Dernièrement, j'ai trouvé une petite "pépite (d'or) pour moi et peut-être pour les gens d'Einvaux et de Moriviller. Sur le Net, on peut télécharger une version modifiée du "Chan Heurlîn" en patois de Moriviller, et du bon patois bien conservé. Ce poème de 60 page a été écrit en 1885 par Félix Thinselin. En voici un extrait :

 

"Vos otes, li dit l'ivrôgne, în bon maire de villêge.
Ç'ost, mo fwè, bîn aihi d'lo wêr è vote visêge ;
Et j'vos k'nnos, mo fwè bîn, vos d'mwêriz d'vos V'llêcot.
- Nênni, dit lo Goré, je demwêre è Vollwos.
Ç'ost mi co lo fermî de Monsieu de Lèrûne,
Èvoket è L'ninville qu'è lè pus grande fortune.
Tot chèkîn lo k'nnot, peus ç'ost în (h)ômme de bîn.
- Lu, que li dit l'ivrôgne, ç'ost în duhh cretîn.
De tortos les piaidious, 'l è pris j'qu'è lè dépouille.
J'vourôs bîn d'tot mo cœur li f... in.ne bonne toutouille ;
J'ai tojos di piaihi quand j'ettrope în fripon
D'lo traityi, comme j'l'ai fait on pêre di Jonjon ;
Vote Lèrûne ost co pés et tos les jos j'er'grette
De n'l'ower-m' co treuvé po lo t'ni zos mè pette.
- Couhe-teu, dit lo sergent, couhe tè langue et bwévos,
T'es rôbrié, je crôs qu'Lèrûne ost d'mes porots,
Que'l ost k'nnohhu tot-potyot d'peus Nancy jusqu'è Rome
Po în fîn èvoket et qu'ost d'pus (h)onnête (h)ômme."



"Vous êtes, lui dit l'ivrogne, un bon maire de village.
C'est, ma foi, bien aisé de le voir à votre visage ;
Et je vous connais, ma fois bien, vous demeurez vers Villacourt.
- Non, dit le Goré, je demeure à Vallois.
C'est moi aussi le fermier de Monsieur de Laruine,
Avocat à Lunéville qui a la plus grand fortune.
Tout le monde le connaît, puis c'est un homme de bien.
- Lui, dit l'ivrogne, c'est un dur crétin.
De tous les plaideurs, il a pris jusqu'à la dépouille.
Je voudrais bien de tout mon cœur lui fiche une bonne râclée ;
J'ai toujours du plaisir quand j'attrape un fripon
De le traiter, comme je l'ai fait au père de Jonjon ;
Votre Laruine est encore pire et tous les jours je regrette
De ne pas l'avoir encore trouvé pour le tenir sous ma patte.
- Tais-toi, dit le sergent, tais ta langue et buvons,
Tu as oublié, je crois que Laruine est de mes parents,
Qu'il est connu partout depuis Nancy jusqu'à Rome
Pour un fin avocat et qui est de plus honnête homme".