Aujud'(h)eû, lo 22 do moûs d'mars', rèwâdas notis bûns !

Lis boqu'yos (Bérurier Noir, Album Nada) (patois du Valtin) :

 

 

Lis boqu'yos sot ratrès das lo bûns. Lis boqu'yos sot de pus en pus peuts èvo lûs longues bârbes de qwète mètes et lûs hèches que fadat lis chânes. Lûs solès mwâchat lis piantes et das lis ârbes dètruts is dansat. È grands kûnps d'tronçonneûse, is esquintat lè nètûre pieûse.

Is hayat das lo bûns, Is sot de pus en pus peuts. Mais i v'neut în jo qu'i n'y avoût pus d'ârbes. Tout' n'îre que tristesse et dèsordre. Lis boqu'yos ot trop-bé soffri lo jo-la. I n'y avoût pus ré è foute bès. Das în villêge pedu ècate lis nârs marais, lis boqu'yos sot ratrès èvo lûs bottes is pîds et lûs veilles èbèhhes.

Is hayat das lo bûns. Is sot de pus en pus peuts. Das lo villêge pedu-la il y avoût în abattwêr. Lis boqu'yos ot pratè lûs mains, lû foûhhe, lû corêge po èbette lis bû(f)s, lis vèyos et co lis pohhés, po z-è fâre dè châ. Ç'ast dîna qu'lis boqu'yos r'peurneûnent corêge au tronçonnant lis bêtes.

Is hayat das lo bûns. Is sot d'pus en pus peuts. Mais i v'neut in jo que das lo villêge pedu-la, i n'y avoût pus d'bêtes po faire dè châ. Lis boqu'yos ot trop-bé soffri lo jo-la. Is sot pwatis vêr lis gens do villêge-la qu'ast bé lan èvo lûs bottes is pîds et lûs veilles èbèhhes.

Is hayat das lo bûns. Is sot de pus en pus peuts. Même mi lis kûnps d'sâbre n'errêt'rot lû marche. Lis boqu'yos sot ratrès das lè chambe de mè mère, das lè chambe de mo frère. Is hècheûnent mo père jusqu'è lè pwète do jo. Peus is pwateûnent d'was în aute bûns. Et si în jo vos rescatrèz în boqu'yo, sov'niz-vos qu'is ot touè mis èfants, qu'is aimat boûre lo sang, qu'is cwèchat derri lûs bârbes dis (h)orrîbes carnêges è v'ni. Is hayat das lo bûns. Is sot de pus en pus peuts. Même mi lis kûnps d'sâbre n'errêt'rot lû marche.

Les bûcherons sont entrés dans la forêt. Les bûcherons sont de plus en plus laids avec leurs barbes longues de quatre mètres et leurs haches qui fendent les chênes. Leurs chaussures écrasent les plantes et dans les arbres détruits ils dansent. À grands coups de tronçonneuse, ils atrophient la nature pieuse.

Ils marchent dans la forêt. Ils sont de plus en plus laids. Mais il est arrivé qu'un jour il n'y avait plus d'arbres. Tout n'était que tristesse et désordre. Les bûcherons ont beaucoup souffert ce jour-là. Il n'y avait plus rien à abattre. Dans un village perdu près des marais noirs, les bûcherons sont entrés avec leurs bottes aux pieds et le matériel usé.

Ils marchent dans la forêt. Ils sont de plus en plus laids. Dans ce village perdu il y avait un abattoir. Les bûcherons ont prêté leurs mains, leur force, leur courage pour abattre les bœufs, les veaux et les porcs pour en faire de la viande. C'est ainsi que les bûcherons reprirent courage en tronçonnant les bêtes.

Ils marchent dans la forêt. Ils sont de plus en plus laids. Il est arrivé qu'un jour dans ce village perdu, il n'y avait plus de bêtes pour faire de la viande. Les bûcherons ont beaucoup souffert ce jour-là. Ils sont partis voir les gens de ce village éloigné avec leurs bottes aux pieds et le matériel usé.

Ils marchent dans la forêt. Ils sont de plus en plus laids. Même pas les coups de sabre n'arrêteront leur marche. Les bûcherons sont entrés dans la chambre de ma mère, dans la chambre de mon frère. Ils hachèrent mon père jusqu'à l'aube. Puis ils partirent vers une autre forêt. Et si un jour vous rencontrez un bûcheron, rappelez-vous qu'ils ont massacré mes enfants, qu'ils sont assoiffés de sang, qu'ils cachent derrière leurs barbes de futurs horribles carnages. Ils marchent dans la forêt. Ils sont de plus en plus laids. Même pas les coups de sabre n'arrêteront leur marche.