Lè kié d'oûr

 

1. 'L ateût eune fwès eune piate prîncesse, bêlle comme lo jo, qu'în manre jénat èveût mîns en prihon dans în soterrain tot neûr, rempyi d'peutes bêtes... Allans, ica lè keuillerèye d'sope-lè, Miatte, et j'dîrans lè hhute de lè fiauve.
    2. Lè bâcelatte, essieuttâye sus eune chîre bèhhe, bec è bec èva sè moman, d'vêt sè boche roûse èyoû'st-ce que lè k'yeu s'enfonce. Les mêres ont des înventions sourprenantes et edmirâbes. Lè çûe d'Miatte sait qu'lè piate cervelle de sè feuille ast pus enfèmâye que s'n èhhtomèk. Elle profite que lè fiauve l'întèresseusse, et lè manre sope cole anlè, sans qu'l'afant ne s'beilleusse de wâde.
    3. Et èprès, moman ? qu'ast-ce que d'vient lè piate prîncesse dans sè prihon si neûre ? Oh ! dis, dis vite !... Lè prîncesse è chongeu meuri d'chègrîn et d'paw, dans lè 'passe nut d'sè prihon èyoù'st-ce que volînt les volents-rètes. I n'y èveût qu'în poû de kierté que rentreût pa lo trouyat d'lè serrûre. Te chonges s'i fèyeût neûr !...
    4. Enfîn, lè poûre piate prîncesse eu èperçu, tot en haut don muhh, în piat point brillant. Elle grîmpe jusqu'è tot-lè, èva tot-piein d'pwin.ne, en s'corchant les genas ica les îngues aux piêrres don muhh, et eu errivé è lè choûse que luheût... Ç'ateût eune piate kié d'oûr tote megnatte.
    5. Vite, 'l eu coru l'èjuster au trou d'lè serrûre. Mirèke ! Lo groûs (h)euhh s'eu d'vé. Et lè prîncesse s'eu vu transpoûtâye dans în bé palâs, èva des grands jèdîns tot èlento, èyoù'st-ce que s'preumwin.nînt, en k'yant des fleûrs, des bés monsieurs ica des jalies dèmes èva des b'sagnes que r'luhînt.
    - Lè kié èveût lo pouvwêr d'eune fâye, que dit Miatte.
    - Ay, mâs lo pus malâhieu, ç'ateût d'aller jusqu'è lêye ! qu''rèpond moman.
    Lè fiauve ast rèch'vâye, l'essieutte ast vûdiâye... Mâs lè bâcelatte, longuement, chonge au palâs enchanté, aux belles fleûrs des grands jèdîns, aux gens èlègants, au bon(h)eûr qu'i n'y èveût d'posséder lè kié magique.

                        Mathilde Alanic,
                        Lè piate Miatte

Mots difficiles : kié : clé ; jénat : sorcier ; peutes : vilaines ; hhute : suite ; fiauve : histoire, fable ; bâcelatte : petite fille ; essieuttâye : assise ; chîre bèhhe : chaise basse ; bec è bec èva : face à ; k'yeu : cuiller ; lè çûe : celle ; ne s'beilleusse de wâde : ne se donne de garde (n'y prête attention) ; 'passe : épaisse ; volants-rètes : chauves-souris ; trouyat : petit trou ; luheût : luisait ; megnatte : mignonne ; (h)euhh : huis (porte) ; d'vé : ouvert ; r'luhînt : brillaient ; fâye : fée ; malâhieu : malaisé (difficile).

 

 

Grammaire

 

Les nombres de 40 à 50

    quarante – quarante-et-înk – quarante-dous’ – quarante-treûhh – quarante-qwète – quarante-cînq
    quarante-hhihh – quarante-sept – quarante-(h)ut’ – quarante-nieu(f) – cînquante

2° Conjugaison

Les temps composés de l’indicatif

Ce sont :     le passé composé (leçon n° 9)

        Le plus-que-parfait
    
        Le passé antérieur (en pratique, inexistant en patois)

        Le futur antérieur

a)    La formation des temps composés de l’indicatif

Rappel : ils sont formés de l’auxiliaire awer (avoir) suivi du participe passé du verbe conjugué.

Le passé composé : le verbe auxiliaire est conjugué au présent de l’indicatif

Le plus-que-parfait : le verbe auxiliaire est conjugué à l’imparfait de l’indicatif

Le futur antérieur : le verbe auxiliaire est conjugué au futur simple de l’indicatif

b)    Le participe passé des différentes catégories de verbes :

Les verbes réguliers

Rappel : le participe passé se confond avec l’infinitif

Type pianter, terminaison en eu : j’â pianté d’lè jotte

Type mingieu, terminaison en ieu : j’â mingieu don pain

 

Les verbes auxiliaires (leçon n° 9)

Le verbe awer. Le participe passé est èvu

Le verbe ête. Le participe passé est ètu

Les verbes irréguliers (liste leçon n° 9)

S’y ajoutent :

creûre                    cru, crusse
cûre                       cut, cute
d’veûr                   du, dusse
ècrîre                     ècrit, ècrite
kioûre                   kioûs, kioûse
moûde                  moûdu, moûdôwe
pêde                      pedu, pedôwe
qwère                    qwèri, qwèrie
r’ceûr                     r’çu, r’çue
rîre                         ri
sawer                    sèvu, sèvue

c)    Voie active et voix passive

La voie active

Lorsque le participe passé est associé à l’auxiliaire awer (avoir), c’est la voix active.

La terminaison du participe passé reste invariable.

Exemples :

‘L è pianté d’lè jotte    ‘L è pianté d’lè jotte        J’èvans pianteu d’lè jotte
(il a planté des choux)    (elle a planté des choux)        (nous avons planté des choux)

T’es mingieu don lârd’    V’èveûz mingieu don lârd’    ‘L ont mingieu don lârd’
(tu as mangé du lard)    (vous avez mangé du lard)        (elles ont mangé du lard)

La voix passive

Lorsque le participe passé est associé à l’auxiliaire ête (être), c’est la voix passive.

La terminaison du participe passé peut varier avec le genre et le nombre.

 

Exemples :

Lo bié ast hèné                Les nèvéts sont hènés
(le blé est semé)                (les navets sont semés)

Lo nâpion ast rèvailleu            Les afants sont rèvailleus
(le bébé est réveillé)            (les enfants sont réveillés)



Au féminin, la terminaison est âye dans la catégorie des verbes réguliers de type er et ieu.

Exemples :

Lè peumme ast palâye            Les pwêres sont palâyes
(la pomme est pelée)            (les poires sont pelées)


Lè peumme ast mingeâye            Les pwêres sont mingeâyes
(la pomme est mangée)            (les poires sont mangées)

d)    Conjugaison des trois temps usuels de l’indicatif

Voix active : auxiliaire awer (avoir) + participe passé

Exemple : le verbe p’ter (porter)

j’â p’té                   j’èveûs p’té                  j’èrâ p’té
t’es p’té                 t’èveûs p’té                 t’èrès p’té
‘l è p’té                 ‘l èveût p’té                 ‘l èrè p’té
‘l è p’té                 ‘l èveût p’té                 ‘l èrè p’té
an z-ont p’té        an z-èvînt p’té           an z-èront p’té
j’èvans p’té           j’èvîns p’té                 j’èrans p’té
v’èveûz p’té         v’èvîns p’té                v’èreûz p’té
‘l ont p’té             ‘l èvînt p’té                 ‘l èront p’té
‘l ont p’té             ‘l èvînt p’té                 ‘l èront p’té


Voix passive : auxiliaire ête + participe passé

Exemple : le verbe l’veu (lever)

je sus l’vé / l’vâye              j’ateûs l’vé / l’vâye      je s’râ l’vé / l’vâye
t’as l’vé / l’vâye                 t’ateûs l’vé / l’vâye      te s’rès l’vé / l’vâye
‘l ast l’vé                              ‘l ateût l’vé                       i s’rè l’vé
‘l ast l’vâye                         ‘l ateût l’vâye                   elle s’rè l’vâye
an sont l’vés                        an z-atînt l’vés               an s’ront l’vés
j’atans l’vés / l’vâyes       j’atîns l’vés / l’vâyes    je s’rans l’vés / l’vâyes
v’ateûz l’vés / l’vâyes     v’atîns l’vés / l’vâyes   veus s’reûz l’vés / l’vâyes
is sont l’vés                        ‘l atînt l’vés                       is s’ront l’vés
elles sont l’vâyes              ‘l atînt l’vâyes                  elles s’ront l’vâyes


 

Questions :

 

- Qui ast-ce que conte lè fiauve è lè Miatte ?
- Poquè qu'elle conte lè fiauve-lè ?
- Èyoù'st-ce qu'ateût enframâye lè prîncesse ?
- D'heûz comment qu'ateût l'endreût-lè.
- Qu'ast-ce qu'eu vu lè piate prîncesse en haut don muhh ?
- Comment qu'elle eu grîmpé jusqu'è tot-lè ?
- Qu'ast-ce qu'eu fât lè kié d'oûr ?
- D'heûz comment qu'ateût lo palâs qu'li eu d'vé lè kié-lè ?
- Quand ast-ce que s'rècheuve lè fiauve ?