Cette fois encore, un texte sur le chemin de fer : la Brouette de Rambervillers ou la ligne de Charmes - Rambervillers (1866 - 1935). C'est en fait la création de la ligne Mont-sur-Meurthe Bruyères qui causa sa perte. En 1914, ne subsistaient que 3 aller-retour quotidiens entre Charmes et Rambervillers et l'activité voyageurs cessa en 1935. L'activité marchandises entre Charmes et la Verrerie de Portieux perdurera jusqu'en 1962.

 

  Lè brouotte de Rambiellès (patois de Bru) :




        J’èn’ sêrèys vos dière en quelle ennêye on fèyeut lè ligne dé Rambiellès è Charmes. Quand jé v’neus au monde, elle existait déhè. Par contre, j’â vu faire lè ligne dé Rambiellès è Brouêres et co çolle dé Rambiellès è Lunéville: ç’tait ês environs dé dêhh nieuf cent.
        Don(c), èvant l’èpoque-lè, on n’ovwait qué lè brouotte dé Rambiellès è Charmes, comme on l’epp’lait, po n-ollè è ’Pinau ou biè è Nancy. Elle s’è-ti fait foute dé lèye, lè paure brouotte; et portant, on ’tait biè content quand on ’tait obligié d’ollè en vouyêge !
        Vos m’dièrôz qu’on n’sautait vâ fieus dos lo tops-lè. Les jonnes èn’ montint vâ dos lo train èvant d’ollè soudârd. Quand ês viès, is n’lo peurnint qué po n-ollè è lè noce ou bié è l’èterremot ! Cè cotait în sou di km et on y r’wâtait ! Combiè dé vieilles mâmiches et co d’viès robouroux qué j’â biè k’nnohhu, n’y ont j’mâs mi les pettes !
        On in è-ti rècontè des (h)istwêres rigolottes sus lè vieille brouotte ! Il ost vrâ qu’elle n’ollait vâ vite ! Follait biè doux (h)oûres po faire les vingt nieuf kms qué sèpârint Rambiellès dé Charmes ! N’y ovwait pwèt d’horlôge dos les p’tites gâres dé Rômont, d’Ortoncot, né co dos les autes. Po s’foute dé lè cheffesse d’ène petite gâre, les voyageurs li d’hint tohos:
        - Quélle (h)oûre qu’il ost, Mme lè Cheffesse ?
        Elle rigolait, pace qué tos les jos, ç’tait lè même chôse ! È tiost-ce qué cè èrôt servi d’ès’ motte en colêre, nèmé ?
        Mâs ène jonêye, elle sé fôcheut tot nâr, pace qué on li ovwait trop rèpètè lè même question. È în p’tit freluquet qué li d’heut comme les autes:
        - Quelle (h)oûre qu’il ost, Mme lè Cheffesse ?
        Elle er’trosseut so penné po derrié et peus d’heut:
        - Tiès, er’wâte l’(h)oûre qu’il ost !
        Vos n’ôz j’mâs vu în gueillârd si honteux !
        È pweine sautait fieus d’lè gâre d’Rambiellès, lè brouotte ettoquait lè côte di Stand. Alors, tot-lè lè locomotive crochait tout’ ç’qu’elle pwèyait ! Elle n-ollait è pweine au pès ! On pwèyait déhhonde di train, couillé des fraises lo long di talus et peus lo rettropè quand il errivait au-d’ssus d’lè côte. Y ovwait même des fwès qué lè voyageurs ’tint obligiés d’lo poussè au cul po grîmpè lè côte !
        Vol ç’qu’on rècontait dos lo tops-lè ! C’èn’ ’tait mi p’t-ête vrâ, mâs c’èn’ ’tait mi mèchant non pus !
        Ène ennêye, lè Cat(h)erine di Bianc Freumêge, dé Nossoncot, qué d’mourait sus lo ch’mîn d’Bohîn, déhhondeut d’so villêge et peus v’neut è Rambiellès è pièd po pâre lo train.
        Ç’tait lè premêre fwès qu’elle n-ollait voyagié ! Elle ovwait mis sè bianche cornette gaufrêye, sè grande jupe nâre è plis, so bé caraco mauve è fleurs et co ses sobots vernis ! Follait vâ comme elle ’tait belle, lè Cat(h)erine !
        Mâs tiost-ce qué lè poussait tant è v’ni pâre lo train ? Volnè ! So fés, lo Zidôre, qué ’tait jonne soudârd è ’Pinau, i ovwait ècrit qu’i ’tait embusquè et lè paure fomme ès’ démandait biè quée molèdie i pwèyait ovwè ! Elle ovwait les sangs fouillots ! Elle n’y t’nait pus, follait qu’elle n-olleusse lo vâ !
        Lè vol don(c) errivêye è lè gâre dé Rambiellès vos hhèys (h)oûres di mètîn ! S’n (h)omme, lo Polyte di Moton i ovwait biè r’commandè d’èn’ mi dière voce qu’elle n-ollait ! Si lo fés ovwait ettropè ène vwète molèdie, è n’ follait mi qué pohhênne èn’ lo sovweusse !!
        È lè gâre, y ovwait ène pâre dé voyageurs qui ’tint d’vant lèye !! Is d’mandint tortus po ène petite lucarne, în bout d’carton ! Quand erriveut so to, elle fèyeut comme les autes.
        - Beillèz-meu în carton aussi !, qu’elle déheut.
        - Mâs voroù qu’os v’lèz n-ollè ?, qué li d’heut l’employé.
        - Voroù ? Voroù ? Mâs t’os biè curioux, j’èn’ té lo dièrâ mi !
        - Mâs j’èn’ sêrèys vos beillé în billet si j’èn’ sais mi voce qué vos vanz !
        - Ta ra ta ta !, qué r’peurneut lè Cat(h)erine, c’èn’ té r’wâte mi voce qué j’vieux n-ollè !
        Di tops qu’is discutint, vol lè brouotte qué dèmârre tot bâllemot ! Lè garce dé fomme coureut alors sus lo quai, jeute po vâ parti lo train ! I fèyait ène foingêre, follait vâ, et peus i teussait, i teussait !
        Quand il erriveut prèche di ch’mîn di Calvaire, i beilleut în côp d’hheuyot po èvîsié lè garde-barriêre.
        Alors lè Cat(h)erine èclateut d’rîre et peus crieut dé tout’ ses fwohhes:
        - Hheuye ! hheuye ! tant qué t’vieux, j’èn’ vieux mi cor èprès ti, èn’ dote mi !!
        Et tote (h)eureûse, elle er’toneut swègné ses vèches è Nossoncot.




La Brouette de Rambervillers



    Je ne saurais vous dire en quelle année on fit la ligne de Rambervillers à Charmes. Quand je vins au monde, elle existait déjà. Par contre, j'ai vu faire la ligne de Rambervillers à Bruyères et aussi celle de Rambervillers à Lunéville : c'était aux environs de dix-neuf cent.
    Donc, avant cette époque-là, on n'avait que la brouette de Rambervillers à Charmes, comme on l'appelait, pour aller à Épinal ou bien à Nancy. Elle s'est fait fiche d'elle, la pauvre brouette ; et portant, on était bien content quand on été obligé d'aller en voyage !
    Vous me direz qu'on ne sortait guère dehors en ce temps-là. Les jeunes ne montaient guère dans le train avant d'aller soldat. Quand aux vieux, ils ne le prenaient que pour aller à la noce ou bien à l'enterrement ! Ça coûtait un sou du kilomètre et on y regardait ! Combien de vieilles grands-mères et de vieux paysans que j'ai bien connus, n'y ont jamais mis les pieds !
    On en a raconté des histoires rigolotes sur la vieille brouette ! Il est vrai qu'elle n'allait guère vite ! Il fallait bien deux heures pour faire les vingt-neuf kilomètres qui séparaient Rambervillers de Charmes ! Il n'y avait pas d'horloge dans les petites gares de Romont, d'Ortoncourt, ni non plus dans les autres. Pour se fiche de la cheffesse d'une petite gare, les voyageurs lui disaient toujours :
    - Quelle heure est-il, Mme la Cheffesse ?
    Elle rigolait, parce que tous les jours, c'était la même chose ! À quoi ça aurait servi de se mettre en colère, n'est-ce pas ?
    Mais un jour, elle se fâcha tout noir, parce qu'on lui avait trop répété la même question. À un petit freluquet qui lui dit comme les autres :
    - Quelle heure est-il, Mme la Cheffesse ?
    Elle retroussa son pan par derrière et puis, dit :
    - Tiens, regarde l'heure qu'il est !
    Vous n'avez jamais vu un gaillard si honteux !
    À peine sortait-elle de la gare de Rambervillers, la brouette attaquait la côte du Stand. Alors, là, la locomotive crachait tout ce qu'elle pouvait ! Elle allait à peine au pas ! On pouvait descendre du train; cueillir des fraises le long du talus et puis la rattraper quand il arrivait au-dessus de la côte. Il y avait même des fois où les voyageurs étaient obligés de la pousser au cul pour grimper la côte !
    Voilà ce qu'on racontait en ce temps-là ! Ce n'était peut-être pas vrai, mais ce n'était pas méchant non plus !
    Une année, la Catherine du Blanc Fromage, de Nossoncourt, qui habitait sur le chemin de Bazien, descendit de son village et puis vint à Rambervillers à pied pour prendre le train.
    C'était la première fois qu'elle allait voyager ! Elle avait mis sa cornette blanche gaufrée, sa grande jupe noire à plis, son beau corsage mauve à fleurs et aussi ses sabots vernis ! Il fallait voir comme elle était belle, la Catherine !
    Mais qu'est-ce qui la poussait tant à venir prendre le train ? Voilà ! Son fils, l'Isidore, qui était jeune soldat à Épinal, lui avait écrit qu'il était embusqué et la pauvre femme se demandait bien quelle maladie il pouvait avoir ! Elle avait une grande peur ! Elle n'y tenait plus, il fallait qu'elle aille le voir !
    La voilà donc arrivée à la gare de Rambervillers vers six heures du matin ! Son mari, l'Hippolyte du Moton lui avait bien recommandé de ne pas dire où elle allait ! Si le fils avait attrapé une maladie honteuse, il ne fallait que personne ne le sache !!
    À la gare, il y avait une paire de voyageurs qui étaient devant elle !! Ils demandaient tous par une petite lucarne, un bout de carton ! Quand arriva son tour, elle fit comme les autres.
    - Donnez-moi un carton aussi ! dit-elle.
    - Mais où voulez-vous aller ? li duit l'employé.
    - Où ? Où ? Mais tu es bien curieux, je ne te le dirai pas !
    - Mais je ne peux pas vous donner un billet si je ne sais pas où vous allez !
    Ta ra ta ta ! reprit la Catherine, ça ne te regarde pas où je veux aller !
    Pendant qu'ils discutaient, voilà la brouette qui démarre tout doucement ! La garce de femme courut alors sur le quai, juste pour voir partir le train ! Il faisait une fumée, il fallait voir, et puis il toussait, il toussait !
    Quand il arriva près du chemin du Calvaire, il donna un coup de sifflet pour aviser le garde-barrière.
    Alors, la Catherine éclata de rire et puis cria de toutes ses forces :
    - Siffle ! siffle ! tant que tu veux, je ne veux pas courir après toi, n'aie pas peur !!
    Et toute heureuse, elle retourna soigner ses vaches à Nossoncourt.