LO CHEF DE GÂRE D’ÈH’RÂILLES,
LO DÉDÉ, LO JEANNOT ET CO LO R’NÉ (en patois de Fontenoy-la-Joûte) :


Lo Jeannot, sè grand-mêre ost è L’ninville sus so lét d’mwôt. I d’mande è ses copains, lo Dédé et co lo R’né, dé l’im.mouner è lè gâre d’Èh’râilles.
        Ç’n’ost-m’ lon, qwète kilomètes, mais po – 4, è piéd, n’y è meux comme pormounâde ! J’vos pèye în côp è bwore pou vote prime â câfè d’lè gâre.
        Lo R’né intole lè Cadix è so châr-è-bancs et les vol in ollés tos les trâhh. Lo Jeannot poute ses doux valîses, lo Dédé poute sè blâgue è toboc et lo R’né poute ses l’nottes… Errivés d’vant lè gâre d’Èh’râilles :
        È quêlle (h)oûre lè prochaine mich’line pou L’ninville, Mossueû lo chef dé gâre.
        Oh, n’y è pius d’train èvant 10 h 13.
        Comme i n’ost qu’8 h, les trâhh compêres s’instâllont â câfè d’lè gâre, et comme promis, in pius d’în côp è bwore, lo Jeannot pèye è soper. În èpèro, în bouillon d’châ d’bueû(f) errosé d’in.ne botoille, dé doux botoilles, d’in.ne trâhiéme… et co pusieurs pousse-câfès.
        D’vwos 10 h, lo chef dé gâre, c’nnonhhant les lascârs vè les qwèri.
        Messueûs, lè mich’line errîve dons trôze minutes.
        Cè s’rât-ti lo frâd ? In.ne duhhe jounée d’trèveil ? Tojos ost-i qu’nôs èmis n’èvôr pius tot è fait les zeux in face des potueûs. Et vol qué lo R’né s’leuve et s’mot è chanter :
        ‘L ost cornârd…. hips, lo chef dé… hips, gâre... hips !!
        Lo chef dé gâre, sons bougié :
        Dèmerdez-vos les gars, mè mich’line onteure in gâre…
        Lo Dédé et lo R’né peurnont les doux valîses et is fonçont tos les trâhh d’vwos les voûyes. ‘L errivont tot jeute â moment qu’lo train r’in vè. Is laiyont les valîses sus lo quai et n’ont qu’lo tomps d’monter sus lo marche-piéd. Sâf lo Jeannot, qué trin.ne et tot essoffié, qué d’moure sus lo quai èvon ses doux valîses.
        Les l’mêres di train in vont d’vwos L’ninville. Lo chef dé gâre heuche lo Jeannot et z-i dit :
        Ç’ost biè fait ! Cè vos eppenrè è chanter des chansons dès(h)onorantes è în boin fonctionnaire zèlé et galonné dons l’exercice dé ses fonctions. Et peus, è ç’t (h)oûre, vos otes biè dons lè merde, des trains, n’y in è pius d’vant d’main mètîn.
        Lo Jeannot, tot d’in côp dessôlé.
        Oh merde, putain d’bon ret d’bon Dious’ ! D’hez, vos n’èrôyes mi în p’tit côp è bwore ?
        Vos n’crè’ez-m’ qu’vos âz d’jè essez bu ?
        Niant, d’l’âve, d’l’âve, et co d’l’âve !
        Ah ben, vol èque dé biè ! Vos n’èrôyes mi dû jurié in.nè conte mi, vos doux copains, zôs, is sont dons lo train, zôs. Et is t’nont lè chopine, zôs !
        Vos n’âz rié compris, Mossueû lo chef dé gâre. Sâf vote respect, ç’ost mi qué d’vôr in oller, ç’ost mes valîses, ç’ost zôs qu’ont bu et qu’sont dons lo train sons b’yet, et ç’ost mi qu’dwot rèmouner lè jument Cadix è Font’no-lè-Jote. Et ç’ost co mi qué vais m’faire ingueûler comme di pouhhon peûrri po lè G(h)islaine et co lè Marie.


 

LO CHEF DÉ GÂRE D’ÈJ’RÂILLES,
LO DÉDÉ, LO JEANNOT ET CA LO R’NÉ (en patois de Saxon-Sion) :

 

Lo Jeannot, sè grand-mêre ast è L’ninville sus so lèyt d’môt. I d’mande è ses copains, lo Dédé et ca lo R’né, d'l’amwêner è lè gâre d’Èj’râilles.
        Ç’n’ast-m’ lon, qwète kilomètes, mais pa – 4, è pîd, y è meuys comme prom'nêde ! Je v'pèye in côp è bwêre po vote prime au cafè d’lè gâre.
        Lo R’né etteule lè Cadix è so châr-è-bancs et les val a n-allés tos les trôch. Lo Jeannot pote ses doux valîses, lo Dédé pote sè blâgue è tabac et lo R’né pote ses lunettes… Errivés d’vant lè gâre d’Èj’râilles :
        È quêlle (h)oûre lè prochaine mich’line po L’ninville, Monsû lo chef de gâre.
        Oh, n’y è pus d’train èvant 10 h 13.
        Comme i n’ast qu’8 h, les trôs compêres s’instâllont au cafè d’lè gâre, et comme promis, en pus d’in côp è bwêre, lo Jeannot pèye è soper. In èpèro, in bouillon d’châ d’bû(f) errosé d’eune botaille, de doux botailles, d’eune trôjîme… et co pusieurs pousse-cafès.
        D’vas 10 h, lo chef de gâre, conn'chant les lascârs vè les qwèri.
        Messieurs, lè mich’line errîve das trâze minutes.
        Cè s’rôt-ti lo frôd ? Eune duche jonêye d’trèveil ? Tojos ast-i qu’nôs èmis n’èvint pus tot è fait les œils en face des trous. Et val que lo R’né s’leuve et s’mat è chanter :
        ‘L ast cornêrd…. hips, lo chef de… hips, gâre... hips !!
        Lo chef de gâre, sans bougi :
        Dèmerdez-v' les gars, mè mich’line ateure en gâre…
        Lo Dédé et lo R’né parnont les doux valîses et is fonçont tos les trôch d’vas les vôyes. ‘L errivont tot juste au momat qu’lo train s’a r'vè. Is laiyont les valîses sus lo quai et n’ont qu’lo taps d’monter sus lo merche-pîd. Sauf lo Jeannot, qué traîne et que halosse, que d’mwêre sus lo quai èvo ses doux valîses.
        Les lumîres do train s'a vont d’vas L’ninville. Lo chef de gâre hôye lo Jeannot et li dit :
        Ç’ast bin fait ! Cè vos eppenrè è chanter des chansons dès(h)onorantes è in bon fonctionnaire zèlé et galonné das l’exercice de ses fonctions. Et peus, è ç’t (h)oûre, veus sôz bin das lè merde, des trains, n’y a n-è pus d’vat d’main mètin.
        Lo Jeannot, tot d’in côp dessôlé.
        Oh merde, putain d’bon ret d’bon Dious’ ! D’jez, veus n’èrins-m' in piat côp è bwêre ?
        Veus n’crayèz-m’ qu’v'oz d’jè essez bu ?
        Niant, d’l’ôve, d’l’ôve, et ca d’l’ôve !
        Ah ben, val yèque de bin ! V'n’èrins-m' douyu juri ainlè conte meu, vôs doux copains, zôs, is sont das lo train, zôs. Et is t'nont lè chopine, zôs !
        V'n’ôz rin compris, Monsû lo chef de gâre. Sauf vote respect, ç’ast meu que d’vôt m'a n-aller, ç’ast mes valîses, ç’ast zôs qu’ont bu et que sont das lo train sans b’yet, et ç’ast meu qu’dôt rèmwêner lè jument Cadix è Font’no-lè-Jote. Et ç’ast ca meu que vais m’faire agueûler comme do pouchon peûrri pa lè G(h)islaine et ca lè Marie.


 

 

LE CHEF DE GÂRE D’ÈJ’RÂILLES,
LE DÉDÉ, LE JEANNOT ET CO LE R’NÉ (en patois de Dombras) :

 

Le Jeannot, sa grand-mère est è L’ninville d'sseus s'layt d’moût. I d’mande à sès copains, le Dédé et co le R’né, d'l’emm'nay à la gâre d’Azerailles.
        Ç’n’est-m’ lon, qwète kilomètes, mâs pa – 4, à pîd, i n'y è moys coumme proum'nâde ! Je v'paye in cawp à boire pou vote prime au cafè d’la gâre.
        Le R’né attale la Cadix à s'châr-è-bancs et lès v'là avoûye tous lès trois. Le Jeannot poûrte ses daws valîses, le Dédé poûrte sa blâgue à toubac' et le R’né poûrte sès lunettes… Arrivays d’vant la gâre d’Azerailles :
        À quaye (h)eûre la prochaine mich’line pou L’ninville, Monsieu l'chef de gâre.
        Oh, n’y è peus d’train avant 10 h 13.
        Coumme i n’est qu’8 h, lès trois compères s’instâllont au cafè d’la gâre, et coumme proumins, en peus' d’in cawp è boire, le Jeannot paye à soupay. In apèro, in bouillon d’châ d’bieu(f) arrosay d’ène bouteille, de daws bouteilles, d’ène troisième… et co peus d'in pousse-cafès.
        D’vês 10 h, le chef de gâre, counn'chant lès lascârs vâ lès què.
        Messieurs, la mich’line arrîve das treize minutes.
        Ça s’royt-ti l'froid ? Ène deure journaye d'travail ? Toujoûs est-i qu’noûs amis n’avint peus tout à fât lès oils en face dès traws. Et v'là qu'le R’né s’leuve et s’met à chantay :
        ‘L ast cornârd…. hips, le chef de… hips, gâre... hips !!
        Le chef de gâre, sans bougi :
        Dèmerdayz-v' lès gars, ma mich’line atère en gâre…
        Le Dédé et le R’né pernont lès daws valîses et is fonçont tous lès trois d’vês lès voûyes. 'L arrivont tout jusse au moument que l'train r'parte. Is lâssont lès valîses d'ssus l'quai et n’ont que l'taps d’montay d'sseus l'marche-pîd. Sauf le Jeannot, qui traîne et qu'est à haut vat, qui reste d'sseus l'quai avo sès daws valîses.
        Lès leumières don train pertont d’vês L’ninville. Le chef de gâre appalle le Jeannot et li dét :
        C'est bin fât ! Ça v'appenrè à chantay dès chansons dès(h)onorantes à in bon fonctionnaire zèlay et galonnay das l’exercice de sès fonctions. Et poys, à ç’t (h)eûre, v'atayz bin das la merde, dès trains, i n’y a n-è peus avant d’main mètin.
        Le Jeannot, tout d’in cawp dessawlay.
        Oh merde, putain d’bon rat d’bon Dious’ ! D’jayz, v'n’arins-m' in p'tét cawp à boire ?
        Vès n’croiyayz-m’ qu’v'avayz d’jà assayz beu ?
        Non, d’l’âwe, d’l’âwe, et co d’l’awe !
        Ah ben, v'la âque de bin ! V'n’arins-m' douveu jeuray ainlà conte mi, voûs daws copains, zaws, is sont das l'train, zaws. Et is t'nont la chopine, zaws !
        V'n’avayz rin comprins, Monsieu l'chef de gâre. Sauf vote respect, c’est mi qui douvoyt partè, c’est mès valîses, c’est zaws qu’ont beu et qui sont das l'train sans billet, et c’est mi qu’doit ram'nay la jeument Cadix à Font’no-lè-Jote. Et c’est co mi qui vâs m’fâre agueûlay coumme don pichon peuyrrè pa la G(h)islaine et lè Marie.


 

 

LO CHEF DÉ GÂRE D’OH’RÔILLES,
LO DÉDÉ, LO JEANNOT ET LO R’NÉ (en patois de Saulny) :

 

Lo Jeannot, sè grand-mêre ost è L’ninville sus so lit d’moût. I d’mande è ses copains, lo Dédé et lo R’né, d'l’emmwêner è lè gâre d’Oj’rôilles.
        Ç’n’ost-m’ lon, qwète kilomètes, mâs po – 4, è piéd, i n'y è mieux comme preumwênâde ! Je v'pèye în coup è bwêre po vote prime au cafè d’lè gâre.
        Lo R’né etteule lè Cadix è so châr-è-bancs et les vol envoye tos les treûhh. Lo Jeannot poûte ses doux valîses, lo Dédé poûte sè blâgue è tabac et lo R’né poûte ses lunettes… Errivés d’vant lè gâre d’Oh’rôilles :
        È quêlle (h)oûre lè prochaine mich’line po L’ninville, Monsieu lo chef de gâre.
        Oh, n’y è pus d’train èvant 10 h 13.
        Comme i n’ost qu’8 h, les treûs compêres s’instâllent au câfè d’lè gâre, et comme promîns, en pus d’în coup è bwêre, lo Jeannot pèye è soper. În èpèro, în bouillon d’châ d’bieu(f) errosé d’ène botoille, de doux botoilles, d’ène treûhième… et co pusieurs pousse-cafès.
        D’vos 10 h, lo chef dé gâre, conn'hhant les lascârs vâ les qwère.
        Messieurs, lè mich’line errîve dans trôze minutes.
        Cè s’reût-ti lo freûd ? Ène duhhe jonâye d’trèveil ? Tojos ost-i qu’nos èmis n’èvînt pus tot è fât les œils en face des trous. Et vol que lo R’né s’leuve et s’mot è chanter :
        ‘L ost cornârd…. hips, lo chef de… hips, gâre... hips !!
        Lo chef de gâre, sans bougiè :
        Dèmerdeûz-v' les gars, mè mich’line enteure en gâre…
        Lo Dédé et lo R’né pran.nent les doux valîses et is foncent tos les treûhch d’vos les voyes. ‘L errivent tot juste au moment qu’lo train r'pert. Is laihhent les valîses sus lo quai et n’ont qu’lo temps d’monter sus lo merche-piéd. Sauf lo Jeannot, que traîne et qu'ost èhhoffiè, que reste sus lo quai èvo ses doux valîses.
        Les l'mîres don train s'en vont d’vos L’ninville. Lo chef de gâre hoûye lo Jeannot et li dit :
        Ç’ost bien fât ! Cè v'eppenrè è chanter des chansons dès(h)onorantes è în boin fonctionnaire zèlé et galonné dans l’exercice de ses fonctions. Et peus, è ç’t (h)oûre, v'oteûz bèn' dans lè merde, des trains, n’y en è pus d'vant d’main mètîn.
        Lo Jeannot, tot d’în coup dessoûlé.
        Oh merde, putain d’bon ret d’bon Dious’ ! D’heûz, v'n’èrîns-m' în piot coup è bwêre ?
        Veus n’croyeûz-m’ qu’v'èveûz d’jè essez bu ?
        Niant, d’l’âwe, d’l’âwe, enco d’l'âwe !
        Ah ben, vol âque de bèn' ! V'n’èrîns-m' du juriè anlè conte mè, vos doux copains, zoûs, is sont dans lo train, zoûs. Et is tiennent lè chopine, zoûs !
        V'n’èveûz rien comprîns, Monsieu lo chef de gâre. Sauf vote respect, ç’ost mè que d’veût m'en oller, ç’ost mes valîses, ç’ost zoûs qu’ont bu et que sont dans lo train sans billet, et ç’ost mè qu’deût rèmwêner lè jument Cadix è Font’no-lè-Jote. Et ç’ost enco mè que vâs m’fâre engueûler comme do p'hhon pûrri po lè G(h)islaine et lè Marie.

 

 

LO CHEF DÉ GÂRE D’ÈH’RÂILLES,
LO DÉDÉ, LO JEANNOT ET CO LO R’NÉ (en patois de Gérardmer) :


Lo Jeannot, sè grand-mêre ost è L’ninville d'ssis so lèyt d’môt. È d’mande è sès copains, lo Dédé et co lo R’né, d'l’emm'nè è lè gâre d’Èj’râilles.
        Ç’n’ost mi lan, qwète kilomètes, mâs po – 4, è pîd, el î mès comme pérmwênâde ! J’vos pèye în keûp è boûre po vote prime au cafè dè gâre.
        Lo R’né ettèle lè Cadix è so châr-è-bancs et lès volo èveûye tos lès trôhh. Lo Jeannot poute sès doux valîses, lo Dédé poute sè blâgue è toboc' et lo R’né poute sès linettes… Errivès dant lè gâre d’Èh’râilles :
        È quêlle (h)oûre lè preuchaine mich’line po L’ninville, Mossieu lo chef de gâre.
        Oh, è n’î pis d’train dant 10 h 13.
        Comme è n’ost qu’8 h, lès trôs compêres s’înstâllot au câfè dè gâre, et comme preumis, è pihh d’în keûp è boûre, lo Jeannot pèye è seupè. În èpèro, în bouillon d’châ d’bû(f) errosè d’ène botôille, dé doux botôilles, d’ène trôhîme… et co pis d'în pousse-cafè.
        D’vos 10 h, lo chef dé gâre, k'nnohhant lès lascârs vè lès qwèri.
        Messieurs, lè mich’line errîve dos trôze minutes.
        Cè s’rôt-tè lo frôd ? Ène dihhe jonâye d’trèveil ? Tocoûs ost-i qu’neûs èmis n’owêt pis tot è fât lès eils en face dès potyès. Et voo qu'lo R’né s’lève et s’botte è chantè :
        ‘L ost cornêrd…. hips, lo chef dé… hips, gâre... hips !!
        Lo chef dé gâre, snos bougi :
        Dèmerdèz-vos lès gars, mè mich’line otère en gâre…
        Lo Dédé et lo R’né pernot les doux valîses et es fonçot tos lès trôhh d’vos les veûyes. ‘L errivot tot jète au momot qu’lo train è r'vè. Es laihhot lès valîses d'ssis lo quai et n’ont qu’lo tops d’montè d'ssus lo merche-pîd. Sauf lo Jeannot, qué traîne et qué pantihe, qué d’moure d'ssis lo quai èvo sès doux valîses.
        Lès l'mîres do train s'è vont d’vos L’ninville. Lo chef dé gâre hèche lo Jeannot et li dit :
        Ç’ost bé fât ! Ça vos eppôrè è chantè dès chansons dès(h)onorantes è în bon fonctionnaire zèlè et galonnè dos l’exercice dé sès fonctions. Et pis, mèt'nant, vos sôz bé dos lè merde, dès trains, è n’y è n-î pis dant d’main lo mètîn.
        Lo Jeannot, tot d’in keûp dessôlè.
        Oh merde, putain d’bon ret d’bon Dious’ ! D’hèz, vos n’èrîns mi în p'tit stot è boûre ?
        Vos n’crèyèz mi qu’os ôz jè bu essèz ?
        Niant, d’l’ôve, d’l’ôve, et co d’l’ôve !
        Ah ben, volo èque dé bé ! Vos n’èrîns mi du jîri dîno conte mi, veûs doux copains, zôs, es sot dos lo train, zôs. Et es t'not lè chopine, zôs !
        Vos n’ôz ré compris, Mossieu lo chef dé gâre. Sauf vote respect, ç’ost mi qué d’wait n-ollè, ç’ost mès valîses, ç’ost zôs qu’ot bu et qué sot dos lo train snos b’yet, et ç’ost mi qu’dôt rèm'nè lè jument Cadix è Font’no-lè-Jote. Et ç’ost co mi qué vâs m’fâre èguêlè dîno qu'do pohhon pêrri po lè G(h)islaine et co lè Marie.


 

 

LO CHEF DÉ GÂRE D’ÈH’RÂILLES,
LO DÉDÉ, LO JEANNOT ET CO LO R’NÉ (en patois de Ranrupt) :

 

Lo Jeannot, sè grand-mêre ast è L’ninville sus so lét d’mwôt. I d’månde è sis copains, lo Dédé et co lo R’né, d'l'èmwon.nè èvoûye è lè gâre d’Èh’râilles.
        Ç’n’ast mi lan, qwète kilomètes, mais pwâ – 4, è pîd, i n'y è meux comme peurmwon.nnâde ! J’vos pèye în côp è boûre pou vote prime on cafè dè gâre.
        Lo R’né étteule lè Cadix è so châr-è-bancs et lis van'la èvoûye tos lis trâhh. Lo Jeannot poute sis doux valîses, lo Dédé poute sè blâgue è toubac' et lo R’né poute sis lunettes… Errivès dant lè gâre d’Èh’râilles :
        È quêlle (h)oûre lè prochaine mich’line pou L’ninville, Mossieu lo chef de gâre.
        Oh, i n’y è pus d’train dant 10 h 13.
        Comme i n’ast qu’8 h, lis trâs compêres s’înstâllont on câfè dè gâre, et comme promis, en pus d’în côp è boûre, lo Jeannot pèye è sopè. În èpèro, în bouillon d’châ d’bû(f) errosè d’ène botaille, de doux botailles, d’ène trâhième… et co pus d'în pousse-cafè.
        D’was 10 h, lo chef de gâre, k'nnohhant lis lascârs vè lis qwèri.
        Messieurs, lè mich’line errîve dons trôze minutes.
        Ça s’rât-tè lo frâd ? Ène duhhe jonâye d’trèveil ? Tohos ast-i qu’notis èmis n’awînt pus tot è fait lis eux en face dis pwateus. Et van'la qu'lo R’né s’leuve et s’mat è chantè :
        ‘L ast cornârd…. hips, lo chef de… hips, gâre... hips !!
        Lo chef de gâre, såns bougi :
        Dèmerdiz-vos lis gars, mè mich’line ånteure en gâre…
        Lo Dédé et lo R’né peurnont lis doux valîses et is fonçont tos lis trâhh d’was lis wèes. Is errivont tot jeute au momånt qu’lo train dècôlle. Is laihhont lis valîses sus lo quai et n’ont qu’lo tomps d’montè sus lo merche-pîd. Sâf lo Jeannot, que traîne et qu'ost essoffyi, que d’môre sus lo quai èvo sis doux valîses.
        Lis l'mêres do train è vont d’was L’ninville. Lo chef de gâre heuche lo Jeannot et li dit :
        Ç’ast bîn fait ! Ça vos eppånrè è chantè des chansons dès(h)onorantes è în bwån fonctionnaire zèlè et galonnè dons l’exercice de sis fonctions. Et peus, maint'nånt, vos sâz bîn dons lè merde, dis trains, i n’y è n-è pus dant d’main lo métîn.
        Lo Jeannot, tot d’în côp dessôlè.
        Oh merde, putain d’bon ret d’bon Dious’ ! D’hiz, vos n’èrîns mi în p'tit côp è boûre ?
        Vos n’crayiz mi qu’vos âz 'ja bu essèz ?
        Niant, d’l’âwe, d’l’âwe, et co d’l’âwe !
        Ah ben, van'la èque de bîn ! Vos n’èrins mi du jûri dainla conte mi, votis doux copains, ziôs, is sont dons lo train, ziôs. Et is t'nont lè chopine, ziôs !
        Vos n’âz rîn compris, Mossieu lo chef de gâre. Sâf vote respect, ç’ast mi que d’wêyt n-allè, ç’ast mis valîses, ç’ast ziôs qu’ont bu et que sont dons lo train såns b’yet, et ç’ast mi qu’doûrât rèmwon.nè lè jumånt Cadix è Font’no-lè-Jote. Et ç’ast co mi que vais m’faire ångueûlè comme do pouhhon peûrri pwâ lè G(h)islaine et co lè Marie.