Lo Neûriaud

 

Lo Neûriaud ateût i chîn griffon, neûr et mout grand...
    Tot jane ca, i v'keût ensane èvo lè chette de lè mauhon.
    Lè chette èveût èvu dis janes, an z-ont ètu (z-allînt) don(c) les nayeu.
    An z-ont d'mandé (an d'mandînt)  è quéqu'în de les j'ter dans lè mêr, ç'qu'eu 'ètu (ç'qu'feuhhèt) fât d'vant lo Neûriaud.
    Les piates chettes, eune piêrre ettèchêye au cou, ont don(c) meuri (meurînt) d'ène façon misèrâbe et an n'ont-m' pu (an n'p'lînt-m') consaler zoute mêre.
    Lo Neûriaud, effligeu pa tant d'pwin.ne, et wèyant lè chette que r'fuseût d'mingeu pendant doux jos, ne v'leût-m'(v'lè-m')  mingeu non pus.
    Comme poû d'temps èprès, 'l alleût dans lo v'llêge de Campile èva înk de ses mâtes, è eune lue d'où'st-ce qu'i d'mareût, lo Néro è vu (wèyè) eune piate chette que mautrâtyînt des guèhh'nats.
    Ni eune ni dous', i s'è j'té (se j'tè) au mointieu des bourriaux, è prîns (peurnè) dans sè gueûle lè piate chette pa lè pé don cou, et chergeu anlè, è fât (fèyè) ène bonne lue en corant, po repp'ter è lè mêre effligêye lè pôure bête que p'leût, d'èprès lu, ête è lèye.
    Lè chette è èdopté (èdoptè) l'afant trové, l'ellâtyeût (l'ellâtyè)  et è r'trové(r'trovè)  lè joûye ica lè santé.

                            Jean Aicard
                            L'été à l'ombre


En patois messin et ainsi que dans toute la Moselle romane, le passé simple n'est pas connu est remplacé soit par l'imparfait, soit par le passé composé. Il est par contre présent dans le Sud de la Lorraine (Barrois, sud de la Meurthe-et-Moselle, Vosges). On trouve néanmoins un semblant de passé simple dans la grosse enwaraye messine publié en 1615 eu deux formes : j'eus et i mint (il mit) dans le Chan Heurlin. En patois de Saulny (57), Jaclot mentionne en 1854 la phrase suivante : "j'en oûhhinres eune afant qu'on epp'lînt Nânnette", soit nous en eûmes une enfant qu'on appela Nânnette. Cette conjugaison est à rapprocher du passé simple de Domèvre-en-Haye (le Fanfan et lè Gogotte) : j'awhhins et du passé simple du Barrois : j'awssère. On peut donc proposer les formes suivantes en messin tout en étant conscient que c'est de la reconstruction (puisqu'il était inconnu en patois) : j'oûhhè, t'oûhhè, 'l oûhhè, 'l oûhhè, j'oûhhinres, v'oûhhinres, 'l oûhhinrent, 'l oûhhinrent pour awer / avoir et j'feuhhè, t'feuhhè, i feuhhè, elle feuhhè, j'feuhhinres, v'feuhhinres, is feuhhinrent, elles feuhhinrent pour ête / être. Pour les autres verbes, désinences en -è au singulier et -înt au pluriel. Entre parenthèses, je mets les formes qui auraient pu être au passé simple s'il avait existé avec ces formes.

Mots compliqués : Neûriaud : Noiraud ; ca : encore ; chette : chat ou chatte ; guèhh'nnat : garçonnet, gamin ; p'leût : pouvait ; lèye : elle ; ellâtyeût : allaitait.

 

 

Grammaire :

 

Les prépositions

èva (avec)                J’wer èva les chiques (jouer avec les billes)

po (pour)                I n-endreût po j’wer (un endroit pour jouer)

pè (par)                    Faut pesser pè lo meix (il faut passer par le jardin)

èprès (après)                Faut aller au lit èprès dih (h)oûres (il faut aller au lit après dix heures)

d’vant (avant)                Vaut mieux erriver d’vant lo seûr (il vaut mieux arriver avant le soir)

è (à)                    È Pâques (à Pâques)

Les verbes poveûr (pouvoir) et hhûre (suivre) au présent de l’indicatif

je pieux                    je hhus
te pieux                    te hhus
i pieut                    i hhut
elle pieut                elle hhut
an pieunent                an hhûnent
je p’lans                    je hhuhans / je hhuvans
veus p’leûz                veus hhuheûz / veus hhuveûz
is pieunent                is hhûnent
elles pieunent                elles hhûnent

 

 

Questions :

 

1. Poquè qu'on z-ont nayeu les piates chettes ?
2. Comment qu'ast lo Neûriaud d'vant lè pwin.ne de lè chette ?
3. Comment qu'i monteure que'l ast trisse ?
4. Qu'ast-ce que'l eu vu eune jonâye dans lo v'llêge de Campile ?
5. Qu'ast-ce que'l eu fât ?
6. Qu'ast-ce que v'penseûz de ç'qu'è fât lo Neûriaud ?