LO B'YET D'LOT'RIE (Patwès d'Font'no-lè-Jote / Fontenoy-la-Joûte) : 

 

        Po in.ne bêlle mètinée è Font’no-lè-Jote, lè Manette (vos sèvez, lè dème di villêge qu’sait tortot et quand elle né sait rié, 'l învente des cancans), côt â Câfè d’l’Union pou èch’ter în b’yet d’lot’rîe.
        Bernârd, j’vueûx în b’yet d’lè lot’rîe, mais j’vueûx qu’i s’rècheûve po în nueûf.
        Lo Nanârd, r’wêtant les b’yets qué d’mourôr :
        J’n’ai pius d’nueûf, qu’i dit, mais i d’moure în dêhh.
        Niant, niant, qu’elle dit lè Manette, j’vueûx absolumont în nueûf… J’os sûre qu’ç’ost lo nueûf qu’vè sâter fueûs et guingné lo grôs lot, sûre, sûre, pius’ qué sûre.
        Ècoutez vâ, Mèdème, jé m’souviés bié d'ovwor vondu în b’yet qué s’rècheûve po în nueûf â Mémé ohho lo mètîn. ‘L eccept’rè p’t-ête dé vos lo r’vonde.
        Lè Manette è coru vit’mont chiéz lo Mémé (mais è mottu tot d’mim.me in.ne démé-(h)oûre èvo so bâton).
        Mémé, t’es èch’té ohho în b’yet d’lot’rîe, j’té lo rècheute lo triple. Qu’ost-ce qué t’risques ? Té n’risques qué d’tripler mout sûr’mont tè mîhhe.
        Eh ben d’eccwod, qu’rèpond lo Mémé et ‘l i vond lo ticket s’rèch’vant po lo numèrô nueûf.
        Lo jo di tîrêge errive, et lo b’yet d’lè Manette guingne lo grôs lot.
        J’lo sèvôr, j’lo sèvôr, qu’elle dit, j’in ‘tôr sûre, sûre, mais vraimont sûre qué ç’tôr lo nueûf qué guingn’rât.
        Tortos les gens d’Font’no-lè-Jote in bèvôr comme des bots, v’lant s’faire âssi grôs qu’în èlèphant. Mais infîn, comm’ost-ce qué vos pouvez ête sûre qué cè s’rât lo numèrô nueûf qué guingn’rât, i è d’mandé lo Mémé quèque pârt în pô imborressé.
        Eh bié, qu’è rèpondu lè Manette, pace qué n’y è quèques jos, figurez-vos qu’j’ai fait în râve. J’ai vu doux numèrôs qué ‘tôr sèpèrés po in.ne pétite creûx… J’m’ai dit : ç’ost în sine di ciel. Alôrs, j’les ai additionné et j’m’ai dit : 7 + 3, cè fait 9, ç’ost sûr, ç’ost lo guingnant.


LO BILLET D'LOT'RIE (Patwès d'Sachon / Saxon-Sion) :

        Pa in bé mètin è Font’no-lè-Jote, lè Manette (v'sèvez, lè dème do villêge qu’sait tortot et quand elle ne sait rin, 'l invente des cancans), cot au Cafè d’l’Union po èch’ter in billet d’lot’rîe.
        Bernârd, j’vûx in billet d’lè lot’rîe, mais j’vûx qu’i s’rècheuyveusse pa in niûf.
        Lo Nanârd, r’wêtant les billets que d’mwêrint :
        J’n’ai pus d’niûf, qu’i d'jeut, mais i d’mwêre in dèych.
        Niant, niant, qu’elle d'jeut lè Manette, j’vûx absolumat in niûf… Je seus sûre qu’ç’ast lo niûf qu’vè sauter fûs et guègni lo grôs lot, sûre, sûre, pus’ que sûre.
        Ècoutez vôr, Mèdème, je m’souvins bin d'awer vendu in billet que s’rècheuyve pa in niûf au Mémé (h)iêr lo mètin. ‘L eccept’rè p’t-ête de vos lo r’vende.
        Lè Manette coreut vite chîz lo Mémé (mais matteut tot d’même eune démé-(h)oûre èvo so bâton).
        Mémé, t’es èch’té (h)iêr in billet d’lot’rîe, j’te lo rècheute lo triple. Qu’ôst-ce que t’risques ? Te n’risques que d’tripler mout sûr’mat tè mîse.
        Eh ben d’accôrd, qu’rèpond lo Mémé et i li vend lo ticket s’rècheuyvant pa lo numèrô niûf.
        Lo jo do tîrêge errive, et lo billet d’lè Manette guègne lo grôs lot.
        J’lo sèvôs, j’lo sèvôs, qu’elle dit, j’a n-ètôzâr sûre, sûre, mais vraimat sûre qué ç’étôzâr lo niûf qué guègn’rôt.
        Tos les geas d’Font’no-lè-Jote a bèvint comme des crapauds, v’lant s’faire aussi grôs qu’in èlèphant. Mais enfîn, commat qu'vos pouyez ête sûre que cè s’rôt lo numèrô niûf que guègn’rôt, li d’mandeut lo Mémé en tyèque adrôt in pô apèt'lé.
        Eh bin, que rèpondeut lè Manette, pace que y è quèques jos, figurez-v' qu’j’ai fait in rêve. J’ai vu doux numèrôs qu'étint sèparés pa eune piate creuys… J’m’ai dit : ç’ast in sine do ciel. Alôrs, j’les ai additionné et j’m’ai dit : 7 + 3, cè fait 9, ç’ast sûr, ç’ast lo guègnant.

 

LO BILLET D'LOT'RIE (Patois d'Dombrès / Dombras) :

 

        Pa ène belle matènaye à Font’no-lè-Jote, la Manette (v'savayz, la dame don villâge qui sait tout et quand elle ne sait rin, elle invente des ramâges), coût au Cafè d’l’Union pou ach’tay in billet d’lot’rîe.
        Bernârd, j’veux in billet d’la lot’rîe, mais j’veux qu’i s’rach'vèt pa in neuf.
        Le Nanârd, r’wêtant lès billets qui restint :
        J’n’â peus d’neuf, qu’i dit, mais i reste in dix.
        Non, non, qu’elle dit la Manette, j’veux absolumat in neuf… J'soys sûre qu’c'est le neuf qui vâ sortè et guègni l'grôs lot, sûre, sûre, peus’ que sûre.
        Ècawtayz woir, Madame, je m’souvins bin d'awoi vadu in billet qui s’rachève pa in neuf au Mémé (h)iyêr le matin. Il accept’rè peut-ête bin de veus le r’vade.
        La Manette è couru vite assîz l'Mémé (mâs è mins tout d’même ène démay-(h)eûre avo s'bâton).
        Mémé, t’es ach’tay (h)iyêr in billet d’lot’rîe, j’te l'rachète le triple. Qu’est-ce que t’risques ? Te n’risques que d’tripler mawt sûr’mat ta minse.
        Eh ben d’accôrd, qu’rèpond l'Mémé et i li vend l'ticket s’rach'vant pa l'limèrô neuf.
        Le joû don tirâge arrive, et l'billet d’la Manette guègne le gros lot.
        Je l'savoys, je l'savoys, qu’elle dit, j’a n-atoys sûre, sûre, mâs vraimat sûre que ç’atoyt le neuf qui guègn’royt.
        Tous lès gens d’Font’no-lè-Jote a bavint coumme dès crapauds, voulant s’fâre aussè gros qu’in èlèphant. Mâs enfin, coummat que v'pouvayz ête sûre que ça s’royt le limèrô neuf qui guègn’royt, li è d’manday le Mémé quéque pârt ène miette embarrassi.
        Eh bin, qu'è rèpondu la Manette, pace que i n'y è quiques joûs, figurayz-v' qu’j’â fât in rêve. J’â vu daws limèrôs qu'atint sèparays pa ène pétite croix… J’m’â dèt : c'est in signe don ciel. Alors, j’lès â akditionnay et j’m’â dit : 7 + 3, ça fât 9, c'est sûr, c'est l'guègnant.



LO BILLET D'LOT'RÈYE (Patwès d'Saunîn / Saulny) :

 

        Po ène belle mètinâye à Font’no-lè-Jote, la Manette (v'sèveûz, lè dème don v'llêge que sait tortot et quand elle ne sait rien, elle fât des ermonèks), cot au Cafè d’l’Union po èch’ter în billet d’lot’rèye.
        Bernârd, j’vieux în billet d’lè lot’rèye, mâs j’vieux qu’i s’rèch'veusse po în nieuf.
        Lo Nanârd, r’wêtant les billets que d'morînt :
        J’n’â pus d’nieuf, qu’i dit, mâs i d'more în dihh.
        Niant, niant, qu’elle dit lè Manette, j’vieux absolument în nieuf… J'sus hhûre qu’ç'ost lo nieuf que vâ soûrti et guègnè lo groûs lot, hhûre, hhûre, pus’ que hhûre.
                           Ècouteûz veûr, Mèdème, je m’soviens bien d'owêr vendu în billet que s’rècheuve po în nieuf au Mémé èhheû lo mètin. 'L eccept’rè pét-ête de v'lo r’vende.
        Lè Manette è coru vit'ment cheûz lo Mémé (mâs è mîns tot d’mim.me ène démi-(h)oûre èvo so boton).
        Mémé, t’es èch’té èhheû în billet d’lot’rèye, j’te l'rècheute lo triple. Qu’ost-ce que t’risques ? Te n’risques que d’tripler mout hhûr’ment ta mînse.
        Eh ben d’eccoûrd, qu’rèpond lo Mémé et i li vend l'ticket s’rèch'vant po lo nimèrô nieuf.
        Lo jo don tirêge errive, et lo billet d’lè Manette guègne lo groûs lot.
        J'lo sèveûs, j'lo sèveûs, qu’elle dit, j’en oteûs hhûre, hhûre, mâs vrâment hhûre que ç’oteût lo nieuf que guègn’reût.
        Tos les gens d’Font’no-lè-Jote en bèvînt comme des crèpauds, v'lant s’fâre aussè groûs qu’în èlèphant. Mâs enfîn, comment que v'p'leûz ête hhûre que cè s’reût lo nimèrô nieuf que guègn’reût, li è d’mandé lo Mémé quéque pârt în poû emberressé.
        Eh ben, qu'è rèpondu lè Manette, pace que i n'y è quèques jos, figureûz-v' qu’j’â fât în râve. J’â vu doux nimèrôs qu'otînt sèparés po ène piote crûx… J’m’â dit : ç'ost în signe don ciel. Èloûrs, j’les â additionné et j’m’â dit : 7 + 3, cè fât 9, ç'ost hhûr, ç'ost lo guègnant.


 

LO BILLET D'LOT'RIE (Patwès d'Girômwè / Gérardmer) :

 

        Po ène belle mètinâye è Font’no-lè-Jote, lè Manette (vos so'oûz, lè dème do villêge qu’sait tortot et quod elle né sait ré, elle trôle), cot au Cafè d’l’Union po èch’tè în billet d’lot’rîe.
        Bernârd, jé vîx în billet dè lot’rîe, mâs jé vîx qu’è s’rèch'vesse po în nîf.
        Lo Nanârd, spiant lès billets qué d’mourét :
        J’n’â pis d’nîf, qu’è d'hè, mâs è d’moure în dèyhh.
        Niant, niant, qu’elle d'hè lè Manette, jé vîx absolumot în nîf… Jé sèys sûre qu’ç’ost lo nîf qu’vè èhhi et guègni lo grôs lot, sûre, sûre, pihh qué sûre.
        Scoutèz vôr, Mèdème, jé m’sovés bé d'o'oû vodi în billet qué s’rèchève po în nîf au Mémé irmain lo mètîn. Steû bé qu'el eccept’rè d'vos lo r’vode.
        Lè Manette corè vit'mot chîz lo Mémé (mâs botè tot d’même ène démé-(h)oûre èvo so boton).
        Mémé, t’es èch’tè irmain în billet d’lot’rîe, jé t'lo rèchète lo triple. Qu’ost-ce qué t’risques ? Té n’risques qué d’triplè mout sûr’mot tè mîse.
        Eh ben d’eccwôd, qu’rèpond lo Mémé et è li vod lo ticket s’rèch'vant po lo nimèrô nîf.
        Lo jo do tîrêge errive, et lo billet dè Manette guègne lo grôs lot.
        J’lo so'oûs, j’lo so'oûs, qu’elle dit, jé n'taizeû sûre, sûre, mâs vrâmot sûre qué ç’taizeû lo nîf qué guègn’rôt.
        Tos lès gens d’Font’no-lè-Jote è bèvét dîno qu'dès bots, v’lant s’fâre aussi grôs qu’în èlèphant. Mâs enfîn, commot qu'vos pwèyèz ête sûre que ça s’rôt lo nimèrô nîf que guègn’rôt, li d’mandè lo Mémé è quèyque lêy în peû èpèt'lé.
        Eh ben, qu'rèpondè lè Manette, poromou qu'el y î quèyques jos, figurèz-vos qu’j’â fât în râve. J’â vu doux nimèrôs qu'tét sèporés po ène pétite crêys… J’m’â dit : ç’ost în sine do ciel. Alôrs, j’lès â additionnè et j’m’â dit : 7 + 3, ça fât 9, ç’ost sûr, ç’ost lo guègnant.

 

LO BILLET D'LOT'RÈYE (Patwès d'Rånrupt) :

 

        Pwâ ène belle mètinâye è Font’no-lè-Jote, lè Manette (vos sawiz, lè dème do villêge qu’sait tortot et quånd elle ne sait rîn, elle er'pouye lo villêge), coût au Cafè d’l’Union pou èch’tè în billet d’lot’rèye.
        Bernârd, je vûx în billet dè lot’rîe, mais je vûx qu’i s’resseûveusse pwâ în nieuf.
        Lo Nanârd, r'wêtånt lis billets que d’môrînt :
        H’n’ai pus d’nieuf, qu’i d'heut, mais i d’môre în dêhh.
        Niånt, niånt, qu’elle d'heut lè Manette, je vûx absolumont în nieuf… J'as sûre qu’ç’ast lo nieuf que vè sâtè fieus et guin.yi lo grôs lot, sûre, sûre, pus' que sûre.
        Èhhcoutèz vêr, Mèdème, je m’sovîns bîn d'avoû vondu în billet que s’rèsseûve pwâ în nîf au Mémé érmain lo métîn. Il eccept’rè put-ête d'vos lo r’vonde.
        Lè Manette coureut vit'mont chîz lo Mémé (mais matteut tot d’même ène démi-(h)oûre èvo so bâton).
        Mémé, t’es èch’tè érmain în billet d’lot’rèye, je t'lo rècheute lo triple. Qu’âst-ce que t’risques ? Te n’risques que d’triplè mout sûr’mont tè mîse.
        Eh ben d’accôrd, qu’rèpond lo Mémé et i li vond lo ticket s’rèsseûvånt pwâ lo numèrô nieuf.
        Lo jo do tîrêge errive, et lo billet dè Manette guin.ye lo grôs lot.
        H’lo sawèys, h’lo sawèys, qu’elle dit, h'n-érôr sûre, sûre, mais vraimont sûre que ç’érôr lo nieuf qué guègn’rât.
        Tout' lis geåns d’Font’no-lè-Jote è bèvînt comme dis bots, v’rant s’faire âssi grôs qu’în èlèphant. Mais ånfîn, commånt qu'vos pèyiz ête sûre que ça s’rât lo numèrô nieuf que guègn’rât, li d’mandeut lo Mémé è quique leû ène câille åmbarrassè.
        Eh ben, qu'rèpondeut lè Manette, pace qu'i n'y è quiques jos, figuriz-vos qu’j’ai fait în râve. J’ai vu doux numèrôs qu'înt sèparès pwâ ène petite creûx… H’m’ai dit : ça z-ast în sine do ciel. Alors, h’lis ai additionnè et h’m’ai dit : 7 + 3, ça fait 9, ç’ast sûr, ça z-ast lo guègnant.