Patois de Drouville et d'Einvaux

Lo côp-ci, ç'ast ène piate (h)istwêre en patwès d'Ninvâs, lo villêge wace que j'ai v'nu au monde. J'èrôs bîn v'lu ècrîre l'artike en patwès d'Ninvâs mais je n'lo connas-m'. V'vôrrôz portant qu'ç'ast quâsiment lo même. Lè mâmiche que conte lè fiâwe-lè, j'lè wèyôs tos les jos quand j'demwêrôs â villêge. Mais j'ai eppris qu'elle c'nnahhôt lo patwès ène fwès qu'j'allôs lè vôr è lè mâhon d'retraite et que j'pêlôs d'ç'lè avo lèye ! Lo patwès, elle l'avôt eppris avo sè mâmiche (qu'atôt ca lè grand-mêre de mè grand-mêre, ç'ast porqwè on lè hôyôt cousine Lucie), lè Marie Lolo, ène fômme que n'câsôt qu'patwès même si elle comprenôt lo français. Quand mo pêre è v'nu â monde, 'l è d'mandé : ç'ast i piat ou ène piate ?
Val donc lè piate (h)istwêre, ç'n'ast-m' yèque de bîn rel'vé, ç'ast même în pô wète mais ç'atôt anlè dans lo temps, on contôt des fiâwes po rîre. 'L avôt quatre-vîngt (h)eût' ans quand elle m'è dit lè fiâwe-lè, v'l'escûs'rôz don(c) si'l è di mâ d'pêler.

soneinvaux

Lo hhâdé

Ç'atôt ène jonêye que j'keuhins.
Mè fômme èvôt fait i hhâdé.
Elle lo matteut on lèyt conte meu.
J'me tone, j'me dètone, j'm'er'tone,
J'me fous l'cul d'dans.
Nânnon, Nânnon, je chie on lèyt.
Mais niant, 'spèce de bougre de pouhhé,
T'es foutu lo cul dans lo châdé.
Elle parneut i grand couté,
Elle me râke des pîds n-et pwels au cul et ca lo panné,
Elle rebrèye tortot ç'lè essâne.
Tiens, bougre de pouhhé,
Nôs afants lo mingeront bougremat bin.

Cette fois-ci, c'est une petite histoire en patois d'Einvaux, mon village natal. J'aurais bien voulu écrire l'article en patois d'Einvaux mais je ne le connais pas. Vous verrez pourtant que c'est quasiment le même. La grand-mère qui raconte cette histoire, je la voyais tous les jours quand j'habitais au village. Mais j'ai appris qu'elle connaissait le patois une fois que j'allais la voir à la maison de retraite et que je parlais de cela avec elle ! Le patois, elle l'avait appris avec sa grand-mère (qui était aussi ma trisaïeule, c'est pourquoi on l'appelait cousine Lucie), la Marie Lolo, une femme qui ne parlait que patois même si elle comprenait le français. Quand mon père est né, elle a demandé : c'est un garçon ou une fille ?
Voilà donc la petite histoire, ce n'est pas quelque chose de bien relevé, c'est même un peu sale mais c'était comme cela autrefois, on racontait des histoires pour rire. Elle avait quatre-vingt huit ans quand elle m'a dit cette histoire, vous l'excuserez donc si elle a du mal de parler.

Le gâteau

C'était une journée que nous cuisions.
Ma femme avait fait un gâteau.
Elle le mit au lit contre moi.
Je me tourne, je me détourne, je me retourne,
Je me fous le cul dedans.
Anne, Anne, je chie au lit.
Mais non, espèce de bougre de cochon,
Tu as foutu le cul dans le gâteau.
Elle prit un grand couté,
Elle me râcle des pieds aux poils du cul et encore le pan de chemise.
Elle remet tout cela ensemble.
Tiens, bougre de cochon,
Nos enfants le mangeront bougrement bien.