Leçon n° 2

Les ADJECTIFS DÉMONSTRATIFS
Les PRONOMS DÉMONSTRATIFS
Les VERBES MINGI et PESSER au PRÉSENT de l'INDICATIF





1° Texte

    Au pruntaps, les ohés c’mmençont è fieûter d’bonne (h)oûre davant lo rèvaille-mètîn. On ast bîntôt rèvailli. Note moman ast das lè keuhîne quand on errîve on pâle pou bwêre lo café au lâcé.
    Vos ôz bin dromi ? qu'elle demande.
    Vos ôz fait des bés rêves lo paneuyt ?
    Vôs eus n’sont-m’ ca devés, i n’fârè-m’ roubrier d’aller vos lèver et bîn vos epprater pou n’mi penre frôd.

2° Traduction

    Au printemps, les oiseaux commencent à chanter de bonne heure avant le réveil-matin. On est bientôt réveillé. Notre maman est dans la cuisine quand on arrive au poêle pour boire le café au lait.
    Vous avez bien dormi ? demande-t-elle.
    Vous avez fait de beaux rêves cette nuit ?
    Vos yeux ne sont pas encore ouverts, il ne faudra pas oublier d'aller vous laver et bien vous habiller pour ne pas prendre froid.

3° Vocabulaire

Les noms                    Les verbes

Lo café au lâcé (le café au lait)            aller (aller)
Lè keuhîne (la cuisine)                beilli (donner)
L’eu, les eux (l’œil, les yeux)            bwêre (boire)
L’(h)oûre (l’heure)                c’mmenci (commencer)
Lo mètîn (le matin)                s'couhi (se taire)
Lè moman (la maman)                dromi (dormir)
Lè neuyt (la nuit)                    devêr (ouvrir)
L’ohé (l’oiseau)                    epprater (habiller)
Lo paneuyt (pendant la nuit)            erriver (arriver)
Lo pâle (le poêle, chambre de devant)        fieûter (siffler)
Lo pruntaps (le printemps)            se hôyi (s'appeler)
Lo rèvail (le réveil)                s’rèvailli (réveiller)
Lo rêvaille-mètîn (le réveille-matin)        roubrier (oublier)
Lo rêve (le rêve)


                        Les autres mots

                        bé, belle (beau, belle)
                        devant (avant ; devant)
                        hèyant, hèyante / nice (insupportable)
                        (h)iêr (hier)
                        malêde (malade)
                        nôr, nôre (noir, noire)
                        bîn portant, bîn portante (bien portant, bien portante)

4° Conjugaison

Les verbes mingi (manger) et pesser (passer) au présent de l'indicatif

je minge                        je pesse
te minges                    te pesses
i minge                        i pesse
elle minge                    elle pesse
j’mingeas                    j’pessas
vos mingiz                    vos pessiz
is mingeont                    is pessont
elles mingeont                    elles pessont

5° Morphologie

Les adjectifs démonstratifs

Ils n'existent pas en patois, on met l'article défini suivi des adverbes -ci (-ci) et -lè (-là).

Lè neuyt-ci, lè neuyt-lè (cette nuit-ci, cette nuit-là)
Les jonêyes-ci, les jos-lè (ces jours-ci, ces jours-là)

Je retiens

-Ci exprime une proximité relative : lo... -ci, lè... -ci, les... -ci

-Lè exprime un éloignement relatif : lo... -lè, lè... -lè, les... -lè

Les pronoms démonstratifs

    a)     Lo çu (celui) - lè çue (celle) - çausses (ceux) – les çausses (celles)

Lo çu qu’è v'nu chez nos (h)iêr se hôye Joson (celui qui est venu chez nous hier s'appelle Joseph)

Lè çue qu’è v’nu chez nos (h)iêr se hôye Zalie (celle qui est venue chez nous hier s'appelle Rosalie)

Çausses qu’ont v’nu chez nos (h)iêr se hôyont Joson et Baptisse (ceux qui sont venus chez nous hier s'appellent Joseph et Baptiste)

Çausses qu’ont v’nu chez nos (h)iêr se hôyont Zalie et Fine (celles qui sont venues chez nous hier s'appellent Rosalie et Joséphine).

    b)     L’âte-cite (celui-ci) – l’âte-ète (celui-là)
        L’âte-cite (celle-ci) – l’âte-ète (celle-là)
          Çausses-ète (ceux-ci) – çausses-ète (ceux-là)
        Çausses-ète (celles-ci) – çausses-ète (celles-là)

I n’se couh’rôt-m’, l’âte-ète ; l’âte-cite n’ast-m’ si hèyant (il ne se tairait pas celui-là ; celui-ci n'est pas si insupportable)

L’âte-cite, ç’ast mè feille ; l’âte-ète, ç’ast lè çue d’mè sœûr (celle-ci, c'est ma fille ; celle-là, c'est celle de ma sœur).

Çausses-ète sont mes afants ; çausses-ète, ç’ast les tîns (ceux-ci sont mes enfants ; ceux-là sont les tiens)

Çausses-ète sont bîn portantes ; çausses-ète sont malêdes (celles-ci sont bien portantes ; celles-là sont malades)

    c)     Ç’ (ce) – ç’lè (cela)

Ç’ast demmêge (c’est dommage) – ç’ast pûrri (c'est pourri) – ç’que j’wès ast nôr (ce que je vois est noir - je n’crôs-m’ ç’lè (je ne crois pas cela)

6° Notes complémentaires

    a)     Lo Joson, lo Baptiste
        Quand on emploie un nom propre de personne dans un récit, on met l'article devant.

    b)    On
        Contraction de das + lo. On le traduit par "au" mais a le sens de "dans le".

    c)    Pou, por
        Devant un pronom personnel, pou devient por : por mi, por ti, por lu, por lèye, por nos, por vos, por zôls (pour moi, pour toi, pour lui / soi, pour elle, pour nous, pour vous, pour eux / elles)

7° Exercices

a)     Je traduis :    Les oiseaux chantent au printemps.
            Ils chantent de bonne heure.
            Je me réveille le matin.
            Maman est à la cuisine.
            Nous avons bien dormi cette nuit.
            Il faut se lever pour manger.
            Les yeux sont ouverts.

            Le texte et le vocabulaire

b)    Je retiens    Le vocabulaire, les adjectifs et les pronoms possessifs.

c)    Je conjugue au présent de l'indicatif :    dromi lo paneuyt
                        fieûter comme în ohé