Lo Mèmé mèd'cîn (patwès d'Font'no) :

 

Lo Mèmé è èvu tot d’în côp, et on n’sêrè j’mâs pouquè, l’invie d’eppenre lè mèd’cîne.
        ‘L è ‘tu vâr lo r’boutoux, lo Boubou, et ‘l è d’mandé s’i pouvôr ête s’n èlêve in.ne sémin.ne o dous’.
        Cè cheût bié, Mèmé, j’vais vâr lo Gérârd, l’adjoint â mâre qu’è d’mandé qu’jé v’neuhhe, in.nè t’pourrès vâr sus pièce.
        Lo Mèmé è sint lo Boubou chiéz lo Gérârd, â Bout des Kin.nes, è dinvié grand ses eux et ses doux èrôilles.
        Lo r’boutoux è r’wêtié è pwin.ne lo Gérârd, que s'piaindôr sus so lét et ‘l è dit :
        C’n’ost rié, Gérârd. T’es bouffé trop d’mirâbelles. T’os în grôs sôlâd, elles n’sont-m’ co mè’usses. Jun.ne lo sâ, bwos în godot d’fran.notte, et d’main, t’s’rès frihh derrié to ch’vâ !
        Lo Mèmé ost sus lo cul d’auyi tortot ç’lè et si vite. Sâtant fueûs d’lè ferme di Gérârd :
        Sâpré vingt dious’, Boubou, ti, t’os în bwin, comm’ost-ce qué t’es fait ? Té n’l’es mim.me mi touchié, rié.
        Ç’ost tot simple, Mèmé, j’ai r’wêtié zos lo lét, et j’ai vu qu’i n’y èvôr în cageot d’mirâbelles mâ mè’usses èvon în mâ d’nôyons. I n’fât-m’ ête sorcié pou sovwor d’què que‘l ost molêde.
        Lo Mèmé, lo lond’d’main, èprès ovwor compris în pô vite qu’lè mèd’cîne ‘tôr mout simple, è dècidé d’lè faire lu-mim.me.
        Sèvant qu’lo Lucien di Bout des Kin.nes ‘tôr în pô mâ foutu, ‘l i è propôsé ses services. ‘L è ontré dons lè chambe, è r’wêtié zos lo lét di Lucien, et y è vu ène pâre dé pètîns.
        Ç’ost lè mim.me chôse, Lucien, qu’i è dit lo Mèmé, né minge pius tant d’pètîns ! Bwos în godot d’fran.notte, in.ne bwin.ne neûtie et d’main t’s’rès frihh derrié to ch’vâ !

 

Lo Mèmé mèd'cîn (patwès di cougnat de L'ninville) :

 

Lo Mémé è èvu tot d'în côp, et on n'sêré jèmais pourqwè, l'envie d'eppenre lè mèd'cîne.
        'L è ètu vôr lo r'bouteûx, lo Boubou, et 'l è d'mandé s'i pouvôt ête s'n èlêve ène semaine ou dous'.
        Cè cheût bîn, Mémé, j'vais vôr lo Gèrêrd, l'adjoint â maire qu'è d'mandé que j'venèhhe, anlè t'pourrès vôr sus pièce.
    Lo Mémé è hheu lo Boubou^chîz lo Gèrêrd, â Bout des Tiênes, è d'vé grand ses œils et ses doux arâilles.
        Lo r'bouteûx è r'wêti è pweine lo Gèrêrd que s'piaindôza sus so lèyt et 'l è dit :
        Ç'n'ast rîn, Gèrêrd. T'es bouffé trop d'mirâbelles. T'as în grôs galafe, elles n'sont-m' ca meûres. Jûne lo swêr, bwès în godat d'frênatte, et d'main, t's'rès bîn portant derri to ch'wâ !
        Lo Mèmé ast sus lo tiu(l) d'auyi tout' cè et si vite. Sâtant fûs d'lè ferme di Gèrêrd :
        Sapré vingt dious', Boubou, teu, t'as în bon, comment qu't'es fait ? Te n'l'es même meu touchi, rîn.
        Ç'ast tot simple, Mémé, j'ai r'wêti zos lo lèyt, et j'ai vu qu'y avôt în cageot d'mirâbelles mâ meûres avo în tâs d'neûyons. I n'fât-m' ête sorcî po sawer d'qwè que'l ast malêde.
        Lo Mémé, lo lend'main, après awer compris în pô vite qu'lè mèd'cîne atôt mout simple, è dècidé d'lè faire lu-même.
        Sèvant qu'lo Lucien di Bout des Tiênes atôt în pô mâ foutu, i li è propôsé ses services. 'L è entré dans lè chambe, è r'wêti zos lo lèyt di Lucien, et y è vu ène paire de patins.
        Ç'ast lè même chôse, Lucien, qu'li è dit lo Mémé, èn'minge pus tant d'patins ! Bwès în godat d'frênatte, ène bonne neûtie et d'main t's'rès bîn portant derri to ch'wâ !



Le Mèmé mèd'cin (patois d'Cum'nêres) :

 

Le Mémé i yoy tout d'in côp, et on n'sari jamâs pouquoi, l'envie d'appenre lè mèd'cîne.
        Il i ité woir le r'boutaws, lo Boubou, et il i d'mandé s'i pouvat îte son èlêve ine semayne aw daws.
        Ça choit bin, Mémé, j'vâs woir le Gèrâd, l'adjoint au mâre qu'i d'mandé que j'venîs, ainlà t'pourrîs woir sus place.
    Le Mémé è seuyvi l'Boubou assîz l'Gèrâd, au Bout dis Canes, i douvri grand sis oils et sis daws orailles.
        Lo r'boutaws i ripî à pwane le Gèrâd qui s'plaindat sus s'layt et il i dit :
        Ç'n'ast rin, Gèrâd. T'îs bouffé trop d'mirâbelles. T'as in groûs goulafe, elles n'sont-m' co meures. Jûne le soir, bois in godat d'frânatte, et d'main, t's'rîs bin poûrtant derri te ch'vau !
        Le Mèmé ast sus l'cul d'oyi tourtout ç'la et si vite. Soûrtant d'la ferme don Gèrâd :
        Sapré vingt dious', Boubou, ti, t'as in bon, coummat qu't'îs fât ? Te n'l'îs même mi touchi, rin.
        Ç'ast tout simple, Mémé, j'â ripî zous l'layt, et j'â vu qu'i n'y avat in cageot d'mirâbelles vertes avo in tâs d'nawyons. I n'faut-m' îte sorcier pou sawoi d'quoi qu'il ast malâde.
        Le Mémé, le lend'main, après awoi comprins ine miatte vite qu'la mèd'cîne itat mawt simple, i dicidé d'la fâre lu-même.
        Savant que l'Lucien don Bout dis Canes itat ine miatte mau foutu, i li i propôsé sis services. Il i entré das la chambe, i ripî zous l'layt don Lucien, et y i vu ine pâre de chaussons.
        Ç'ast la même choûse, Lucien, qu'li i dit l'Mémé, èn'minge pus tant d'chaussons ! Bois in godat d'frânatte, ine bonne neuytie et d'main t's'rîs bin poûrtant derri te ch'vau !


 

Lo Mèmé mèd'cîn (patwès d'Failly) :

 

Lo Mémé eu èvu tot d'i coup, et an n'sêront jèmâs poquè, l'envèe d'eppenre lè mèd'cîne.
        'L eu ètu veûr lo r'botoux, lo Boubou, et 'l eu d'mandé s'i p'leût ête s'n èlêve eune semin.ne ou dous'.
        Cè ch bîn, Mémé, j'vâs veûr lo Gèrârd, l'adjoint au mâre qu'eu d'mandé que j'veneusse, anlè t'pourrès veûr sus pièce.
    Lo Mémé è hhu lo Boubou cheûz lo Gèrârd, au Bout des Kin.nes, eu d'vé grand ses œils et ses doux arâilles.
        Lo r'botou eu r'wâtieu è pwin.ne lo Gèrârd que s'piaindeût sus so lit et 'l eu dit :
        Ç'n'ast rien, Gèrârd. T'es bouffé trap d'mirâbelles. T'as în groûs galafe, elles n'sont-m' ca mûres. Jûne lo seûr, bwès i godat d'frânatte, et d'main, t's'rès valhhant dèyeu to ch'vau !
        Lo Mèmé ast sus lo cul d'oûyi tout' cè et si vite. Soûrtant d'lè ferme don Gèrârd :
        Sapré vingt dious', Boubou, teu, t'as în bwin, comment qu't'es fât ? Te n'l'es mim.me meu tocheu, rien.
        Ç'ast tot simple, Mémé, j'â r'wâtieu zos lo lit, et j'â vu qu'y n'èveût i cageot d'mirâbelles mau mûres èva i moncé d'nawyons. I n'faut-m' ête soûrcieu po sawer d'qwè que'l ast malêde.
        Lo Mémé, lo lend'main, èprès awer comprîns i poû vite qu'lè mèd'cîne ateût mout simple, eu dècidé d'lè fâre lu-mim.me.
        Sèvant qu'lo Lucien don Bout des Kin.nes ateût i poû mau fotu, i li eu propoûsé ses services. 'L eu entré dans lè chambe, eu r'wâtieu zos lo lit don Lucien, et y eu vu eune pâre de chaussons.
        Ç'ast lè mim.me choûse, Lucien, qu'li eu dit lo Mémé, eun'minge pus tant d'chaussons ! Bwès i godat d'frânatte, eune bonne nutèye et d'main t's'rès valhhant dèyeu to ch'vau !


 

Lo Mèmé mèdicé (patwès do Vèyti) :

 

Lo Mémé eureut tot d'în kûnp, et a n'sêré jamais poquè, l'envie d'eppâre lè mèd'cîne.
        I n-alleut vêr lo r'botou, lo Boubou, et i d'mandeut s'i p'ait ête s'n èlêve ène semaine ou dous'.
        Cè chêt bé, Mémé, j'vais vêr lo Gèrârd, l'adjoint au maire qu'è d'mandé que j'veneusse, dîna t'pourrès vêr sus pièce.
    Lo Mémé séveut lo Boubou chîz lo Gèrârd, au Bout dis Bores, d'weut grand sis eux et sis doux èrâilles.
        Lo r'botou spieut è pône lo Gèrârd que piandaizeûr sus so lét et i d'heut :
        Ç'n'ast ré, Gèrârd. T'es bouffé trop d'mirâbelles. T'as în groûs galafe, elles n'sot co mi mèyeûres. Jûne lo sâ, boûs în voûrre d'frênatte, et d'main, t's'rès frihh derri to ch'vau !
        Lo Mèmé ast sus lo cul d'auyi tout' cè et si vite. Reuhhant fûs d'lè ferme do Gèrârd :
        Sapré vingt dious', Boubou, ti, t'as în bon, k'mmat qu't'es fait ? Te n'l'es même mi touchi, ré.
        Ç'ast tot simple, Mémé, j'ai spî zos lo lét, et j'ai vu qu'il avoût în cageot d'mirâbelles mau mèyeûres èvo în m'yau d'pîrres. I n'faut mi ête sorcî po savoû d'què que'l ast malêve.
        Lo Mémé, lo lèn'demain, èprès avoû compris ène câille vite qu'lè mèd'cîne îre mout simple, dècideu d'lè faire lu-même.
        Sèvant qu'lo Lucien do Bout dis Bores îre ène câille mau foutu, i li propôseut sis services. Il atreut das lè chambe, spieut zos lo lét do Lucien, et vèyeut ène paire de chaussos.
        Ç'ast lè même chôse, Lucien, qu'li d'heut lo Mémé, èn'minge pus tant d'chaussos ! Boûs în voûrre d'frênatte, ène bonne neûtie et d'main t's'rès frihh derri to ch'vau !