo Piat Louis, lo feus don Monmond, i li eu dit :
        Te vieux-ti m'âdieu è p'ter ces auh'lats-lè jusqu'è Font'no, mo ch'vau bakesse ?
        Qu'ast-ce que te m'beillerès ? qu'eu rèpondu lo guèhhon.
        Treûs grands, treûs grands conseils, que t's'ront d'i tot grand s'coûrs dans tè vèye.
        Lo Piat Louis qu'èveût envèye d's'înstrûre eu eccepté lo mercheu, mim.me s'i sèveût qu'lo Mèmé ateût i poû grugeou.
        Les pots d'fleûrs atint pesants et les sept kilomètes bien grands, lo Piat Louis berboilleût dans sè tête mâs chongeût aux treûs conseils et cè li beilleût don corêge.
        Poû èprès, lo Mèmé li eu dit :
        Se des gens te dîhhent qu'vaut mieux ête bête que sèvant, surtout n'les creûs point !
        Lo Piat Louis, i poû dèçu de ç'dicton-lè tell'ment èvident è contunieu quand mim.me è hayeu en p'tant les auh'lats. Errivé au carr'foûr de Guionvelle, lo Mèmé s'eu errêté et li eu dit :
        Se des gens te dîhhent qu'vaut mieux ête boin qu'manre, surtout n'les creûs point ! (Ç'conseil-lè, lo Piat Louis l'eu senti i poû droûle pace qu'i n'erriveût-m' è sawer ç'que cè v'leût dîre.
        Pendant les doux kilomètes que d'marînt, lo Piat Louis ramineût ceutte pensâye-lè et eu commencieu è doter. Les auh'lats dev'nînt de pus en pus pesants.
        Enfîn, an z-ont errivé è Font'no davant lè mauhon don Mèmé.
        Val mo dârien conseil, gamin : se des gens te dîhhent qu'j'â rèconté des bêtîses, surtout n'les creûs point !
        Lo Piat Louis è r'wâtieu lo Mèmé et li eu dit tot en s'grettant l'arâille :
        Ica meu, j'vâs t'beilleu i conseil, Mèmé, et cite-el, i n'cot'reu rien.
        'L eu soul'vé les (h)ut' auh'lats et les eu j'té conte l'auge de pierre teillêye et li eu dit :
        Se des gens te dîhhent qu'tes auh'lats n'sont-m' câssés, surtout n'les creûs point !
        Et sus ç'lè, 'l eu dètalé et eu ètu rèconté l'(h)istwêre è zoûs gens.

        (h)Istwêre quausiment vraie. En tot cas po les pots d'fleûrs câssés.

 


Lis pots d'fiôs do Mèmé (patwès do Vèyti) :

 

Lo Mèmé, pa i bé mètîn d'prîntemps, eu treuvé an n'sênent comment, que'l ateût jerdenieu. 'L eu v'lu don(c) fâre bé dans sè mauhon en mattant des fleûrs sus ses f'nêtes. Ni eune, ni dous', 'l eu dècidé d'aller au mercheu d'Baccarat èch'ter des augeattes po ses fleûrs en cèramique de Jeanmèni. 'L eu èch'té (h)ut' auh'lats de quatre-vingts cm, mâs en v'lant les hernècheu sus so ch'vau, 'l eu vu que cite-ceul bakesseût. Meu question d'fâre poûter eune chêhhe ausseu pesante è so ch'vau blessieu. Wèyant lo Piat Louis, lo feus don Monmond, i li eu dit :
        Te vieux-ti m'âdieu è p'ter ces auh'lats-lè jusqu'è Font'no, mo ch'vau bakesse ?
        Qu'ast-ce que te m'beillerès ? qu'eu rèpondu lo guèhhon.
        Treûs grands, treûs grands conseils, que t's'ront d'i tot grand s'coûrs dans tè vèye.
        Lo Piat Louis qu'èveût envèye d's'înstrûre eu eccepté lo mercheu, mim.me s'i sèveût qu'lo Mèmé ateût i poû grugeou.
        Les pots d'fleûrs atint pesants et les sept kilomètes bien grands, lo Piat Louis berboilleût dans sè tête mâs chongeût aux treûs conseils et cè li beilleût don corêge.
        Poû èprès, lo Mèmé li eu dit :
        Se des gens te dîhhent qu'vaut mieux ête bête que sèvant, surtout n'les creûs point !
        Lo Piat Louis, i poû dèçu de ç'dicton-lè tell'ment èvident è contunieu quand mim.me è hayeu en p'tant les auh'lats. Errivé au carr'foûr de Guionvelle, lo Mèmé s'eu errêté et li eu dit :
        Se des gens te dîhhent qu'vaut mieux ête boin qu'manre, surtout n'les creûs point ! (Ç'conseil-lè, lo Piat Louis l'eu senti i poû droûle pace qu'i n'erriveût-m' è sawer ç'que cè v'leût dîre.
        Pendant les doux kilomètes que d'marînt, lo Piat Louis ramineût ceutte pensâye-lè et eu commencieu è doter. Les auh'lats dev'nînt de pus en pus pesants.
        Enfîn, an z-ont errivé è Font'no davant lè mauhon don Mèmé.
        Val mo dârien conseil, gamin : se des gens te dîhhent qu'j'â rèconté des bêtîses, surtout n'les creûs point !
        Lo Piat Louis è r'wâtieu lo Mèmé et li eu dit tot en s'grettant l'arâille :
        Ica meu, j'vâs t'beilleu i conseil, Mèmé, et cite-el, i n'cot'reu rien.
        'L eu soul'vé les (h)ut' auh'lats et les eu j'té conte l'auge de pierre teillêye et li eu dit :
        Se des gens te dîhhent qu'tes auh'lats n'sont-m' câssés, surtout n'les creûs point !
        Et sus ç'lè, 'l eu dètalé et eu ètu rèconté l'(h)istwêre è zoûs gens.

        (h)Istwêre quausiment vraie. En tot cas po les pots d'fleûrs câssés.