L'errivêye de Monseigneûr - (h)istwêre vraie qu'mo pêre m'èvôt rèconté i côp.


    Vwace ç'que s'è pessé è Névâs en 1862. Ç'ast yèque de vrai, j'n'ôs'rôs-m' vos dîre des ment'ries.
    Lo hhèys d'septembre, l'Èvêque de Nancy et d'Tôw d'vôt v'ni au villêge. Tot chèkîn 'tôt bîn aihe de l'wâr et èvôt d'hhendu das lè rûe. Les (h)ômmes èvînt mis zôs pus bés costumes et les fômmes, zôs pus belles cottes. Das lè rûe, wèce que Monseigneûr d'vôt pesser, on èvôt mis tot-piein d'vahhou et ca des fleûrs.
    D'vant lo motèy, les geas bâtînt d'impâtience. Y èvôr même în (h)ômme qu'èvôt monté das lo keuchèy po ennonci l'errivêye de Monseigneûr et prèv'ni les fidèles en f'yant s'nner lè keuche. Mais, d'vas les hhèys (h)oûres, l'Èvêque dèhôt de v'nî. Trôs malîns que v'lînt se faire er'merquer ôhhent ène bonne idéye. Pendant qu'tout' les geas guettînt l'errivêye, 'l alleuhhent qwèri ène wètûre que r'sannôt lè çûe d'l'Èvêque et èprès awer fait i grand dèto, is parneuhhent lo même chemîn que Monseignêur d'vôt penre po entrer au villêge.
    Lo çû qu'tôt on keuchèy hôye : Vol Monseigneûr, hêtas-nos, hêtas-nos, lo vwace qu'errîve. Lo fâs èvêque parnôt wêke de t'ni lo ridiâ d'vant so visêge pou qu'on n'lo r'k'nnahheuhhe mi, laiyôt sè main d'fûs et beillôt sè bènèdiction. Tout' les paures geas, crayant wâr l'Èvêque s'mattînt è genos è so pessêge. I pô èprès, 'l ètînt prats è r'pèki chez zôs, quand is wèyeuhhent ène âte wètûre erriver et les paures fidèles comparneuhhent qu'on s'èvôt foutu d'zôs.


L'arrivée de Monseigneur - histoire vraie que mon père m'avait raconté une fois.

    Voici ce qu'il s'est passé à Einvaux en 1862. C'est quelque chose de vrai, je n'oserais pas vous dire de mensonges.
    Le six septembre, l'Évêque de Nancy et de Toul devait venir au village. Tout le monde était content de le voir et était descendu dans la rue. Les hommes avaient mis leurs plus beaux costumes et les femmes, leurs plus belles jupes. Dans la rue où Monseigneur devait passer, on avait mis énormément de verdure et de fleurs.
    Devant l'église, les gens piétinaient d'impatience. Il y avait même un homme qui était monté dans le clocher pour annoncer l'arrivée de Monseigneur et prévenir les fidèles en faisant sonner la cloche. Mais, vers les six heures (du soir), l'Évêque tardait à venir. trois malins qui voulaient se faire remarquer eurent une bonne idée. Pendant que tous les gens guettaient l'arrivée, ils allèrent chercher une voiture qui ressemblait à celle de l'Évêque et après avoir fait un grand détour, ils prirent le même chemin que Monseigneur devait prendre pour entrer au village.
    Celui qui était au clocher crie : Voilà Monseigneur, hâtons-nous, hâtons-nous, le voici qui arrive. Le faux évêque prenait garde de tenir le rideau devant son visage pour qu'on ne le reconnaisse pas, laissait sa main dehors et donnait sa bénédiction. Tous les pauvres gens, croyant voir l'Évêque se mettaient à genoux à son passage. Un peu après, ils étaient prêts à repartir chez eux, quand ils virent une autre voiture arriver et les pauvres fidèles comprirent qu'on s'était bien moqué d'eux.