NOSTRADAMUS (Patois de Fontenoy-la-Joûte) :

        Lo Monmond èl’vôr în bé pouhhion pou lè communion di gamin è lè Pèn’cote. Mais on ‘tôr â commoncemont di mwos d'mai et lo bé p’tit pouhhé-lè, biè druyot, beillôr invie è tot chèkîn.
        În jo, o putôt în so, èprès în èpèro chohié, ses èmis ont dècidé d’i faire in.ne fârce. L’în derrié l’âte, ‘l ont ‘tu lo vâr pou z-i ennoncié qué cè s’rât lè fîn di monde èprès d’main.
        Ècoute, qu’i è dit lo Dédé, lè TSF in è pâlé tote lè jounée, t’n’es-m’ auyi ?
        Ben niant, j’tôr dons les champs.
        T’n’es-m’ vu dons l’Est, cè è fait lè prémêre pâge.
        Ben niant, Bernârd, et peus t’lo sais biè qué jé n’l’ai-m’ lé, comme j’m’ai dèsèbonné pou pouvâr èch’ter d’l’ovwin.ne.
        Dis, Monmond, qu’i dit lo T(h)ierry, t’es lé Nostradamus ? J’té jûre qu’lè fîn di monde ost pou èprès-d’main, lîndi. Sé on fai’ôr lè bombe èvon to pouhhion biè grâs dièmwinche, qu’ost-ce qué t’in penses ? Dé tote foçon, on n’vârré j’mâs lè Pèn’cote.
        Lo Monmond è rèflèchi, è toné in rond sus lu-mim.me trâhh fwos et è ennoncié :
        Ç’ost bon, les gars, mais quitte è mouri, âhhtant qu’cè seuhhe â s’lo et â bôrd dé l’âve. Tortus d’main mètîn è Èh’râilles dons les champs di pêre André incôte d’lè Meurt(h)e. T(h)ierry, t’èmounes les tâyes pou 9 h. Bernârd, t’èmounes lo vîn pou 9 h et quârt et ti, Dédé, té f’rès lo feû è 9 h 30. Et mi, j’èmoune lo pouhhé è 10 h.
        Lo Monmond èvôr chmoqué l’imbrôille dé prémêre et pendant qu’lo T(h)ierry èmounôr les tâyes è Èh’râilles, ‘l i è improté so pouhhion (qué ‘tôr rèservé pou lo mèriêge dé sè feille in septembe).
        È 10 h, lo Monmond è errivé èvon lo pouhhé. On èvôr mottu les tâyes èvon doux belles barriques dé vîn et lo feû ronhhôr zos lè greille.
        On è singné lo pouhhion, on l’è ‘hhaudé, l’è râtié, et on è fait lè fête tot di grand d’l’èprès-dèjun zos in.ne cholou ètoffante.
                             Èprès s’ovwor biè sôlé et ovwor biè bu, lo Monmond è dit :
        Bon, mais ç’ost fîn biè tortot ç’lè, les gars, mais comme on vè tortus mouri d’main, cè s’rât p’t-ête mi bête d’ête propes d’vant lo bon Dieu. Allez hop, tortus in cal’çon et tortus è l’âve !
        Comme ‘l èvôr mout châd, et qu’i n’y èvôr qué 60 cm d’âve dons lè Meurt(h)e è l’indrât-lè, c’è ‘tu lè bousculâde è tiost-ce qué s’rât lo dèrer dons l’âve.
        Èn’vos înquiètez-m’, qu’è dit lo Monmond, j’vos rèmesse vôs (h)èbits et j’les mots on châd, biè n-è l’èhhoué.
        Pendant qu’tot chèkîn borbotôr et fai’ôr les fous dons lè r’vêre, lo Monmond è rèdosé tortos les (h)èbits et les solers et les è j’tié dons lo feû.
        Â bout d’în moment, ses èmis, chmoquant lo breule, sauteuchtent fûs d’l’âve in hûlant :
        Mais t’os complèt’mont toqué, Monmond, pouquè qu’t’es breulé nôs (h)èbits et nôs brod’quîns ?
        Vwè’ons, mes èmis, comme ç’ost d’main lè fîn di monde, vos s’râz mwôts vos âssi et vos n’èrâz-m’ sûr’mont béson d’vôs (h)èbits pou vos prèsenter d’vant lo bon Dieu. Et sé, des fwos, cè n’tôr mi lè fîn di monde démain, T(h)ierry, j’t’invite è lè communion d’mo fés et j’offr’rai in.ne grillâde dé mo pouhhé.

 

NOSTRADAMUS (Patois de Saxon-Sion) :

        Lo Monmond èl’vôt in bé lanceré po lè communion do gamin è lè Pan’cote. Mais a a-ètôt au commincemat do mwès d'mai et lo bé piat couchon-lè, bin grês, beillôt envie è tot chétyin.
        Eune jonêye, ou putôt in sô, èprès în èpèro chègi, ses èmis dècideuchtent d’li faire eune farce. Yun' derri l’aute, ‘l alleuchtent lo wêr po li ennonci que cè s’rôt lè fin do monde èprès d’main.
        Ècoute, qu’li d'jeut lo Dédé, lè TSF en è pêlé tote lè jonêye, t’n’es-m’ auyi ?
        Ben niant, j’ètôs das les champs.
        T’n’es-m’ vu das l’Est, cè è fait lè prémêre pâge.
        Ben niant, Bernârd, et peus t’lo sais bin que je n’l’ai-m’ leuyji, comme j’m’ai dèsèbonné po pouyu èch’ter d’l’awêne.
        Dis, Monmond, qu’li d'jeut lo T(h)ierry, t’es leuyji Nostradamus ? J’te jûre qu’lè fin do monde ast po èprès-d’main, lundi. Si a f'yôt lè bamboche èvo to lancéré bin grês dimanche, qu’ôst-ce que t’en penses ? De tote façon, a n’wêrré jamais lè Pan’cote.
        Lo Monmond rèflèchisseut, toneut en rond sus lu-même trôs fwès et ennonceut :
        'L’ast bon, les gars, mais quitte è meuri, auchtant qu’cè sôyt au s’lo et au bord de l’ôve. Tortus d’main mètin è Èj’rôilles das les champs do pêre André è coté d’lè Meurt(h)e. T(h)ierry, t’èmwênes les tauyes po 9 h. Bernârd, t’èmwênes lo vin po 9 h et tyêrt et ti, Dédé, te f’rès lo feuy è 9 h 30. Et mi, j’èmwêne lo couchon è 10 h.
        Lo Monmond èvôt chmaqué l’abrôille de premêre et pendant qu’lo T(h)ierry èmwênôt les tauyes è Èj’rôilles, i li aprateut so lanceré (qu'ètôt rèservé po lo mèriêge de sè feille a septembe).
        È 10 h, lo Monmond erriveut èvo lo couchon. A z-èvôt mis les tauyes èvo doux belles barriques de vin et lo feuy ronfyôt zos lè greille.
        A saigneut lo lanceré, a lo chaudeut, lo rêtyeut, et a f'yeut lè fête tot do grand d’l’èprès-midi zos eune chalou èteuffiante.
                             Èprès s’awer bin sôlé et awer bin bu, lo Monmond d'jeut :
        Bon, mais ç’ast fin bin tortot ç’lè, les gars, mais comme a vè tortus meuri d’main, cè s’rôt p’t-ête mi bête d’ête propes d’vant lo bon Dieu. Allez hop, tortus a can’çon et tortus è l’ôve !
        Comme ‘l èvint mout chaud, et qu’i n’y èvôt que 60 cm d’ôve das lè Meurt(h)e è l’adrôt-lè, c’è ‘tu lè bousculêde è tiast-ce qué s’rôt lo dèrèy das l’ôve.
        Èn’vos înquiètez-m’, que d'jeut lo Monmond, j’vos rèmesse vôs (h)èbits et j’les mats on chaud, bin au cwè.
        Pendant qu’tot chètyin barbotôt et f'yôt les fous das lè r’vîre, lo Monmond rèmesseut tortos les (h)èbits et les solers et les j'teut das lo feuy.
        Au bout d’in momat, ses èmis, chmaquant lo breule, ont sauté fûs d’l’ôve a hûlant :
        Mais t’as complèt’mat fou, Monmond, potyè qu’t’es breulé nôs (h)èbits et nôs brod’quins ?
        Vwèyas, mes èmis, comme ç’ast d’main lè fin do monde, vos s’rôz môts vos aussi et vos n’èrez-m’ sûr’mat b'sa d’vôs (h)èbits po vos prèsenter d’vant l'bon Dû. Et si, des fwès, cè n’ètôt-m' lè fin do monde demain, T(h)ierry, j’t’invite è lè communion d'mo feus et j’offrirai eune grillêde de mo couchon.

 

NOSTRADAMUS (Patois de Dombras) :

        Le Monmond èl’voyt in bé pouchion pou la communion don gamin à la Pèn’coûte. Mâs on  atôt au coummencemat don mois d'mâ et ç'bé p’tét cochon-là, bin grâs, bailloyt envie à tot chakin.
        Ène journaye, aw peutoût in soir, après in apèro châygi, sès amis ont dèciday d’li fâre ène farce. L’in d'rri l’aute, ‘l ont ètay l'voir pou li annonci que ça s’royt la fin don monde après d’mé.
        Ècawte, qu’li è dét l'Dédé, la TSF a n-è pôrlay toute la journaye, t’n’es-m’ oyi ?
        Ben non, j’atoys das lès champs.
        T’n’es-m’ veu das l’Est, ça è fât la premîre pâge.
        Ben non, Bernârd, et poys te l'sais bin que je n’l’â-m’ lay, coumme j’m’â dèsabounnay pou pouvoi ach’tay d’l’avoine.
        Dès, Monmond, qu’li dèt l'T(h)ierry, t’es lay Nostradamus ? J’te jeure qu’la fin don monde est pou après-d’mé, lundè. Si on fayoyt la bamboche avo t'pouchion bin grâs dieumache, qu’est-ce que t’a penses ? De toute façon, on n’voirré jamâs la Pèn’coûte.
        Le Monmond è rèflèchi, è tournay a rond d'sseus lu-même trois fois et è annonci :
        'L’est bon, lès gars, mâs quitte è mourè, auss'tant qu’ça fussè au soleil et au bord de l’âwe. Tourtous d’mé matîn à Aj’râilles das lès champs don pêre André d'lay la Meurt(h)e. T(h)ierry, t’amènes lès taules pou 9 h. Bernârd, t’amènes le vin pou 9 h et quârt et tè, Dédé, te f’rès l'foy à 9 h 30. Et mè, j’amène le cochon à 10 h.
        Le Monmond avoyt chmoqué l’embrouille de premîre et pendant que l'T(h)ierry am'noyt lès taules à Aj’râilles, i li è aprintay s'pouchion (qu'atoyt rèservay pou l'mariâge de sa fille a septembe).
        À 10 h, le Monmond è arrivay avo l'cochon. On avoyt mins lès taules avon daws balles barriques de vin et l'foy ronfloyt d'zos la grille.
        On è saigni l'pouchion, on l’è ‘chauday, l’è râclay, et on è fât la fête au long d’l’après-maydè d'zos ène chaleûr ètouffante.
                             Après s’avoi bin sâwlay et avoi bin beu, le Monmond è dèt :
        Bon, mâs c’est fin bin tout ça, lès gars, mâs coumme on vè tourtous mourè d’mé, ça s’royt p’t-ête mi bête d’ête propes d’vant l'bon Dieu. Allez hop, tourtous a can’çon et tourtous à l’âwe !
        Coumme ‘l avint mawt chaud, et qu’i n’y avoyt que 60 cm d’âwe das lè Meurt(h)e à cette place-là, c’è ètay la bousculâde à qui est-ce que s’royt l'dârni das l’âwe.
        Èn’v'inquiètayz-m’, qu’è dèt l'Monmond, je v'ramasse voûs (h)abèts et j’lès mats au chaud, bèn' au coi.
        Pendant qu’tout chakin barbotoyt et fayoyt lès faws das lè rivière, le Monmond è ramassay tous lès (h)abèts et lès solays et lès è foutu das l'foy.
        Au bout d’in moument, sès amis, choumant l'brûle, ont sortè d’l’âwe a hurlant :
        Mâs t’es complèt’mat faw, Monmond, pouquoi qu’t’es brûlay noûs (h)abèts et noûs brod’quins ?
        Vuyans, mès amis, coumme c’est d’mé la fin don monde, vès s’rôz moûts vous aussè et v'n’arayz-m’ sûr’mat b'soin d’voûs (h)abèts pou v'prèsentay d’vant l'bon Dieu. Et si, dès fois, ça n’atoyt-m' la fin don monde demé, T(h)ierry, j’t’invite à là communion de m'gachon et j’offrirâ ène grillâde de m'cochon.


NOSTRADAMUS (Patois de Saulny) :

 

       Lo Monmond èl’veût în bé pohhion po lè communion don gamin à la Pent'cote. Mâs on  oteût au commencement don mwès d'mâ et ç'bé piot cochon-lè, bien grâs, beilleût envèye è tot chèkîn.
        Ène jonâye, ou putoût în seûr, èprès în èpèro chergè, ses èmis ont dècidé d’li fâre ène farce. L’înk dèyé l’aute, ‘l ont ètu lo veûr po li ennonciè qu'cè s’reût lè fîn don monde èprès d’mé.
        Ècoute, qu’li è dit lo Dédé, lè TSF en è pâlé tote lè jonâye, t’n’es-m’ oûyi ?
        Ben niant, j’oteûs dans les champs.
        T’n’es-m’ vu dans l’Est, cè è fât lè premîre pâge.
        Ben niant, Bernârd, et peus t'lo sais bèn' que je n’l’â-m’ lu, comme j’m’â dèsèbonné po p'leûr èch’ter d’l’owêne.
        Dis, Monmond, qu’li dit lo T(h)ierry, t’es lu Nostradamus ? J’te jure qu’lè fîn don monde ost po èprès-d’mé, lundi. Si on f'yeût lè bamboche èvo to pohhion bien grâs dieumanche, qu’ost-ce que t’en penses ? De tote foçon, on n’veûrré j'mâs la Pent'cote.
        Lo Monmond è rèflèchi, è tonûé en rond sus lu-mim.me treûs fwès et è ennonciè :
        'L’ost boin, les gars, mâs quitte è meuri, auss'tant qu’cè seût au s'lo et au bord de l’âwe. Tortus d’mé mètîn à Èh’rôilles dans les champs don pêre André d'lé lè Meurt(h)e. T(h)ierry, t’èmwênes les tauyes po 9 h. Bernârd, t’èmwênes lo vîn po 9 h et quârt et tè, Dédé, te f’rès lo fu è 9 h 30. Et mè, j’èmwêne lo cochon è 10 h.
        Lo Monmond èveût chmoqué l’embruye de premîre et pendant qu'lo T(h)ierry èmwêneût les tauyes à Èh’rôilles, i li è emproté so pohhion (qu'oteût rèservé po lo mèriêge de sè feille en septembe).
        È 10 h, lo Monmond è errivé èvo lo cochon. On èveût mîns les tauyes èvo doux belles barriques de vîn et lo fu ronfleût zos lè greille.
        On è singnè lo pohhion, on l’è ‘hhaudé, l’è rèsé, et on è fât lè fête au longe de l’après-non.ne zos ène cholou 'toffante.
                             Èprès s’owêr bien soûlé et owêr bien bu, lo Monmond è dit :
        Bon, mâs ç’ost fîn bèn' tortot ç'lè, les gars, mâs comme on vâ tortos meuri d’mé, cè s’reût p’t-ête meu bête d’ête propes d’vant lo bon Dieu. Allez hop, tortus en can’çon et tortus è l’âwe !
        Comme ‘l èvînt mout chaud, et qu’i n’y èveû que 60 cm d’âwe dans lè Meurt(h)e è ç't endreût-lè, c’è ètu lè bousculâde à tyost-ce que s’reût lo dârniè dans l’âwe.
        Èn’v'inquièteûz-m’, qu’è dit lo Monmond, je v'rèmesse vos (h)èbits et j’les mots au chaud, bèn' èhh'wâye.
        Pendant qu’tot chèkîn borboteût et f'yeût les fous dans lè rivière, lo Monmond è rèmessé tortos les (h)èbits et les solers et les è fotu dans lo fu.
        Au bout d’in moment, ses èmis, chmoquant lo breule, ont soûrti d’l’âwe en hûlant :
        Mâs t’es complèt’ment fou, Monmond, poquè qu’t’es breulé nos (h)èbits et nos brod’quîns ?
        Wèyans, mes èmis, comme ç’ost d’mé lè fîn don monde, vès s’reûz moûts vos aussi et v'n’èreûz-m’ sûr’ment b'so d’vos (h)èbits po v'prèsenter d’vant lo bon Dieu. Et si, des fwès, ç'n’èteût-m' lè fîn don monde demé, T(h)ierry, j’t’invite è lè communion d'mo fès et j’offrirâ ène grillâde de mo cochon.

 

 

NOSTRADAMUS (Patois de Gérardmer) :

        Lo Monmond èl’vait în bèy pohhion po lè communion do gamin è lè Pèn’cote. Mâs o 'tait è l'èhoche do moûs d'mâ et lo bèy p'tit pohhèy-lè, bé grâs, d'nnait dèvie è tot lo monde.
        În jo, ou piteût în sô, èprès în èpèro chogi, sès èmis dècidont d’li fâre ène farce. În derri l’aute, es n-ollont lo vôr po li ennonci qu'ça s’rôt lè fîn do monde èprès d’main.
        Scoute, qu’li d'hè lo Dédé, lè TSF è n-è prôchi tote lè jonâye, t’n’es mi auyi ?
        Ben niant, j’tais dos lès champs.
        T’n’es mi vu dos l’Est, ça è fât lè prémêre pâge.
        Ben niant, Bernârd, et pis t’lo sais bé qué jé n’l’â mi lè, ino qu'j’m’â dèsèbonnè po povô èch’tè d’l’ovône.
        Dis, Monmond, qu’li d'hè lo T(h)ierry, t’es lè Nostradamus ? J’té jîre qu’lè fîn do monde ost po èprès-d’main, lîndi. S'o fèyait lè bamboche èvo to pohhion bé grâs dimonche, qu’ost-ce que t’è posses ? De tote foçon, o n’vôrront h'mâs lè Pèn’cote.
        Lo Monmond songè, tonè en rond d'ssis li-môme trôs foûs et ennoncè :
        'L’ost bon, lès gars, mâs quitte è mwèri, auchtant qu’ça sôt au s’lo et au bord de l’ôve. Tertis d’main mètîn è Èh’rôilles dos lès champs do pêre André ècote lè Meurt(h)e. T(h)ierry, t’èmones lès tauyes po 9 h. Bernârd, t’èmones lo vîn po 9 h et quârt et ti, Dédé, te f’rès lo fêy è 9 h 30. Et mi, j’èmone lo pohhêy è 10 h.
        Lo Monmond o'oût hhmiquè l’èbreûille dé prémêre et do tops qu’lo T(h)ierry èmonait lès tauyes è Èh’rôilles, è li èprotè so pohhion (qu'tait rèservé po lo mèriêge de sè feille en septembe).
        È 10 h, lo Monmond errivè èvo lo pohhêy. O z-o'oût botè lès tauyes èvo doux belles barriques de vîn et lo fêy ronfait d'zos lè greille.
        O saignè lo pohhion, o lo 'hhaudè, lo rêkè, et o fèyè lè fête tot do grand dè mèy-jo d'zos ène stoffe cholou.
                             Èprès s’o'oû bé seûlè et o'oû bé bu, lo Monmond d'hè :
        Bon, mâs ç’ost fîn bé tertot ç’la, lès gars, mâs îno qu'o vont tertis mwèri d’main, steû bé qu'ça n's’rôt mi bête d’ête propes dant lo bon Dieu. Ollèz hop, tertis è can’çon et tertis è l’ôve !
        Îno qu'el' owêt mout chaud, et qu’el n’y o'oût qué 60 cm d’ôve dos lè Meurt(h)e è l’èdrôt-lo, c’è sti lè bousculâde è tiost-ce qué s’rôt lo dèrer dos l’ôve.
        Èn’vos înquiètez mi, qué d'hè lo Monmond, j’vos rèmesse veûs reûbes et j’lès bote on chaud, bé n-èhh'wâye.
        Do tops qu’tot lo monde borbotait et fèyait lès fous dos lè r’vêre, lo Monmond rèmesseut totes lès reûbes et co lès solès et lès j'tè dos lo fêy.
        Au bout d’în momot, sès èmis, hhmiquant lo brêle, éhhont fîs d’l’ôve a herlant :
        Mâs t’os complèt’mot fou, Monmond, poquè qu’t’es brêlè neûs reûbes et co neûs brod’quîns ?
        Voyons, mès èmis, îno qu'ç’ost d’main lè fîn do monde, vos s’rôz môts vos aussi et vos n’èrôz mi sûr’mot b'so d’veûs reûbes po vos perzotè dant l'bon Dieu. Et si, dès foûs, ça n'tait mi lè fîn do monde demain, T(h)ierry, j’té hèche è lè communion d'mo fès et j’euffrirâ ène grillâde de mo pohhêy.

 

NOSTRADAMUS (Patois de Ranrupt) :

        Lo Monmond èl’vèyt în biè pouhhion pou lè communion do gamin is Pin’côtes. Mais ån ère è l'ecc'mmonce do moûs d'maiy et lo biè p'tit pwô-la, bîn grâs, beillèyt ånvèye è tot lo mån.ne.
        În jo, ou putôt în sâ, éprès în èpèro châgi, sis èmis dècidin.nent d’li faire ène blague. Înk derri l’âte, es n-allin.nent lo vêr pou li ennonci qu'ça s’rôt lè fîn do mån.ne éprès d’main.
        Èhhcoute, qu’li d'heut lo Dédé, lè TSF è n-è pwâlè tote lè jonâye, t’n’es mi auyi ?
        Ben niant, j’ère dons lis champs.
        T’n’es mi vu dons l’Est, ça è fait lè peurmêre pâge.
        Ben niant, Bernârd, et pis t’lo sais bîn que je n’l’â mi lé, comme h’m’ai dèsèbonnè pou péyu èch’tè d’l’avoine.
        Dis, Monmond, qu’li d'heut lo T(h)ierry, t’es lé Nostradamus ? J’te jûre qu’lè fîn do mån.ne ast pou èprès-d’main, lîndi. Si ån fèyèyt lè bamboche èvo to pouhhion bîn grâs démwånche, qu’ost-ce que t’è pånses ? De tote façon, ån n’vêrrè jamais lis Pin’côtes.
        Lo Monmond rèflèchisseut, toneut ån rond sus lu-mim.me trâs foûs et ennonceut :
        'L’ast bwån, lis gars, mais quitte è mouri, âhhtånt qu’ça feusse â s’lo et â bôrd de l’âwe. Tortus d’main métîn è Èh’râilles dons lis champs do pêre André cote lè Meurt(h)e. T(h)ierry, t’èmwon.nes lis tâyes pou 9 h. Bernârd, t’èmwon.nes lo vîn pou 9 h et quârt et ti, Dédé, te f’rès lo feû è 9 h 30. Et mi, j’èmwêne lo pwô è 10 h.
        Lo Monmond avoût hhmaquè l’èbrôille de peurmêre et do tomps qu’lo T(h)ierry èmwon.nèyt lis tâyes è Èh’râilles, i li éprînteut so pouhhion (qu'ère rèservé pou lo mèriêge de sè feille ån septåmbêr).
        È 10 h, lo Monmond errivut èvo lo pwô. Ån awèyt mattè lis tâyes èvo doux belles barriques de vîn et lo feû rånchèyt zos lè grille.
        Ån sån.yeut lo pouhhion, ån lo 'hhâdeut, lo râkieut, et ån fèyeut lè fête se grånd d'l'èprès-midi zos ène hhtoffioûse chalou.
                             Èprès s’avoû bîn sôlè et avoû bîn bu, lo Monmond d'heut :
        Bon, mais ç’ast fîn bîn tout' ça, lis gars, mais comme å vè tortus mouri d’main, ça n's’rôt mi put-ête bête d’ête propes dånt lo bon Dieu. Allèz hop, tortus è kén’çons et tortus è l’âwe !
        Comme ils awînt mout châd, et qu’i n’y avoût que 60 cm d’âwe dons lè Meurt(h)e dons lo leû-la, c’è estu lè bousculâde è qui ast-ce que s’rôt lo dèrer dons l’âwe.
        Èn’vos înquiètiz mi, que d'heut lo Monmond, j’vos rèmesse votis (h)èbits et j’lis mats on châd, bîn è hh'wâye.
        Do tomps qu’tot lo mån.ne barbotèyt et fèyèyt lis fôs dons lè r’vêre, lo Monmond rèmesseut tout' lis (h)èbits et co lis solès et lis j'teut dons lo feû.
        Â bout d’în bran, sis èmis, hhmaquant lo breule, sâtin.nent fieus d’l’âwe è gueûlånt :
        Mais t’as complèt’månt fô, Monmond, pouquè qu’t’es beurlè notis (h)èbits et co notis brod’quîns ?
        Vèyons, mis èmis, comme ç’ast d’main lè fîn do mån.ne, vos s’rôz mwôts vos aussi et vos n’èrôz mi sûr’månt b'son d’votis (h)èbits pou vos peurzåntè dånt l'bon Dieu. Et si, dis foûs, ç'n'ère mi lè fîn do mån.ne demain, T(h)ierry, j’te heuche è lè communion d'mo feus et j’offèr'rai ène grillâde de mo pwô.