Comme on parle beaucoup de la SNCF, voici un texte sur le premier train à Fraize en 1876 :

 

Lo progrès tchîz nos


        Quand, è cînquante-hhés, èm'nant d'Saint Diè lo trè'i po bâti lè fabrique et lè mauho-d'ville, lè sarcelle se môtreut po lè premêre foûs è Fraize, i n'y ôt în rûde hînhan das lo villèdje. Passèz do(c), în tché que ha'it snas tch'vaux ; une bête que, è d-au leû d'avône, devorait do tcharbo ; que pantihit, fimait, skeupait dis fiâmmes pa lè gueûle comme in coursî d'enfêr ! I n'y avoût d'quoi rèvolutionnè în leû nesqu'è tot-la rècoquinè das sis vées eccoutmances. Dis cwèyats lis pus lan dè montèye, corant lis djens po wêr lè marwâille. Lè pièce Demenn'meix îre nâre de monde.
        Lè vala do(c), d'hant lis îns, lè garce-la que fait peûrri notis k'mattes. A n'd'rôt mi lè laihhi eppoutè sè poho pahhi !
        Lo grand Cwètchi, que praquait è fè'ant dansi das so dôs lo fieukat de so nâr bonnat, radeut d'în mot lè passâye de tortus :
        A n'me f'rè h'mwâs crêre que ç'n'ast mi lo diâle que fait hambè ç'la !
        Quique vées se creuheûnent dûmat ètadoûyes, d'avoû vu pessè lo train de Lucifêr.
        Mais a s'fait è tout' et dant tôt lè sarcelle hôteut pa n'pus herquinè lis djens. Ce feut, po lis tch'vaux, pus râd d's'eccoutumè et, bonne pèce, is fiheûnent co sus lè route è lè wèyant pessè.
        D'aute cotè a èhatchit è praquè d'inventios co autremat hèrûses. Lo ch'mlî d'fî v'neut è Colmâr d'abord, pis è 'Pinau, pis è Saint Diè. Lis pus curiux ne branstieûnent mi è faire lo vouyèdje è pîd po n-allè lo wêr.
        Lo haut-Coleû do Nâr Groûbe, ratrant d'Pinau, d'hit : Dje l'ây vu ! I fiûte, il èvance, i r'cule ; mais dje n'ây mi vu lis tch'vaux ! Tocoûs l'idée toûniâde, qu'a n'p'ait s'pessè dè foûhhe dis bêtes. D'hiz wêr, qu'ôst-ce qu'i pass'rôt lo Haut-Coleû s'i r'venit audjid'(h)eû ?
        Quand è septante-hhés, lo ch'mî d'fî r'monteut enfi lè besse nesqu'è tchîz nos, lis djens yant djà prèparès è lè tchôse. Lo sentimat malè d'èbaub'mat et d'espavate èvo loquel is awant vu v'ni lè sarcelle n'ôt pus lieu. Lis curiux yant putôt djoyants que s'trovant è lè v'noûye dè premêre locomotîve. Dje lè voûs co, dje n'seus pus djène, atrant è lè gâre tote henn'hhie de drapeaux et d'meurlifitches, hheuyant agrûs'mat. Dj'yans tot-la ène hîse de galopîs eccotès è lè saye. În frâd nos pesseut è lè rècîne dis tchavoux : dje sètans au crûx d'nos qu'i nos îre d'n,è de wêr èque groûs de tchindj'mats po lo dev'ni. Mais lè keuhant ne dûreut wê et lè curiositè l'empouteut. Maugrè lis emplayès, dje sauteûnes sus lè vôye et dje nos boteûnes è sêre lis allâyes et v'noûyes dè matchine. Lo mècanicîn, èmusè, d'wait pâre bîn dis ettentios po n'ècrêsè pahhênne. Et quand lè locomotîve r'pwateut, dje lè sèweûnes è corant nesqu'è lè trantchie de Kiairgotte où elle hôteut pa nos faussè compè'ie.
        Lis vîx s'awant moûn's derandjis. Mais lis djos è sèwant i n-è v'neut portant de bîn lan po wêr lo ch'mî d'fî. Ène Orbelatte dehhadoûye exprès dis Heuttes, d'mandeut comme ène faveur au chef de gâre de li môtrè. A lè fè'eut pessè sus lo quai, po r'wêti lè matchine, pis a lè monteut das în wago et a lè peurmeneut în momat das lè gâre. Lè târe vée îre tcharmâye : Lis djens d'Lôrraine sot ma foû bîn aidiants ! Dje pûx mori èneût pusque dj'ây stu das lo ch'mî d'fî !
        Dis autes feûnent bonne pèce è s'eccoutumè is règlemats râds dè compè'ie. Dje voûs co în brauve (h)amme errivant è lè gâre au momat où lo train demarrait, brayant de totes sis foûhhes è r'm'want lis brès : Monsieur le siffleur, attendez-moi !
        În aute, aussi pô degroûssi, s'peurzate au guînch'nnat :
        Monsû lo chef, dje vourâys în bilat po n-allè das lo ch'mî d'fî.
        Où voulez-vous aller ?
        Tiès, ast-ce que ça vos r'wête ?
        Enfi Colâs dè Boratte, qu'a z-èrôt stu bîn èbaubi de n'mi trovè das s'vaite effaire, quand i pwateut po l'Expôsitio, vouyèdje que dje vos rècont'rây în djo, martchandeut braumat po qu'a li quitteusse èque sus lo prés d'so bilat.
        C'est prix fixe ici ! li d'heut lo chef de gâre.
        Heu ! heu ! règrèmeut Colâs, t'n'es mi b'sè de m' rèhh'nâwè, dje martchande în vè'o. Dje pûx co bîn martchandè to mâs bout d'carto ; po çu qu'i d'rôt t'cotè !

                                                                                           Eugène Mathis,

                                                                                           Nouveaux contes lorrains

 

 

Le Progrès chez nous


        Quand, en cinquante-six, amenant de Saint-Dié les matériaux pour la construction de l'usine et de l'hôtel-de-ville, la sarcelle (voiture à vapeur de Cugnot) apparut pour la première fois à Fraize, il y eut grand branle-bas dans le village.
Pensez donc, un chariot qui marchait sans chevaux; une bête qui au lieu d'avoine, dévorait du charbon; qui geignait, fumait, crachait des flammes par la gueule comme un coursier infernal ! Il y avait de quoi révolutionner un pays jusque-là acoquiné dans ses vieilles habitudes. Des coins les plus éloignés de la montagne accouraient les gens pour contempler la merveille. La place Demennemeix était noire de monde.
        — La voilà donc, disaient les uns, la gueuse qui fait pourrir nos pommes de terre. On ne devrait pas la laisser apporter sa poison par ici ! »
Le grand Coichi, qui parlait en faisant danser dans son dos le pompon de son bonnet noir, résuma l'opinion générale :
        — On ne me fera jamais croire que ce n'est pas le diable qui fait mouvoir cela ! » Quelques vieilles se signèrent dûment, certaines d'avoir vu passer le train de Lucifer.
         Mais on s'habitue à tout et bientôt la sarcelle finit par ne plus intéresser les gens. Ce fut pour les chevaux plus dur de s'accoutumer et, longtemps, ils se cabrèrent encore sur la route en la voyant passer.
         D'ailleurs on commençait à parler d'inventions encore autrement merveilleuses. Le chemin de fer vint à Colmar d'abord, puis à Épinal, puis à Saint-Dié. Les plus curieux n'hésitèrent pas à faire le voyage à pied pour aller le voir.
         Le Haut-Coleu du Noir Groube, rentrant d’Épinal, disait : « Je l'ai vu ! Il siffle, il avance, il recule; mais je n'ai pas vu les chevaux ». Toujours cette idée obstinée qu'on ne pouvait se passer de la force des bêtes. Dites-voir, qu'est-ce qu'il penserait le Haut-Coleu s'il revenait aujourd'hui ?
         Quand, en septante-six, le chemin de fer remonta enfin la vallée jusque chez nous, les gens étaient déjà préparés à la chose.
         Le sentiment mêlé d'étonnement et de peur avec lequel ils avaient vu venir la sarcelle ne se manifesta plus.
         Les curieux étaient plutôt gais qui se trouvaient à l'arrivée de la première locomotive. Je la vois encore — je ne suis plus jeune — entrant en gare toute pavoisée de drapeaux et décorations, sifflant allègrement. Nous étions là une bande de galopins appuyés à la barrière. Un froid nous passa à la racine des cheveux : nous sentions instinctivement qu'il nous était donné de voir quelque chose gros de changements pour l'avenir. Mais l'émotion ne dura guère et la curiosité l'emporta. Malgré les employés, nous sautions sur la voie et nous nous mettions à suivre les allées et venues de la machine. Le mécanicien amusé devait prendre bien des précautions pour n'écraser personne. Et quand la locomotive repartit nous la suivîmes en courant jusqu'à la tranchée de Clairegoutte où elle finit par nous fausser compagnie.
         Les vieux s'étaient moins dérangés. Mais les jours en suivant il en vint cependant de bien loin pour voir le chemin de fer. Une Orbelatte descendue exprès des Huttes (Alsace), demanda, comme une faveur, au chef de gare, de le lui montrer.
On la fit passer sur le quai pour regarder la machine, puis on la monta dans un wagon et ou la promena un moment dans la gare. La chère vieille était charmée ; « Ces gens de Lorraine sont ma foi bien obligeants ! Je peux mourir maintenant puisque j'ai été dans le chemin de fer ! »
         D'autres furent longtemps à s'habituer aux règlements rigides de la compagnie. Je vois encore un brave homme arrivant eu gare au moment où le train démarrait criant de toutes ses forces en remuant les bras : « Monsieur le siffleur, attendez-moi ! »
         Un autre, aussi peu dégrossi, se présente au guichet :
         — Monsieur le chef, je voudrais un billet pour aller dans le chemin de fer.
         — Où voulez-vous aller ?
         — Tiens, est-ce que cela vous regarde ?
         Enfin Colas de la Boratte, qu'on se fût bien étonné de ne pas trouver en cette affaire, quand il partit pour l'exposition — voyage que je vous raconterai un jour — marchanda beaucoup pour qu'on lui quittât quelque-chose sur le prix de son billet.
         — C'est prix fixe ici ! Lui dit le chef de gare.
         — Heu ! Heu ! Récrimina Colas, tu n'as pas besoin de me rabrouer; je marchande un veau, je puis encore bien marchander ton mauvais bout de carton; pour ce qu'il doit te coûter ! »