Patois de Fraize

Lo côp-ci, a vè d'hhade bès, das lo Pè'is Wahh, lo pè'is d'Eugène Mathis. L'aute-la, il aimat bîn so patwès. Vala în bé poème qu'il avoût ècrit. Po k'nnahhe l'(h)amme-la, vaci în lîn d'was lo groupe "Lè Costelle", ène essociâtio que rèwâde lo patrimwène de Fraize. Po l'enregistremat, ç'ast mi qu'ai lè mais vos n'auyerèz qu'lis trâs dèrêres strophes (dje n'passe mi qu' ça z-èrôt ratrè das mo blog si dj'avoûs lè lo tout'). Dje n'seus mi în èfant do leû et dj'epprads lo patwès comme dje pûx. Lo patwès d'Fraize, dj'è n-auyeus quand dje n-alleus è Djirâmwè is rèunios d'patwès mais çu que dj'epprads è praquè, ç'ast lo patwès d'Nieuvillès. Po çals que k'nnahh'rant lo patwès, vos m'dîrèz çu qu'vos è passèz, po lis autes, c'îre djeute po qu'vos onsses ène idée do patwès-la.

Lo patwès

Dje feus, èprès avoû vouyèdji bonne pèce,
Bîn èbaubi d'au'i, quand dje ratreus ètan,
D'în français borriaudè se srevit notis rêces
Au leû do vîx patwès qu'a pâlait èn'sèquand.

C'îre în frut èlaiçant dè tîrre de Lôrraine,
În (h)èr'tèdje venu drât de notis ancîns ;
Et dje lègue è wèyant qu'i n-în tot-ci pahhênne
Que se socieusse co de wâdè în s'vait bîn.

I tcharmeut m'n èfance et trompeut mè misère
Is loûres, is cwèrâils ; c'îre lè wès de mis sus,
Dis târes vîx pwatis, père, moman, grand-mère,
Awant praquè français seul'mat au bon Dû.

Das lis bôs dreumant zos lè versûre dadliante,
Ou de neût m'n (h)umeur sauvèdje me poutait,
C'îre co leu que radait lè piandesse 'loquente
De mo coeur de vèt' ans que lè vie ègritait.

Sus l'(h)euhh ou tchèque sâ lè bèyesse èbatchûse,
Selon l'usèdje ancîn rèmeune so galant,
I pedait sè rudesse et sè mîne hor'ssûse
Po dev'ni fiettrâd et se motrè èblant.

Quand, de neût tot pwâ mi, rem'wat mis sov'nances,
I sinne das m'n ême, et tocoûs s'y malat
Dis besses, dis hautous, lis lantes restinances
Èvo l'eppel dis moûts montant dis crûx do taps.

Comme pain de treum'sau t'as fait po note goûdje,
Et dje t'aime, pâlè de mè paure mauho ;
Mais dj'ây lè marque aussi que l'ècôle nos foûdje ;
Mo coeur praque patwès et français mè râho.

Lo français, ç'ast lè poûte è veûde sus lo monde
Ou soffiat tout' lis vats trèvîhhant l'èdalan ;
L'aute ast lo guînch'nat que lè wahhûre èbonde
Et que r'wête lo meix où notis djos colant.

Ç'ast lo français que fait, das l'(h)umaine malâye
Lis lâdjes remoûemats dot dje m'nas lo bran ;
Lo patwès ast lè wès, das lo taps reculâye,
D'în sang que feut hâdi, d'în pessè que feut grand.

I m'èrôt fait boûn' wêr das lo corant dis èdjes
Demourè èlèci lo français au patwès ;
Mais note lîve ast kiôs ; note paure languèdje
Cède aussi zos l'effoût d'în soi-d'hant progrès.

Lè même hhnôlle au cô, po lè même visâye
Delaihhant çu qu'ast note, au troupé rèunis,
N'awant pus qu'ène longue et pus qu'ène passâye,
Dje vos n-allè tortus d'was même dev'ni.

Mis feus s'pourrot bîn è s'vaite lwè soumatte ;
Mais mi, h'mwâs n'ây pèvu ha'i drât das în rang ;
Dj'(h)èriteus dis ancîns que vikeûnent snas mâte,
Mille ans de libertè que dj'ây co das lo sang.

le_patois

Cette fois-ci, on va descendre en bas, dans les Hautes-Vosges (le Pays Vert), le pays d'Eugène Mathis, un amoureux du patois. Voilà un beau poème qu'il avait écrit. Pour connaître cette personne, voici un lien vers le groupe "La Costelle", une association de sauvegarde du patrimoine de Fraize. J'ai lu le texte pour l'enregistrement mais vous n'entendrez que les trois dernières strophes (je ne pense pas que ça aurait rentré dans mon blog si j'avais tout enregistré). Je ne suis pas vosgien et j'apprends le patois comme je peux. Le patois de Fraize, j'en ai entendu quand j'allais à Gérardmer aux réunions de patois mais celui que j'apprends à parler, c'est le patois de Neuvillers-sur-Fave. Pour ceux qui connaîtraient le patois, vous me direz ce que vous en pensez, pour les autres, c'est juste pour que vous ayez une idée de ce patois.

Le Patois (traduction d'Eugène Mathis)
(La Forêt Vosgienne, Bulletin de la Société Philomatique Vosgienne, 1926, page 128 ; on peut le consulter sur le site Gallica)

Quelle fut ma surprise, après ma longue absence,
Rentrant chez nous, d'entendre, enlaidi de gros mots,
Torturé, travesti, le clair parler de France,
Au lieu du vieux patois, aux lèvres des marmots.

À la façon d'antan, dans mon pays, personne
Ne veut plus me répondre, et je souffre de voir
Mourir dans l'air des monts le verbe âpre qui donne,
Lorraine, à ta pensée, un accent de terroir.

Il fut l'enchantement de mes jeunes veillées,
La voix de l'ancien temps, celle de la maman,
Du père, des chers vieux, âmes qui sont allées,
Ayant parlé français au bon Dieu seulement.

Dans les bois endormis sous la voûte clémente,
Où je cherchais la paix dans le calme des soirs,
C'est lui qui traduisit la plainte véhémente
De mon coeur de vingt ans qu'ont trahi tant d'espoirs.

Sur la porte rustique où la jeune bèyesse
Selon l'usage ancien reconduit son veilleur,
Il perdait son tour gauche et sa verte rudesse,
Et l'amour le rendait éloquent et charmeur.

Aussi, dans les longs soirs où la mélancolie
Visite mon exil, en mon cœur je l'entends
Vibrer comme un écho de ma rude patrie,
Comme un appel des morts qui monte au fond du temps.

Je t'aime, car tu fus, comme le pain de seigle,
Faite à notre gosier, ô voix de ma maison !
Mais l'école m'ayant aussi dicté sa règle,
Mon cœur parle patois et français ma raison.

Le français, c'est la porte ouverte sur le monde,
Où soufflent tous les vents qu'enfante l'infini ;
Le patois, c'est la baie où la verdure abonde,
Donnant sur le jardin où nos jours ont fleuri.

C'est le français qui jette en la mêlée humaine
Ces appels que toujours nous avons entendus ;
Mais notre vieux dialecte est la voix plus lointaine
De la terre, du sang et des siècles vécus.

J'espérais voir rester, au cours futur des âges,
Le patois en français immortel enlacé ;
Mais notre livre est clos ; sur ses dernières pages,
Ce dernier vestige est lentement effacé.

Nous irons maintenant, pris à la même cangue,
Pour le même idéal refrénant nos instincts,
Comme un troupeau, bêlant tous dans la même langue,
D'un uniforme pas, vers les mêmes destins.

Mes neveux sauront s'en accommoder peut-être ;
Quant à moi j'ai l'horreur de l'uniformité ;
J'héritai des aïeux qui vécurent sans maître,
Et je porte en mon sang mille ans de liberté.