Lo marchand (ène âte (h)istwêre qu'ast fîn vraie, l'âte-ète)

 

        Ç'ast yèque que s'pessôt y è mout longtaps. Les geas n'èvînt-m' ca d'wètûres das lo taps-lè. Quand' is d'vînt pèki, is parnînt zute ché èvo les ch'wâs. Bîn sûr, is n'allînt-m' bîn vite et on n'wèyôt-m' les gendermes sus les routes, vos alliz compenre pourqwè en l'hant lè fiâwe-lè.
        Das i tot grôs villêge (ou bîn ène piate ville, comme vos vourez) tot prèche de Névâs wèce qu'on hôyôt les geas d'pa lè, les couchons, y èvôt i marchand que v'nôt vende des (h)èbits et ca des bés costumes. 'L allôt d'villêge en villêge èvo so ché k'nnahhînt bîn lè route. Is lè k'nnahhînzôr tell'mat bîn qu'is n'èvînt-m' besa d'pahhênne pou les mwêner. Fât que j'vos d'heuhhe ca qu'l'(h)ômme-lè bwèvôt i tot pô, i tot pô pus' que tot chèkîn pace que'l ast vrai qu'das lo taps-lè, les geas sèvînt côner das lè botâille.
        I v'nôt vende ses (h)èbits lo mètîn et, è midi, i mingeôt è l'auberge. I n'èvôt-m' besa d'lo dîre ês ch'wâs, is sèvînt wèce que 'tôt lo cafè. Ç'tôt înè. Quand' les geas pessînt das i villêge èvo zute ché, les fômmes ne comparnînt-m' pourqwè qu'les ch'wâs, les wètes bêtes-lè, s'errêtînt d'vant l'(h)euhh de chèque cafè. Ç'ast-ti qu'l'èvînt bougremat sô(f) ! Et bîn sûr, ç'tôt les paures (h)ômmes que s'f'yînt disputer. Les fômmes, cè n'compenrè donc jèmais rîn ês ch'wâs.
        Ç'tôt sovat qu'èprès awer mingi, qu'note vendou èvo som. I 'tôt si lês', lo paure (h)ômme. I n'pouyôt pus matte i pîd d'vant l'âte. Qu'ôst-ce que vos crèyiz qu'lo dèbitant f'yôzâr ? Eh bîn, i mattôt note (h)ômme das lo ché et  renvwouyôt les bêtes. Les brâves chewâs que k'nnahhînt lè route pou rev'ni rentrînt tot seuls. Et ç'ast sè fômme que l'dèchèhôt di ché pou lo couchi.
        Bwêre ou bîn condûre, ç'ast les ch'wâs que chwèsissînt das lo taps-lè mais è ç't (h)oûre, ç'ast pus mâlaihi. Les ch'wâs que sont das les wètûres èn'vos conduhont pus comme èvant. Vât mieux qu'vos bwèvînhhes de l'âwe è ç't (h)oûre !

 

Le marchand (autre histoire véritable) :

 

Cela se passait il y a bien longtemps. Les gens n'avaient pas encore de voiture en ce temps-là. Quand ils devaient partir, ils prenaient leur chariot avec leurs chevaux. Évidemment, ils n'allaient pas bien vite et on ne voyait pas les gendarmes sur les routes, vous allez comprendre pourquoi en lisant cette histoire.
        Dans un gros village (ou une petite ville, comme vous voudrez tout près d'Einvaux où l'on appelait les gens de là-bas, les cochons, il y avait un marchand qui venait vendre des vêtements et aussi de beaux costumes. Il allait de village en village avec son chariot. Les chevaux connaissaient bien la route. Ils la connaissaient même tellement bien qu'ils n'avaient besoin de personne pour les mener. Il faut que je vous dise que cet homme buvait un peu, un peu plus que tout le monde parce qu'il est vrai qu'en ce temps-là, les gens savaient "corner" dans la bouteille.
        Il venait vendre ses vêtements le matin et, à midi, il mangeait à l'auberge. Il n'avait pas besoin de le dire aux chevaux, ils savaient où se trouvait le café. C'était comme ça : quand les gens passaient dans un village avec leur chariot, les femmes ne comprenaient pas pourquoi les chevaux, ces sales bêtes-à, s'arrêtaient devant la porte de chaque café. C'est qu'ils avaient bougrement soif ! Et bien sûr, c'étaient les pauvres hommes qui se faisaient disputer. Les femme, ça ne comprendra donc jamais rien aux chevaux !
        C'était souvent qu'après avoir mangé, notre vendeur avait sommeil. Il était si fatigué le pauvre homme. Il ne pouvait plus mettre un pie devant l'autre. Que croyez-vous que le cafetier faisait ? Eh bien, il mettait notre homme dans le chariot et il renvoyait les bêtes. Les braves chevaux qui connaissaient la route pour revenir rentraient tout seuls. Et c'est sa femme qui le déchargeait du chariot pour le coucher.
        Boire ou conduire, ce sont les chevaux qui choisissaient en ce temps-là, mais maintenant c'est plus difficile. Les chevaux qui sont dans les voitures ne vous conduisent plus comme avant. Il vaut mieux que vous buviez de l'eau maintenant.