Bonne Perrette

        1. Elle nos èveût tout' èl'vés. Po lè rècompenser, j'lè d'vos'yîns. Pèhhoûnne n'è mieux sèvu rangeu eune aumâre, piayeu eune besagne d'afant sus eune chîre, ou survailleu eune partèye de loup cwècheu.
        2. Elle fèyeût tot prope t't'èvau. Eune tèche lè d'goteût, bien pus' que nos, hèlâs ! et j'oûye ca les sopîrs qu'elle poussieût quand, èyant hhôyeu sus l'(h)erbe, quand an j'wînt, je r'venîns èva dès genas tot vahhs sus des chausses grîhhes.
        Mè piate Perrette, que j'li d'hîns, n'lo dis-m', t'nos f'reûs disputer !
        Et, tâd, lo pernut, pendant que j'dreumîns, lè Perrette natt'yeût nas b'sagnes èva don boûs d'Panama, èpreuveût des autes produts po natt'yeu, fratteût, 'tendeût d'vant i piat fu cwècheu, survailleu comme nos, nas keulattes tèchâyes.
        3. Si j'atîns malêdes, elle vailleût jusqu'è l'âr don jo, sans penre eune (h)oûre po dreumîn, peurnant wâde è rèmwin.ner sus nas brès les covêtes, ècoutant lo brut d'nate (h)alin.ne, trisse de nos veûr soffri.
        4. Comme je m'lè reppelle, lo r'wâd-lè, tenre et inquiet è lè fwès, quand, les jos où'st-ce que j'èveûs d'lè fieuve, je m'rèvailleûs po d'mander :
        - Perrette, t'es-ti è bwêre ? J'â seû(f).
        Elle se l'veût d'sè chîre, lè vieuille dem'halle, et 'l alleût qwêre eune tisène doillatte, où'st-ce que'l èveût mîns des fleûrs de qwète sahons. J'bwèveûs don mim.me coup lo prîntemps, l'èté, l'automne ica l'(h)uvêr.
        'L y crèyeût, et âque que r'ssaneût i sorîre de joûye ell'meût sè figûre, quand, rehheppé pa lo b'san d'dreumîn, les paupières è mointieu kioûses, lè tête sus lo chèvat, j'li d'hîns :
        Ç'ateût boin. Je dreume déjè.

                    Conte de Bonne Perrette,
                    Calmann-Lévy, éditions.

Mots difficiles : d'vos'yîns : tutoyer ; pèhhoûnne : personne ; aumâre : armoire ; piayeu : plier ; besagne : vêtement ; afant : enfant ; chîre : chaise ; cwècheu : caché ; t't' èvau : partout ; oûye : entends ; hhôyeu : glissé ; an j'wînt : on jouait ; genas : genoux ; vahhs : verts ; chausses : pantalon ; grîhhes : grises ; d'hîns : disions ; lo pernut : pendant la nuit ; boûs : bois ; èpreuveût : essayait ; 'tendeût : étendait ; cwècheu : caché (discret) ; j'atîns : nous étions ; âr don jo : aube ; covêtes : couvertures ; (h)alin.ne : haleine, respiration ; r'wâd : regard ; seû(f) : soif ; dem'halle : bonne, servante ; doillatte : "douillette", tiède ; sahons : saisons ; âque : quelque chose ; r'ssaneût ressemblait ; ell'meût : allumait, illuminait ; rehheppé : ressaisi ; b'san : besoin ;  kioûses : closes ; chèvat : oreiller.

 

Grammaire :

 

Morphologie

Les nombres de 20 à 30

    vingt’, vingt-et-înk, vingt’-dous’, vingt’-treûhh, vingt’-qwète, vingt’-cînq
    vingt’-hhihh, vingt-sept, vingt’-(h)ut’, vingt’-nieuf, trente

Conjugaison

Le passé simple de l’indicatif (inexistant dans le pays messin)

Dans le Chan Heurlîn, on ne rencontre que deux formes au passé simple : j'eus et i mint. En patois de Saulny, on a la forme oûhhinres dans la phrase "j'en oûhhinres eune afant qu'on epp'lînt Nânnette" / nous en eûmes une enfant qu'on appela Anne. À Domèvre-en-Haye, entre Toul et Dieulouard, on a les conjuugaison suivantes :  j'awhhè, t'awhhès, 'l awhhè, 'l awhhè, j'awhhins, v'awhhins, 'l awhhint, 'l awhhint pour le verbe avoir et j'feuhhè, t'feuhhès, i feuhhè, elle feuhhè, j'feuhhins, v'feuhhins, is feuhhint, elles feuhhint pour le verbe être, les désinences -è et -în pour les autres verbes.


On peut donc supposer qu'en messin, on aurait eu cette conjugaison :

j'oûhhè, t'oûhhès, 'l oûhhè, 'l oûhhè, j'oûhhinres, v'oûhhinres, 'l oûhhinrent, 'l oûhhinrent pour le verbe avoir
j'feuhhè, t'feuhhès, i feuhhè, elle feuhhè, j'feuhhinres, v'feuhhinres, is feuhhinrent, elles feuhhinrent pour le verbe être.

pour chanter et les autres verbes, les désinences -è et -în :

je chantè, te chantès, i chantè, elle chantè, j'chantîns, v'chantîns, is chantînt, elles chantînt.


Mais là, i s'agit de pure reconstruction, ça n'a aucune valeur linguistique.


Notes Complémentaires

a)    Je n’sais
Avec les verbes pouvoir et savoir, la négation est incomplète, on ne met l’adverbe meu. Ainsi, on dira je n’sais, je n’pieux et non je n’sais-m’, je n’pieux-m’.

 

Questions :

1. Qu'ast-ce que fèyeût lè dem'halle Perrette quand les afants s'èvînt tèchieu ?
2. Qu'ast-ce qu'elle fèyeût quand 'l atînt malêdes ?
3. Qu'ast-ce que lè fèyeût sorîre de joûye ?
4. Montreûz qu'les afants èvînt rahon d'lè hoûyeu Bonne Perrette ?